59
Commentaires

Non, Internet n'est pas une "zone de non-droit"

En 1999, Françoise Giroud déclarait que "L'internet est un danger public puisque ouvert à n'importe qui pour dire n'importe quoi".

Derniers commentaires

Article intéressant mais n'y a t-il pas un problème dans la démonstration ?
Si il y a 72 lois avec la mention "internet" et 229 avec la mention "communications électroniques", comment peut-il y avoir 2810 lois avec l'une ou l'autre de ces expressions (il y en a au plus 72+229) ? Cela ne change pas selon moi la conclusion mais l'argumentation pour y parvenir.
Une émission sur France2 se termine à l'instant : le 13h15 du samedi .

Il y était question d'une autre zône de non-droit qui m'a remise au coeur d'une des découvertes les plus cruelles de mon parcours associatif ( lutte contre les violences au sein de la famille) : celle des enfants placés .

Un désastre institutionnel digne du XIX° siècle avec pourtant des moyens tellement plus importants financiers et psychologiques .

Je suis prête à en débattre avec qui cela intèresse .
Internet n'est pas une zone de non-droit???

Ce sont les industries du disque et du film qui vont être contentes d'apprendre ça, ils vont enfin pouvoir empêcher tous ces téléchargements illégaux qui leur font perdre des milliards depuis des années.

Et toutes les photos volées de nus de je ne sais quelles starlettes ou autres personnalités publiques vont être rendues inaccessibles dans tous les pays et ceci quelque soit le type d'application utilisé pour les partager (web, réseaux peer to peer, etc...)
De toute façon dans le pire des cas il restera le darknet qui d'ailleurs doit bien se développer vu les nouvelles lois liberticides !
Oui Internet est une zone de non-droit ... en faveur des gouvernements et contre les citoyens. Car le plus inquiétant à mon sens, c'est que l'ensemble de nos données soit exploité par des sociétés privées et des Etats sans cadre juridique bien défini. Quid du commerce de ces fameuses Big Data ? Quid des expérimentations secrètes d'un Facebook (ou d'un Google X) en dehors de tout contrôle ? Que fait-on avec la dépendance numérique de l'Europe, incapable de parler d'une seule voix, de défendre nos vies privées, ne possédant d'aucun instrument pour mesurer et sanctionner et sous domination américaine ? Il faudrait par conséquent d'abord s'assurer que les Etats eux-mêmes respectent la loi et les individus. Aussi longtemps que dire la vérité ou dénoncer les abus du pouvoir feront de vous un criminel (cf. Manning ou Snowden), le discours public ne sera pas audible sur toutes ces questions. Que les gouvernements obligent des sociétés commerciales à indistinctement livrer des informations, que les citoyens n'aient aucun moyen de recours contre ces usages, voilà avant tout ce qui fait d'internet une zone de non-droit, un terrain dangereux où la sécurité n'est pas assurée.
Je ne connais pas bien le domaine et je ne me prononcerai pas sur une réponse oui/non au titre de cet article

mais l'argument de l'abondance de lois (ici, votre principal argument) qui empêcherait la zone de non-droit est très insuffisant à mon sens : il faut plutôt s'attacher à l'application de ses lois, aux moyens mis en oeuvre, puis faire le bilan de leur réelle efficacité

Sous Sarkozy, il y a eu surabondance de lois sécuritaires, elles n'ont pas fait disparaître les zones de non-droit dans certaines banlieues

Trevidic (qui n'est pas le dernier des fachos) disait bien que, sur facebook, la radicalisation va plus vite que la lutte contre la radicalisation

On aurait donc aimé un constat plus objectif sur les zones de non-droit qui subsistent à l'intérieur d'internet (cette formulation vous paraît-elle plus juste ?)

merci
Merci Jean-Marc.

j’ai lu votre bonne chronique. Je le dis au cas où Daniel nous surveillerait toujours.
"Nous sommes tout simplement en train d’assister à la colonisation d’un territoire, qui fut brièvement libre, par les Etats. Les puissances publiques tentent de conquérir et d’annexer ces régions pour eux nouvelles. Il est probable que nos futures cartes géographiques devront se doubler de cartes de réseaux numériques, sans quoi certains enjeux géostratégiques ne pourront pas être compris. Déjà, nos « déplacements » dans cet espace, sous l’impulsion de quelques grands acteurs commerciaux, américains notamment, se sont peu à peu réduits pour se cantonner à quelques sites, qu’on peut assimiler à de grandes agglomérations, comme Facebook ou Youtube." La suite ici : http://fairing.canalblog.com/archives/2015/03/30/31804287.html
Merci pour cet article qui permet de voir autrement que les banalités actuelles sur le sujet.
Quant à ceux qui pensent qu'internet est une zone de non droit... ce sont ceux qui sont aussi favorables à la liberté d'expression... pour eux-mêmes... des fois ?
Quand on laisse se dire des horreurs dans les forums par des Yeza et Semir, on peut effectivement penser qu'Internet est une zone de non- droit.
Monsieur Manach, vous avez ici le contre- exemple de ce que vous voulez démontrer.
Quand on peut insulter le tout venant d'antisémite, on en a un autre exemple...
Pipi/Toto voit midi à sa porte quand il s'agit de combattre le non-droit dans les fora.
[quote=Pirate]Quand on laisse se dire des horreurs dans les forums par des Yeza et Semir

Les pseudos veulent rien dire. Ça peut aussi bien être des fachos qui veulent faire parler du “racisme antiblanc” comme dans ce témoignage :

http://www.lavenir.net/cnt/dmf20130515_00311043
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.