10
Commentaires

Nordpresse contre Sudpresse, articles et procès

Depuis qu’il a lancé le site Nordpresse, un clin d’œil au tabloïd le plus lu de Belgique francophone, Vincent Flibustier ne cesse de brocarder le groupe Sudpresse, qui le lui rend bien. On fait le point sur les procédures en cours, et sur un passif qui continue de s’étoffer entre le poids lourd de la presse wallonne et le site mi-satirique, mi-fausses nouvelles.

Commentaires préférés des abonnés

A mon sens, il manque un élément de contexte important pour comprendre la réaction de Vincent Flibustier suite à la publication de la carte des musulmans de Belgique par Sudpresse. Cet épisode ne s'est pas déroulé dans un contexte neutre mais deux mo(...)

Je dois avouer un pêché mignon, voire un plaisir coupable, à me délecter de ce genre de "satyre trash", façon Hara-kiri bête et méchant de la grande époque !


Mais j'ai bien conscience que ça nourrit les trolls et plus largement le confusionnisme ambia(...)

Derniers commentaires

Je ne suis pas certain, à l'inverse de Flibustier, que le simple fait de partager des articles parodiques suffise à sensibiliser à l'esprit cirtique. Il en faut plus que ça. Et ce mec peut avoir des vieux relents de sexisme et d'homophobie dans ce qu'il écrit : ses articles ou ses prises de position ne sont pas toujours très agréables à lire quand on est gay.

Cependant je le soutiens face à Sudpresse, rédaction qui joue sur le sensationnel, le gore, et le racisme pour vendre du clic et du journal.


Sur l'encadré du bas: c'est bien Marcel Sel qui a des idées confusionnistes, pas le contraire. Il ne faudrait pas voir à ériger ce blogueur comme référence. Je ne le lis pas beaucoup, mais j'ai l'impression qu'il fait dans le sensationnel également.

Le problème de Nordpresse, pour salutaire que soit tout combat contre la presse de merde que produit Sudpresse, ça n'est pas une ambigüité mais bien une contradiction : produire et diffuser de la fake news, continuellement, tout en se désolant  publiquement que les gens y croient, en prétendant éduquer les enfants aux médias dans le même temps.

A mon sens, il manque un élément de contexte important pour comprendre la réaction de Vincent Flibustier suite à la publication de la carte des musulmans de Belgique par Sudpresse. Cet épisode ne s'est pas déroulé dans un contexte neutre mais deux mois seulement après les attentats meurtriers du 22 mars 2016. La Belgique était encore sous le choc... En publiant cette cartographie à ce moment-là, Sudpresse a sciemment joué sur le climat de peur envers les musulmans pour vendre du papier et générer du clic. C'est cela qui a provoqué la colère de Flibustier.

Je pense que cette colère est compréhensible assez spontanément, à la lecture de l'article. Pour faire le parallèle bateau, une carte des juifs aurait fait tiquer aussi.

Peut on dire que Flibustier surfe sur la vague Sudpresse pour generer du clic ?

Lui aussi vend un produit, il faut pas l'oublier.

On aurait pu le dire si Flibustier avait eu besoin de Sudpresse pour obtenir du clic... Mais à mon avis, la croisade dans laquelle il s'est engagé contre ce média-poubelle lui a attiré plus d'ennuis qu'autre chose. Je pense que Flibustier la mène par conviction, parce qu'il n'accepte pas que l'on utilise de l'argent public pour subventionner une presse aussi racoleuse et dénuée de scrupules. On parle tout de même d'un média qui attire le chaland en promettant des détails sordides sur des viols, des meurtres, qui incite ses journalistes à se procurer un maximum de photos d'accidents, sans vraiment donner l'impression de prendre en compte l'impact de telles publications pour les victimes et leur famille... Flibustier à fait circuler des témoignages d'anciens employés du groupe Sudpresse qui sont assez accablants là-dessus. Si des annonceurs ont décidé de ne plus travailler avec ce média, ce n'est pas pour lui faire plaisir, mais bien parce qu'il leur a mis sous le nez un certain nombre de contenus qui posent de sérieux problèmes de déontologie.

Il y a évidemment une logique commerciale derrière Nordpresse. Par contre son fond de commerce n'est ni le voyeurisme, ni la xénophobie, qu'il pourfend régulièrement. Son succès repose sur un humour très subversif, parfois drôle, parfois pas, parfois engagé, parfois pas, souvent bête et méchant. Son principal fond de commerce est la bêtise humaine, qu'il exploite autant qu'il la dénonce.

Je ne crois pas avoir déjà lu un article de Nordpresse qu'un lecteur attentif aurait pu prendre au premier degré... Contrairement à d'autres sites qui prennent une apparence et un ton très sérieux pour faire avaler n'importe quoi aux lecteurs, sur Nordpresse les intox sont tellement énormes qu'il faut vraiment être dénué d'esprit critique ou bien ne lire que les titres des articles pour tomber dans le panneau.

Le côté le plus problématique de Flibustier est à mon sens l'habitude qu'il a (avait ?) de poster ses articles sur les réseaux sociaux d'extrême droite pour augmenter le trafic de Nordpresse en surfant sur l'extrême bêtise de gens capables de relayer n'importe quoi. Il y a eu aussi un moment où il utilisait de fausses URL pour usurper l'identité de médias sérieux, mais là aussi on ne pouvait tomber dans le panneau qu'à condition d'en rester aux titres et de ne pas lire les contenus publiés.

Oh le nid de guêpes.

Je dois avouer un pêché mignon, voire un plaisir coupable, à me délecter de ce genre de "satyre trash", façon Hara-kiri bête et méchant de la grande époque !


Mais j'ai bien conscience que ça nourrit les trolls et plus largement le confusionnisme ambiant dont crèvent nos sociétés. J'essaie de me soigner, j'vous assure...  ^^

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.