82
Commentaires

Migrants : de Saliège à Duflot

Y a-t-elle pensé ? Avait-elle le texte en tête ? Le connait-elle seulement ?

Derniers commentaires

Merci à DanetteOChoc d'avoir souligné que le parallèle établi par DS est très contestable, et assez inopérant.
Et à laurebataille d'avoir rappelé qu'à force de reléguer au religieux la démission de l'Etat, la laïcité républicaine y perdra quelque chose.

Étonnantes prises de position de DS dans cette chronique.
Construction d'un rond-point et d'un bassin de rétention dans un petit village que je traverse depuis des décennies; travaux totalement inutiles. Paysage saccagé. Coût: 1 000 000 d'euros. Multiplié par le nombre de communes où on se livre à ces chantiers, cela représente des sommes considérables avec lesquelles on pourrait accueillir décemment les réfugiés. Et utiliser correctement les impôts que continuent de payer sans essayer de se défiler les citoyens qui ont le sens de la solidarité. Mais les actionnaires de Bouyghes, Vinci et autres n'y trouveraient pas leur compte. Regardez autour de vous, ils ont des chantiers partout. C'est ainsi que la Grèce a été ruinée.

D'autre part, il était paraît-il urgent d'intervenir en Irak, Lybie, pour prendre ces deux exemples récents. Kadhafi, Sadam Hussein étaient d'horribles personnages qu'il fallait éliminer. Et ça continue vers la Syrie, bientôt sans doute l'Iran, sans oublier l'Ukraine à qui les pays occidentaux envoient aide et conseillers militaires. Mais pour l'Erythrée rien n'est fait. Pas dans le plan de redécoupage du monde des néocons? Pas assez de matières premières?
"Que font les curés, les rabbins, les imams ? Qu'attendent-ils pour ouvrir aux parias leurs églises, leurs synagogues, leurs mosquées ?"
Étonnante déclaration de la part d'un laïc, qui s'étonnera ensuite que le communautarisme religieux gagne du terrain !
Lorsque tout le monde était Charlie et laïc, ce fameux 11 janvier dont l'esprit est mis chaque jour un peu plus en échec (ou en évidence quant à ses vraies racines et motivations), j'écrivais dans d'autres forums que si l'état laïc avait accompli son devoir envers les émigrés et leurs descendants au lieu de les parquer d'abord dans des bidonvilles puis dans des cités, des quartiers, s'il avait suivi l'esprit du CNR au lieu d'en détruire chaque jour un peu plus les acquis sociaux, celles et ceux qui vont chercher chez le curé, l'imam ou le rabbin le réconfort que les "laïcs qui se disent démocrates et républicains" leur refusent, l'intégrisme religieux serait peut-être moindre.
Or que trouvez-vous à répondre au déficit de solidarité de nos dirigeants laïcs, cela : "Que font les curés, les rabbins, les imams ? Qu'attendent-ils pour ouvrir aux parias leurs églises, leurs synagogues, leurs mosquées ?"
Les bras m'en tombent !
Et après ça on ira mesurer la longueur des robes, la taille des foulards et des croix dans les écoles et les crèches, avec la bénédiction des "pompiers pyromanes" que dénonce, à juste titre, aujourd'hui, dans son livre, Pascal Boniface !
Encore une fois, quand on a eu besoin des émigrés pour les mines, ou pour étoffer les armées de la République, ils étaient bienvenus (encore que...), mais dès que leur présence apparaît "trop présente" on les vire avec force ou on les parque.
De même quand il faut pallier les manques sociaux de l'état laïc et républicain, on appelle l'abbé Pierre et ses successeurs, les imams et les rabbins, au moment même où au nom de "l'esprit Charlie" on invente une laïcité d'exclusion pour les parquer dans cette seule fonction.
Et l'on s'étonnera ensuite que celles et ceux qui n'ont trouvé "de solidarité et de fraternité" que dans les actes de charité des religieux, puissent devenir des prosélytes avec tous les risques de fanatisme et d'intégrisme suscités par un prosélytisme né de l'exclusion et de la colère face à l'inaction des laïcs pseudo-républicains.
socialiste, oui, troll, je vois pas.
Petit rappel : le Liban, dont la population en temps ordinaire dépasse à peine les 4 millions, accueille actuellement près de 1,5 millions de réfugiés (dont plus d'un million de Syrie).

Les débats en europe (500 millions d'habitants) où on s'étripe pour savoir comment accueillir 20 000 réfugiés (il ne manque aucun zéro !) donnent carrément envie de vomir.
C'est un perpetuel téléthon que ces infos.....nous devons tous avoir la larme à l'oeil en cadence.....Mais lorsqu'il s'agit de réflechir à la cause des causes,pourquoi partent-ils?.....Plus grand monde pour mettre un bulletin dans l'urne qui correspond à ces chagrins oubliés.....Le TINA triomphe partout!
Et pendant ce temps là, les intégristes pro-vie s'obstinent à vouloir maintenir Vincent Lambert à l'état de légume.
Oui !
Que fait la police ?
Que fait l'état ?
Que font les religions ?

Et que faisons-nous, nous ?
Pas d'argent, pas de temps, pas assez de dynamisme, pas de rien !

Tandis que tout cela se passe, un peu moins tragique que sur leurs chemins d'errance, nous ne savons pas quoi faire !
Et les 11 millions de m2 inutilisés par l'Etat, on en parle?

Quand je pense que la Maire de Paris évoque désormais un hypothétique centre pour "dans quelques semaines", on se demande sur quelle planète ils vivent.

(Et sinon, La Chapelle c'est la ligne 2)

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

"Que font les curés, les rabbins, les imams ? Qu'attendent-ils pour ouvrir aux parias leurs églises, leurs synagogues, leurs mosquées ?"

Tout cela n'est que colifichets, épouvantails à certains moments, alibis à d'autres, repoussoirs, outils, éléments de référence et études....
Seule religion définitive...le fric.
paria c est dure comme mot, je ne crois pas que le migrants qui sont souvent assez cultivé se sentent des parias ... mais bien plutôt des gens cherchant à vivre sans risque de mourir de faim, par les armes, ou par la répression policière .
Cécile Duflot cherche à exister...
Les parallèles sont épuisants.
J'attends la semaine où il n'y aura pas un article avec des références au "pire", aus "heures les plus sombres de notre histoire".
Est-il possible d'aborder un problème d'aujourd'hui avec des questions politiquement pertinentes, étant donné l'état du pays, de l'Europe, de nos voisins directs ?

Est-il possible de faire du journalisme, tout simplement, pour commencer ?
Qui sont ces migrants, d'où viennent ils ? Où espèrent-ils aller ? Leurs aspirations peuvent-elles trouver un écho positif ? Quel pourrait être leur statut, ici, ou ailleurs ? Quels dispositifs d'aide pourraient être mis en place, au-delà de la dimension "humanitaire" de leur situation ?

A ces questions, pas de réponse.
Pour les comparaisons qui ne disent rien et n'ajoutent rien à la compréhension du monde, si ce n'est une dimension émotionnelle dans le traitement de l'actualité, rdv au prochain article.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.