Michael Moore, et le fantôme de Guy Mollet
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Michael Moore, et le fantôme de Guy Mollet

Terrible pouvoir, que celui d'oser nommer les choses, et marquer les moments.
C'est Michael Moore, le gros à casquette, qui s'y colle, dans sa lettre ouverte à Obama, écrite et adressée avant la décision d'envoyer en Afghanistan 30 000 soldats supplémentaires. "Voulez-vous vraiment être le nouveau «président guerrier»? Si vous vous rendez à l'académie militaire ce samedi soir et annoncez que vous allez augmenter, au lieu de diminuer, les troupes en Afghanistan, vous serez le nouveau président guerrier. Purement et simplement. En faisant ça, vous ferez la pire chose possible: détruire les espoirs et les rêves que des millions de personnes ont placés en vous. En un seul discours mardi soir, vous pouvez faire de cette multitude de jeunes gens, qui étaient la colonne vertébrale de votre campagne, des cyniques désillusionnés. Vous leur apprendrez que ce qu'ils ont toujours entendu est bel et bien vrai: tous les hommes politiques sont pareils. Je ne peux juste pas croire que vous êtes sur le point de faire ce que les gens disent que vous allez dire. S'il vous plaît, dites que ce n'est pas comme ça" (le texte intégral, traduit en français, est ici).

Pourquoi sont-ils si rares, à oser ainsi nommer les choses ? Dans la décision d'Obama, tout nous crie les désastres futurs. Le cœur, la raison, les souvenirs, les comparaisons, dessinent le même cataclysme. Mais tout se passe comme si cette évidence était trop déchirante, pour que nous la regardions en face. Nous cherchons donc des excuses à Obama. Nous nous disons : c'est trop gros pour que ce soit vraiment ce que ça semble être. Nous nous raccrochons à des brindilles : la date de début de retrait des troupes, les conditions ("très fermes") posées au président afghan, etc.

Nous chassons aussi les souvenirs qui nous assaillent. Ici en France, par exemple, nous chassons le souvenir de ce dirigeant socialiste nommé Guy Mollet, arrivé au pouvoir en 1956 sur un programme de "paix en Algérie", et qui, accueilli à coups de tomates par les ultras d'Alger, restera comme celui qui envoya le contingent en Algérie, installant durablement la France dans une guerre meurtrière. Nous chassons ces fantômes, qu'il y a sans doute mille raisons de chasser. Mais ils sont insistants.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.