16
Commentaires

Médiateur : ASI met en cause un photographe… à tort

Dans notre émission sur les portraits de presse au prisme du genre, en particulier dans "Libération" et dans "Télérama", nous évoquions une photo illustrant un portrait de l'autrice féministe Pauline Harmange dans "Libé", photo la montrant avec des aisselles poilues, ce qui lui a valu une campagne de harcèlement antiféministe sur les réseaux sociaux. Avait-elle demandé au photographe que ce cliché ne soit pas choisi ? C'est ce qui a été affirmé pendant notre émission, à tort. Cela pose plus largement la question de l'exercice du contradictoire dans nos émissions.

Commentaires préférés des abonnés

Merci pour cet article, autant intéressant sur le fond pour le photographe que pour cerner comment se travail se fait la plupart du temps chez ASI

Pas la seule "approximation" de Marie Dorcher au cours de l'émission, puisqu'à propos du travail de Patrick Swirc elle affirme a 56:37: "Avant de l'appeler, j'ai été regarder son site. [...] Tous les hommes dont on voir la peau sont gay."


C'est complè(...)

Bonjour, merci pour votre commentaire : en réalité, pour avoir eu Pauline Harmange, ce n'est pas tant la photo elle-même, ni sa reproduction qui lui pose problème, mais les risques que cela peut engendrer pour elle. En l'occurrence, et au regard de l(...)

Derniers commentaires

J'avoue n'avoir rien compris à la polémique en question, à propos des poils.

Surtout dans l'explicitation donnée en fin d'article : "Dans la version initiale de cette article, les aisselles de Pauline Harmange étaient qualifiées par leur absence de rasage, c'est à dire avec une négation. Ces occurrences sont désormais qualifiées par une description sans négation, c'est-à-dire la présence de poils."

Ainsi, j'ai du mal à comprendre la différence, entre une occurence avec négation et une autre sans négation, c'est-à-dire  positive ? neutre ?

C'est comme si les femmes qui se font couper les cheveux chez le coiffeur étaient qualifiées par leur absence de rasage (parce que, un cheveu, c'est un poil...)

Et un cycliste lamda qui ne se fait pas raser les poils de ses jambes, vous le qualifiez comment ?

Non, franchement...

"Que s'est-il passé ce jour-là sur notre plateau ?"

"Nous avons laissé s'exprimer un.e militant.e puisqu'elle dénonçait l'homme blanc.

Merci et à bientôt sur @rrêt Sur Biais, le site qui décrypte les idéologies (des autres)."


Excellent exercice d'auto-critique active. Bravo !

Si l'IGPN était seulement à moitié aussi méticuleuse que l'IGASI...

C'est pas un peu couper les poils en quatre ça ?

Pas la seule "approximation" de Marie Dorcher au cours de l'émission, puisqu'à propos du travail de Patrick Swirc elle affirme a 56:37: "Avant de l'appeler, j'ai été regarder son site. [...] Tous les hommes dont on voir la peau sont gay."


C'est complètement faux, on peut le vérifier facilement: http://www.swirc.com/portfolio/category/portraits/

Nicolas Duvauchelle et Jean Reno sont hétéro que je sache. Aucune idée pour Tin-Tin.

Un seul homo nu, Dominique Besnehard.

C'est franchement très léger.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Manque l'odeur, toute en poésie.

"Si on m'avait demandé deux semaines plus tard (soit juste avant publication, ndlr), j'aurais certainement dit non."


Pauline Harmange exprime clairement qu'elle ne souhaite plus que cette photo soit publiée 


Pourquoi alors l'insérer au sein de cet article (qui se comprendrait très bien sans cette illustration) ...?




 .

Merci pour cet article, autant intéressant sur le fond pour le photographe que pour cerner comment se travail se fait la plupart du temps chez ASI

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.