126
Commentaires

Micro-trottoir ordinaire à Harlem

Qu'on se le dise : la défense américaine de DSK va désormais avoir pour première tâche

Derniers commentaires

vu hier sur France 2 un joli sujet : L'honneur perdu de Nafissatou Diallo (28 mai 2011)
de Marie-Pierre Farkas
"
mauvaise nouvelle pour la "présumée" (?) victime : Un acquittement inattendu dans un procès pour viol à New-York pourrait intéresser la défense de Dominique Strauss-Kahn. C'est en tout cas ce que suggèrent les médias américains aujourd'hui. Deux policiers accusés d'avoir violé une femme ivre et sans défense dans son appartement il y a 30 mois s'est terminé jeudi par un verdict de non culpabilité."

avec les millions de dollars injectés pas la dame de cœur de DSK dans des recherches sur le passé de la victime dans le seul but de l'écraser au procès, eh bien ça va pas être simple pour une femme de chambre d'un hôtel de prouver que le sperme du monsieur, retrouvé dans la chambre, n'a pas été dispersé là par mégarde......
Daniel,
je me demandais ce que vous pensiez du portrait du Libé d'aujourd'hui, sur la présidente d'Osez le féminisme, Caroline de Haas... ne serait-ce que du titre choisi : Clitocratie...
Ce que nous savons :

- Elle est une femme contre un homme

- Elle est noire, il est blanc

- Elle est pauvre, il est riche

- Elle est mince et svelte, il est gros et adipeux

- Elle est belle, il n’est pas Appolon

- Elle est du Bronx et est née en Afrique noire, il est de la Place des Vosges et de Manhattan et est né à Neuilly Sur Seine

- La grande féministe Gisèle Halimi affirme que la jeune femme dit la vérité… au moins, elle est claire contrairement aux propagandistes pro-DSK. Ce même DSK qui aurait mordu cette femme et elle l’aurait griffé… si c’est une relation consentie, alors c’est l’amour vache !!

- Des traces de sperme ont été trouvé sur les vêtements de la jeune femme… des employés ont témoigné du fait que l’employée était traumatisée et tremblante et qu'il a fallu une heure pour la calmer et comprendre la situation, comprendre ce qui se passait.

- Cette affaire de viol est donc plausible car DSK a quand même un passif. Melle Banon a parlé d’une tentative de viol et sa propre mère qui est une élue socialiste lui a dissuadé de porter plainte… Il est tout à fait possible qu’il y ait eu crime de viol de Strauss Kahn…

- Après avoir nié la réalité des faits, maintenant DSK le présumé violeur affirme qu’elle serait consentante… La solidarité agressive affichée par les socialistes, le monde politique, les médias en France est sidérant : "je ne l’ai jamais vu comme ça" nous dit-on, ou "y a pas mort d'homme"… Ces gens-là ont un mépris du peuple qu’ils prétendent défendre.

- DSK est libre pour l’instant mais en l’occurrence sa libération est assortie de tellement de conditions très très sévères qu’on ne peut s’empêcher de penser que les charges qui pèsent sur lui sont très très lourdes. D’ailleurs, il n’est plus mis en examen mais déferré à la cours.

Tous ces éléments font que DSK ne va sans doute pas s’en sortir malgré les tentatives de salir cette femme.

SEMIR
Sur liberation.fr, aujourd'hui : le "very bad trip de DSK" par Hervé Marchon.
A la lecture de cette chronique me revient la phrase de Coluche:


" de tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent".
Je me demande s'il ne faudrait pas un peu cesser de parler de cette histoire en émettant ou en relayant complaisamment, mine de rien, des tas d'hypothèses diverses sans aucun fondement, tant qu'il n'y a pas de nouveaux éléments.

On a tous les ingrédients d'un feuilleton du XIXème, mais il s'agit de la réalité.

On peut toujours essayer d'analyser pourquoi ça a un tel effet sur nous. Continuer à répéter que les médias n'avaient rien dit sur l'obsession de sexe de DSK, alors que tout le monde le savait, il suffisait de lire la presse, et de s'être intéressé à l'affaire Guillon vs DSK/Sarko.

J'ai déjà vu des gens qui avaient été frappés en découvrant la réalité, reconstruire ce qu'ils pensaient auparavant, comme si rien ne les avait préparés à ce "traumatisme". Faire mentir leur rapport à la réalité et leur discours antérieur.

Personnellement, j'avais pris la décision de voter pour DSK au 2ème tour si c'était nécessaire contre Sarko. Il est arrivé ce qui est arrivé, et je me dis que j'étais bien bète de penser à voter pour ce mec-là.
Mais mon rapport à cet évènement, ça me regarde, c'est à moi de réfléchir à mon aveuglement accepté. Je ne peux pas me dire que je ne savais pas, parce que tout le montrait, et que moi je préférais de pas voir que c'était tout sauf Sarko, et que j'étais prête à avoir comme président un millionnaire narcissique et priapique, qui faisait semblant d'être socialiste. Mais est-ce que je devais me répandre partout en disant ces vérités que tout le monde comme moi pouvait constater.

Mais avec le recul, je ne peux pas dire que je ne savais pas...
DÉGOÛT...

[large]Claude Ribbe a mis en place un comité de soutien pour Nafissatou Diallo : http://www.claude-ribbe.com/index.php?option=com_petitions&view=petition&id=51&Itemid=78[/large]

Cette jeune-femme et sa fille en ont bien besoin face à DSK et à ses complices (pas à plaindre, on ne se fait pas de souci pour eux... http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/reuters_00345993-la-fortune-d-anne-sinclair-a-l-aide-de-strauss-kahn-166591.php=)
« Devons nous nous résigner à ne pas savoir ce que sont devenus les comptes de « notre petite entreprise » en 2010 ? » (Robert)

« … J'aurais parié sur une chronique à propos des non réponses de M. Guano ce matin… » (Valéry)

« On en est où, en France, de l'indignation ! » (Clomani)

« Il y a d'autres sujets...Que penser des délires de Sarko premier sur l'internet ????? » (Emilie Bouyer)

« Pardonnez moi mais, et l'E-G8, vous en parlerez un beau jour ou bien?? restrictions des libertés fondamentales ça vous parle? Il se passe plein de truc terribles ailleurs, je suis désolée de vous le dire ainsi, mais y a un moment donné DSK ça va quoi… » (Mylydy)

« Faut les comprendre les journalistes de s'accrocher à cette histoire, c'est ça ou les fraises à bas prix et la sécheresse. » (Pow wow)

Merci à « Arrêt sur images » de savoir braver ce flot d’interrogations angoissées pour traiter ces futilités que sont entre autres les réacteurs fondus de Fukushima, l’« affaire » Lagarde/Tapie ou le sort réservé par les médias (et la défense de DSK) à Nafissatou Diallo (un asinaute avoue même qu’il ignorait jusqu’à son nom !).
"C'est tout le reportage, qu'il faut lire (lien payant), pour avoir une idée de l'incrustation profonde du mal dans les têtes de certains journalistes français. Cette même presse qui, des années durant, a maintenu un silence de bon aloi sur la si réjouissante, si gauloise, si française, paillardise de DSK, va maintenant multiplier les micro-trottoirs diffamatoires sur la jeune femme de ménage, à qui aucune présomption d'innocence, ou de véracité, ne sera reconnue. "La défense de DSK ne reculera devant rien pour anéantir son témoignage" pronostique, lucide, dans le même article, l'envoyée spéciale du Monde. Encore une fois, ne préjugeons pas. Attendons, et lisons."

Que des gens s'excite sur la toile et dans tous les forums soit pour cracher sur DSK, soit pour le défendre, soit

Mais je ne pensais pas que vous, DS, soyez aussi partit- pris dans cette affaire en parlant de "multiplier les micro-trottoirs diffamatoires sur la jeune femme de ménage". Que savez-vous des intentions de cette personne ? Rien ne dit qu'elle mente (rien ne dit le contraire, je vous l'accorde) mais dans l'esprit Arrêt sur images, je n'aurai jamais pensé à un tel partit pris.

Parler de "paillardise de DSK" est à rejoindre du "troussage de domestique" de Jean-François Khan.

Gardons nous bien de juger qui que se soit, les choses ne sont jamais blanches ou noirs, l'histoire peut être plus complexe qu'il n'y parait
Cette femme a osé dénoncer l' inacceptable, elle est noire ! Cela nous rappellera une autre noire qui elle aussi d'une certaine manière en ne voulant céder sa place à un blanc dans un bus fut la cause de la révolte noire voila quelques temps déjà.

Cette femme bannie de son ethnie, le sort s'acharnait déjà sur elle, veuve, elle ne devait pas travailler, est condamnée avec sa fille à vivre d' aumônes, par la faute impardonnable et supposée d'un homme " Ah ces pauvres qui ne veulent pas travailler ! "

Pourquoi pas cher Daniel, il doit bien y avoir une place de soubrette en France restée vacante ? demander à notre gouvernement, pourquoi pas à madame la première dame de France pour cette dame et sa fille l'asile une fois bien entendu réglé le jugement ?
Le présumé coupable sort de sa salle de bains, la queue entre les jambes.
Il tombe par le plus curieux des hasards sur la femme de chambre, la présumée victime.
Le présumé coupable se croyant tout permis, s’approche de cette proie facile, désignée par le sort
et lui intime l’ordre de le débarrasser de son excédent de désir. Il lui dit : « Fais ceci » !
Elle réfléchit. Il renchérit : qu’est-ce que je t’ai dit ?
Elle tremblait déjà de peur, c’est comme si elle avait pressenti qu'elle ne pouvait pas décliner ce genre de demande...
ni se soustraire à ce genre de tyrans qui ne supportent pas la moindre résistance... Eros jusqu'à l'os.
Elle osa tout de même, lui faire part de sa crainte de perdre son emploi.
Le présumé coupable se contenta de dire : ignores-tu donc qui je suis ?
Elle ne le savait pas, mais elle a réalisé de suite qu’elle devait passer à l’as, si elle voulait sauver sa place.
Et elle prit le couteau entre les dents et saigna à blanc ; en accélérant un peu la cadence pour mettre fin à sa souffrance.
Mais l’ardeur de l’animal fut telle qu’elle a dû s’agripper à son torse et le griffa à chaque fois qu’il poussa
le bouchon un peu trop loin. Heureusement pour la victime, le jouisseur impénitent était précoce, ce qui abrégea son supplice.
La victime n’a ni crié à la mort, ni chercher à se glisser dehors…
elle accepta son sort et se rendit tout de suite après dans la salle de bains, pour se rincer la bouche.
Mais son commandeur est insatiable…
l’envie d’en rajouter une couche, pour lui était irrésistible, pour elle irrépressible.
Il la rejoint et n’eut même pas besoin d’insister, la victime savait déjà ce qui l’attendait.
Et le loup exécuta de nouveau l’agneau… en se disant : on ne vit que deux fois.
Pour la victime, parce que c’en est une… ce fut la goutte de trop…
elle l'avala avec l'envie subite de cracher le morceau. A qui de droit. Advienne que pourra. on connaît la suite, mais on laisse de côté les pépites.
Trois ordres de mérite pour notre victime présumée : Ophélia.
UN : elle n’a pas eu la force de crier
DEUX : elle n’a pas eu la force de résister
TROIS : elle n’a pas eu la force de s’échapper
Qu'est-ce que j'en tire comme conclusion?
Qu'il n'y a eu ni agression, ni transgression mais un banal contact sexuel qui nous indique
qu’en matière érotique, c’est toujours chaotique…
Mon client plaide non coupable. Sauf si on me prouve qu’il a menacé son obscur objet de désir,
d’une plume, d’un couteau, d’une arme à feu. Que sais-je ?

Non coupable sauf si on retrouve non pas les traces ADN d’un orgasme mais les traces d’une lutte acharnée qui prouverait que la victime a été contrainte et forcée… de satisfaire un fantasme.
Des bleus… voilà tout ce que je réclame, des bleus...messieurs, mesdames les jurés. Du moins, Un cri,
un seul cri entendu par quelque voisin de pallier. Non… rien qu’une porte qui s’est refermée sur un secret que la victime a fini par transformer en crime.

Un dernier mot : les deux protagonistes savaient ce qu’ils faisaient.
Dans le cas DSK, ce n’était pas prémédité…
Dans celui d'Ophélia, c'était l'occasion ou jamais pour lui faire payer au prix le plus fort, tous ses signes extérieurs de richesse.
Une ou deux sucettes, qui vont lui couter les yeux de la tête.
Sur le plan civil. Pas sur le plan pénal.
Parce que le moindre mal reste tout de même un mal...surtout quand on a les mains sales.
Pourquoi est-ce que je le défends ? Parce que le plus faible, c’est lui !

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/dsk-suite-et-faim/
Faut les comprendre les journalistes de s'accrocher à cette histoire, c'est ça ou les fraises à bas prix et la sécheresse.
Stéphane Bern vient d'y aller de son témoignage : DSK avait harcelé une chroniqueuse lors de son passage au Fou du Roi (et Barbier fait son numéro de monsieur j'ai un avis sur tout et fait mieux que tout le monde).
Si on en est a savoir si il y a eu violence ou si le rapport sexuel était consenti autant qu'il plaide coupable.
Comment imaginer un rapport consenti entre la femme de ménage et le client de la suite à 3000$. Elle n'a pas besoin de savoir précisément qui il est pour craindre des problèmes en cas de refus.
Même si la violence n'est pas physique, la violence psychologique et le rapport de subordination, avant d'être sexuel, est évident.
Les avocats de DSK doivent espérer que les membres du jury seront des inconditionnels des films pornos.
Pardonnez moi mais, et l'E-G8, vous en parlerez un beau jour ou bien?? restrictions des libertés fondamentales ça vous parle?
Il se passe plein de truc terribles ailleurs, je suis désolée de vous le dire ainsi, mais y a un moment donné DSK ça va quoi..
Cher Daniel
Merci de ne pas tomber dans les travers que vous dénoncez. J'ai lu l'article et j'en retiens que la jeune femme, musulmane et africaine, aura du mal à trouver du soutien dans sa communauté. Relisez-le svp. Il est instructif. Il annonce l'enfer pour la jeune femme.
Un micro-trottoir qui illustre, une fois de plus, la représentation médiatique toute masculine du viol (pourquoi avoir interrogé des hommes)?

Un rappel, ça s'est passé de notre côté de l'Atlantique :

http://www.liberation.fr/monde/0101274040-italie-pas-de-viol-en-blue-jean

http://www.liberation.fr/monde/010128700-italie-le-jeans-ne-vaut-pas-ceinture-de-chastete
http://traverses.blogs.liberation.fr/yves_michaud/
Question posée par une qui avait décidé de ne plus réagir à cette affaire et de laisser le temps et la justice aboutir...Faites-vous une différence entre drague,libertinage,paillardise et viol ? J'aimerais savoir si les trois premiers excès aboutissent systématiquement au dernier. Certains hommes sont insistants,lourds et insupportables parfois. Sont-ils des violeurs pour autant.? C'est cet amalgame qui désormais me dérange. Je ne sais rien et vous ne savez rien. Il y a d'autres sujets...Que penser des délires de Sarko premier sur l'internet ?????
On en est où, en France, de l'

[large]I N D IG N A T I O N ![/large]


??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????
Après : "je sais tout, mais je dirai rien"............... Voilà :"je sais rien, mais je dirai tout".

La photo a un copyright, bizarre, c'est pas les habitudes de la maison...
ah ben je vais proposer à cette journaliste (?) le témoignage de mon coiffeur qui m'a expliqué (comme s'il y était) comment ça s'était passé dans la suite 2806 ; pour lui c'est "physiquement" impossible qu'il l'ait violée : "non mais vous comprenez il est petit, gros et vieux alors qu'elle elle est grande et jeune et d'une pichenette elle le met par terre"
sic et convaincu !!
humpfff
je l'aime bien mon coiffeur passqu'il me coupe bien les cheveux... pour le reste !!
Oh, que je suis contente de ne pas être journaliste.
Quand le red chef dit de pondre quelque chose, et que vous ne pouvez pondre que des inepties, parce que vous ne savez rien.

[large]ç[/large]a me rappelle un grand reporter qui m'expliquait que son boulot, c'est, quand le red chef l'envoie chercher des fraises des bois dans la forêt et qu'il ne trouve que des framboises, de les faire passer pour des fraises.

Le petit bidonnage ordinaire.

http://anthropia.blogg.org
"Encore une fois, ne préjugeons pas. Attendons, et lisons."
Surtout, ne préjugeons pas, ne fantasmons pas. Et passons à autre chose tant que nous n'avons pas d'informations fiables. Au moment de l'audience, par exemple.
D'ici là, nous serons submergés d'infos dont nous ne pourrons pas évaluer la crédibilité. Nous devrons suspecter à chaque fois une intox d'une des parties, ou simplement une construction plus ou moins romanesque en vue de vendre du papier.
Je suis à chaque fois abasourdi du manque de mémoire du milieu journalistique. Avez-vous oublié - par exemple - l'exploit de votre confrère Mohamed Sifaoui dans le cadre de l'enquête sur la disparition d'Estelle Mouzin? Sans même parler des délires journalistiques autour d'Outreau.
A aucun moment la lecture de cet article du Monde ne nous mène vers la conclusion « c’est une frivole ». On y voit au contraire une communauté qui se pose les mêmes questions que nous :
- Elle ? Menteuse ou victime ? Frivole ou très pieuse ?
- Lui ? Violeur ou innocent ? Grand séducteur ou harceleur capable de violence ?
La journaliste donne la parole à d’autres témoins tout aussi fiables qui affirment : cette "femme bien, sans histoire, travailleuse, bonne musulmane", qui "ne peut pas avoir menti". "Elle est très effacée, dit Bala Sylla, chef de la communauté guinéenne à New York, mobilisé pour la soutenir. Elle travaille beaucoup pour élever sa fille toute seule."

Face à ces questions l’article montre que certains ont déjà les réponses. Des réponses très affirmées qui tiennent pourtant à peu de choses.
Beaucoup sur ce site ont d’ailleurs déjà également la réponse. Daniel l’avait même bien avant les évènements mais il rage de ne pas nous l’avoir dit.
Finalement nous aurions pu en effet vivre sans lire cet article du Monde. Pourtant il nous fait bien plus réfléchir à la situation que la plupart des papiers @si sur le sujet.
Voici ce qu'en pense Alan Dershowitz qui, s'il est une solide crapule, n'est cependant pas un imbécile, loin s'en faut !

... Et maintenant c'est Georges Tron qui se prend les pieds dans le tapis (ce qui ne lui donnera pas la dimension de DSK !)
J'ai perdu mon pari, j'aurais parié sur une chronique à propos des non réponses de M. Guano ce matin à toutes (ou presque) les questions "ridicules" posées par le pauvre journaliste, dont je n'aurais pris la place pour rien au monde...
la défense américaine de DSK va désormais avoir pour première tache

La tache utilisée pour les prélèvements ADN ? Ou alors est-ce la tâche ?
Globalement d'accord avec l'article, mais je voudrais rebondir sur un point : je pense que vous en devriez pas faire autant de publicité à cette idée de "présomption de véracité", tout simplement aprceque c'est de la pure connerie (et je pèse mes mots).

J'ai lu l'article en question, et à aucun moment l'auteur ne justifie clairement la raison pour laquelle ce droit s'impose vraiment et permet à la justice de mieux faire valoir les droits de chacun. Tout ce qui y est dit c'est en gros : les victimes de violences sexuelles ont plus de mal a prouver leur sincérité donc il faut leur accorder plus de crédit. Ce "bond" logique sans aucune explication est le seul début d'argumentation auquel on a droit.

Tout le reste c'est du blabla, langue de bois ("il y a ceux – au départ plus souvent des femmes, féministes et engagées – qui s'efforcent de porter au plus haut des valeurs démocratiques une forme nouvelle de respect de la personne") et tartinée de pathos a tout va. Un (feu) d'artifice qui cache toutes les failles juridiques que ca créerait d'introduire une telle notion juridique.

A ce rythme il faudra filmer chacun de ses rapports sexuels pour pouvoir prouver son innocence, et au cas où le/la partenaire refuse d'être filmé(e), le citoyen prudent devra s'abstenir tout contact.
Je "pluissoie"...

Cette "présomption de véracité" est une aberration médiatique très dans l'air du temps avec le patho sur les victimes mis en avant pour dénigrer le fonctionnement de la Justice...

Comme JC2 l'a souligné, il est urgent de lire la réponse de Me Eolas à ce sujet : son dernier billet aborde également d'autres points, tout aussi intéressant..!
[quote=ManuT00]Comme JC2 l'a souligné, il est urgent de lire la réponse de Me Eolas à ce sujet : son dernier billet aborde également d'autres points, tout aussi intéressant..!

Maître Éolas y évoque la pertinence d'un travail d'enquête journalistique sur un crime :
[quote=Maître Éolas]À ce propos, un mot de déontologie journalistique, qui peut et doit s’appliquer aussi aux amateurs publiant sur l’internet. Mener une enquête sur un crime se justifie à mon sens dans deux cas seulement. Soit la justice se désintéresse de faits qu’elle estime non établis ou subit des pressions pour s’en désintéresser. Le journaliste fait alors éclater la vérité, prenant l’opinion publique à témoin, ce qui contraint la justice à agir. Soit la justice a statué mais s’est trompée ou a volontairement mal jugé. C’est la contre-enquête. Mais vouloir se livrer à une enquête parallèle quand l’affaire est en cours et que rien ne semble indiquer que la procédure soit dévoyée est dangereux : cela peut interférer avec le bon déroulement de l’enquête officielle, nuire à la défense ou à l’accusation, et expose au risque de manipulation par une des parties, quand ce n’est pas les deux. Les lecteurs sont intelligents, ils peuvent comprendre qu’on ne peut pas encore savoir si Untel est coupable et qu’on ne le saura pas avant plusieurs mois. L’explication du déroulement de la procédure est une information utile et suffisante. Il n’est que voir dans cette affaire le nombre de rumeurs, de fausses informations ensuite démenties, et d’approximations publiées pour se rendre compte que la course au scoop fait toujours des ravages dans le camp de la vérité. La sagesse s’impose.

Le reste de l'article est tout aussi remarquable. Il prend notamment la défense de ceux (dont moi) qui n'ont pas eu de pensée pour la victime (il faudrait dire la plaignante) dans les premières heures ou les premiers jours.
Oui, il faudrait le faire lire à DS. (S'il parvient toutefois à remettre la main sur le cerveau qu'il a visiblement égaré le week-end dernier...)
Cette chronique de Maître Eolas est une merveille.
Elle contient bien des vérités que j'aurais préféré lire ici.
J'invite tous les @sinautes à [s]l'apprendre par coeur[/s] la consulter.

Pour vous allécher, je cite ce passage :

Des réactions maladroites, voire complètement idiotes ont eu lieu. La plupart de ceux qui les ont tenues se sont rétractés ou ont exprimé leurs regrets en réalisant l’absuridté de leurs propos. Mais il y a une réaction à la réaction qui me paraît totalement déplacée et qui fleure bon son Tartuffe. C’est le refrain du “vous n’avez pas eu un mot pour la victime”. La palme revient sans doute à Laurent Joffrin, opportunément soutenu par Franz-Olivier Gisbert s’en prenant à Robert Badinter jeudi soir sur France 2. On sent les éditorialistes qui savaient que DSK avait un problème relationnel avec les femmes et qui tentent de se racheter une virginité en jouant les sycophantes.
[...]
Quand j’appelle une mère pour lui annoncer que son fils est à Fleury, elle n’a jamais un mot pour le plaignant éventuel. Elle ne se soucie que de son fils. Dois-je donc l’engueuler, monsieur Joffrin ?
Joffrin/DS même combat... Je retiens sycophante.
Quand j’appelle une mère pour lui annoncer que son fils est à Fleury, elle n’a jamais un mot pour le plaignant éventuel. Elle ne se soucie que de son fils. Dois-je donc l’engueuler, monsieur Joffrin ?


Ca dépend.
La mère en question, c'est juste une mère ou c'est aussi une ancienne garde des sceaux et ancienne présidente du Conseil Constitutionnel, reconnue depuis son action pour l'abolition de la peine de mort comme une autorité morale incontestable, invitée à s'exprimer en praïmetaïme à la télévision en tant qu'autorité morale (et non en tant que proche de la personne mise en cause) ?
Parce que Badinter, c'est tout ça, c'est pas juste "un ami de DSK".

Quant au fond, dire "DSK est présumé innocent", c'est la même chose que dire "La plaignante est présumée coupable de dénonciation calomnieuse". Et là, elle est où, la présomption d'innocence ?
Dans les affaires de violence sexuelles, où c'est souvent "parole contre parole", on se retrouve avec deux présomptions d'innocence qui s'excluent mutuellement.

La question est un peu plus compliquée que ne le dit maître Eolas.
Dans le détail, il parle de deux points importants :
- l'irrationalité qui guide les proches de l'accusé à le croire innocent. Et on sait très bien que chez tout homme il est possible (pour ne pas dire très probable) que l'irrationalité l'emporte.

- le fait que tant que la plaignante n'aie pas été reconnue comme une victime par la justice, elle ne l'est pas et que donc toute sympathise a son endroit ne s'impose pas pour ceux qui ne sont pas absolument convaincus de la véracité de son témoignage

Donc quelle qu'aient été ses fonctions et ses hauts faits, badiner ni qui que ce soit d'autre ne peut être blâmé pour l'instant. Seules les féministes acharnées qui voudraient qu'automatiquement tout le monde se rallie aveuglément au camp de la femme de ménage, avant même qu'il n'y ait eu de procès.
[quote=gildas miclet]Quant au fond, dire "DSK est présumé innocent", c'est la même chose que dire "La plaignante est présumée coupable de dénonciation calomnieuse". Et là, elle est où, la présomption d'innocence ?

Pas d'accord. La plaignante peut tout aussi bien être de bonne foi, auquel cas elle serait coupable de se tromper, tout simplement. Ou encore il se peut que la justice valide la description des faits rapportés par la victime mais considère que ceux ci ne sont pas contraire au droit. Je n'en sais rien, à la limite (ceci reste théorique, svp pas de "ah parce que vous pensez que c'est légal de forcer une femme à avoir des relations sexuelles" :-) ). A la présomption d'innocence s'oppose définitivement la présomption de véracité. Par contre on peut accorder à la plaignante une présomption de sincérité et de sérieux. Et un droit à l'erreur.
En l’occurrence, je ne vois pas bien comment elle aurait pu se "tromper de bonne foi". Soit elle a subi un viol soit elle commet une dénonciation calomnieuse. Je crains que la situation ne laisse guère de place aux entre-deux et aux nuances théoriques.

On est bien dans une situation où si l’un est présumé innocent, l'autre est présumé coupable et vice-versa.
Si si à l'insu de son plein gré naturellement...

Non mais franchement, je ne vois pas le problème avec la présomption d'innocence.
Il est normal qu'avant un verdict, on ne présente pas une personne accusée comme une personne coupable.
Pour la plaignante il parait normal de ne pas la présenter comme une affabulatrice ou une menteuse, ou une personne qui aurait commis une erreur de jugement avant le verdict. Ça me parait logique.
La présomption d'innocence c'est "Il est innocent jusqu'à ce qu'on ait jugé le contraire"
La présomption de véracité c'est "Elle dit la vérité jusqu'à ce qu'on ait jugé le contraire"

Le problème c'est que les deux propositions "Il est innocent" et "Elle dit la vérité" sont incompatibles
Moi je vois ça comme :
on ne peut pas dire qu'il est coupable avant que cela n'ai été prouvé;
on ne peut pas dire qu'elle ment avant que cela n'ai été prouvé.
Finalement ça revient à utiliser les termes accusé au lieu de innocent et plaignante au lieu de victime, qui sont apparemment les termes adaptés d'après ce que j'ai compris. (accusé et plaignante s'entend)
Non?
Ce qui vous semble incompatible n'est juste qu'une demande à suspendre votre jugement, car c'est bien au juge de trancher entre deux visions (voire d'en trouver une troisième).

Il est accusé d'un crime, c'est à la police d'enquêter, au juré de trancher, et pas les lecteurs de journaux ou les journalistes directement.
Merci, je trouve que la "suspension du jugement" est bien trouvée.
Je ne sais même plus lequel de nos "brillants analystes" a sorti cette semaine que DSK avait juste été "imprudent".
Il s'agit d'un "viol par imprudence", en clair.

Que ses défenseurs se rassurent, même s'il ne pourra sans doute pas être président en France, il va rentrer gentiment à la maison. Bientôt.

Et qui sait ? Dans cinq ans, il pourra se présenter.
Oui, en opposition au viol prudent qui se pratique sur une personne dont on pense qu'elle ne vous dénoncera pas. C'est moche mais ça parait être l'idée... Je ne m'étonne plus de rien maintenant.
Meuh ! Non ! Il a juste biellé une coulle, il est au garage, on va le réparer. C'est un gars solide, mais il manquait un peu d'huile, et c'est un truc qui ne pardonne pas sur les moteurs de course...
Ouais y a intérêt qu'on le répare! Parce que j'ai pas signé pour une vieille 2CV pourrie moi;-)
Claude Guéant a lui aussi enrichi le vocabulaire juridique lundi matin sur Europe 1 en identifiant "présumé innocent "
avec "possible coupable" (interview par Jean-Pierre Elkabbach).
+1 aussi, avec un article de quelqu'un d'autre qui explique en détail ce que vous évoquiez : par ici
Un superbe pléonasme se cache à deux reprises dans cette chronique. Saurez-vous le retrouver ?
Prenons notre respiration, et préparons-nous à accorder, à la défense de DSK, la présomption d'innocence de cette sordide entreprise. Après tout, ce n'est pas parce que toute la presse répète la même chose, que cette chose est vraie, et les DSK-Sinclair vont peut-être, sait-on jamais, imposer à leur défense une autre stratégie, que celle de démolir la plaignante.

Ou alors autre hypothèse, ils vont faire exactement ce qui est dit partout dans les médias, c'est à dire détruire le témoignage de la plaignante, parce qu'ils considèrent que son histoire est inventée de toute pièce ? Accordons aux défenseurs une présomption de bonne foi, il n'y a pas que des maitre Collard en ce bas monde.
Au passage, Maitre Eolas a fait un billet intéressant en regard de la présomption de véracité évoquée dans libé. Je suppose que le lien a déjà été donné dans un autre forum, mais je remets le lien car les deux points de vue (présomption d'innocence contre présomption de véracité) donnent à réfléchir.
Bonjour

Abjecte
« Chose promise, chose dûe «»(je reprends l' accent malencontreux parce qu'il témoigne de la sincérité de l'expression en insistant sur le dû de la chose), « voici les comptes de notre site pour 2010.Ils sont moins bons que ceux de 2008. » écriviez-vous le 8 mai 2010.
Devons nous nous résigner à ne pas savoir ce que sont devenus les comptes de « notre petite entreprise » en 2010 ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.