143
Commentaires

Mélenchon, Pesquet : de l'importance des points de vue

Dans le dernier numéro de la revue Society, la 3865e pique de Mélenchon contre France Inter. Il canarde le trio Cohen Legrand Guetta.

Derniers commentaires

Vilipendé de tous les côtés, y compris par les médias "amis" et les tenants d'une "gauche de gouvernement", Corbyn vient de démontrer qu'un certain nombre d'électeurs ne veulent plus de l'austérité néolibérale, qu'elle soit soft, lite ou autre.

On peut se demander s'il n'aurait pas eu la majorité au parlement s'il n'avait pas fait l'objet d'un tel "bashing".
Formidable score de Corbyn, malgré tout ce qu'on lui a mis sur la tronche.

Et bravo aux insoumis british !
Ce ne sont pas du tout les meme mouvements, Corbyn ressemble bien plus a un hamon dans le sens ou c'est l'aile gauche du partie qui a pris le pouvoir et qui fait changer les mentalite a partir de ce point de depart.
Melenchon de l'autre cote vient du PS mais l'a quitte pour en former un nouveau et degaine plus vite que son ombre sur son ancien partie afin de recuperer son electorat.
Si melenchon avez osez participer aux primaires PS et avez rencontre le succes, la comparaison aurez etez justifie.

Mais effectivement bravo au parti travailliste (PS) british.
Évidemment je ne suis pas d'accord.
Corbyn ressemble bien plus a un Mélenchon dans le sens où il a fait l'objet d'une campagne de dénigrement de la même veine, et il a déclaré prendre exemple sur Mélenchon, pas sur Hamon.
Même si évidemment le parti travailliste se rapproche plus du PS (avant éclatement) que du mouvement Insoumis.
Cit. : "Même si évidemment le parti travailliste se rapproche plus du PS (avant éclatement) que du mouvement Insoumis."

Ah quand même ! Le biterrois Corbière était d'ailleurs d'un avis nettement plus nuancé ce matin sur France Info avec ses aimables complices Aphatie et Birenbaum. Moins lourdingue que les élucubrations d'une Polony, cette interview était finalement assez amusante...
Insoumis britishs faut le dire vite...
Pas sur que les insoumis français bénéficient d'une aussi bonne surprise dimanche... Ils se consoleront en disant que c'est uniquement de la faute aux méchants médiacrates...
Et comment se consolera M. Pat s'ils bénéficient d'une bonne surprise ?
Je m'en remettrai d'autant mieux que je ne vais pas voter en marche dimanche... Mais nous reparlerons (ou pas) de tout cela lundi matin.
En tout état de cause, le taux d'abstention dimanche (plus de 50%) prouve déjà que le slogan soixante-huitard ("Elections piège à cons") fait son chemin et que les Macron, Le Pen ou Mélenchon ne suscitent guère l'enthousiasme "des gens" ou "du peuple" malgré l'extravagant soutien médiatique dont bénéficient constamment tous ces gestionnaires de l'appareil d'Etat.
Face à une jeune femme de LREM, Mélenchon va devoir compter sur les voix socialistes pour gagner son poste de député.
Vu comme il les a traités, espérons pour lui que les électeurs socialistes ne seront pas rancuniers...
Je ne vois pas en quoi les électeurs socialistes ont pu être maltraités. Le trollage continue.
CIT. ! "Je ne vois pas en quoi les électeurs socialistes ont pu être maltraités." (sandy)

Cette blague ! Serait-ce déjà l'effet des nécessaires transactions des "insoumis" à Marseille et ailleurs pour le deuxième tour ?
Sandy est pragmatique...
" pragmatique" ne veut rien dire, contrairement à Sandy.
ah ben oui pourquoi j'avais écrit ça ? A cette heure là après une journée de travail je n'avais même pas l'excuse d'avoir trop bu...
Allez, encore un effort et on fera aussi bien/mal que les USA qui n'ont même pas eu 55% de participation à leur présidentielle. Pendant ce temps, le business avance...
pour compléter l'article : https://www.marianne.net/debattons/tribunes/oui-il-y-bien-un-melenchon-bashing-mediatique
Ça vient faire quoi là cette séance gratuite de Mélenchon bashing ?

C'est un site de critique des médias ou un site d'opinions ?

Comme pour Mediapart, je vais me désabonner. Inutile d'engraisser plus longtemps des idiots utiles du système.
Puisque le sujet ce sont les luttes fratricides, reporterre a fait un bon article dessus dans la sixième circonscription de Paris.

Ce sentiment de gachis...
"la 3865e pique de Mélenchon contre " ça c important; que le sdeputes Insoumis soient de culture sociale different; d'âge différent , et qu'il n'aient pa fait de politique ni HEC, ça n'en a pas. Que la gauche se soit enfin reconstruite sur un model plus ouvert , et un programme de gauche pareil vous vous en foutez, pas le femmes qui ont une retraite de 300 euro ou le aides soignantes a 1400 euro pour porter seulEs des corps de 70kg. ... Elle est belle l'intelligentsia Francaise, sa pomme , son nombril, le mépris de la jeunesse et les femmes pour s'occuper d'eux.
Et le déni de Daniel sur l'oubli de JLM depuis 2012, invité avec Todd qui l'a descendu, mais cette année personnes pour épauler, vous n'ont plus. Moi ce qui me désole se sont les mec qui se croient a gauche sans jamais se positionner pour qq (ha jam est imparfait) , jamais rien défendre, ils sont loin les Abbé Pierre, les journalistes engagé n'existent plus , vous n'êtes que des menthe a l'eau ... bio bien sur .
Oui à cette chronique. Je me me garderais d'évoquer le candidat de la France Insoumise, tant la simple évocation de son nom déclenche des querelles sans fin sur les forums de Mediapart ou d'Arret sur images sans rassembler des forces qui devraient être unies dans une action commune. Je me contenterais d'évoquer ce que je connais le mieux pour raisons familiales, à savoir l'élimination ou la mise à l'écart, entre 1936 et 1939 en Espagne par les communistes des camarades trotskystes et anarchistes de la CNT et de la FAI. Pendant ce temps Franco triomphait, aidé par Hitler et Staline.
Ces luttes fratricides m'ont vacciné à vie contre les bisbilles entre mouvements et partis censés avoir les mêmes buts.
[quote=Daniel Schneidermann]La réponse, je la connais d'avance.

Je lis la suite... hmm, non, vous ne la connaissez pas. L'épisode me fait penser que si je dirigeais un média politique, j'instaurerai une partie hebdomadaire d'un jeu de stratégie quelconque entre membres de l'équipe. Un peu n'importe lequel, tant qu'il y a rapport de force, victoire, défaite. Parce que visiblement cette partie du tableau, si elle n'est pas totalement ignorée, est généralement très maladroitement évaluée dans ce que je lis ici et ailleurs (mais beaucoup ici).

La vraie raison, qui ressemble à celle que vous invoquez mais dont la formulation en terme de rapport de force fait toute la différence entre c'est un choix et ce n'en est pas vraiment un, est celle du potentiel électoral à gagner. Mélenchon a fait une campagne spectaculaire et un résultat qui ne l'est pas moins, en agglomérant à lui des électeurs qui votaient avant ailleurs.

A qui les a-t-il pris ? A qui pouvait il les prendre ?

Il ne pouvait pas (substantiellement, hein. Il va de soit qu'il y a toujours des cas particuliers) les prendre aux ouailles de Seux. Ceux ci minoritairement Républicain (après tout, ça reste France Inter), majoritairement Macroniens de la première heure (désolé lol Manu ! ) sont ceux qui mettent l'accent sur la création de richesse (en général au moins en partie parce qu'ils sont positionnés dans la société à un endroit où ça leur profiterait). Si vous parlez à ces gens, ils n'ont pas besoin de Seux pour exprimer une peur du rouge. Ils sont le dernier carré qui votera toujours contre une France Indignée, avec les fillonistes, et une partie de l'électorat FN (l'autre partie étant tout à faire (re)prenable par la FI).

Il pouvait en revanche le prendre dans la masse importante de l'ancien trésor du parti englouti PS, ces gens à l'intersection de la stabilité économique mais d'un soucis de société égalitaire et apaisée. Et d'ailleurs il l'a fait en partie. Ces poches là ont été faites par Macron et par Mélenchon, à corps défendant du trio cité qui a pris clairement ou subtilement, à chaque virage, la position pro macron, et surtout s'est donné à voir pour ce qu'il est dans certains moments de campagnes où il savait très bien qu'ils (lui et les autres) poussaient une fausse histoire (quitter l'UE pour l'alliance Bolivarienne) pour effrayer cette base ex PS qui aime entendre parler Mélenchon mais a peur de l'instabilité.

Alors si vous regardez la scène de campagne comme un plateau de jeu, c'est bien ce genre d'éditocrate qui est votre ennemi direct, dont les intérêts sont immédiatement contraires aux vôtres et qui se tient entre vous et vos objectifs. Et pour remettre les choses à l'endroit, c'est précisément leur raison d'être là. C'est un petit groupe de gens très prospères et loins, dans leur vie, des problèmes qui occupent la base électorale de gauche, qui projette une image "cool", positive vis à vis de cette base, et qui incite, plus ou moins directement, cette base à voter pour une présidence qui sert leurs intérêts de demi riches plutôt que les leurs de petits salaires, petits chômages voire grosse misère dans des HLM de province. C'est bien une opération de siphonnage du vote de gauche, aujourd'hui Mélenchon, hier et demain un(e) autre. Et c'est donc un enjeu stratégique majeur, pour toute campagne de gauche, de démolir la crédibilité, c'est à dire le potentiel de nuisance, de cette opération.
Tiens, une chronique complètement pourrie de DS.
Pas bien sûre d'avoir compris. Pas d'arguments...
Un chute "céleste" un peu cucu.
Bah ce n'est qu'un édito, comme les autres.
Je me demande si DS n'attend pas la fin des élections pour travailler, après coup (trop taaard!), à l'analyse des techniques de com' de ses collègues...
Tu quoque Schneiderman...
L'absence de Mélenchon est encore du Mélenchon.
Non, Cohen-Legrand-Guetta n'ont rien de sociaux-démocrates.

Sociaux ? Trouver une trace de social dans leurs discours, autres que des miettes pour calmer les gueux, relève de la mission impossible. Normal, ce sont des néolibéraux.

Démocrates ? Quand on trouve normal que le pouvoir en place s’assoit sur un vote populaire des plus importants (29 mai 2005), on n'est pas démocrate.
"Je sais que je ne devrais pas"
Ah oui ? Pourquoi ?
Donc S. vivra et mourra social democrate mou ! rien nevpeut y remedier !
Biais cognitif, dyslexie, dyscalculie, Schizophrénie ? Appelons un expert pour analyser cette chronique !

Confondre le PS et la gauche,
Confondre la cause et l'effet ("la 3865e pique de Mélenchon contre France Inter"),
Comme pour appuyer ses dires, citer une vidéo qui dit exactement le contraire,
Et, pour finir, croire qu'en s'éloignant de l'objet on verrait mieux ce qu'il y a derrière.

Cékoidonc cette maladie ? La putaclicosphérite ?



Voilà, j'ai fini mon Schneidermann bashing, ça détend :-)
En novembre 2016, pendant la campagne présidentielle, Natacha Polony a reçu Jean-Luc Mélenchon dans son émission Polonium, sur Paris Première. Cette belle interview est visible ici
En mai 2017, après l'élection, Jean-Luc Mélenchon s'est empressé d'accepter l'invitaion de Natacha Polony dans la même émission. Cette passionnante interview est ici.
On peut se poser la question suivante : pourquoi Jean-Luc Mélenchon accepte-t-il les invitations de Polony (généralement classée "à droite" par les-gens-comme-il-faut) et refuse les invitations d'Edwy Plenel, membre éminent du Parti du Bien ?
Avant Thomas Pesquet, il y a presque vingt ans, deux éléments sont venus me faire voir grand. C’était au temps où je travaillais avec Armand Gatti. Il nous avait fait connaître L’Éternité par les astres d’Auguste Blanqui, et il nous répétait souvent que nous sommes l’agonie d’une étoile...
Avec ça, comme bagages, la vie est à vous !
Tout le monde sera d'accord pour penser que sur un site d'analyse des média plutôt de gauche, la critique des journaux plutôt de gauche devrait être une priorité.

Mais ne faut-il pas également s'interroger sur la nécessité d'avoir un retour critique sur ses propres idées ?
pas très clair tout ça, la vidéo de M. Larrèrre dénonce le mythe selon lequel les communistes auraient contribués à la montée d'Hitler, du coup où veut-on en venir?
Sur la conclusion, tout à fait d'accord par contre.
Vous donnez vous même les bâtons pour vous faire battre ... pourquoi reprocher leur manque d'analyse et d'objectivité à des médias de droite ou financier. Cette campagne m'a montré, à moi qui ai toujours refusé cette idée, qu'il y a des ennemis politiques avec lesquels la discussion est illusoire. En tout cas en période électorale.
Que la bande du service public soit aussi malhonnête intellectuellement que les echos mérite d'être souligné non ?
oui mais moi je comprends Mélenchon;
Mieux vaut un franc "connard" qu'un fourbe pseudo "ami" qui te la met grave! ;)
Je comprends bien qu'il boude Mediapart.
Pour D.S, je ne savais pas et là ça me paraît dommage!
Merci Daniel ! Très bonne chronique.

Sinon est-il interdit d'être socialiste et pro-européen sur ce forum?

Je précise Pro-européen ne veut pas dire pro Commission Juncker, ni pro UE allons plus large.
Une fois de plus on disserte sur les grands de ce monde, qui dissertent sur eux-mêmes, et on oublie, la masse, la France d'en bas, les populistes, les gens... Ils sont des millions, ils ont essayé de s'exprimer aux élections présidentielles, on leur a parfois donné la parole mais c'était souvent pour mieux prouver leur manque de pertinence.
Personne ne pense à eux, personne ne les représente : hommes politiques de tous bords, imbus de leur personne et occupés à ramasser des voix et des sous (gauche ou droite très peu d'entre eux sont pauvres). Journalistes formatés ou à la recherche de l'article savoureux, original valorisant quoi. Plus occupés à faire leur intéressants que d'aller au fond des problèmes.
Mais les millions d'électeurs qui n'ont pas voté pour Macron (ils ont moins prouvé qu'ils avaient du caractère, parce qu'il fallait résister quand même) qui s'en préoccupe ?
Regardez comment vivent vos voisins (bon nous avons peut être pas les mêmes) alors allez sur le quai de la gare à 7 heures du matin, sur le marché au moment où les commerçants s'installent, au Chatelet sur le quai du RER à 6 heures du soir etc, allez passer une semaine dans ces endroits que les mauvais esprits appellent "no go zone" à Paris et en banlieue. Mais arrêtez de vous admirer le nombril !
Oui, il a oublié D Seux (pardon Dominique Seux des Echos comme dirait P Cohen tous les matins, merci pour la pub) mais il a également oublié L Salamé, laquelle passe régulièrement les plats pro européens libéraux. Mais puisqu’on est sur un site décodant l’info, je me permets de signaler l’article paru dans Marianne et indiquant, chiffres à l’appui, qu’il existe bel et bien un Mélenchon bashing. Peut être que D Schneidermann chroniquera sur ce sujet.
Pour ma part je trouve assez surprenant ce commentaire.

J’attends toujours d'ASI le décryptage du 20h du vendredi 21 avril qui fut un monument de manipulation tellement bien réalisé !

J'ai la vidéo à disposition, je ne suis pas un expert mais je crois que je vais finir par faire moi même le montage qui montre la manipulation.
On peut retourner le compliment : Pour quelles raisons les radios comme France Inter et France Info nous font du bashing de Mélenchon à en perdre haleine et nous bavent du Macron même si on ne leur a jamais demander de nous en dessiner un, sans compter qu'un Petit Prince qu'a la gueule de Macron, espérons que Thomas Pesquet n'en a pas rencontré à mille milles de toutes terre habitée.

Bien sûr il ne sert à rien de faire la foire d'empoigne entre potes sauf si ces potes affichent un tel dédain que l'on a envie de leur dire T'voir ta gueul' à la récré

Sur Hors-Série, la petite sœur d'@SI, Razmig Keucheyan le dit : nous devons étudier et bien étudier l'adversaire qui d'ailleurs de son côté n'a pas manquer d'étudier nos incapacités, nos erreurs et nos bisbilles (je viens de découvrir comment ça s'écrit et j'en suis émerveillé). Mais il nous dit aussi avec une grande justesse que la politique n'est pas un club de gentlemen avec des règles de courtoisie et de fairplay : il y a des amis, y a des ennemis. Les amis n'ont qu'à bien se garder de ne pas se confondre avec nos ennemis.

Mais la question est de savoir pourquoi Daniel Schneidermann vient se joindre à l'entreprise de bashing au moment où celle-ci d'ailleurs a fini son travail et fignole la couleur de l'enthousiasme devant la victoire qu'elle a annoncée à grand renfort de sondages ? Je suppose qu'il y a là la volonté de nous redonner du courage et d'aller voter. Si c'est cela, merci.
Tout à fait d'accord avec les autres commentateurs sur la chronique, mais on commence à s'habituer au procédé.

Moins d'accord avec JLM, qui qualifie ces personnes de "sociaux-libéraux". J'aurais pensé que ce sont simplement des néolibéraux.
"à multiplier les éloges de Drucker ou de Gala, en refusant systématiquement les invitations de Mediapart, de Hors-Série, ou les nôtres"

Comme vous exagérez! Et comme vous n'expliquez rien, mais dirais-je, vous n'avez que le temps de la chronique dont vous maîtrisez pourtant la longueur. Concernant Médiapart beaucoup d'internautes se sont prononcés sur les raisons (macronite aiguë, bashing) encore que rien n'est figé, tout comme pour Hors-Série et @SI.

Permettez-moi trois remarques, bien que votre sympathie envers une forme d'humanisme soit indéniable:

- le temps n'est pas extensif à l’envi, vous en savez quelque chose au rythme effréné qu'est le vôtre, et cela en va de même, je présume humblement, pour un Mélenchon, homme de la Planète Terre qui ne s'est jamais enorgueilli de s'élever à des strates supérieures à la nôtre ou à celle de M. Pesquet. Difficile alors d'envisager parcourir tous les médias, sachant que nombreux tenteront de le piéger à créer l'émulsion de colère créatrice de buzz... et stratégique aussi de choisir les médias (soit vous allez vous enfoncer dans la cambrousse médiatique et ne toucherez personne soit vous devez par nécessité vous orienter vers des médias honteusement populaires, à l'image de tous ses opposants politiques au demeurant...);
- Mélenchon n'a eu de cesse de descendre les porte-paroles de la novlangue systémique qui est, et votre analyse quotidienne le prouve, ultra-majoritaire dans les médias, alors épargnez-le de ne pas descendre 150 journalistes dans chacune de ses phrases. Le tir groupé sectoriel me semble plus efficace;
- je possède moi-même de côté plusieurs émissions d'@SI où votre cible matinale ne s'y est pas cachée, devrais-je vous les citer?

1. Mélenchon en 2002 : "on vient de se prendre une planche sur la tête, et vous voudriez..."
2. Mais si, il y a des lois sur Internet, Alain Finkielkraut !
3. 04.07.2013 - Le vrai tabou, c'est que l'Allemagne bloque tout - Arrêt sur
4. 09.10.2009 - Mon intérêt est de disqualifier l'avis médiatique
5. 15.04.2011 - Votre planification écologique, c'est l'Île aux enfants
6. "Il faudra un gouvernement mondial. Après, ou à la place de la guerre ?"

Quand @SI aura l'audience de TF1 alors vous pourrez lui tendre le micro plus souvent, mais cela je ne vous le souhaite pas, et nous nous comprenons j'imagine, car certaines choses sont inexorablement inconciliables.
Rien compris à la chronique ce matin :(
Vous avez raison. Quel mauvais coucheur ce Mélenchon, et la France Insoumise, quelle bande d’agris, de vilains qui crachent dans la si bonne soupe !

Se plaindre du service public, de Legrand, Cohen, Guetta. Des gens aussi bienveillants avec lui et avec son mouvement. On l’aimait tant le Mélenchon de la campagne présidentielle, brillant orateur, pédagogue, humaniste. La presse n’était que louanges pour lui d’ailleurs. Mais là, depuis le soir du premier tour, quel mauvais perdant ! C’est le retour du bruit et de la fureur… Tous ceux qui n’attendaient qu’une parole de lui pour devenir de fervents insoumis ont été tellement déçus par son refus d’appeler à voter Macron pour faire barrage au retour des nazis. Figurez-vous qu’il avait même mis plusieurs heures avant d’admettre sa défaite. Alors que les chiffres étaient connus à 20h pile, à la virgule près !

Il avait tout pour devenir le nouveau leader de la gauche, avec le soutien de ses loyaux amis Laurent, Hamon, Chassaigne, Dartigolles, Filoche, etc, sous les applaudissements de la presse de gauche en délire. Son mauvais caractère légendaire, son égo surdimensionné en auront décidé autrement… Quelle déveine !
Dépit?
Jalousie de ne pas recevoir des éloges de Mélenchon comme Drucker ou Gala?
Ou peut-être dissonance cognitive? Le monde dans lequel vit DS avec les gentils socialos et les méchants rouges n'existe pas, on lui dit, il le voit, mais la croyance est trop forte.
En tout cas, un article étrange.
J'ai bien compris c'est un article qui tape sur Mélenchon/FI en nous disant qu'il faut arrêter que les gauches s'entre tapent dessus, l'auteur reconnaissant lui même se sentir appartenir à une certaine gauche ? Y'a que moi qui trouve ça contradictoire ?

Sinon je comprend vos angoisses mais faut vraiment arrêter de se faire peur avec le FN. Le danger fasciste en 2017 en France ne vient pas de la vieille extrême droite rance que tout le monde voit venir à 300 parsecs (ce qui n'empêche pas certains de la désirer, hein, la n'est pas la question) mais de la droite extrême dont Le Cocaïnomane est le parfait représentant, la droite extrême qui verrouille les esprits et les institutions par le biais d'une propagande hors-sol et fort de l’expérience du vingtième siècle qui montre bien que, si l'on veut dominer le peuples, la violence physique est assez peu efficace à long terme, et une subtile alchimie de violence psychologique et de pédagogie se montre non seulement plus efficace mais surtout infiniment plus pérenne.
Je ne comprends pas bien ce que veut dire DS. En quoi taper sans argumentation sur Cohen et tout signifie taper sur la gauche ?

Quel rapport entre eux et la gauche ? Quelle différence entre eux et Seux ?

Je pense qu'il a raison d'être exaspéré : cette histoire d'alba et de diabolisation dans la dernière semaine a bien pu lui coûter son passage au 2e tour.
Hors-sujet: la candidature d'un certain André Dupont pour En Marche ne manque pas de sel...
"Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n'est pas impossible que tout le monde ait tort "
Superbe article, dans lequel le commentateur explique lui-même qu'il ne croit pas vraiment ce qu'il dit et que l'exemple sur lequel repose le texte est totalement alambiqué. Quitte à citer une vidéo d'ASI qui va à contre-sens de l'argument défendu ici. Il n'y a ps l'ombre d'un cousinage entre FI et les sociaux-libéraux, ce sont deux visions différentes de la société.

Vous êtes bien meilleur en décryptage des biais médiatiques qu'en analyse politique M. Schneiderman. Heureusement que c'est pour ça qu'on vient sur ASI (et heureusement aussi qu'il y a les Godin, Larrere, Truong, etc...pour relever le niveau).
Bonjour
Ce qu'a dit JLM peut dans notre pays être encore dit. Et encore il n'a pas tout dit en oubliant d'autres que Seux comme FOG, Apathie, Scotto, Krieff etc… et Grossior (le dénonciateur de la milice).
Laissez JLM tranquille et apprêtez-vous à voir vos revenus baisser et votre retraite fondre en acceptant de voter Macron. Ne vous trompez pas de combat.
Au moins aux USA, un président peut être à la merci d'une personne qui dénonce les actes fréquemment utilisés par le business (mensonge, corruption) Avec des gens comme vous, nous en sommes loin.
Bah, Mélenchon est dans son rôle habituel: taper sur les socialistes pour convaincre plus de gogos de voter pour lui. Ca lui donnera peut-être assez de voix pour être élu face au socialiste auquel il est opposé pour ces législatives. Quel courageux parachutiste, quel bon camarade !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.