64
Commentaires

Naomikini et Osakard, une histoire à facettes

Commentaires préférés des abonnés

Belle histoire facétieuse, ce matin, d'autant qu'en entendant les nyouzes je lui avais réservé d'avance une place au paradis à cette joueuse de tennis Nippone ni méchante (et oui je parle François avec l'accent Alsacien)


Pour ce qui est de l'autre his(...)

Finalement, on sent que vous avez manqué d'énergie ....


(  c'est normal par les temps qui courent )

Derniers commentaires

C'est vrai qu'il y a plusieurs facettes dans cette histoire. Il semble que cette jeune fille soit réellement en souffrance à l'idée de répondre de manière automatique à des journalistes blasés qui posent toujours les mêmes questions lors du rite sacralisé des "conférences de presse". Il fut un temps où l'on organisait des conférences de presse lorsqu'on avait quelque chose d'important à annoncer au public par l'intermédiaire des médias. Aujourd'hui, les manifestations sportives à forte audience ne se conçoivent pas sans que les acteurs se voient imposer de répondre aux journalistes devant un mur de publicités pour les sponsors. C'est le prix à payer (pour les sportifs) pour percevoir des dotations de plus en plus importantes. Les états d'âme de Naomi Osaka montrent les limites du système. Tout le monde a bien conscience de l'inintérêt de ces conférences de presse, où l'on n'apprend rien. Mais pour les sponsors, il ne suffit pas aux d'apparaître au moment des matchs, ils tiennent à faire poser les vedettes devant des panneaux publicitaires. Le cas Osaka les plonge à ce point dans l'embarras qu'après l'avoir sanctionnée financièrement (amende de 15 000 dollars) pour avoir refusé de participer à une conférence de presse, les organisateurs se font tout miel devant la perspective que la championne leur claque dans les pattes et abandonne le tennis.

Tres belle chronique.

Si l'histoire est si difficile à raconter, c'est peut-être qu'il y a pas d'histoire à raconter

Un bon tarpé élevé au grain de riz.

Mais si vous n'avez rien à dire (et pour le coup c'est une info totalement inintéressante) , épargnez nous une chronique , ou parlez d'autre chose !!!!!

Chouette chronique du Guardian sur la question et sur la responsabilité des médias et des journalistes sportifs : 


We’re not the good guys: Osaka shows up problems of press conferences

https://www.theguardian.com/sport/blog/2021/may/31/were-not-the-good-guys-osaka-shows-up-problems-of-press-conferences

Ma culture tennis est assez limitée et se résume à peu près à ça.

et les associations decouvrent , effarées , que le compteur  linky  est payant  :130 euros  plus les interets ..  C 'est Stephane  Lhomme  , militant anti nucleaire  et qui a eu des proces avec UFC Que choisir qui doit rigoler

"Comme nul n'est censé l'ignorer, Gilles Moretton est le président de la Fédération française de tennis."


ah non, ça commence mal ce matin.. 

permettez-moi de ne pas connaître le nom de ce monsieur, je ne m'intéresse pas au tennis!

:)

Y'a t-il des Contrôleurs dans la Tour du Tennis ? 


Le tennis pro et les "substances dures" : coke, amphétamine, stéroïde, anti douleur, etc ...


Un entraineur, ancien joueur Top vite oublié, rencontré à l'hosto complétement accro à diverses "substances"


Sur le cul quand il a parlé des pratiques courantes dans le tennis.


Et surtout des parents  tyranniques fous à lier et bons à jeter aux oubliettes !


Tout pour la propriété, toujours tout pour la propriété et le pognon roi.



Les sportifs de haut-niveau ont eux aussi participé au mouvement qui a suivi la mort de Georges Floyd .


Les basketteurs de NBA aussi bien que les footballeurs, beaucoup d'autres  et donc aussi les joueurs de tennis comme on peut le voir sur cette video mise en ligne sur instagramm par Frances Tiafoe ( et relayée à l'époque par l'Equipe) :


https://www.instagram.com/tv/CA3bcYFA8cO/?utm_source=ig_embed&utm_campaign=loading


Tous ces sportifs professionnels ont mit leur notoriété au service du mouvement Black Lives Matter , et par ailleurs ils sont tous sponsorisés .


Ici donc cette joueuse de tennis a refusé de participer à une  conférence de presse .


Il y a sans doute une raison qu'il reste à trouver .


Belle histoire facétieuse, ce matin, d'autant qu'en entendant les nyouzes je lui avais réservé d'avance une place au paradis à cette joueuse de tennis Nippone ni méchante (et oui je parle François avec l'accent Alsacien)


Pour ce qui est de l'autre histoire, il y a rien qui m'effraie le plus que quand j'entends les mots "ouverture au marché"


C'est soit l'annonce que tout va augmenter, qu'il y aura plus personne au bout du fil pour les réparations, que si votre bidule ne marche pas c'est la faute aux autres qui s'occupent du réseau car c'est jamais les mêmes sociétés qui font la pâte et la cuisson au four et la vente, oui la fibre jusqu'à l'armoire c'est X et celle qui alimente le centre c'est Y et nous on vient se brancher, mais je vais faire remonter votre problème


Aussi c'est avec une grande joie que je lis l'article mentionné sur "L’appel de Piketty, Mélenchon, Montebourg..."


Autre motif de joie depuis déjà plusieurs semaines, la renationalisation du réseau national ferré Britannique, même si elle n'est que partielle aujourd'hui. La Directive 91/440 de l'Union Européenne ayant démantelé en 1991 ce qui restait de British Rail après que Maggie Thatcher et à sa suite John Major aient tout décomposé en pièces


La dame de fer qui doit être rouillée depuis doit se tordre à force de se retourner



Je trouve que ça fait un peu court pour une chronique.


 (Certains, dont je tairai les noms mais qui sauront se reconnaître, auront deux minutes de plus que les autres pour réfléchir)

ASI étant très sensible à la question des discriminations liées à l'origine, la couleur de peau, la religion, et bien que consciente que ça vient ici un peu comme un cheveu sur la soupe, je me demande pourquoi il y a si peu (pas ? je ne sais plus) d'éditoriaux, d'enquête, d'émission sur les mineurs ou jeunes majeurs isolés qui viennent en France. 


Ils arrivent ici multi -traumatisés, et la France les accueille comme des merdes, comme s'ils n'étaient pas des enfants. Ils sont soupçonnés d'office d'être venus ici en mentant sur leur âge, leur situation, et pour beaucoup parqués dans des hôtels, sans accompagnement social, éducatif, médical, scolaire car l'ASE n'a pas assez de moyen pour payer des travailleurs sociaux en nombre suffisants. 


Les travailleurs sociaux crèvent de ne pas pouvoir les accompagner comme ces enfants en auraient besoin, et de les maltraiter socialement.


Une idée pour la com' de cette jeune femme, qui a l'air de souffrir de ce qu'elle vit, mais pourrait sans doute être utile à ces enfants si elle portait leur situation à la connaissance du public. Ce serait à mon sens plus utile à la marche du monde que de porter un masque BLM.

Je souscris, Rosalie... je suis moi -aussi très préoccupée par la façon dont la France n'ACCUEILLE PAS les Mineurs isolés... et puis les autres aussi parce que Macron en campagne, l'UE, Frontex, La Pen, Darmanin, Chiotti le bien nommé, bref la droite qui s'assume et n'assume pas son racisme et sa cupidité pour draguer toutes les voix,  histoire de garder le pouvoir et le fric qui va avec... montrent l'absolu manque de respect de l'altérité, de la législation, et du droit... 

Quant à cette petite nana dont je n'ai jamais entendu parler jusqu'à hier vu que le tennis, moi, je m'en tape le coquillard... qu'on lui fiche la paix... Je pense qu'elle en a marre des questions à la con qu'on lui pose... qu'elle préfère s'afficher toute seule avec ses pubs qui lui rapportent plein de pognon... Je me fiche de cette jeune femme et qu'on me fiche la paix avec ça ! Tennis = pognon... alors qu'on arrête de s'étonner !


A l'heure où certains se livrent une concurrence acharnée dans la monétisation nmériques des grimaces de leurs chats, et même de leur propre corps voir de leur amour propre, je crois qu'on peut dire que tout = pognon aujourd'hui. Le grand rêve des suprémacistes de la marchandise est presque achevé.

Je ne me souviens plus quel économiste* a écrit, il a bien longtemps, "le marché libéral est une organisation totalitaire"


(*) Hervé Defalvard Essai sur le marché ou alors Jean Gadrey...?

Votre message me rappelle cet article du Monde, que j'ai lu il y a peu :

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/05/05/au-pied-de-la-tour-eiffel-des-mineurs-isoles-vivent-dans-le-plus-grand-denuement_6079130_3224.html


Je copie-colle un bout : 

Les restes d’une vie d’errance, d’une vie sans toit, sans famille, sans but. Loin de leur pays d’origine, loin de ce qu’ils avaient imaginé de l’Europe. Ils ont quitté le Maroc ou l’Algérie, plus rarement la Tunisie, pour fuir le quotidien d’une existence sans espoir à laquelle ils voulaient échapper, à tout prix, ignorant que le pire les attendait. La drogue, l’alcool, le dénuement, la délinquance.


Des gardes à vue en hausse

           

Polytoxicomanes et imprévisibles, ces enfants, que l’on appelle « mineurs isolés marocains » (même s’ils ne sont pas tous mineurs, contrairement à ce qu’ils prétendent, et pas tous marocains), ont fait leur apparition il y a un peu plus de quatre ans dans le quartier de la Goutte-d’Or, à Barbès, dans le 18e arrondissement de la capitale.

           

Plus récemment, ils ont investi le Trocadéro et le quartier huppé de l’Ouest parisien qui l’entoure, semant le désordre, la violence et la peur. Vols à l’arraché, cambriolages… Au dernier trimestre 2019, le commissariat de police du 16arrondissement comptait une vingtaine de gardes à vue liées aux activités délictueuses de cette population. En 2020, malgré le confinement, 400.

               

Comme tous les matins, un équipage de trois policiers vient les réveiller pour les déloger « dans le calme ». Comme tous les matins, ils peinent à ouvrir les yeux, se lèvent sans bruit, ramassent leurs maigres effets et disparaissent sans un mot. Pour quelques heures seulement. Ils reviendront plus tard, à l’arrivée des badauds et des touristes.

           

Leurs journées, ils les passent à avaler des cachets de Rivotril (benzodiazépine bon marché dont l’usage a été détourné pour devenir une drogue de rue), boire et voler : colliers, portefeuilles et téléphones portables. Leurs nuits, ils les passent à avaler des cachets de Rivotril, boire et cambrioler : bistrots, commerces et pharmacies. Le tout, ponctué de séances de selfies au pied de la tour Eiffel, large sourire aux lèvres, liasses de billets à la main, pour faire croire aux copains restés au pays qu’ils ont la belle vie. Et entretenir ainsi le fantasme d’un avenir meilleur, sur le sol européen.

           

Ce matin-là, au Trocadéro, ils étaient cinq, le lendemain, ils seront quatre, trois jours avant, ils n’y étaient pas, certains jours, ils peuvent être une vingtaine. Ce sont rarement les mêmes et uniquement des garçons (les forces de l’ordre n’ont repéré qu’une seule fille en un an et demi) qui n’ont pas plus de 25 ans. Les plus jeunes ont 10 ans.

               

Cette année, plus d’une soixantaine d’entre eux ont déjà été placés en garde à vue. Et la violence est montée d’un cran. Claques, bousculades, coups… « Avec les mesures de restriction liées à la pandémie, les touristes étrangers se sont faits plus rares : plus de Chinois, plus de Japonais… Résultat, ne viennent que des Parisiens et des Franciliens. Moins nombreux et nettement plus méfiants, ils gardent à l’œil leur sac et leur téléphone, les mineurs ont donc du mal à les voler à leur insu et ont recours à davantage de violence pour parvenir à les voler », raconte Jean-François Galland, commissaire du 16e arrondissement.


Et je mélange un peu tout, mais en lisant la réponse de Clomani évoquant ces mineurs que la France n'accueille pas, cela me fait penser à cet entretien de Télérama sur les prisons et la loi qui n'est pas respectée pour les personnes emprisonnées : https://www.telerama.fr/debats-reportages/dominique-simonnot-il-sagit-de-rendre-les-prisons-dignes-6873460.php


Extrait : Un détenu m’a écrit récemment : on avait retiré de sa cellule la minuscule table où ils mangeaient à deux, pour la poser sur une armoire et installer par terre un matelas pour un troisième prisonnier. « Nous sommes ici parce que nous avons enfreint la loi, disait-il, mais pour nos conditions de détention qui ne respectent pas les droits de l’homme, il n’y a pas de jugement. » Il a profondément raison. Quand, journaliste, je suivais les procédures de comparution immédiate et voyais un type partir pour une maison d’arrêt que je savais surpeuplée, déjà je me demandais : comment peut-on, pour le punir, l’envoyer dans un lieu qui ne respecte pas la loi ?



Oui en ce moment il y a des articles dans le Monde, Libé aussi il me semble. Je fais autre chose en même temps donc j'ai du mal à me concentrer ! CE que je regrette c'est qu'on n'en parle pas sur ASI. Il me semble.


Le parallèle que vous faites avec les détenus me paraît intéressant car finalement, cela traite de la manière dont on voit ces personnes : comme des sous-humains, coupables de quelque chose, qui ne mérite au mieux que notre indifférence, voire notre mépris.

c'est d'autant plus à propos qu'auront lieu bientôt les élections départementales, et que l'aide sociale à l'enfance relève des conseils départementaux.

Cela semble faire parti du folklore du tennis professionnel. Des régles de séance héritées de l´époque victorienne, un milieu social majoritairement composé de wasp favorisé et quelques joueurs fantasques venant pimenter le tout avec leurs frasques régulières. 

Un vrai maronnier. Et l´an prochain on dira la même chose, que les régles du tennis doivent se moderniser, que l´égalité de droits entre joueuses et joueurs est à dénoncer etc. etc.

Il me semble qu'elle a dit refuser les conférences de presse face à la nullité des questions.

Et c'est vrai que la presse sportive en général n'est pas loin du caniveau (à part J. Latta <3 ).

Une lecture : 

Toutes ces photos présentées ici ont comme point commun un paramètre qui n'est pas nommé par le billet : l'opportunisme et le sentiment, lourd à porter, qui l'accompagne toujours, d'usurpation.


Opportunisme du sport-argent-star (il y a une différence énorme entre vouloir faire de sa vie un parcours pour rendre meilleur, même simplement localement, et mettre toute son énergie à devenir une star du tennis...), opportunisme de jouer de la plastique pour avoir une base de "followers" à monnayer pour la publicité, opportunisme de la bonne cliente de la "diversité" pour les marques et leurs pubs visant à redorer leurs blasons, ....bref, vous avez là une jeune qui gère son image sur les standards actuels (probablement pas de militantisme BLM, rassurez vous!) et pète un câble devant le sentiment d'usurpation, la pression de ce milieu et sans compter le mains aux fesses qu'il lui a fallu subir, voire plus... (pratique commune dans le milieu du sport féminin sexualisé comme l'est le tennis -coucou le club de Melun-, ... et des milieux de pouvoirs et de la pub). Dernier point que je ne connais que trop bien : dans le milieu du tennis, les enfants et jeunes ados bons en tennis, dans de trèèèès nombreux cas, réalisent les fantasmes de gloire tennistique des parents qui les poussent...avant de se rendre compte à 20-25 ans que ce n'est pas forcément ce qu'ils/elles veulent.


Au moment où je lis il y a 13 commentaires. C'est curieux il sont presque tous négatifs pour cette femme. Ça aussi ça donne à réfléchir.

Si j’ai bien compris, le plus dur pour elle, c’est de devoir répondre aux journalistes .Je peux comprendre.

Franchement, vos histoires de balles, je m'en bats les couilles... 

Ce serait pas simplement le probleme de la starisation stupide ? Elle joue bien au tennis ? Ca m'en touche une sans bouger l'autre , comme quoi elle joue pas si bien que ça ...C'est quoi le phénomène psychologique de la starisation , j'ai vu a la télé des gens tomber par terre en voyant une star , un manque de fer ? Un QI très bas ? Ou l'inverse un QI trop haut . Elle vote George Floyd  ? ce sera pas pire que les deux derniers , les trois derniers , les quatre ... enfin ce sera pas pire , c'est quoi le sujet deja ?

Il y a quelque chose qui se grippe dans le système bien rodé, bien huilé de ces événements sportifs/sponsors/médias/économiques.

Hier, c'est Naomi Osaka qui porte un tee-shirt Black Lives Matter et qui refuse de répondre à des questions… tollé général. La semaine passée, c'est Bella Hadid, la top model mondial, qui manifeste contre la riposte d'Israël et là encore tollé, appel au boycott.

On s'était habitué à ce que les stars, les personnalités se contentent de porter une marque “parce que je le vaux bien”. Sauf qu'entre temps, les réseaux sociaux font que ces célébrités ont un poids énorme, par leurs abonnés, leur communauté, qu'ils arrivent à prendre de la distance avec leurs sponsors, ce qui leur permet d'avoir un avis, de manifester une opinion. À voir si la tendance se confirme.

L'inextricable situation créée par l'irruption de l'argent dans un sport...

Ça devrait être une passion et c'est de fait un métier dont certain-e-s vivent (et pour quelques-un-e-s plutôt bien... et même bien au-delà de toute justification par l'"utilité sociale" de la chose) mais aussi un spectacle que d'autres exploitent (dans tous les sens du terme et notamment celui de l'exploitation des sportifs/ives aussi bien que du public).

Il n'y a pas un-e "innocent-e" dans l'affaire... pas même dans le public qui, en continuant à regarder le spectacle, offre le prétexte absolu à sa justification par celles et ceux qui en profitent.

Au risque de...


Si quelqu'un à la gentillesse de partager le contenu de la tribune :


https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/05/31/l-appel-de-piketty-melenchon-montebourg-pour-la-construction-d-un-veritable-service-public-de-l-energie-sous-controle-citoyen_6082149_3232.html


Je suis surpris qu'une tribune soit réservée aux abonnés.

Décider de parler de cette jeune joueuse ( bien que talentueuse et ayant à priori un sens civique ) alors qu'il y a des gens qui ont de vrais problèmes c'est absolument scandaleux  !


https://fr.news.yahoo.com/jade-leboeuf-f%C3%A2cheuse-m%C3%A9saventure-c%C3%B4t%C3%A9s-095625955.html


là au moins il y avait matière à faire une chronique d'utilité publique !


;-)

Il y a effectivement beaucoup d'entrées à cette histoire: pauvre petite fille riche, pourtant aussi sportive remarquable ayant accepté beaucoup de sacrifices pour se hisser à ce niveau. Cette histoire est le parfait écho du dernier roman de Delphine de Vigan "les enfants sont rois". Il y a des reines qui abdiquent, effrayées par le poids de la couronne qu'elles ont posée elles-mêmes sur leur tête....

Finalement, on sent que vous avez manqué d'énergie ....


(  c'est normal par les temps qui courent )

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.