46
Commentaires

Maurras : "l'oubli" de l'historien Olivier Dard

Commentaires préférés des abonnés

Je me permets un petit témoignage personnel. Il y a bien longtemps, dans une honorable maison de la rue Saint-Guillaume à Paris, j'ai bénéficié des leçons d'Olivier Dard, qui donnait des cours d'histoire 3 à 4 heures par semaine (si je me souviens bi(...)

Il faut dire qu'oublier l'inoubliable est une victoire de l'inconscient qui mérite d'être saluée

M'enfin, Daniel!

Vous savez bien que l'antisémitisme aujourd'hui, on ne le rencontre que dans ces banlieues pleines de b. ... d'arabes.

Derniers commentaires

Glisserions nous paisiblement vers un fascisme "soft" ? Quand on met en relation cet extrait de colloque paru chez "Hors série" ( http://www.hors-serie.net/Speciale/2018-02-03/Sur-le-fascisme-id284 ) , est-il légitime de se poser la question ? Je pense que oui.

Excellent article sur ce sujet sur le site LES CRISES d'Annie Lacroix-Riz qui montre la genèse  de cette histoire.


A déguster ....

Bonjour


Je réagis à votre chronique dans Libération ce matin sur le même sujet. Vous y utilisez largement la notion d' "amnésie nationale" pour décrire la situation et inclure l'épisode Maurras de ces derniers jours dans la longue liste des problèmes de mémoire en France. Je sais que c'est une expression qui revient régulièrement sous votre plume, mais elle me semble dangereuse ici. Car vous encourez le risque qu'on vous l'oppose symétriquement : en refusant la commémoration de Maurras (un point de vue que je partage!), n'encouragez vous pas l'amnésie nationale à son endroit ? 

Ce malentendu peut être facilement évité si on rappelle que le problème ici n'est pas tant celui d'une amnésie que celui de la fabrication d'une mémoire orientée, celle d'un Maurras light, édulcoré par "oubli" de son antisémitisme. Plus qu'un manque, c'est plutôt cet ajoût, cette réécriture qui posent problème au monde d'aujourd'hui : constatons par exemple qu'elle permet aux réactionnaires de la revue Limite de se réclamer de l'héritage d'une "certaine Action Française" (laquelle, jeune gens ? dites-nous tout. Celle qui était un peu antisémite, beaucoup antisémite, ou passionnément antisémite ? On veut savoir). 

Le mot d'"amnésie" permet de plaider au pire le mensonge par omission. Or là, nous avons bien un mensonge construit, idéologique et offensif qui prend forme. Un mensonge par détermination. Que cet historien oublieux en soit ou pas conscient, ce n'est pas mon problème, même si c'est la honte pour lui. Le problème n'est pas lui. Le problème est le mensonge. 

Bienveillante aussi cette chronique, envers M. Dard. Si je ne vous lisais pas quotidiennement depuis 10 ans, je serais méfiant, voire scandalisé. Vigilance s'il vous plaît M. Schneidermann !

Je ne sais pas si l'on peut comparer, mais ça me fait penser que de la même manière on a tendance à omettre le racisme ou la misogynie de nos "grands hommes" d'antan.

Partant de là, je me pose la question de savoir si c'est réellement surprenant ? Les gens veulent garder uniquement ce qui les intéresse chez les personnalités qui les intéressent.

Un historien, qui rédige une notice pour des commémorations et qui "oublie". 


#error

A Olivier Dard je préfère Frédéric Dard

devra-t-on écrire "philosémite" dans la bio de D.S......?

Pour peut-être saisir quelque chose de l'ambiance actuelle, cf cette étrange émission de Finkielkraut où il conclut en demandant si un Maurras sans antisémitisme est possible : Maurras et ses héritiers .

Dans son introduction, il commence par faire une liste d'intellectuels, journalistes etc. disant que Maurras revient (cf notamment "Les années 30 sont de retour" ) et vu que cette liste ne doit pas lui plaire, ça sent l'émission voulant redonner un peu de crédibilité à cette sorte de nation ethnique que défendait Maurras, plus culturelle que biologique. Entre Zemmour, Buisson, les tendances à ethniciser une certaine idée de "République" (tradition laïque, Charlie institutionnalisé, roman national etc.), je crois qu'on n'en a pas fini avec la question de l'identité nationale et il ne m'étonne pas que les Barrès ou Maurras pointent leur nez.

Pour ma part, c'est moins les années 30 que tout ça m'évoque que la fin du XIXe, période de consolidation des idées nationales autour de l'Etat-nation, de cristallisation d'imaginaires sur une identite française hexagonale, et dont les problématiques ont des raisons de revenir aujourd'hui où l'Etat-nation est mis à mal par la mondialisation. Qu'est-ce que la France, qu'est-ce qu'être français aujourd'hui entre règne des multinationales, culture pop' mondiale, diasporas, attachements communautaires divers, néo-libéralisme chantre d'un Etat faible, Union Européenne etc. ?

Comme l'article le suggère, le prétendu "antinazisme" de Maurras est totalement superficiel. Je le sais car il est l'un des inspirateurs intellectuels d'une partie de ma famille (on ne choisit pas). Il ne faut pas oublier qu'entre les deux guerres, il y a chez les français qui se vivent comme vainqueurs un sentiment de supériorité absolue par rapport aux allemands. De la même manière, le ressort populaire du mouvement nazi n'est pas pour susciter quelque admiration de la part de Maurras qui prône lui un retour aux valeurs de l'aristocratie (un antisémitisme "raffiné" dirait l'article).

Bref, c'est peu comme si sur la notice de Bruno Mégret on en faisait des caisses pour en faire un "antilepéniste de tous les instants". Or on ne se souvient pas que pendant l'occupation ce cher monsieur Maurras ait pris le maquis...

Maurras serait à l'origine de "laïcard", un terme qui plait tellement à certains psittacidés gauchisants.

On a les maîtres à penser qu'on mérite.

Les antisémites ne vont pas manquer de lecture et de raisons de célébrer en ces temps que l'on peut qualifier d'infâmes.

Après la réédition annotée de Mein Kampf, dont ils déchireront les notes inutiles à leurs yeux, après l'annonce de la publication des pamphlets antisémites de LF Céline, voilà qu'ils pourront commémorer Maurras même officieusement.

M'enfin, Daniel!

Vous savez bien que l'antisémitisme aujourd'hui, on ne le rencontre que dans ces banlieues pleines de b. ... d'arabes.

 C'est en effet vraiment étonnant ,  l'antisémitisme étant au coeur de la doctrine de Maurras. 

Il faut dire qu'oublier l'inoubliable est une victoire de l'inconscient qui mérite d'être saluée

Je me permets un petit témoignage personnel. Il y a bien longtemps, dans une honorable maison de la rue Saint-Guillaume à Paris, j'ai bénéficié des leçons d'Olivier Dard, qui donnait des cours d'histoire 3 à 4 heures par semaine (si je me souviens bien) à un groupe d'une vingtaine d'étudiants, dont moi.

J'en ai gardé un souvenir de vrai malaise, tant ce monsieur était fasciné par le fascisme et le pétainisme. Fasciné, et pas clairement critique, me disais-je alors, du haut de mes 18 ans. Pas franchement prêt à dire nettement les choses. Il n'a apparemment pas beaucoup changé.

Dan

Merci Dan de témoigner ici, et de votre fidélité à ASI et de votre expérience de jeune étudiant face à un homme qui est présenté comme un "maître"... Votre expérience est précieuse, ne la sous-estimez pas, et elle éclaire utilement le propos du jour du matinaute.

Ah merci Dan pour ce témoignage.

Votre apport, bien à propos, confirme, par la clinique,  ce que dit " DétecteurDeVérité", soit qu'oublier l'inoubliable est la marque de l'inconscient, joliment rappelé par DS sous la forme du sympathique pachyderme envahissant. 

Disons que c'est l'hypothèse la plus bienveillante.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.