54
Commentaires

Michael Moore, et le fantôme de Guy Mollet

Terrible pouvoir, que celui d'oser nommer les choses, et marquer les moments.

Derniers commentaires

Désolé mais il l'avait dit qu'il enverrait des renforts en Afghanistan... Je suis pas en train de le défendre en disant ça, c'est juste un fait, une partie du monde lui reproche de faire ce qu'il avait dit distinctement en plein dans sa campagne, pas quelque chose dit caché dans un cabinet ou écrit en petites lettres sur un programme électorale.
Ensuite, on souhaite dans notre grande majorité plus de paix sur la terre, la phrase fait neuneu mais bon... toujours étant pour que cette paix arrivent quelque fois faut qu'une guerre soit menée. Sans atteindre le point Godwin, enfin j'en suis pas loin, nous savons tous que certaines guerres étaient indispensable. Ici il n'est pas question de combattre une menace qui aurait une volonté hégémonique, mais étant donné que la guerre est en train d'être perdu, il apparait judicieux d'envoyer plus de troupe pour donner augmenter les chances de stabilisation de la région. Un général (désolé de ne pas me rappeler de la source, l'info viens d'un canard enchainé c'est tout ce dont je me souviens) de l'armée américaine disait qu'il faudrait 300 000 hommes pour stabiliser la région. On est loin du compte...
La guerre a été lancé et à présent soit il se retire en jetant l'opprobre sur la réputation de l'armée et de la puissance américaine, soit ils gagnent et stabilisent la zone...
A mon avis c'est foutu mais voila la décision d'Obama n'a rien d'étonnante et ne vas pas à l'encontre de ce qu'il disait avant d'être élu, après les gens ont une mémoire particulièrement sélective....

[Maj] Je viens de voir que Yanne, notamment a écrit en gris ce que je viens de dire en plus détaillé... voila ce que c'est d'être fainéant et de pas lire les autres.
Des Mikaël Moore sont précieux pour l'humanité et que leur notoriété serve à bousculer les choses est bonne à prendre....Bon Obama tient ses promesses, Yann et David T ont bien éclairé ma lanterne sur ce problème car je l'avoue, je ne comprend pas grand chose à tous ces conflits... et je me permet même d'écrire un petit mot, en effaçant, en réécrivant, bref, je le fais
MM parle avec son coeur, c'est bien car c'est rare, mais la solution qu'il propose, une idée que je ne pourrai pas lui souffler, c'est laquelle, sauf de dire que Obama l'a déçu. Mais il est président des EU et plus intègre que ses prédécesseurs... et faire la différence entre les guerres en Irak et Afghanistan est important....
'Le gros à casquette ' ??? Mr Schneidermann, je suis étonnée et choquée de cette présentation. Pourquoi pas Michael Moore tout court ? Pourquoi cette stigmatisation ? Une façon de le décrédibilisé un peu ?
N'empêche que "le gros à casquette" comme vous dites, se bouge les fesses et dénonce bien plus les injustices que bien des journalistes au physique impeccable et à la morale accommodante.
Le problème de l'Afghanistan, c'est que les armées d'occupation ne peuvent pas rester, mais elles ne peuvent pas partir non plus.

Partir piteusement, ce serait donner l'impression au monde qu'on n'était pas plus justifié à y aller qu'en Irak. Alors qu'il fallait chasser Al Qaïda de la zone de guérilla, et les Talibans les protégeaient. Ces Talibans-là étaient une secte d'étudiants en théologie produits et manipulés par les services secrets Pakistanais qui, à la faveur des troubles consécutifs à la guerre avec l'URSS avaient pris le pouvoir dans le pays et qui faisaient régner la terreur en appliquant les délires intégristes musulmans, et étaient en partie financés par des personnalités saoudiennes.

Aujourd'hui, on désigne autant par propagande que par commodité les opposants aux troupes de l'OTAN par talibans, alors qu'il y a de fortes chances qu'il s'agisse de patriotes afghans, vu que l'OTAN tarde à repartir.

Mais une autre raison de la guerre, c'était la maîtrise des pipe-lines qui permettaient aux occidentaux de s'approvisionner en pétrole et en gaz du Caucase sans dépendre de la Russie. Le prétexte des attentats du 11 septembre était dans ces conditions une aubaine.

Partir, c'est renoncer à nos besoins énergétiques alors même que ce type de ressources devient de plus en plus rare et de plus en plus demandé, donc beaucoup plus cher. Et c'est carrément permettre au bloc russe de retrouver définitivement son influence sur le Caucase. En effet, plus aucune porte de sortie sauf la Russie ne sera possible pour les ressources que tous ces pays dont le nom se termine par -stan ont besoin de vendre. Et l'Ukraine est bien placée pour savoir quel type de chantage est alors exerçable.

Ce sera aussi une victoire du bloc musulman intégriste politiquement maître de la zone au sud-ouest de l'Afghanistan, de l'Iran jusqu'à l'Arabie Saoudite si l'Irak tombe. Alors même que la situation en Afghanistan a affaibli le pouvoir pakistanais et a fait de la zone pachtoune une poudrière qui peut embraser une zone beaucoup plus vaste de la région : L'inde, ennemie héréditaire du pays, peut à tout moment réagir, étant elle-même victime d'attentats d'intégristes.
Et au niveau intérieur, les USA ont eu beaucoup de mal à se remettre de la guerre du Vietnam. Un second échec de ce type, avec l'ambassade américaine dont on enlève le drapeau, et occupée par les Vietcongs/Talibans, provoquerait une crise identitaire terrible pour ceux qui devraient digérer de ne plus être les maîtres du monde.

Les huit ans qu'a passé Bush Jr au pouvoir ont précipité le déclin de l'empire américain de plusieurs dizaines d'années.
Partir, c'est se révéler faible et perdre tout prestige dans un monde qu'on peut imaginer encore sous la coupe des USA, mais qui est en train de devenir multipolaire, c'est précipiter encore plus le déclin, avec toutes les problèmes politiques inhérents à la crise qui va secouer tous les états et les tenter pour des raisons de politique intérieure de se retourner contre leurs voisins.
Après l'empire américain et avant le monde multipolaire, la transition pourrait être terrible si ceux qui ont la responsabilité du monde ne se montrent pas très délicats et très habiles.
Il ne faut pas commettre d'erreur, et avoir l'air d'être vaincu en Afghanistan, ce serait une gigantesque erreur stratégique et politique.

La priorité, c'est régler le gâchis humanitaire, arrêter la gabegie et la prédation d'ONG américaines créées pour certaines afin de faire ramasser des millions de dollars à des escrocs, le tout sur le dos des Afghans qui en ont vraiment besoin. En même temps, il faut sécuriser le pays suffisamment pour que ça tienne quelques années et s'en aller la tête haute.

Mais cela, c'est presque impossible.... Mais Obama a choisi de prendre cette responsabilité sur ses épaules.... Il faudra qu'il assume, puisque son programme le prévoyait.

Je suis quant à moi beaucoup plus étonnée par ce qui se passe au Honduras, où les USA ont renoué avec leur politique sud-américaine pourrie en acceptant de nouvelles élections sans le détenteur légitime du pouvoir, et ainsi entériné le coup d'état et rendu le pouvoir à l'oligarchie de gros propriétaires terriens du terrien. Obama a ainsi perdu le contact avec les Chavistes, et l'arrière cour latino-américaine pourrait bien en être chamboulée.
Ben oui, des fois, on n'a pas grand chose à dire...
on vas pouvoir commencer a critiquer obama maintenant ?
Vous avez failli me perdre.. Ce matin j'étais à deux doigts (à deux lignes) de l'AVC. Tout avait commencé normalement, réveil 9h14, je tatonne à côté de moi dans mon lit, personne. Jusque là rien d'anormal, je m'étais couché seul. Je finis par trouver à taton mon fidêle, lui, iphone, toujours prêt, aussi, lui! Je tapote le code, on est sûr de rien dans cette France sarkozyste, même dans son lit, demandez à Besson pour preuve, et hop, 9h15... et là suffocation, souffle coupé, émotion, douleur dans les bras: Que lis je, que vois je?: Notre chef, notre patriarche, notre bienfaiteur hébergeur d'humeurs, bref DS himself, faire une citation de Michael Moore sur L'afghanistan, citation qu'il embrasse, qu'il rejoint visiblement!! Je me touche, je me gratouille, suis je bien éveillé? Est ce le Michael Moore de la Palme d'or pour Farheneit 911, que le journaliste français cite à propos de la guerre du même 11 septembre?? Oui , c'est bien ça, l'apotre de l'officiel(le) citant le médiatique et pas des moindres apotre de la vérité sur le 11/09, qui donnait déjà l'Afghanistan pour une guerre d'un autre motif, une guerre de géopolitique et non une guerre contre le terrorisme! Bref DS rejoignant M. MM, de quoi tomber de son lit! Bon certes DS n'en est pas à se questionner sur la réelle portée de cette guerre, qui semble toujours être une (lutte) guerre contre le terrorisme. Mais se demander si cette guerre est utile, voir gagnable,c'est un bon début. Un jour viendra où DS assurément et bien d'autres se poseront la vraie question, tout ausi importante, que celle du "comment partir", celle du "pourquoi nous y sommes, comment en est on arrivé là?"
Honnêtement, vous vous attendiez à quoi ?

Barack Obama, même s'il est noir, charmant, grand baraqué, reste le président des Etats-Unis, un des deux pays (avec la Somalie, ça fait quand même partie des "apparentements terribles") qui n'a pas signé la Convention Internationale des Droits de l'Enfant, ni aucune autre convention d'ailleurs (Kyoto, par exemple)... Le pays dont les citoyens ne peuvent être jugés par la CPI, bref, au dessus des lois internationales...

Le pays qui vend le plus d'armes partout dans le monde, le pays responsable de la majeure partie des saloperies commises partout, et depuis tellement longtemps ! Le pays qui a aidé les criminels de guerre nazis à foutre le camp, parce que tout valait mieux que les communistes, le pays de Monsanto, tiens (Obama est pro-OGM), le pays qui a balancé l'agent Orange sur le Vietnam, (encore Monsanto), le seul pays à avoir usé de la bombe atomique sur des civils, le pays ou la peine de mort est toujours appliquée, le pays où on continue de jurer sur la Bible... Beurk Beurk ... Etc...

Rien d'étonnant que Barack Obama défende d'abord les Etats Unis contre la menace "terroriste", avec l'aide de ses potes occidentaux, que Guantanamo soit toujours en activité, ou discrètement remplacé par Bagram...

Les américains ne sont devenus subitement contre la guerre que parce que ce sont des américains qui se sont fait tuer ... Tant que ce n'étaient que des civils afghans, ils s'en battaient les flancs.
Michael Moore , une personnalité d'utilité publique .
Son dernier Film "Capitalism A Love Story" devrait
être diffusé en prime time à la télé et dans tous les
collèges , Lycée , Fac en classe d'économie et les
autres cours aussi .
Ce film est génial est tellement éclaboussant de vérité !
C'est hallucinant de réalisme .
Si ça n'empêche pas l'autre d'envoyer des troupes en Irak, je vois pas ce qui peut l'en empêcher ...

Cette lettre est très belle.
En amerique du sud le slogang etait : "Virons les tous, ils sont tous pareils". ça commence à bouger ,chez eux!!!
... disait Camus qui malgré l'admiration que lui porte Sarkozy reste une référence au moins aussi présentable que Moore.

Parce qu'en l'espèce, parler de trahison de promesses et nommer les choses avec une catégorie aussi amalgamante et stigmatisante que "président de guerre", c'est ajouter la confusion aux difficultés.

Obama a toujours distingué les guerres d'Irak et d'Afghanistan, et pris soin de préciser dans sa campagne qu'il était essentiel de gagner la guerre en Afghanistan, que cette guerre là était juste contrairement à celle d'Irak où il n'aurait jamais fallu s'engager. Comment peut-on parler de trahisons de promesses? Si Obama s'était présenté aux élections comme un pacifiste absolu, je ne sais pas s'il aurait soulevé les immenses espoirs qu'il a soulevés ou suscité un sentiment de ridicule, mais en tous cas il n'aurait pas été élu. Obama a été élu (entre autres) parce qu'il se présentait comme un homme au jugement sûr, capable de distinguer une guerre juste d'une guerre injuste, une guerre à gagner d'un conflit d'où il faut s'extirper.

La comparaison avec la guerre d'Algérie ne tient pas non plus. Le contingent américain ne protège pas des colons américains venus s'installer au milieu d'une population aspirant à l'indépendance; il est venu mettre fin à un régime qui non content d'être cruel et dictatorial (ce qui ne trouble pas en soi les "cyniques désillusionnés" qui ont atteint l'âge adulte comme Moore), servait de base arrière à des assassins dangereux. On peut et on doit s'inquiéter d'un risque d'enlisement, mais il n'y a pas de règle historique qui rendrait l'échec inéluctable en Afghanistan, si tant est qu'on se donne des objectifs raisonnables et les moyens de ses ambitions. Ce qu'est en train de faire Obama, qui ne cherche pas par exemple à faire de l'Afghanistan une démocratie à la norvégienne, mais plus modestement à interdire le retour au pouvoir des talibans...

Enfin, le pessimisme ne peut pas tenir lieu d'analyse politique. L'air des "désastres futurs" pourrait être entonné de la même manière si Obama avait annoncé un retrait et, de fait, un abandon de l'Afghanistan aux talibans. Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de bonne solution qu'il faut donner raison à Moore, qui n'est jamais qu'une version grassouillette et "alter" de BHL: un curé donneur de leçons de morale, un épate-gogos rompu aux techniques du marketing, et un sculpteur de sa propre légende aussi ridicule qu'emphatique.
Assez d'accord, mais ce qui me gêne ici c'est la fausse naïveté d'Obama qui rappelle, en plus digeste, celle de Bush jr : quand le président américain exige de Karzaï qu'il lutte contre la corruption, par exemple.
A lire aussi l'édito de Pierre Haski qui revient sur la piètre et malhonnête communication sarkozienne http://www.rue89.com/2009/12/02/afghanistan-obama-choisit-de-finir-le-boulot-laisse-par-bush-128339
[quote=un épate-gogos rompu aux techniques du marketing, et un sculpteur de sa propre légende aussi ridicule qu'emphatique.]

Alors vous aussi, vous l'avez déjà rencontré?
Je n'ai pas cet "honneur", je ne porte mon jugement que sur le personnage public et ce qu'il donne à voir lui-même. Ses films m'ont le plus souvent fait rire et/ou sourire, parfois interpellé (au même titre que Borat peut interpeller pour ce qu'il donne à voir de la société), mais je l'ai toujours trouvé lui insupportable: arrogant, donneur de leçons, bonimenteur de mauvaise foi, manipulateur, égocentrique, imbu, et j'en passe.
Merci pour ces précisions, David T., je me sentais un peu seul...
Etrange, tout de même, que si peu de personnes s'interrogent sur les vraies raisons de cette "guerre" ( contre qui, au juste?) en Afghanistan.

Sommes-nous si nombreux à gober cette histoire de "talibans"?
Ils menacent quoi, au juste, ces dangereux talibans, avec leurs kalachnikov?
Et pourquoi seulement en Afghanistan?

Ne s'agit-il pas avant tout de surveiller et contrôler les voies de passage du pétrole, pour les quelques dizaines d'années où l'on pourra encore en consommer, de ce pétrole en voie de raréfaction accélérée (guère plus de 30 à 40 ans, au rythme où ça va).

Ne s'agirait-il pas en fait d'empêcher la Russie, la Chine, l'Inde, de s'approprier ce contrôle, absolument vital quand cette raréfaction sera à nos portes?

Bien sûr, en termes diplomatiques, cela ne peut être dit...alors on fait cette "guerre" (?)...
Je vois d'ici le truc,

si on arrête maintenant, ce serait un désastre, les talibans gagneraient, retour vers les années noires, Al Quaida reviendrait,
et les militaires d'expliquer qu'il manque peu de chose pour y arriver, 30 000 hommes, qu'est-ce que c'est ?
Donc Obama tente la dernière chance, en mettant des objectifs et des délais,
s'ils échouent, il retirera les USA de cette sale guerre sans scrupule et personne ne pourra lui reprocher la suite,
s'ils réussissent, on aura avancé contre les Talibans et Al Quaida.

C'était une impasse, cette affaire, et quand on est dans une impasse, il faut bien tenter quelque chose.

Je suis bien que pacifiste et d'accord avec Michael Moore, d'accord avec l'idée de la dernière tentative.

http://anthropia.blogg.org
Quand les Prix Nobel de la Paix et autres chantres pacifiques s'en vont-en-guerre
le reste du monde s'éveillera ?
On se remettra une petite louche de racisme imbécile (pléonasme) ?
Quand le vernis de l'UMP se craquelle de plus en plus...
La droite dure a de plus en plus de mal à se retenir...
on a tous fait un transfert affectif sur obama histoire d´oublier nos petits soucis locaux. Voilà, c´est fini.
Retour à la réalité
on va pouvoir s´occuper sérieusement de not´guide-de-la-rupture-avec-les-valeurs-républicaines.
Ceux qui ignorent que les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent sont déçus, forcément… Mais est-ce possible d'être aussi truffe ?

Ah ! Guy Mollet, le ventre mou du socialisme… Qui ne s'est guère raffermi avec François Mitterrand (ni avec son frétillant et inutile neveu), non plus qu'avec l'austère qui se marre (mais quand ?) et pas davantage avec les myriades de prétendants plus ou moins déclarés d'aujourd'hui, tout occupés à ouvrir la route de Sarkozy qui ne manquera pas de donner des maroquins bidons aux plus zélés (le Canard raconte que l'Elysée ne cesse de se féliciter des bourdes incessantes de Martine Aubry…)

Pour ce qui est d'Obama c'est effectivement très décevant, mais nous l'avons trop idéalisé, pourquoi serait-il différent des autres politicards ? De plus comment résisterait-il aux militaires et autres hauts fonctionnaires qui, aux Etats-Unis comme ailleurs, sont les véritables dirigeants ?

Enfin il a au moins inventé une nouvelle façon de faire la guerre en annonçant à l'avance quand il rapatriera ses troupes, la queue entre les jambes…

Il y en a qui doivent bien rigoler en Afghanistan !

***
Nous cherchons donc des excuses à Obama. ??
Pas un seul instant je ne cherche d'excuses à OBAMA !!!

Seule reste la désillusion, accompagnée d'une immense déception.....et le sinistre constat rappelé par MOORE :"...tous les hommes politiques sont pareils."
Oula ! petite forme notre cher Daniel ce matin : 9 lignes l'édito.

En même temps, ce n'est pas la quantité....bla...bla...bla...
Bonjour,
Pour ceux qui ne comprendraient pas les mécanismes de la guerre et de la propagande pro-guerre, lisez les chapitres traitant de la guerre du Vietnam du livre de Chomsky et Herman "La fabrication du consentement".
C'est édifiant.
Et c'est le fameux Kennedy qui embraya le premier.
L'Histoire est un éternel recommencement.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.