37
Commentaires

Notre-Dame-des-Landes (2) : du côté obscur de la force

Pari sur l'avenir, nostalgie de la grandeur maritime de la ville: notre envoyé spécial sonde aujourd'hui les cerveaux et les coeurs des partisans de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Et recueille au passage une fine analyse psychologique de Jean-Marc Ayrault, maire sortant, par celui qui est appelé à lui succéder à la fin de cette semaine.

Derniers commentaires

Bizarre que ce journaliste au bout de 4 articles n'ait même pas pensé à évoquer la desserte de ce nouvel aéroport !
car il y a là un problème : actuellement, l'aéroport est desservi par les transports en commun et se trouve à 30 min du centre de Nantes, alors que la desserte de Notre Dame des Landes n'est pas financée.
Déjeuner au LU, mauvais choix! Mauvais rapport qualité prix et légumes surgelés!

Préferer le plan B qui n'est pas très loin
Il faut rappeler que l'aéroport a été imaginé pour accueillir...le Concorde!
Qui a réussi à parcourir un bout de piste de l'actuel aéroport sans atterrir il y a 40 ans.
//Notre-Dame-des-Landes serait une manière de partir à la reconquête d’une gloire disparue.//

Mais on s’en fout, de la gloire ! Elle ne nourrit pas son homme, à part ici Jean-Marc et Vinci ! On s’en fout surtout quand elle advient sur les dos des manants ! Ce n’est pas elle qui nous fait vivre, elle peut même nous faire crever, demandez à Michel Tarin et à l’écosystème quasi-archéologique qu’est devenu le bocage de NDDL !

«L’agglomération nantaise verra sa population augmenter de plus de 100 000 personnes d’ici 2030»

Bravo ! Déjà que circuler en ville ou sur le périph tient de la performance, qu’est-ce que ça sera alors ! Vont-ils doubler le périph existant, détruire encore et encore, bétonner encore et encore ? Le hasard veut que je sois allé c’t’aprème de ma cambrousse au Lieu Unique. Si je n’avais pas pris mon scooter, j’y serais encore ! Bon sang, quels aménageurs et politiciens vont être capable de stopper l’accroissement continu des mégapoles en revitalisant les villages et les petites villes, en aidant à vivre les « modules modestes » que vous évoquez à la fin de votre livre Voyage en France.
M. Rimbert, futur nouveau maire de Nantes fait cet aveu, confondant de sincérité ou de fausse naïveté (à moins que ce ne soit de l'incompétence ?) : «Je ne sais pas ce que deviendra le transport aérien dans le futur.»

Quant à M. Violland, le DG de l'AURAN, il déclare tranquillement : "«Quelle drôle d’idée que de décréter que l’avenir est à la fin du transport aérien !» Est-ce de l'humour, de l'ironie ou là aussi un aveu d'ignorance ?


Si ces propos, à mes yeux aussi révélateurs qu'affligeants, ont bien été tenus, je m'interroge : ces beaux messieurs n'auraient-ils donc jamais entendu parler des dégâts majeurs que provoquent les émanations de kérozène en haute atmosphère ? Le pic oil est-il une marotte, un concept épouvantail pour décroissants écolo-gauchistes tendance baba-cool où une réalité dont les plus éminents spécialistes considèrent qu'on a d'ores et déjà basculé dans la pente ? N'auraient-ils donc jamais entendu parler non plus des nombreuses publications (témoignages de riverains d'Orly et de Roissy avec enquêtes sanitaires, études psychosociologiques, recherches scientifiques à l'appui...) d'associations telles que ADVOCNAR ?

Si l'avenir est à une embellie du transport aérien, comme ils semblent le penser, que savent-ils de l'état des recherches sur des carburants bio performants susceptibles de réduire voire de stopper l'actuelle pollution ? et puisqu'il est question d'aménagement, quid de la situation actuelle et à venir des riverains d'aéroports ? (cf encore et entre autre ADVOCNAR !)

Même si la démarche NIMBY n'est pas exempte d'arrières pensées individualistes, voire égoïstes, et de contradictions insolvables dans le débat public ("on veut bien les trains près de chez nous mais sans les gares !") il reste que la philosophie du progrès et de la modernité mériterait d'être définitivement appréhendée comme on le fait d'un médicament : considérer ses bons côtés sans négliger ses effets secondaires les plus désagréables !

C'est à croire que l'on n'a rien appris des nombreux débats publics qui ont accompagné divers grands projets d'infrastructures, qu'ils soient routiers, ferroviaires ou aériens. Avec deux camps qui s'affrontent sans vraiment s'écouter : celui des pro-projet (qui se targuent d'être progressistes et modernes) et celui des anti (qui passent pour des conservateurs voire des arriérés !)

Qué mysère !!!

:-(
Moi , je préfère le Schtroumpf et son bocage .....

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Lardière n'est convaincu ni par les uns ni par les autre mais il voterait pour?

ça s'rait t'y pas qui s'rait pour des fois?
Je me demande si vos articles ne manquent pas un peu de base.
Vous parlez des instigateurs, que vous présentez comme les défenseurs, mais ils ne sont pas des défenseurs, ce sont eux qui sont à l'offensive, et des opposants.

Mais il manque les enjeux véritables de cet aéroport. Si c'est pour le grand ouest, est ce qu'on va fabriquer toute une infrastructure pour le relier à tout le Grand Ouest, ce qui ferait qu'on dévierait toute une tuyauterie vers Nantes, alors que jusqu'ici, ce serait plutôt vers Paris que tout se dirige. Il n'y a pas grand-chose vers la Bretagne à partir de Nantes, par exemple.
Combien de pistes, quelle surface exacte de plus que l'aéroport actuel ? Pour convoyer quoi ? Des marchandises, du courrier, des voyageurs... ?.

C'est une chose de dérouler les arguments des uns et des autres, mais il serait intéressant de connaître les faits. Ce n'est pas le premier boulot d'un journaliste, exposer les faits, les détailler, les expliquer, et ensuite expliquer le conflit, ses enjeux exacts, ses tenants, ses aboutissants, les forces en présence et ce qui les motive consciemment et inconsciemment, politiquement et sociologiquement.

Non ?
Intéréssant cet article.
Je reste pour ma part persuadé que ce projet est une gabegie
- de béton
- de futures énergies fossiles
- de destruction d'un territoire qui n'a rien demandé. Qu'en pensent aussi les habitants de Nantes? Je serai curieux de le savoir.
L'aéroport actuel de Nantes ne sera pas sur-dimensionné dans un nouveau monde où le pétrole décroit. Si on veut donner du désir et de l'avenir aux citoyens, changeons nos vieux schémas!
Tiens voter écolos veut dire que l'on comprend la problématique écologique, marrant. Je ne pensais pas que soutenir le bussiness as usual en protégeant quelques plantes en critiquant 3-4 trucs (nucléaire et autre ) faisait de nous des écologistes, franchement à part Yves Cochet qui a défendu publiquement des idées un peu radicales et critiqué les collègues de son parti (je vous mets la vidéo http://www.dailymotion.com/video/xjix3n_6-y-cochet-colloque-assemblee-nationale-sur-le-pic-petrolier-janvier-2011_news ) , les Verts en France sont assez loin de l'écologie surtout depuis que Placé et Duflot ont prit le pouvoir... Mais maintenant, je le serais quand je prendrais l'avion, je préciserais que j'ai voté écolo ça dédouane de tout...
Merci pour cet article vu de l'autre côté,
et de manière générale, merci @si de creuser, c'est une très très bonne idée.
Les grands projets du type de Notre-Dames-des Landes ont toujours provoqué des levées de bouclier à la "NIMBY" (not in my backyard) Prenez la tour Montparnasse: Elle déchaîna les passions dans les années 70. Maintenant, tout le monde s'accorde à reconnaître qu'elle offre le plus beau point de vue sur la Capitale, puisque c'est le seul endroit où on ne la voit pas. Nantes pourra bénéficier du développement du tourisme aéroportuaire qui rivalise avec le tourisme industriel qui réhabilite les friches du même nom. Savez-vous que le kérosène n'a pas la même odeur à Roissy et à Orly ? Il existe, j'ose le mot, une culture technique qui n'a rien à envier à la culture classique. Je prépare une monographie sur les lignes à haute tension.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.