371
Commentaires

Mélenchologie en saharienne chez Calvi

Pauvres éditorialistes ! Il faut tout faire, dans ce métier.

Derniers commentaires

A Caen, devant 5000 personnes (Mélenchon doit être vert de jalousie) le candidat Sarkozy se sort les tripes et vomit sa daube.
vus avez remarqué calvi ne porte plus de veste .ils les a tellement retournées!!
un coup à gauche trois à droite
calvi c'est bauer celui des sondages de la délinquance qu'il aille se faire dégommer chez tadeï il aura son heure le bougre .
Super sur la 2 Barbier qui défend Mélenchon et la République contre la démocratie, un moment d'anthologie !
J'ai éteint la télé...
dur,dur. Amical salut à Yannick, re dur.
gamma
Hors sujet, ça concerne le 'vite dit' sur les 360.000 euros:

Va falloir, en effet qu'ils affinent, au FDG. Par foyer fiscal, ça va pas, le mec tout seul serait privilégié par rapport à celui qui serait chargé de famille. Par part, ça va pas non plus, c'est très injuste, même si, héhé, les gosses de riches coûtent plus cher que les gosses de pauvres, c'est bien connu. Le mieux, c'est de relancer la réflexion sur les parts de quotient, à plafonner peut-être, mais à combien?
Merci pour cet article. Emission pitoyable. Les interventions de ces cinq médiacrates sont pleines à gaver d'approximation voire d'erreur (mensonges ?).
Calvi devient pathétique.
j'aime bien me baser sur ce que disent les autres pour éviter de répéter mais la ca devient difficile ^^

Avant j'aimais bien C Dans l'air, c'était bien avant mon réveille, disons que pour un bon nombre de personne et pas que des gens bêtes ils font autorité de clareté et d'aller dans les sujets !

Déjà j'en avait plus maté depuis quelques années, j'ai lancé la vidéo car elle parlait de mélanchon ma première impréssion ouahh ca va vite ! en gros ils disent quoi 7 ou 8 ^hrases chacuns...

Bref c'est juste que je ne me rappelai plus que c'était si rapide ! du fastfood de l'information ^^

Et puis je pense que tout à été dis aucun mélanchoniste, une nana du figaro à fond pour sarko ! J'ai beaucoup aimé le moment du "Son projet économique n'a pas été étudié comme celui de Hollande", franchement de qui se fou t'on ?

95 % des électeurs de mélanchon se reporterons sur Hollande aux deuxième tour ? attendons de voir pour dire nan ?




Et ce qui caractérise la période d'équité c'est qu'elle était basée sur les scores dans les sondages.



Franchement je ne vois pas pourquoi on fait ça quand on voit que les sondés sout seulement 970 rarement plus de 1000 personnes est-ce représentatif au point de donner un temps de parole dans les médias basé sur ces sondages?

Nan tout le monde devrait avoir le même temps sur les antennes car ce n'est pas démocratique que 1000 personnes décide qui les autres 63 millions 900 milles autres regarderons !

Franchement à gerbé cette émission, comment prendre de haut le peuple justement censé être du bas ! celui qui se bat pour réduire les inégalité et le pire c'est que c'est sur le service public si je ne m'abuse !
A noter que l'explosion du score de Mélenchon soudaine dans les sondages coïncide aussi à la fin de la période d'équité imposée par le CSA et au début de la période d'égalité.

Et ce qui caractérise la période d'équité c'est qu'elle était basée sur les scores dans les sondages.

Quand on sait que Mélenchon durant cette période a bénéficié de 4X moins de temps que Bayrou ou Lepen et 12x moins de temps que Hollande ou Sarkozy, on comprend le rôle important de ces scores.

Ils ont expliqué ce bond dans les sondages jusqu'à 5% d'un coup avec une soit disante dynamique née à la Bastille, mais les meetings de Mélenchon étaient déjà plein à craquer bien avant la Bastille, depuis plusieurs semaines.

N'y a t il pas eu là sous nos yeux une manipulation délibérée de la part des médias et des instituts de sondages pour favoriser le temps de parole de certains candidats et en défavoriser d'autres, bref pour détourner à leur fin les règles du CSA ?
Donc c'est TINA! Nous sommes condamnés pour des siècles à subir le système capitaliste. Serions-nous incapables de réfléchir pour trouver un meilleur système?
Bon, je crois que je vais encore en énerver quelque-uns.

(Mais je jure de n’employer aucun nom en –ique, en –âtre, en –iste)

Les gens du FdG fotn deux rêves : que leur candidat soit devant FH au premier tour et devant NS au deuxième (vous voyez, ni From.ge M.u ni Foutr.quet).

Leur premier rêve est exactement le même que celui de l’UMP (vous voyez, pas la Sarko.ie). Cela parce que, même si le réflexe républicain et le TSS primeront chez les électeurs de Hollande, la sociologie de la France est ainsi faite que JLM fait encore plus peur que FH à l’électorat de droite. Un électeur de FB (vous voyez, pas le bou.rin du Béarn) pourrait voter Fh, mais pas JLM.

Mais admettons que les deux rêves se réalisent. Alleluia, jouez hautbois résonnez zézette. Donc JLM s’installe à Élysée et met en œuvre son programme, pas question qu’il se dérobe, c’est un homme de parole.

Et l’Europe, elle fait quoi ? Angela, elle vient apporter le p’tit dèj au nouveau prés’ ? La Commission Européenne, elle se saborde ? Copé, il se propose comme concierge au siège du FdG ?

Sérieusement, vous pensez une seconde que ça pourra se réaliser, ce beau (pas d’ironie) programme ? La France n’est pas l’Argentine qui n’était pas prisonnière d’une monnaie unique, vous savez…
J'ai voté pour cet excellent article, je n'y pense pas souvent.
J'ai regardé l'émission, au début j'ai trouvé ça très drôle, ces bouches en cul-de-poule, la pince-à-linge au nez !

Ensuite, de moins en moins quand j'ai vu la dame du Figaro s'esclaffer au sujet du smic à 1700 euros (en même temps, jusque là…), et ses confrères qui semblaient du même avis. Rien d'étonnant en fait, mais ça fait mal là et là, voir figure 3.
S'ils pouvaient au moins une fois percevoir la violence de ce mépris !!!

Mais j'ai appris des choses, dans cette émission :
- Ainsi, l'"auditoire" du Front de Gauche, n'est pas composé d'ouvriers et de prolétaires comme on pouvait bêtement le penser, mais de bobos et bac+5. Merde, moi qui suis smicard et bac-2, faut d'urgence que je m'intéresse au programme du FN !!!
- Une vraie belle révélation, répétée plusieurs fois : "jusqu'ici tous les médias se sont intéressés au personnage Mélenchon, mais pas un n'a vraiment creusé le contenu du programme" ! Ah, c'est donc ça !?!

Si je ne peux pas l'accuser de me salir les mains (Jean-Sol Partre n'a rien dit sur les salissures des yeux et des oreilles?), Calvi et son émission file la nausée à coup sûr.

Si elle n'était si répandue, on pourrait considérer cette émission comme un cas d'école.
Pas lu le forum, je voulais juste dire que les trois dernières chroniques de DS sont aiguisées comme j'aime (oui Daniélou, je te complimente, et je te tutoie aussi, je suis en mode "camarade"). Je suis également obligé de reconnaître que je n'avais pas du tout anticipé la vogue Mélenchonienne actuelle (il faut dire que je ne l'aime pas du tout). Je ne sais pas si ça durera jusqu'au premier tour, mais je suis d'ores et déjà impressionné par l'élan populaire qu'il a réussi à susciter. Quelques soient les stratégies electorales, et même si pour moi l'objectif principal reste de renvoyer Sarkozy à Neuilly, les scores qu'on prête au Front de Gauche sont plutôt porteur d'espoir. Je trouve.
Quelle amusante surprise que cette chronique. Merci Mr Schneidermann pour avoir ainsi imagé la finesse de la perception et les qualités d'analyse du plateau proposé par Mr Calvi. Cela n'est pas sans rappeler le Sarkosistan, cet autre monde ou ce monde parallèle dans lequel il semble n'exister aucune limite à l'exhibition et à la diffusion de la médiocrité si ce n'est voire pire.

Que dire de cette bulle 'journalistique' et de ses commentaires indigents? Comme il a été dit sur ce forum, elle semblait prête à éclater comme d'autres bulles qui de plus en plus font réfléchir hommes et femmes de ce pays (et d'autres). Cette prestation (je ne sais comment vulgairement est qualifiée la participation de ces éminences engluées) m'est apparue comme une tentative désespérée de savonner la pente sur laquelle se trouve le front de gauche. Le bon sens, le flair, l'intelligence, ou encore de simples enquêtes journalistiques 'in vivo' étaient absents ce soir là. Seule l'idée de découper au scalpel un programme, si ce n'est plus, a titillé ces soit-disant spécialistes de la chirurgie politique. Malheureusement, au vu de la qualité de leurs observations, ils n'ont pas trouvé d'anestésiste hormis pour leurs soins paliatifs.
Bonjour,
j'ai vu, avec du retard, le film de Halimi Les Nouveaux Chiens de Garde. S'il n'apprend pas grand chose aux abonnés d'arrêt sur images, ce film a le mérite d'être très clair et de montrer avec précision les rouages de ces instruments du pouvoir que sont les personnages médiatiques. Bref, Calvi, on l'aura deviné, va lui aussi rejoindre en catimini ll'assemblée des puissants chaque dernier mercredi du mois.
il est assez troublant de constater qu'effectivement, Mélenchon sortant du cadre toléré, il est aussitôt décrédibilisé : hier soir, sur France Culture, dans l'émission pourtant sérieuse (je le croyais en tous les cas) du Grain à Moudre, Mélenchon était dit "irréaliste", "utopique", "gentillet", pour les croyants de la politique - car il faut avoir la foi pour voter Mélenchon. Le changement qu'il propose étant "IMPOSSIBLE". Les résultats des sondages étaient grossis, faussés, Mélenchon et ses électeurs allaient être déçus...
Pourquoi autant d'efforts, à l'unisson, pour tenir le Front de Gauche hors du cadre, pour éliminer l'idée même qu'il puisse accéder au second tour ? (alors que les seuls exemples concrets de programmes politiques qui ont été donnés étaient ceux du programme du Front de Gauche !)
He bien, la réponse était donnée dans les Nouveaux Chiens de Garde, parce qu'il représente une menace pour les puissants qui sont en place, parce que le changement les ferait sauter, parce que le système rejette tout ce qu'il ne peut pas assimiler.

Alors, à l'équipe du Grain à Moudre, non, votre émission ne me fait pas penser que je suis "naïve" et "irresponsable" de voter Front de Gauche.
Le Front de gauche a encore mille fois raison de proposer les réformes d'Acrimed dans son programme parce que les médias sont vraiment pourris.
Excellent papier! Juste et plein d'humour :)
Mélenchon instrumentalisé par Sarkozy ? Bien sûr. C'est de bonne guerre.

J'en profite pour opérer un petit rappel :

Le 5 janvier, j'écrivais, dans un forum consacré aux "Despérados" :
Citation : "Tout se passe comme si les aboyeurs du pouvoir, et leur commanditaire évidemment, avaient désormais intégré l'inéluctable défaite".
Je vous trouve très optimiste sur ce coup-là. M'immergeant régulièrement, non pas dans le mainstream, mais dans des groupes de Français moyens (les gens qui votent), je peux vous assurer qu'il n'a pas encore perdu, le gars Sarkozy. Et que ses petites tactiques à deux balles fonctionnent très bien. En même temps, il est très aidé par son principal adversaire, dont j'ai essayé d'écouter le discours, hier ; c'était désespérant. Il faisait du stand-up pour faire marrer la foule de militants, mais il n'y avait pas de quoi séduire les électeurs...


Ce à quoi un certain JIEM 92 me répondit :
Pour être ni optimiste ni pessimiste, je connais beaucoup de personnes qui avouent avec regrets avoir voté pour le machin et qui ne s'y re-frotterons plus.
Comme diraient nos chroniqueurs moulins à parole, c'est une tendance qui me parait plus fiable que la valeur absolue de l'opinion de votre entourage.


Aujourd'hui, je me marre...
Le problème avec Mélenchon ! ... C'est qu' il ne va pas nous rester d'autres choix que le sien, celui de résister, ou s'indigner, de cette mondialisation heureuse ! qui enrichie toujours plus les mêmes, et appauvrie toujours plus les autres !

Même pour ceux dont je fais partie qui ne trouvent pas en Mélenchon les meilleures solutions possibles, il arrive un moment où lorsque trop c'est trop, lorsque l'eau dans la marmite bout à gorsses bulles, lorsque le couvercle est prêt à sauter, il ne vous reste que la solution du désespoir, c'est je crois le point de non retour qui a été atteint ?

Ensuite l'on peut si l'on trouve la violence mauvaise conseillère se laisser étoufer à petit feu, ou bien alors dans un dernier sursaut de désespoir mettre un terme à ce système à bout de souffle et qui nous tue !
L'ennui pour les girouettes conçues sous vent dominant pour indiquer le vent dominant, c'est quant le vent tourne, ça grince.

[large]CALVIIIIIiiiiiiiiii[/large]iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Je me suis interrogée aussi en regardant l'émission, et DS, vous avez mis à nu leurs préjugés et leurs a-prioris, de façon très claire et très amusante..

Mais en même temps, je sentais un certain agacement chez eux, une sensation que tous leurs cadres étaient en train de craquer, doucement, sans qu'ils ne s'en rendent vraiment compte. Vous savez, comme quand vous êtes assis sur un banc confortable, et qu'il y a des craquements suspects par en dessous. Vous parlez, et puis vous guettez le bruit et la qualité de votre équilibre, pour être sûrs de ne pas vous écrabouiller si votre siège venait à s'écrabouiller.
C'est marrant par exemple qu'ils aient juste fait référence à Die Linke en Allemagne en ne parlant pas de la filiation très claire qui existe entre les deux partis, dès le départ. Ils ont prétendu qu'il n'y avait pas d'équivalent en Europe, alors que le Front de Gauche est le produit de l'européanisme.

Les sarkozystes ont l'air de se féliciter de la progression de Mélenchon, mais c'est en fait une catastrophe pour eux et pour les classes qu'ils représentent ou font semblant de représenter.
Le fait qu'un parti de gauche émerge à cette vitesse, récupérant avant tout les voix des abstentionnistes, chassant sur les terres de l'extrême-droite qui avait fait son domaine sur le vieil électorat ouvrier, faisant taire toutes les chamailleries de l'extrême-gauche en les surplombant tous, le tout dans un processus dynamique, et un signe de gauchisation de la société française, et que surtout cette gauche se mette en ordre de marche derrière quelqu'un qui ne se laisse pas faire.
Parce que même si leurs manipulations finissaient par faire réélire Sarko, ce qu'on ne doit jamais écarter, il y aura un groupe constitué capable de s'organiser et se réorganiser auquel s'accrocher,
,
Un article d'@si nous expliquait récemment que les journalistes avaient voulu minimiser l'importance de l'évènement de la Bastille en faisant valoir que plusieurs personnes s'y étaient rendu par curiosité. Pas besoin d'être grand reporter, pourtant, pour interroger deux ou trois personnes et comprendre qu'elles ne sont pas "estampillées" Front de Gauche, ni qu'elles voteront forcément pour ce parti, mais qu'une telle manifestation les intérêsse pourtant, au moins par pure curiosité. Il semble qu'en la matière, le travail des journalistes ne soit pas bien complexe, et pour une fois il me paraît assez douteux de les soupconner d'une quelconque "magouillage" dans leur description des faits.

A cet article vient s'ajouter ce billet, pas moins douteux. En effet, soit, Daniel Schneidermann, vous vous n'êtes pas rendu compte que, de même que Mélanchon était ringardisé par les éditorialistes, l'étaient également Eva Joly ou François Bayrou, et dans ce cas votre représentation des choses est un peu faussée. Soit vous vous en êtes rendu compte, mais vous souhaitez parler uniquement de Mélanchon, et dans ce cas vous êtes partisan. Dans tous les cas, il s'agit là d'un billet qui en dit bien plus sur les représentations de son auteur que sur celles des éditorialistes qu'il prétend dénoncer.
Il y a du Desproges dans cette chronique.

C'est un compliment.
Billet de Patrick Jarreau (Le Monde 20/03/12) :
"S'il n'a pas attiré, place de la Bastille, davantage que le public escompté, Jean-Luc Mélenchon a réussi à détrôner Nicolas Sarkozy de la « une » du Figaro. Le quotidien souligne, lundi 19 mars, la progression du Front de gauche dans les sondages et la pression qu'il exerce sur François Hollande. L'UMP compte sur M. Mélenchon pour obliger le candidat socialiste à gauchir son discours et dissuader ainsi les électeurs centristes de l'élire ou de le laisser passer au second tour. Au siècle dernier, les marxistes-léninistes appelaient cela une alliance objective."

Gaby Cohn-Bendit :
"Pour les électeurs du Front de Gauche, le premier tour sert à se gargariser de tous les slogans démagogiques émis par un bateleur de foire, fier des ressembler à feu l’inénarrable Georges Marchais. Ce n'est pour eux qu'un sas de décompression avant de pouvoir voter pour un socialiste au deuxième tour."

Félicitons Méluche d'avoir pris Victor Hugo comme nègre : c'est x niveaux au-dessus de Guano qui fait du Déroulède !

Auto-citation : Au-dessus de 30000 € je prends tout ! ou les rodomontades de Méluche. (mais il y a beaucoup de Pierre Laurent, chef du PCF, dans le texte).
Merci DS pour ce billet, très drôle et tellement criant de vérité...Pauvres journalistes....
Baqué hollandiste???? Etes-vous sûr, M. DS de votre jugement? Je ne suis pas certain que la "renifleuse de descente de lit" ait voté Royal en 2007. Pour cela, se référer à ses écrits de cette époque?
J'ai vu l'émission de Calvi. C'était assez étonnant et effarant d'autant plus que j'étais au meeting du Front de Gauche à Lille. Une sensation de décalage total, comme si on avait là des mondes différents.
J'ai déjà fait des meetings politiques mais je n'avais encore rien vu de tel;
Une foule immense, comme çà été dit, 20 000 personnes en tout au bas mot (c'est la voix du Nord, pas vraiment mélenchoniste qui le dit), le Zenith complet et du monde dehors, jusque sur le boulevard (bloqué à la circulation), assis par terre devant un écran géant, dans la nuit.
Ce qui est frappant , c'est le souffle de cette campagne que l'on sent dans le meeting, l'enthousiasme des gens super heureux d'être ensemble. Ce qui est frappant aussi, dans le discours de Mélenchon (et aussi celui de Pierre Laurent et de Martine Billard) c'est la volonté constante d'expliquer, de démonter l'argumentaire du FN, de dire et redire la nécessité de la solidarité avec les immigrés, de prendre l'initiative et non d'attendre les consignes.
Concernant la "personnalisation" de cette campagne autour de Mélenchon, il y a aussi ce souci affiché des organisateurs qui prennent soin, au moment où le meeting démarre de demander à ce qu'on ne scande pas de nom. Donc quand les orateurs arrivent, on ne scande pas "Mélenchon" mais plutôt "résistance". C'est pas grand chose mais ça me semble plutôt malin.

Quant au public...
Il y a cinq ans, j'avais été au meeting de Marie Georges Buffet. La salle était pleine de vieux, que des vieux. Là...
Peut être y'avait -il des surdiplômés bac + 5, mais en tout cas à Lille, il y avait aussi des ouvriers, des chômeurs, des étudiants, et même des pauvres (j'en ai vu qui souriaient, alors on voyait qui leur manquait des dents, c'est comme çà que j'ai su que c'était des pauvres... j'y ai repensé ce matin en écoutant Thomas Legrand et son histoire de dentiste. Je me suis dit que si même son dentiste s'y mettait, c'était qu'il se passait vraiment quelque chose) .
Y'avait aussi des employés, Et plein de jeunes. Et des gens de toutes les couleurs (grande nouveauté ça aussi dans des meetings du PC ou d'extrême gauche)... Et des gens comme on en croise tous les jours. Des anciens copains, que t'as pas vu depuis trois ans. Un voisin, ou une vague connaissance que tu te dis "quoi, lui aussi il est venu ?"...
Alors on se dit "Il est en train de se passer quelque chose".
Bref, tout çà pour dire que je ne peux que conseiller aux curieux d'aller voir un meeting de Mélenchon, pour se rendre compte que ce qui s'y passe est étonnant et tellement décalé par rapport à ce qu'on entend dans les médias...
Bonjour,
je suis tout à fait d'accord avec vous. Dès le début de cette émission je la regardai toujours, le plateau d'Yves Calvi était impatiale pour tous les sujets 2 personnes "contre" , 2 personnes "pour".....Depuis mai/juin 2011 sa formule originale se dégradait , ce fût le pire à la rentrée scolaire septembre 2011 , à ce moment là, la chirurgie esthétique en totalité avait fait son oeuvre, cette émission ne faisait plus parti de mon idéal d'impartialité. J'étais de + en + dégoutée et j'ai fini par l'abondonner ainsi que les autre émissions d'Yves Calvi.
Plus moyen de trouver une bonne émission politique impartiale surtout en pleine campagne électorale, le pire selon les flashs d'infos les programmes de toutes chaînes, chaque soir changent, c'est incroyable et répugnant.
Merci mille fois pour cette vidéo qui me (nous) fait voir Jean-Luc Mélanchon sous un autres angle que celui du soit-disant populiste vociférateur. Non, il n'y a pas 2 Mélanchon : l'un philosophe des lumières (stoïcien et épicurien) et l'autre révolutionnaire avec le couteau entre les dents. Le ton est différent, certes, mais l'objectif est le même : redonner de l'espérance à tout un peuple qui se sentant abandonné sur l'autel de l'ultra libéralisme, désormais partagé par presque tous y compris à gauche, commençait à abandonner le champ politique.
Je termine en reprenant les dernières phrases de Mélenchon dans ce discours lumineux :
"L'Agora nous grandit
La vie est belle
Carpe Diem"
"à la tête d'une meute de moches"
ben là pour le coup chuis assez fière de faire partie des moches.....
c'est toujours mieux que de faire partie de la meute de racistes qui entourent le parrain !!

à propos de journaleux poil au noeud (désolée :) faudra s'attaquer un jour au cas Rioufol qui participe lui aussi à la Pravda au côté de Waintraub (un autre specimen !) : je l'ai entendu l'autre soir chez Taddéi avec son air de sainte nitouche, bavocher qu'en fait si des Merah existaient aujourd'hui en France c'était la fôte des anti-racistes de gôches !! ben ouaip ma pov'dame à force de montrer du doigt les racistes ça donne des idées aux minorités défavorisées qui se sentent soutenues dans leur combat contre la société...poil au...nan j'arrête... !!

ah ben j'espère que des tocards pareils se retrouveront dans la charrette qui suivra AirSarkoOne dans son exil !.....
Merci à Yves Calvi et Daniel Schneiderman pour cette bonne rigolade. :-D
Ouais, ils n'ont pas été égorgés par AQSI, alias Al Qaïda au Sarko Isstan... J'ai vu, j'ai rainçu et ma copine m'ayant téléphonu, j'ai pas pu entendre les raiponces aux questions subsidiaires. Du "programme" de la Méluche, j'ai entendu qu'il voulait le Minimum à 1700 € mais qu'il n'expliquait pas clairement comment il le finançait (ça m'a plus parce qu'avec ma retraite actuelle faut que je fasse les poubelles). C'est pas pour ça que je vais voter pour lui vu qu'il me rappelle quelqu'un que j'ai bien oublié mais que Weil sur LCP m'a fait reparaître tard le soir : Marceau Pivert. C'était comme Méluche un socialo qu'avait viré rouge et anti-Blum car il le trouvait trop "capitaine de pédalo" (enfin l'équivalent du temps de 1936). ça m'a rappelé aussi que j'en avais discuté naguère avec Danièle Mitterrand quand elle me racontait sa jeunesse et que son frère était Marceau Pivert quand son papa était Front Populaire et que ça mettait une sacrée ambiance dans la famille. Marceau Pivert, finalement, c'est pareil que mon comparatif avec le rouge de la SFIC d'alors : Doriot (d'avant 1940 et la SS, je précise toujours pour les nuls). Ce à quoi je rajouterais que nous voilà revenu en 1969 quand Duclos (langue de bois avec accent méluchien des Hautes Pyrénées - bonjour la Bigorre et les Bigourdans de la famille) parlait de son "bonnet blanc"... Total (c'est pas le jour d'employer ce mot) les "Français et les Françaises" ont élu Pompidou pour le désastre urbanistique que l'on sait... au lieu d'avoir le grand mou Poher. Tu parles... Nous on s'était abstenus. Malins ! Il paraît (faut écouter mes petits lapins avant d'éthiquoter) que Méluche vise la défaite de Françoué Hollande rien que pour faire le cador face au Sarko nouveau restauré, pour, à la tête d'un vrai parti de gauche, faire la révolution en compagnie de son vrai pote Dasso de l'Essonne. Des fois, j'ai envie de rigoler...
Tout est effectivement dans les mots :

il lit Victor Hugo et remporte un très grand succès
Tiens donc, le populo comprend Victor Hugo ? Ben ouais. Et en plus, il en redemande. Pour une fois qu'on ne le prend pas pour plus con qu'il n'est...

Et le "public" de [s]Mélenchon[/s] gauche va bientôt dire merde à tous ces pingouins....
juste pour le fun (pas encore lu l'édito désolée) et parce que ça fait du bien de travailler les zygomatiques de bon matin : La France Forte (Karaoké)
bien mieux contre les rides que le botox....à bon entendeur non mais !!
merci Siné
[quote=Daniel Schneidermann] Quant à son brâme, tâtez donc le caractère: "Ses idées, on peut les entendre, les retenir, c'est extrêmement saillant." (Reynié).
Ayant exprimé sur @si mon peu de considération pour Mélenchon quand il ne jouissait pas encore, comme aujourd'hui, de la faveur de notre démocratie d'opinion, je tiens à rappeler maintenant mes deux axes critiques à son égard: d'abord le démarquage égocratique de Shakespeare (Je suis le bruit et la fureur) symbolisant le sous-registre "poétique" - du colérique au lyrique - de son "talent" rhétorique; ensuite le caractère démagogique de son programme politique. Mais le mot de "brâme" dans la fin de ce 9:15, et sa caractérisation par la citation de Reynié me paraissent révéler, ce que je n'aurais, par moi-même, sans doute jamais eu l'audace d'avancer. Il me paraît aussi nécessaire de le préciser que d'en reconnaître expressément le mérite à Daniel Schneidermann.

démarquage égocratique de Shakespeare (Je suis le bruit et la fureur) symbolisant le sous-registre "poétique" - du colérique au lyrique - de son "talent" rhétorique;


à mon avis cet aspect n'a aucune espèce d'importance surtout si on compare avec le style rhétorique des autres candidats en particulier celui de Sarkozy qui a maintes fois été démonté, décortiqué, analysé, critiqué etc
mais de toutes façons sans importance car on doit voter en principe pour un programme


ensuite le caractère démagogique de son programme politique.


ceci ne s'affirme pas comme une sentence mais demande une démonstration. en quoi ce programme est*il démagogique? l'est-il en totalité? seulement quelques unes de ses propositions? lesquelles ? En quoi ces propositions là sont elles démagogiques?
On attend un développement.
Je précise qu'en ce qui me concerne comme tous les gens de gauche je vais voter Mélenchon au premier tour bien que j'aie quelques points de désaccord avec lui. Mais même sur les propositions avec lesquelles je ne suis pas d'accord je n'ai pas vu de démagogie, juste un désaccord.
Ainsi, si toutefois tu développes, je répondrai à ton développement mais avec une 2 questions à l'esprit. A-t-il réussi à démontrer que cette proposition là est démagogique ? Comment vais-je démontrer avec franchise et honnêteté que cette proposition n'est pas démagogique ?
A aucun moment je ne répondrai en me disant :"comment je vais m'y prendre pour rouler quelques lecteurs dans la farine et contribuer à grossir le score de Mélenchon".
Je précise que je ne rechigne pas par avance à admettre que quelques propositions sont un peu démagogiques et que même si c'est le cas je voterai de toutes façons pour lui parce que c'est anti libéral et que c'est le mieux placé des anti libéraux. Pour moi c'est là mon critère de choix du candidat, c'est là que se trouve la ligne de fracture. En ce qui me concerne le programme de Mélenchon ne me sert qu'à une chose : déterminer si Mélenchon est un candidat antilibéral. voilà pourquoi je suis prêt à admettre que certaines de ses propositions sont démagogiques, j'ai juste pas vu lesquelles et comme je suis loin de connaitre son programme par coeur, je suis curieux de les découvrir.
Je n'avais qu'un seul souci: celui de témoigner de ma constance dans l'opposition au style et au programme de Mélenchon: cela sans aucunement faire le procès de ses partisans que je crois d'une intelligence beaucoup plus déliée qu'il pourrait le sembler. Vous m'accordez, semble-t-il implicitement, le premier point, et, quant à moi, si je me suis tu sur le style des autres candidats, c'est que je ne vois pas de quoi les critiquer qui n'ait été déjà été exprimé, et je n'ai de rien à les créditer: ce qui au total, vous en conviendrez, n'est pas sans sévérité. Quant au programme de Mélenchon, le smic à 1700 euros et la taxation des gros revenus au-delà de 360000 euros suffit à économiquement le discréditer. À quoi s'ajoute, ce qui est le plus important, l'option "démondialisatrice" et le projet de VIème "République" laquelle revient en réalité à une IVème bis avec ce que cela promet en termes d'incapacité et de lâcheté. Plutôt que notre Lycurgue, De Gaulle fut notre Solon: ne reproduisons pas "l'erreur" de celui qui (Mitterrand) s'est si bien accommodé personnellement de ce qu'il avait préalablement fustigé si injustement. Pour ne pas vous laisser maintenant dans une complète ignorance sur ma propre orientation, je vous dirais que je ne me détermine pas essentiellement en fonction de ce qu'annoncent les candidats mais de ce qu'exige la situation: la nécessité fait loi, et certains y font davantage droit, lesquels ne sont pas de droite. Cela signifie qu'en cas de victoire la gauche serait mise au défi de l'audace et de l'habileté. À cet égard il n'est pas mauvais de rappeler le mot de Descartes: "Je m'avance masqué". Le Général n'a pas manqué de s'en inspirer dont la formule était: "Je feins de feindre afin de mieux dissimuler": tant le génie - de la France - dans sa candide naïveté est plus naturellement rusé que toutes les demi-habiles qui s'opposent à lui. Reste, évidemment, à faire la preuve qu'un tel génie, individuel et collectif, existe en ce pays encore aujourd'hui.

Quant au programme de Mélenchon,
le smic à 1700 euros, la taxation des gros revenus au-delà de 360000 euros suffit à économiquement le discréditer.


attends on parle démagogie ou crédibilité économique? tu n'expliques ni pourquoi c'est démagogique, ni pourquoi ce n'est pas crédible.
Tu veux dire qu'il dit ça juste pour nous faire plaisir mais que s'il est élu il ne le fera pas? ou tu dis que c'est impossible à faire? ou tu dis que de toutes façons il sera pas élu donc tout ce qu'il propose il sait qu'il n'aura pas à être obligé de le faire donc du coup il se fait plaisir et dit ce qu'il a envie de dire?


À quoi s'ajoute, ce qui est le plus important, l'option "démondialisatrice" et le projet de VIème "République" laquelle revient en réalité à une IVème bis avec ce que cela promet en termes d'incapacité et de lâcheté.


pour la VI° république je doute que ce soit une proposition démagogique, la plupart des gens se tamponnent complètement des institutions (ils ont tort mais c'est comme ça) c'est pas avec ça qu'il va séduire les masses

limiter ou réguler le libre échange en quoi est-ce démagogique?

en tout cas merci pour ce début de liste mais comme je m'y attendais tu n'expliques pas ce que ces mesures ont de démagogique.
ou tu dis que de toutes façons il sera pas élu donc tout ce qu'il propose il sait qu'il n'aura pas à être obligé de le faire donc du coup il se fait plaisir et dit ce qu'il a envie de dire?

Au tutoiement près*, c'est bien ce que je dirais.
pour la VI° république je doute que ce soit une proposition démagogique, la plupart des gens se tamponnent complètement des institutions (ils ont tort mais c'est comme ça) c'est pas avec ça qu'il va séduire les masses.

On ne saurait s'en accommoder pour autant. Et, du reste, en 1958 et 1962 ils ont démontré ne pas toujours "s'en tamponner".
imiter ou réguler le libre échange en quoi est-ce démagogique?

Loin d'être démagogique, c'est une juste nécessité. Mais qui revient à altermondialiser: déglobaliser et non mondialiser.
en tout cas merci pour ce début de liste mais comme je m'y attendais tu n'expliques pas ce que ces mesures ont de démagogique.
Merci en retour aussi, toujours au tutoiement* près. Cela dit, nos conceptions de la démagogie semblent différer: la mienne étant cependant exprimée parfaitement par le passage souligné de la première citation que je viens de faire de votre commentaire.

*Orphelin complet dès l'âge de quatre ans, élevé en milieu prolétarien: par des frères en particulier de mon finalement chômeur de père, j'ai été par eux habitué à recevoir le tutoiement de la part des autres personnes toujours comme humiliant. Ils étaient pourtant tous de gauche extrêmement.
merci d'avoir démontré ce que je supposais ce que tu trouves démagogique ce ne sont pas les mesures contenues dans le programme de Mélenchon. C'est lui que tu trouves démago parce que tu penses qu'il sait que ce qu'il dit ne l'engage à rien.
C'est encore un problème de personne....Et donc pas un problème de programme.

On peut dire ce qu'on veut sur le personnage de Mélenchon lui même mais les mesures de son programme ne sont pas démagos en elles mêmes, on peut les discuter, dire qu'on n'est pas d'accord pour telle ou telle raison mais pas dire que ce sont des mesures impossibles à mettre en place et qui donc ne sont faites que pour flatter le peuple et s'attirer ses faveurs. Ce qui reste la définition de la démagogie.

Le problème c'est que tu fais un pari sur Mélenchon, tu lui fais un procès d'intention, tu l'aimes pas, tu le sens pas alors tu crois qu'ils ne pense pas un mot de ce qu'il dit voir même peut-être qu'il sait qu'il ne dit que des conneries mais en fait on n'en sait rien du tout....pire...on ne le saura jamais car il ne sera jamais élu. Moi en votant pour lui je vais montrer que ce qui est dans son programme ça me plait et j'ai envie que ça soit fait, et même si le type qui portait ce programme était un trou de balle ou un incompétent, je m'en foutrais complètement puisque de toutes façons il n'a aucune chance d'être élu.

on devrait modifier le suffrage universel, on voterait pour un programme sans connaitre le nom de celui qui présente ce programme et bien sur l'élu aurait obligation de mettre en oeuvre son programme
Petite parenthèse comme ça en passant : populisme, démagogie, vulgarité …
Vous avez remarqué qu'on ne peut se référer au peuple sans utiliser un mot à consonance négative ?

Maintenant parlons des riches et du capitalisme : libéral, concurrence libre et non faussée, développement durable, entrepreneur, accomplissement, winner, production de richesses, économie, investissement, bénéfice, projet, intérêt, …

(venez jouer avec moi, je suis en panne de mots)

Comment voulez-vous, dans ces conditions, qu'une émission télévisée, que des éditorialistes, fassent autrement ? Les pauvres, on va quand même pas leur demander de réinventer notre si belle langue française !
... modernisation, réforme, autonomie...
Bien vu ça.
bon toujours pas adblock, spicce de Mélenchonolâtre ? :)
:-) toujours sur mac, avec safari, et toujours même pas honte ! :-)
Cool, pas taper sur Mac et Safari, vieille peau;-)
gamma
Ecoutez absolument le débat des "économistes" de ce matin sur F.Inter (à 7h19) : B. Maris et D. Ceux !!!
Mama mia !
Ils devaient commenter le programme économique du Front de Gauche... euh, de J.L. Mélenchon pardon (Méluche a beau ne pas aimer la personnalisation, eux la pratiquent)... Maris ne l'avait pas lu avant... mort de rire à la lecture de ce programme : que du vieux, repeint ! Le programme du CNR remis à jour, disait-il... L'autre, Ceux, un peu moins critique mais bon, assez rigolard face à ce programme du CNR (j'ai présupposé qu'il devait trouver l'économie actuelle magnifiquement juste et bonne pour le pays)... qui admet tout de même que, côté écologique, le programme du FdG était supérieur à celui d'EELV.
Pitoyables clowns, ces éditocrates !
Encore méprisants, encore négatifs dès qu'ils font allusion à la vraie gauche...
Eux aussi, ont la trouille de Mélenchon ?
Maris est un authentique caméléon. S'il disait chez son copain Val le quart de ce qu'il écrit dans Charlie, il serait lourdé sur le champ. Je suis sûr qu'il le reconnaît et qu'il doit le justifier tactiquement et pédagogiquement.
@ Winston Smith 22:19 29/03

Vous devriez relire, ou lire si vous ne l'avez fait Le dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte de Marx (il en existe une excellente édition de poche couplée avec et sous le titre de Les luttes de classes en France en Gallimard folio). Cela vous permettrait de (re-)passer de la psychologie dans laquelle vous vous complaisez à l'analyse de la répétition historique dans laquelle nous nous trouvons depuis 1848 (Merleau-Ponty a pu dire, lui, que "l'histoire bégaie..."): et pas en France seulement.

NB. Vous comprendrez que ceci demeurera ma dernière réponse aussi longtemps que vous userez d'un tutoiement que je n'ai jusqu'ici que trop supporté: "l'amour de l'humanité", pour citer en le réprouvant le tutoyant Don Juan de Molière, ne porte à l'indulgence qu'un moment seulement.
C'est curieux, cette phobie du tutoiement. Vous devriez peut-être vous faire aider?
Entre personnes inconnues, et, plus encore, à l'égard de qui n'y consent pas, le tutoiement contrevient au respect. De n'y avoir pas vous-même cédé laisse espérer que vous parviendrez quelque jour à vous aviser du régime de violence que cela vous permettrait d'éviter. Les régimes de politesse sont faits pour y obvier: en italien par la troisième personne du singulier, et par la seconde du pluriel en français. Que cela ne nuise pas aux rapports privilégiés d'amour, d'engagement politique ou d'amitié, mais les porte au contraire à la hauteur qui leur sied, la preuve en est faite aussi bien par le voussoiement d'époux et d'amants, de la noblesse ou non (ainsi Sartre et Beauvoir), que par celui des révolutionnaires vrais (Lénine et Trotsky en particulier), et celui aussi des modèles d'amis (qui pourrait imaginer Montaigne et La Boétie "à tu et à toi": même Brassens ne l'a pas osé, qui leur a démagogiquement opposé ses "copains d'abord").
Sans prétendre vous avoir persuadé, je vous remercie de m'avoir fourni l'occasion de cette explicitation.
Entre deux personnes entre lesquelles n'existe nul rapport (qu'il soit officiel ou tacite) d'autorité, et qui poussent la collégialité jusqu'à discourir de concert au sujet de thèmes importants sinon cruciaux, le tutoiement est de mise. Il souligne alors l'égale estime en laquelle se tiennent les interlocuteurs, et leur égale légitimité à disserter.

Tu cites Sartre ? Je te réponds Shakespeare, et son fameux "Shall I compare thee to a summer's day", où le thee est la marque du défunt pronom thou (et, passant, de toute une veine d'irrégularités qui nous sont désormais évitées avec la simplification de la langue anglaise), lequel est bel et bien un tutoiement.

J'observe, d'ailleurs, du coin de l'oeil, que tu as utilisé le terme "voussoiement", lequel est très peu usité en France, quoique beaucoup plus en Suisse, et, potentiellement, en Belgique, deux territoires où le vouvoiement est plus fréquent qu'en France. Mais, si tu avais poussé tes périgrinations jusqu'aux terres québecquoises, tu aurais sans doute pu remarquer que l'emploi du "tu" y était de beaucoup plus fréquent qu'en France. De même, en Espagne, par exemple, le tutoiement est de mise entre élèves et professeurs.

Cela m'amène à deux points qu'il me semble importants d'aborder : tout d'abord, je te prie de souffrir que la langue française ne soit pas parlée qu'en terre française, et que tous les pays de la francophonie aient leur mot à dire sur les conventions qu'il convient d'appliquer quand aucune règle écrite n'est spécifiée ; ensuite, accepte l'idée que tu n'aies pas nécessairement raison quant à la manière dont on devrait parler le français. Rien de plus horripilant, par exemple, que de voir un parisien venir dans le sud et tenter d'élever les autochtones à son propre niveau de langage, persuadé qu'il sait mieux qu'eux parler la langue qu'ils ont en partage.

Ceci étant, il est vrai que j'ai hésité plus d'une fois à utiliser le "vous" dans mon message. Le "souffrez" était plus élégant que "je te prie de souffrir", par exemple. Ceci étant, j'aurais aussi pu employer le vouvoiement pour marquer ma distance avec ton point de vue. Mais à ton verbe pédant, il me semblait nécessaire d'opposer une autre vision, tout aussi pédante.
La distance est la solution au problème de la violence. À cet égard, un avantage du "vous" auquel je n'avais pas jusqu'ici songé est qu'il institue une distance de chacun à chacun en renvoyant à la pluralité constitutive du politique comme Hannah Arendt nous l'a enseigné. Mais le "tu" de son côté, bien exemplifié par le "Thou" anglais, institue, lui, l'ordre de la sacralité qui est le même que celui de l'intimité : "Dieu, plus intime à moi-même que moi", comme Augustin nous l'a appris: ce saint Augustin, au concept d'amour duquel Arendt a consacré sa thèse. D'où la difficulté: comment articuler cette distance intérieure de chacun à soi-même, avec la distance extérieure de chacun avec tout autre ? Peut-être le terme d'extimité le permettrait. Certes il est peu employé, mais par Lacan tout de même: cet élève des Jésuites (comme Descartes, Voltaire, oui Voltaire, et de Gaulle) et dont le frère "de chair" était moine. La liaison des deux distances est sans doute le grand art.
Ca s'applique pas dans le monde virtuel d'internet. Mais tu peux continuer à me vouvoyer si ça t'amuse, manant.
La question est tout sauf annexe. La fascination des jeunes anglais pour le tutoiement signifie quelquechose. J'aime bien la blague stupide d'Helmuth Kohl, égayé par quelques bières, disant pour accueillir la dame de fer, " Now I can say you to you"
Le thou anglais n'est au départ qu'un tutoiement ordinaire, enfin un simple singulier. Il est resté dans la Bible parce que la version "officielle" de celle-ci ne pouvait être modernisée (jusqu'aux années 1960).
Devant une telle réponse, je ne peux que te gratifier d'une apostrophe piémontaise dont j'espère que tu goûteras tout le sel :

Ma, gavte la nata !
Me le pardonnera-t-on ? Tant pis si ce n'était pas le cas: je ne saurais laisser passer l'occasion de rendre hommage aux commentateurs du forum, y compris mes plus sévères contradicteurs. Il m'a fallu du temps, jugez de mon peu d'esprit, mais j'ai enfin compris comment devoir appréhender leurs propos jusqu'aux plus apparemment outranciers: en les faisant remonter à une tradition d'expression et de pensée remontant - symboliquement plus encore qu'historiquement - à Rabelais. Comme Rimbaud l'aurait précisé, cela est à comprendre "littéralement et dans tous les sens", c'est-à-dire ici à tous les degrés: du tout choquant premier jusqu'au plus subtilement élevé. Merci donc à tous - et en l'attente de vos critiques de ce qui pourrait ne constituer qu'une éhontée... captatio benevolentiae : on a beau être manant, on n'en demeure pas moins pédant pour autant !
hola manant depuis la révolution, tu n'es plus seulement paysan tu es également citoyen et entre citoyens on se tutoie.
Mais dans la Rome antique, que tu sois plébéien ou bien esclave on encore légionnaire ou gladiateur tu pouvais même tutoyer le César ou l'Auguste.
Alors, citoyen, laisse donc reposer en paix tous ces gens dont tu balances les noms y compris ces trotskystes et ces bolcheviks qui n'ont pas inventé le tutoiement.
citoyen! Il n'y a plus d'aristocrates! le tutoiement n'implique aucunement un manque de respect, pas plus que le vouvoiement n'est la preuve d'un quelconque respect.
Le respect c'est dans le fond du propos qu'on le voit ou qu'on ne le voit pas, c'est également dans l'attitude et le comportement à l'égard des personnes qu'on le voit. Le respect c'est de discuter et d'argumenter, pas de poser une crotte de faire 2 révérences de citer 3 phrases spirituelles et 2 auteurs avant de tourner les talons fièrement et la tête haute avec une dédaigneuse prestance aristocratique.
Le vouvoiement, que j'emploie la plupart du temps ici, n'est pour moi ni véritablement une marque de respect, ni une opposition au tutoiement "citoyen".
Lorsque je me suis inscrit sur le forum de l'émission de France 5, j'ai constaté qu'il était en usage chez la grande majorité des intervenants, et qu'il donnait aux échanges un ton tout à fait intéressant et original. Je l'ai donc adopté sans réticence.
Il me permet également de conserver, dans le registre du second degré, une (fausse) distance avec mes interlocuteurs. Ce dont je jouais notamment avec Oblivion (dont j'espère le retour prochain).
Une question fascine littéralement les Anglais: Quand et comment se fait le passage du vouvoiement au tutoiement ? Est-ce brutal ? progressif ? inconscient ? concerté ? Ce genre de (petit) problème nous indique au moins ceci: La dernière des sottises qu'on puisse faire avec la Langue - J'attaque ici avec le maximum de méchanceté dont je suis capable l'utilitarisme dominant dans l'éducation nationale- c'est de la considérer comme un outil.
ça ne me dérange pas que tu pratiques le vouvoiement, et ceci quelles que soient tes raisons.
En ce qui me concerne, dans ma pratique, le "vous" n'existe que comme le pluriel de "tu". Je ne l'emploie donc que lorsque je veux m'adresser à au moins 2 personnes en même temps.
Et tant pis si ça dérange et même tant mieux puisque je suis misanthrope.
Malgré tout, il m'arrive parfois d'essayer de vouvoyer sur les forums, mais en général en cours de message le "tu" revient automatiquement. Depuis 12 ans que j'emploie le "tu" sur les forums c'est devenu un réflexe alors que dans le monde réel, il me parait naturel de suivre l'usage du vouvoiement.
Imposer le vouvoiement sur le net ce serait comme vouloir imposer le tutoiement dans la vie réelle : INCONGRU, et dans incongru, y a gru...
Il n'y a aucune logique, sinon la tienne, qui voudrait que le vouvoiement soit naturel dans le monde réel, et ne le soit pas sur les forums. Et sur celui d'@si, pas plus qu'ailleurs, il n'est question d'imposer l'un ou l'autre.
Chiche que demain, sur asi nous nous nounoyons, le poisson. D'avril.
Comme ça on aura vraiment l'air d'une meute quand on répond. "Nous trouvons que ceci cela", ça fait on est tous d'accord contre un tout seul.

Nous nous joignons à Ulysse pour dire oblivion revient par ici un peu.
Nous itou.
Nous sommes touché(e)s par ces témoignages. :-)
En fait, c'est simple, nous n'avons rien à dire, alors nous n'écrivons rien.
Il boude ?
ps : et jerri ?
gamma
"Et sur celui d'@si, pas plus qu'ailleurs, il n'est question d'imposer l'un ou l'autre."

t'inquiète Ulysse je sais que tu n'es pas de ceux qui voudraient imposer ça, mais il y en a d'autres, depuis une semaine, au moins 3 m'ont apostrophé à ce sujet.
Depuis 1997, et les premiers [s]forum[/s] grrr foras, j'ai toujours tutoyé, dans la vie
réelle je vouvoie les inconnus mais pas les amis et les cons !
gamma
Oh ben alors du coup, je ne peux pas savoir pourquoi tu me tues-toi ?

Sérieux, pourquoi ne pas laissez le choix à chacun d'être vouvoyer ou tutoyer. Ce n'est pas difficile, pas de quoi en faire des tonnes.

Tenez , moi je m'en fiche. Faites comme vous voulez les gens.
[quote=Gamma gt]je vouvoie les inconnus mais pas les amis et les cons !

C'est justement ce que je me disais: le tutoiement peut être un signe d'amitié... ou de mépris. Le vous peut être un signe de respect... ou une mise à distance hautaine. En plus faut tenir compte de l'interlocuteur, l'un verra dans le "tu" une familiarité déplacée, l'autre se vexera d'un "vous" trop "langage soutenu". Je veux bien croire que pour des étrangers ce soit un fameux casse-tête!

Sur internet, j'ai tendance à tutoyer. Quand je me mets à dire "vous", faut se poser des questions. En général, c'est que je n'imagine pas la personne avoir gardé les vaches avec moi. Soit il est clair qu'elle n'a jamais gardé les vaches (et c'est son droit) soit je n'en aurais voulu en aucun cas comme compagnie des journées entières, on peut pas garder les vaches avec n'importe qui.

Et si on me dit "vous", je traduis simplement "manque de familiarité, ça peut s'arranger"
J'ai du mal avec le tutoiement internautique, car je ne suis pas sur le net pour me faire des amis. Ça, c'est dans la vie matérielle.

Vie où je tutoie aussi les gens qui partagent mes passions (brocanteurs, collectionneurs) mais jmaisde prime abord. Je suis un peu comme le renard du Petit Prince...


//Et sur celui d'@si, pas plus qu'ailleurs, il n'est question d'imposer l'un ou l'autre.//

+1
[quote=Moonathalouk]je tutoie aussi les gens qui partagent mes passions

Ben quoi, commenter sur @si, c'est pas une passion qu'on partage?
Certes, m'enfin...j'le sens pas...

Quand je tutoie sur internet, c'est pour me foutre de la gueule de quelqu'un que je méprise.
Aie ! je vais surveiller tes réponses, comme ça je saurais qui tu méprises.
Héhéhé;-)
gamma
Mon allergie au tutoiement d'office est liée aussi à deux personnages :

- Karl Zéro, qui imposait sa connivence aux politiciens

- Le curé Gilbert et sa fraternisation imposée. "Nous sommes tous frères" : non mec, on n'a pas gardé les bénitiers ensemble.
Certes, mais pour autant, il n'y a pas de raison d'imposer un vouvoiement d'office non plus.

Que chacun fasse comme il le sent, après tout...
Ouais, mais si on n'impose plus rien, on pourra plus transgresser ! Plus aucune muflerie possible ! L'enfer !
je comprends surtout que tu es incapable d'argumenter sur ce que tu as affirmé : "le programme de Mélenchon est démago"
tu n'aimes pas sa personne , ça on a bien compris,ben vas-y vote pour une personne si tu veux, nous on vote pour un programme. Moi je vais te donner un exemple de proposition démagogique : multiplier les caméras de vidéosurveillance pour lutter contre l'insécurité
mettre des enfants en centre de rétention, les priver de liberté pour protéger les français d'une invasion imaginaire
Tout ce qui vise le risque zéro est purement démagogique
bref tu as regardé la télé pendant ces 5 dernières années ?

pourquoi j'ai plus le bouton ego moi ? ça me saoule!
[s]Firefox nul,[/s] prends Safari, pas de sac !
ego j'ai...
gamma
[quote=Winston Smith]
en tout cas merci pour ce début de liste Pour complément:

mercredi 4 avril 2012
Le coût des mesures Mélenchon : 100 milliards d'€
La cellule de chiffrage des programmes de la présidentielle, réunie par l'Institut de l'entreprise, a évalué jeudi à plus de 100 milliards d'euros le coût pour les finances publiques des mesures phare du programme de Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche.
Parmi les mesures les plus coûteuses, le droit à la retraite à 60 ans à taux plein est chiffré à 27 milliards d'euros annuels tandis que le remboursement à 100 % des dépenses de santé (optique et dentaire compris) se situerait dans une fourchette de 23 à 76 milliards, selon les efforts demandés aux complémentaires.
Les coûts des mesures en faveur de l'enseignement supérieur a été estimé entre 2,7 et 5,6 milliards d'euros ; le doublement du budget public de la recherche, à 13,9 milliards ; et le rétablissement des effectifs supprimés dans l'éducation nationale, entre 1,9 et 2,2 milliards.
Il en coûterait aussi 3,5 milliards d'euros pour porter le budget du ministère des sports à 1 % du budget national et de 2,4 à 3,1 milliards pour augmenter de 50 % l'investissement de l'Etat dans l'enseignement professionnel.
La dette publique serait fortement creusée par la création d'un "pôle 100 % public de l'énergie comprenant EDF, GDF, Areva et Total renationalisé", de 142 à 152 milliards d'euros si ces quatre entreprises étaient entièrement nationalisées, de 102 à 107 milliards si seul Total était concerné (sur la base des modalités retenues par le gouvernement socialiste de 1982).
A l'inverse, la suppression de l'ensemble des dispositifs d'exonérations de charges sociales (part employeurs) produirait 28 milliards de recettes brutes. Mais elle serait "rapidement compensées par les dépenses d'indemnisation chômage liées à la destruction d'emplois qui en résulterait", toujours selon l'Institut de l'entreprise, qui reprend à son compte le chiffre de 800 000 suppressions évoqué en 2005 dans un rapport du Conseil d'orientation pour l'emploi.
L'institut de l'entreprise est un centre de réflexion indépendant, financé par les entreprises, qui réunit depuis 2007 une cellule de chiffrage des programmes des principaux candidats à l'élection présidentielle dans "un esprit de complète neutralité", assure-t-il.

La 12:15 Le Monde.fr


Il semble s'imposer maintenant d'avoir l'avis de l'évalué. Assez rapidement, car seulement 17 jours (aujourd'hui compris) nous séparent du premier tour
Dans un bilan il y a deux colonnes: Ce que ça coûte, et ce que ça rapporte.
tu n'étais pas censé montrer en quoi certaines mesures de Mélenchon étaient démagogiques? si alors pourquoi encore cette réponse hors sujet???? plusieurs jours après ??? histoire que les quelques lecteurs qui nous suivent encore aient oublié de quoi on discutait? bon ben raté....encore une fois je vais te répondre te poser des des questions auxquelles tu ne répondras pas préférant partir sur autre chose et ressortir ton éternelle propagande libérale.

"L'institut de l'entreprise est un centre de réflexion indépendant, financé par les entreprises"

tu recopies ça sans rire? tu vois pas la contradiction entre "indépendant" et "financé par les entreprises".
En regardant leur site on tombe de suite sur ça : "Association réunissant des dirigeants d'entreprises françaises et étrangères, destinée à nourrir leur réflexion sur les grands enjeux économiques et sociétaux"
donc il n'y a que des dirigeants d'entreprise dans ce magnifique "centre de réflexion indépendant", qui est donc une officine de lobbying, un Think tank d'oligarques.

la première question qui vient à l'esprit est donc : "sont-ils sincères?"

si tu penses que oui c'est que ta naïveté est sans bornes.

ho bien sur on peut se dire :"comment prendraient-ils le risque de dire n'importe quoi et de se décrédibiliser?"

et bien c'est parce que ça ne les décrédibilise pas , puisqu'ils tiennent le même discours que les médias de masse et que la majorité des candidats. Aucun d'entre eux n'est sincère mais comme ils disent tous les mêmes mensonges, la majorité les croit sincère, et du coup ce sont ceux qui disent le contraire qui paraissent être des menteurs.
c'est le moment de parler de Galilée et de l'église, on est pratiquement dans le même genre de configuration aujourd'hui, et ce n'est pas la chronique du matinaute de ce jour qui va me contredire. Que pèse le petit journaliste de médiapart face à tout le reste de la profession, qui se tait, qui ne relève pas la question ni l'absence de réponse...Le même principe est à l'oeuvre.

mais revenons à cette tribune de ce think tank ultra libéral qui regroupe exclusivement des grands patrons, qui est financé par les entreprises mais qui est tout de même indépendant (ha ha ha)
et parlons d'autres, spécialistes, d'autres experts, qui eux aussi sont soit disant indépendants du pouvoir politique et des intérêts de la ploutocratie : je veux parler de ceux du FMI.
«Recherche institutionnellement orientée», «biais idéologiques», «autocensure», «conclusions préconçues», «faible diversité d’approches théoriques et, plus encore, empiriques», «étroitesse de vues», «cadre analytique inapproprié aux réalités des pays étudiés», «incapacité répétée à citer des travaux de chercheurs locaux»", égrène Le Monde Diplomatique en citant le dernier rapport du Bureau indépendant d'évaluation (BIE) du FMI. Le rapport en question, qui analyse les travaux de recherche du FMI entre 1999 et 2008, indique notamment que ces derniers "semblaient suivre une opinion prédéterminée et, parfois, les recommandations ne découlaient pas de l’analyse". http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=4220

maintenant qu'on est clair sur l'indépendance, et sur la sincérité, on peut commencer à analyser leur discours dans le détail. bien évidemment leur papier est quasi exclusivement centré sur les dépenses comme le rappelle Albert-Yves. Sans tout discuter et tout démonter je tiens à dire la chose suivante :

imaginons pour simplifier la problématique qu'on décide demain que l'état donne 1000 euros par mois à tout le monde avec le statut de "salaire". On va dire que ça représente une certaine dépense pour ne pas dire une dépense certain qui va mettre les comptes dans le rouge....Sauf que...l'état va reprendre une grande quantité de cet argent sous forme d'impot. En effet moi qui gagne 2000 euros par mois, si je monte à 3000 je vais payer plus d'impôts. Mais en plus je vais aussi payer plus pour la retraite, plus pour la sécu, plus de CSG, plus de CRDS. Des tas de gens vont changer de tranche et donc payer plus en euros et plus en pourcentage.

tout cet argent supplémentaire va être dépensé et consommé, ça va créer de l'emploi, ça va faire circuler l'argent et relancer l'économie réelle, plus d'entreprises qui feront plus de beurre et paieront plus d'impots, et investiront d'avantage et feront à leur tout tourner mieux d'autres entreprises....Tout ce petit monde qui va dépenser plus va payer plus de taxes va consommer plus de transports, donc hausse de recettes via la TVA la TIPP etc.

ainsi il faut regarder encore plus loin qu'une simple soustraction recettes/dépenses. Il faut raisonner en termes d'investissements. Ce modèle ne sort pas de nulle part, il ne sort pas non plus de mon cerveau génial, ni d'une dangereuse théorie marxiste, trotskiste ou bolchevique, c'est la relance économique selon Keynes, c'est une solution de type capitaliste. Et c'est à ce jour la seule véritable méthode efficace pour la relance économique , quand l'autre méthode, celle d'Hayek ou de Friedman, la réduction des charges patronales a démontré à de multiples reprises son inefficacité et sa nocivité en termes de relance économique, cette méthode conduit tout droit à l'auto destruction du système capitaliste, c'est ce que nous observons in vivo, ça crève les yeux et pourtant vous ne le voyez pas......C'est proprement incroyable d'être aveuglé à un tel point
"Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir" dit le proverbe.

Ici aveuglement idéologique, certes, mais en grattant un peu je serais bien étonné qu'on ne retrouve pas un
intérêt personnel .

On a droit chaque semaine chez Taddéï à un de ces fossiles porteurs de la bonne parole ultra-libérale que même l'étouffement de la Grèce n'empêchent pas de voir dans la disparition de l'Etat la panacée à tous nos maux.
J'ai surement perdu mon temps encore une fois, mais j'en ai marre qu'on fasse passer les libéraux keynesiens pour des bolcheviks, j'en peux plus !!!!!!

la régulation de la finance
la relance économique par la dépense d'état, la création d'emplois publics, la hausse des salaires

Tout ça c'est du Keynesianisme, ça reste du capitalisme

comme le fait de faire tourner la planche à billets ou d'emprunter à des banques centrales à 0%, ce n'est pas non plus du bolchevisme, ça reste dans l'histoire qui nous a menée lentement mais surement vers le capitalisme.

Orwell, toujours Orwell et les retournements de concept, ils ont réussi à faire passer des adeptes du capitalisme pour des bolcheviks, c'est pitoyable de voir des cerveaux se laisser berner pas toutes ces inversions sémantiques...

ça me fait penser au mail de merde que je viens de recevoir et qui émane à l'origine d'un site ultra libéral 24hactu

et cet article vraiment de merde échafaude une théorie incroyable sur un complot de la presse pro hollande et anti sarko et en plus il ment sur le cas du petit Louis Sarkozy...

Voici ce que je viens de répondre à celui qui m'a fait parvenir cette bouse.
-------------------------------------------------------------------------
autant de mauvaise foi , c'est effarant,

d'abord le petit Louis Sarkozy n'a pas balancé une tomate sur une policière, il lui a tiré dessus avec un pistolet à billes
et elle a reçu des pressions pour ne pas porter plainte (lire le canard enchainé pour le savoir)

un autre gosse (même pas de banlieue) aurait fait la même chose je peux vous garantir, qu'il serait passé devant un juge pour enfant. Avec la Ligue des droits de l'homme nous voyons des ados de 15 ans qui passent devant un juge pour une inscription sur une poubelle !!

Si cela avait été une tomate, je peux vous citer le cas d'xxxxxx qui a pris 2 mois avec sursis et 5 ans de mise à l'épreuve pour un jet de tomate lors d'une manifestation de lycéens lors du mouvement lycéen de 2008 ( contre la loi Pécresse)

et en 2006 pour le CPE nous avons aidé à se défendre un jeune majeur d'à peine 18 ans, pour un jet de tomate sur les flics lors d'une manif, il a pris de la taule ferme et s'est finalement suicidé en prison.

Cet article ne parle pas du silence médiatique sur le rapatriement d'Ukraine de Pierre Sarkozy pour une gastro ( 33 000 euros au frais du contribuable). Le canard parle aussi d'un épisode avec Jean qui tamponnait des bagnoles avec son scooter et que la presse n'aurait pas ébruité et rappelle que c'est bien un tir de pistolet à bille et pas une tomate il y a donc désinformation (canard 14 mars 2012 p 8 : "une famille formidable")

le traitement médiatique, laissez moi rire, Sarko joue la carte du pauvre persécuté qui a toute la presse contre lui, ce n'est que de l'enfumage, en fait la presse le soutient allègrement, Elkabach qui lui passe la brosse à reluire, c'est à vomir, idem pour Duhamel, Apathie, Carreyrou, Pujadas, Pernault, Ferrari, Denisot et l'un des pires Yves Calvi, ils sont impressionants !

les seuls qui font leur boulot genre médiapart se font traiter de "médias fascistes" par Xavier Bertrand et les autres sont aux ordres, jamais une question gênante, sur Karachi, sur les enveloppes reçues chez Bettencourt, sur la campagne de Balladur, sur la campagne de 2007, sur son soit disant prêt pour son appart...

Mais quand la ligue des droits de l'homme publie un communiqué pour demander la destitution de Sarkozy parce que "pour la troisième fois en quelques années, Nicolas Sarkozy vient de violer sciemment la norme constitutionnelle la plus fondamentale de la République : la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen"...pas une seule ligne dans la presse.... pas de députés ou de sénateurs même socialistes pour enclencher la procédure de destitution...

Arrêtez le petit jeu, Hollande ou Sarko c'est blanc bonnet et bonnet blanc comme le duel Bush Obama, c'est de l'esbrouffe pour amuser la foule. Pour vous en convaincre, je ne saurai que trop conseiller à tout le monde de prendre 2 heures pour écouter cette conférence :

l'anecdote du jour c'est la dernière conférence de presse de Sarko histoire de comprendre que la presse roule effectivement massivement pour Sarkozy : Le prêt de Sarkozy, le temps d'un rêve
C'est un beau texte, énervé et tout et je pourrais en rajouter des tonnes, mais on n'a pas le droit (ben oui, c'est comme ça) et je dois rempoter mes ficus.

Mais quand tu renvoies sur des trucs ici, particulièrement le 9:15, vaudrait mieux renvoyer sur le lien de l'évident vite-dit plutôt que sur celui de la chronique comme tu le fais. Le premier est accessible à tous, l'autre a des règles un peu plus contraignantes, voire étranges, clairement indéterminées.

De plus, j'aurais renvoyé (peut-être aussi) sur le vite-dit originel, dont le 9:15 ne fait que reprendre sources. Je n'accuserai personne de plagiat.
Voici le paragraphe que Jacques-Alain Miller, gendre, éditeur-rédacteur de son séminaire consacre à Mélenchon dans une contribution au n° du point de cette semaine intitulée: Hors de l'ordinaire pour mieux nous épater:

Mélenchon, parce que challenger de Hollande, prend son contre-pied: il pratique l'irrespect. Il y excelle (le "capitaine de pédalo"). Mais cette relation n'est pas réciproque: malheur à qui lui manque de respect ! Son irritation ne demande qu'à se déverser dans ces colères qui étaient pour les Anciens le propre du tempérament tyrannique: elles font de lui l'incarnation d'un surmoi féroce. De ce fait, tout le monde le juge épatant: quelle verve, quelle culture, quel punch ! C'est la surprise de la campagne, comme Marine Le Pen fut celle de la précampagne.

Cette citation, et le titre sous lequel ils la liront, prend le risque de déclencher l'ire de tel ou tel des partisans ici du candidat "que tout le monde juge épatant". Je prends donc maintenant la précaution de préciser qu'ils ne sont pas plus particulièrement visés que tous les autres qui le jugent "épatant". La mélenchomanie et le désir de tyrannie qu'il signifie est le fait de "tout le monde": il exprime l'aspiration à "la servitude volontaire" dont la psychanalyse nous a permis de découvrir à quelle économie ou logique libidinale (et non simplement pulsionnelle) elle est ordonnée. Aspiration de chacun, universelle donc, cette servitude volontaire, à laquelle devoir opposer le désir de liberté, quant à lui étonnamment assuré de son "objet". Car la liberté et le désir de liberté sont identiques, comme le précise Bernard Flynn, commentant Lefort sur La Boétie.
"Son irritation ne demande qu'à se déverser dans ces colères qui étaient pour les Anciens le propre du tempérament tyrannique: elles font de lui l'incarnation d'un surmoi féroce."

le gars a du se planter, visiblement il parlait de Sarkozy.

Tiens sinon j'ai trouvé un portrait de Mélenchon fait par tes amis (je pense) et donc il devrait te plaire il colle parfaitement à ton discours anti Mélenchon que tu martelles ici depuis des mois comme si tu étais en croisade.

ton discours serait intéressant s'il s'agissait de désespérer Billancourt mais en fait il est mortifère, annihilateur d'espoir. qui d'autre porte un espoir de réel changement? Le système actuel te plait-il tellement que tu mettes autant d'énergie à saper toute perspective même incertaine d'amélioration?

ou alors peut-être es-tu simplement victime de la personnalisation de la politique? Ce poison qui a contribué à évacuer la démocratie?
C'est admirable, ça. Juger d'un candidat et de son projet pour un pays avec comme outil celui de la psychanalyse, qui plus est à partir d'une tribune de ce grand magazine d'investigation et d'analyse politique qu'est le Point. Nous attendons impatiemment l'analyse psy des autres candidats (on va se marrer) pour choisir pour qui voter.
J'espère que vous mesurez l'ineptie de votre contribution.

On attends toujours cela dit, une réponse aux vrais questions politiques, telles que celle de l'économie par exemple. Qu'avez-vous à dire sur la réponse de Winston Smith sur le sujet ? Cela ne vous pose pas de problèmes d'utiliser la critique prétendument "indépendante" ou "objective" d'un lobby patronal pour analyser le programme économique d'un parti qui préfère les salariés aux patrons ? Autre chose, avez-vous à ce point été berné par la plume du Monde et son style partisan pour ne pas remarquer que le chiffrage du lobby patronal et ceux du FdG lui-même sont étonnamment proches ? Ce qui permet donc de rappeler que
1- Le FdG a fait une analyse chiffrée du cout ET des recettes de son programme il y a quelques temps déjà
2- Que cette analyse semble faite de bonne foi, puisqu'elle est proche de celle que peut faire un groupe qui lui est opposé idéologiquement
3- Que le FdG assume totalement le cout élevé de son programme, et que cela ne nuit pas à la cohérence et à la faisabilité de celui-ci. Tout au plus est-ce une prise de risque, que l'on doit comparer à la CERTITUDE d'une crise majeure si le cap actuel est maintenu comme le souhaitent PS et UMP.
1- Le FdG a fait une analyse chiffrée du cout ET des recettes de son programme il y a quelques temps déjà
2- Que cette analyse semble faite de bonne foi, puisqu'elle est proche de celle que peut faire un groupe qui lui est opposé idéologiquement
3- Que le FdG assume totalement le cout élevé de son programme, et que cela ne nuit pas à la cohérence et à la faisabilité de celui-ci. Tout au plus est-ce une prise de risque, que l'on doit comparer à la CERTITUDE d'une crise majeure si le cap actuel est maintenu comme le souhaitent PS et UMP.


merci pour ce nécessaire rappel
[quote=Jules]Nous attendons impatiemment l'analyse psy des autres candidats (
Vous pourrez la lire par le même Jacques-Alain Miller dans l'article cité ainsi que par d'autres "psy" dont Cyrulnik. Quant à l'économie, comme je le précisais plus haut, 13:32 le 05/04/2012: Il semble s'imposer maintenant d'avoir l'avis de l'évalué. Assez rapidement, car seulement 17 jours (aujourd'hui compris) nous séparent du premier tour. Car d'une part, il ne s'agit pas de ce que "le FdG" pense ou pense faire, mais de ce que la France peut supporter; et, d'autre part, discréditer une information et une analyse tout simplement parce qu'elles émane(rai)nt d'adversaires réels ou supposés, cela s'inscrit dans un ordre de procédés qu'il n'est plus besoin de qualifier. En troisième lieu, s'agissant de Jacques-Alain Miller, "chacun" connaît son maoïste passé, et donc, lorsqu'il évoque "le surmoi féroce" de qui vous soutenez, chacun est à même de mesurer ce "surmoi"-là à celui auquel le gendre de Lacan a lui-même sacrifié. Enfin, quant à Lacan maintenant, interrompu par des étudiants "révolutionnaires", il leur répondit: "Vous cherchez un maître, vous l'aurez". Mais, à l'inverse, aujourd'hui, ce qu'il faut préférer répliquer, c'est ceci: vous nous désirez la tyrannie, mais vous ne nous aurez pas.
La "mélenchomanie" est un mythe, à forte connotation idéologique.

Une observation des faits pourrait à la rigueur amener à parler de "mélenchophilie".

Et pourtant les "mélenchophiles" se targuent de s'intéresser avant tout au programme du FdG
plutôt qu'à son candidat.

Vous pouvez entendre cela??
Cher Youri Llygotme,
Croyez-le ou non, mais il ne m'est vraiment pas agréable de ne pas autrement m'accorder avec vous.[quote=Youri Llygotme]les "mélenchophiles" se targuent de s'intéresser avant tout au programme du FdG
plutôt qu'à son candidat.

Vous pouvez entendre cela?? me demandez-vous.
Je l'entends tellement que je le déplore plus encore: le souci de la France, comme je vous l'ai précisé dans mon précédent commentaire, devrait passer avant celui du (programme du) FdG pour les "mélenchophiles", comme vous les appelez sans discerner ce que cette appellation peut avoir de malheureux. Mais laissons cela, pour simplement ajouter que ce n'est pas au moment où votre éponyme s'applique à "évoquer" dans ses discours* "qui vous savez" qu'il est recommandé de ne pas ordonner son mouvement à "l'idée de la France" dont nous devons au Général, qui en tenait de Péguy l'inspiration, la philosophique notion. Si j'ai préféré quant à moi l'expression de "mélenchomanie", c'était parce que je visais un phénomène dépassant de loin les partisans de l'éponyme de votre "Front", autre fâcheuse appellation: mais laissons encore. L'engouement, dont le candidat de vos voeux est l'objet, s'étend en effet, vous en conviendrez, bien plus loin que ses "partisans" et ses futurs électeurs: jusqu'à saisir "tout le monde", comme l'écrit J.-A. Miller et comme il n'est pas besoin de développer. La Boétie, dont nous devons à Lefort la précise élucidation de la pensée, me paraît pouvoir politiquement l'expliquer et permettre de s'y opposer: la raison vous en est ci-dessus donnée dans mon 8:47 le 07/04/2012.

*Dans la voix, les gestes et les "injonctions".
"le smic à 1700 euros et la taxation des gros revenus au-delà de 360000 euros suffit à économiquement le discréditer."

le smic à 1700 brut en début de législature!! ouah c'est vrai ça fait une augmentation de... combien de % au fait, vous avez calculé?

par rapport aux augmentations de 68 et 81 c'est beaucoup plus?

mais c'est vrai en ce moment c'est la crise.

pour la taxation à 100% au dessus de 360000€, moi non plus je ne suis pas d' accord avec cette mesure, car je pense que si des

gens rêve de devenir riches on ne doit pas les en empêcher, tant qu'ils ne le deviennent pas au détriment des ouvriers.

pour la taxation à 100% au dessus de 360000€, moi non plus je ne suis pas d' accord avec cette mesure, car je pense que si des
gens rêve de devenir riches on ne doit pas les en empêcher, tant qu'ils ne le deviennent pas au détriment des ouvriers.

Vous ne trouverez jamais un gros richard dire que ce qu'il gagne, c'est au détriment des ouvriers. De la même façon, les habitants des États-Unis d'Amérique, qui consomment 10 fois plus que les habitants du reste du monde, n'ont jamais le sentiment qu'ils sont les premiers gaspilleurs des ressources de la planète.
[quote=combien de % au fait, vous avez calculé?]

exactement 21,57%.
Dites donc, très bien cette chronique, mais je trouve que D. Schneidermann s'implique de plus en plus. ça me dérange pas hein, c'est juste qu'il y a quelques années il disait ne pas vouloir dire pour qui il vote. Mais là, corrigez-moi si je me trompe, ça devient de plus en plus clair non?
Est-ce Mélenchon qui ressuscite la gauche, ou la gauche qui ressuscite par Mélenchon ?

good kueshtionn.

cette élection ne serait-elle pas la revanche de 2005 plutôt que 2007 ?
Sachant que les ouiistes de tous bords ont attendu l'´élection présidentielle pour annuler simplement le résultat du référendum ?
la nouvelle de rupture droite-gauche est noniste-ouiiste , Mélenchon l'a parfaitement compris
Le mien, de dentiste, impossible de connaître sa couleur politique.
Comme je me gêne pas trop avec lui, l'autre jour j'ai essayé de savoir.
J'ai dit : " 'oi, 'aim 'ien 'é 'en 'hon. Et 'ous ? Il m'a lancé un regard interrogateur et a continué à me fraiser.
Alors j'ai pas insisté.
Ca démontre une chose, la plupart de ces encravatés, dont peu doivent gagner moins de 5 à 10.000€ par mois mais passent leur temps à parler du peuple (qu'ils ne fréquentent que du bout de leurs longues vues, de leurs bureaux cossus), n'a rien vu venir et pour cause ! Ils sont tellement coupés de la réalité du pays, pratiquent tellement la consanguinité microcosmique, que leurs éditos tournent à vide la plupart du temps mais que ça se voit quand le peuple gronde, et le montre...
De sorte que pour expliquer cette poussée on a eu droit successivement à :
- "à 5 % il est au maximum"
- puis à "8% disent les sondages, mais ils exagèrent un peu et c'est très loin du score du FN, beaucoup plus populaire"
- puis à "certes ses meetings sont pleins mais ce sont surtout des curieux qui viennent voir un show"
- et enfin à "il fait le jeu de la droite, regardez Sarkozy applaudit".
Ca restera comme un cas d'école de ce que la petite médiacratie est capable de faire pour mépriser et minorer un candidat gênant, et les millions d'électeurs qui se retrouvent dans son discours, sans même aborder les questions de fond ni comparer les programmes politiques. Manque de bol pour les plumitifs, Mélenchon n'est pas Cheminade (bien trop gentil), et quand on le cherche, on le trouve.
Ah oui, très joli le coup du dentiste, je l'ai moi aussi entendu ce matin, pauvres gens qui en sont réduits à inventer des histoires à peine crédibles... maintenant, ils vont nous faire le coup des ultra-riches, des ultra-bobos, des ultra-intellos, des ultra-droites qui votent JLM. Dans l'impossibilité de nier un phénomène pré-électoral étonnant, ils vont s'acharner à en détourner le sens.

Il y a longtemps que je me suis donné pour tâche de lire le Mélenchon dans le texte au lieu d'écouter ce que l'on dit de lui. Et j'ai été très surprise de la divergence totale ente les deux images. Lui même en a fait une jolie parodie récemment, en déclinant "Le ciel est bleu, gronde Mélenchon, le ciel est bleu, éructe Mélenchon. le ciel est bleu, vocifère Mélenchon..." J'ai encore entendu ce matin un "tonitruant" de belle facture.

Après un silence rigolo, où ils pouvaient énumérer quasiment tous les candidats sauf lui dans la même phrase, après un jeu sondagier hilarant (les sondages, comme Pénélope, détricotaient la nuit les grimpettes du jour, incapables de franchir le seuil fatidique des 9,99%), voilà que d'un coup les chiffres bondissent et qu'on n'entend plus que lui partout. Toujours accompagné de commentaires discrètement ou ouvertement sarcastiques, bien sûr. Et centrés sur la seule personne de Mélenchon, en évitant soigneusement de parler du mouvement qui le porte et le dépasse.

Pour ceux qui veulent découvrir une facette complètement ignorée et très surprenante de JLM, je conseille son intervention (13mn) devant l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité. Je n'y voyais certes pas un simple racolage, genre "toutes les voix sont bonnes à prendre", j'ai pourtant été impressionnée par la haute qualité du contenu.
La Sarkozie politique et médiatique cherche à pousser Mélenchon contre Hollande, c’est de bonne guerre.

Ce qui est de moins bonne guerre c’est, sur les forums, les affrontements mélencholiques contre hollandistes. Les uns accusent les autres de faire du Sarko light, les autres accusent les uns de rêver à une révolution impossible. Ils n'ont pas tort. Mais c’est dit avec un niveau de violence qui ravit la Sarkozie, car elle n’a pas oublié que ce n’est pas tant notre champion qui gagne que son adversaire qui perd. Et la machine à perdre, à gauche, on sait la faire tourner…

Niveau de violence : il se trouve même des mélencholâtres pour, si leur rêve ne se réalise pas, refuser de voter Hollande au deuxième tour. Pour ces gens-là, j’hésite entre deux qualificatifs : imbéciles, et salauds.

Aïe, voilà que moi aussi je deviens violent !
Etonnant : j'étais au téléphone hier lorsque j'ai allumé la téloche sur France 5 pour voir de quoi Calvi parlait (souvent, j'en regarde qqs extraits pour avoir une idée des beaufitudes du moment)...
Hier soir, j'énonce au téléphone le titre à mon interlocutrice, mélenchonnâtre elle aussi ;o)). Nous continuons à parler (j'ai coupé le son) et je vois Reynier et les autres... alors je me dis, pas la peine de raccrocher... Ils vont déblatérer en faisant semblant de se rallier... vu que le vent tourne ;o)).
Je vois que je n'étais pas loin, en découvrant votre chro du matin, Daniel ! Merci donc de m'avoir épargné des énervements susceptibles de me gâcher un peu la soirée.
En revanche, comme les questions s'affichent à l'écran et que celles -non sélectionnées- défilent à toute vitesse au bas du même écran, je les lisais tout haut à ma copine, avec qui je blablattais toujours. Et bonjour le choix des questions des telespectateurs ! Aussi indigentes que celles qu'une grande majorité de journalistes ont posées à Méluche jusqu'à présent... Faut dire qu'ils sont à bonne école ! Une surtout concernant cette "remontée actuelle du communisme par le biais du Front de Gauche" !
Mélenchon est à la mode.Calvi a donc été obligé de traiter le phénomène.Le plus rock and roll,c'était quand même le très sarkosiste Reynié qui a son rond de serviette à la table de C dans l'air.A se demander comment certains de ses propos flatteurs ne l'ont pas étouffé.La dame du Figaro avait rangé ses flèches empoisonnées. Renaud Dély qui a parfois des mimiques plus éloquentes que ses propos a dit un truc à retenir.La dégradation de la société crée deux sentiments:la peur et la colère.La peur envoie chez Le Pen,la colère chez Mélenchon.S'il dit vrai,souhaitons que la colère l'emporte.
Beau talent d'entomologiste, M.Schneidermann. Les journalistes sont de plus en plus contaminés par le syndrome d'Ormesson, le premier éditocrate de droite à s'être pâmé devant le charisme de Mélenchon. (Attention: Son charisme, pas ses idées qu'il juge toutes incongrues) Reste à savoir ce qu'est le charisme: Est-ce Mélenchon qui ressuscite la gauche, ou la gauche qui ressuscite par Mélenchon ?
Amusante cette façon qu'ils ont de manier les pincettes, peut être même en se bouchant le nez ! quelle bande d'imbéciles ! Merci Mr Schneiderman !
C'est drole de voir un journaliste (DS) étiqueter d'autres journalistes ! quand ce Mélenchon, très au centre des débats, a dit à Radio france Politique qu'il était trés facile de savoir l'opinion des journalistes, votre consoeur Madame Duchemin (de France info) est montée sur ses talons ! il y aurait deux écoles de journalistes ? merci DS d'etre dans la seconde !
Très drôle et bien vu.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.