108
Commentaires

Marion Rousse, consultante et compagne

Commentaires préférés des abonnés

Pourquoi tout de suite « prostituée » ? Je dois être innocent comme garçon, je n’ai vu que jeu sexuel pour exprimer la proximité des deux personnes en cause, rien de plus. Sinon, effectivement, c’est du lourd de chez lourd en terme d’humour.

Brigitte a Paris-Match pour commenter les exploits de son mari....

Marie-Alice YAHE ancienne joueuse de Rugby est désormais consultante sur Canal + ne commente quant à elle pas les matchs de l'équipe dans laquelle évolue son mari encore joueur professionnel Maxime BEAUXIX ( actuellement à Oyonnax )


c'est le B.A-BA me(...)

Derniers commentaires

J'allais noter que si les medias télévisuels cessait de caster les femmes sur leur physique peut-être y aurait-il un peu moins de ce genre d'humour gras.... Mais vu que cette dame est une ancienne cycliste, et donc un professionnelle a priori non recrutée de par sa plastique, je remballe mes propos (tout en les publiant ici ; cherchez l'erreur).

Erreur factuelle, il me semble que ce n'est pas sa première année en tant que commentatrice du Tour.

Non ?

Etonnant, toutes ces personnes  qui prennent tout au premier degré. Une caricature c'est fait pour choquer et forcer le trait. Donc ce dessin ne me choque pas, il me fait même rire, c'est dire si j'ai mauvais esprit. Pourquoi ? Parce qu'il est bien évident que c'est du second degré. Aujourd'hui, on en arrive à tout devoir expliquer. Quel dégringolade intellectuelle !


Science-fiction même pas envisageable dans les têtes des sexistes, Julian s’adressant à sa compagne :

Chérie, pour préserver ta carrière de consultante, je quitte la course cycliste.

Journalisme de supporter, est-ce que ce n'est pas le cas en politique également ?

Mais expression intéressante !

« l’actuel porteur du maillot jaune » n’est pas Julian Alaphilippe, mais Primoz Roglic, coureur slovène.

Ça ne change pas grand chose au dessin de l’huma, dont je me balec, mais par contre ça rend un peu vains l’analyse et les commentaires enfiévrés afférents à cette chronique.

D’autant plus que la publication de « Flic » de Valentin Gendrot diversement appréciée des médias, meritait peut-être que le matinaute  avisé s’y intéressât un peu plus qu’aux états d’âme de Marion Rousse, et de la question de savoir si le dessin de l’huma est pro ou anti. féministe.

Parce qu’en matière de journalisme, avec l’ami Gendrot, entre infiltration, complicité, dénonciation, et rapport aux médias, y’a du boulot d’analyse à produire, non?

Enfin, j’dis ça...

Pardon, mais...ne vaudrait-il pas mieux  manifester, avant qu'il ne soit trop tard,  un soutien à Julian Assange?

ily a conflit evident qui est simple a eviter , ne pas lui faire commenter la performance de son conjoint.

Je ne pense pas qu'elle doive se mettre en retrait comme le fond les journaliste politique , ce que je trouve honnêtement un peu excessif, il n'y a visiblement  pas besoin d’être en couple pour cirer les pompes des politiques..... on en voit tous les jours les pires exemples.


Apres elle partage les mêmes travers que les autres journalistes sportifs a savoir complaisance voir connivance totale avec les coureurs et déni face au dopage. difficile d'en faire le reproche aux journalistes quand leur employabilité dépend entièrement de leur capacité a vendre du reve au téléspectateur.... 


honte l'huma pour cette caricature et honte aux commentateurs ci dessous qui essayent a demi mot de la justifier. 


Sinon DS essayez de n'ouvrir twitter qu'apres avoir ecrit votre chronique matinale voir un matin sur 2 si vraiment c'est trop dur  !



Elle est un exemple de ce que devient le journalisme "à la française" comme cette policière à Europe1 ou encore ce pseudo-journaliste de Cnews pour lequel les faits ne sont que des empécheurs de ressentir en rond (voir les articles d'ASI correspondants).

Ceci dit ce dessin est ignoble et le fait qu'il soit autorisé à la diffusion (le dessinateur n'a pas décidé lui-même, je pense) l'est tout autant; le fait de présenter des excuses n'efface rien au sens propre comme au sens figuré, il faut pour cela que les excuses aient la "même puissance" au moins que les faits qui les nécessitent.

Ce dessinateur, médiocre au demeurant (avis personnel), traduit là sa personnalité de type geek refoulé concupiscent... 

Ce rédacteur (peut-être pas chef) démontre son inutilité à ce poste.

 

Oui, la caricature a manqué son coup parce que le dessinateur a voulu aller trop loin. Il aurait suffit de metre les deux protagonistes dans un lit. Lui lisant le journal, elle en train de rédiger des notes sur un bloc et lui disant "je prépare mon speech sur toi dans l'émission de demain, tu penses que je devrais parler desquelles de tes qualités, mon amour ?". Et hop, le tout était joué sans avoir besoin d'affubler la femme d'un attirail de "lap dancer" (si ce n'est donc de prostituée).

Sévère distribution de mandales du côté gauche, pour cette pauvre Marion Rousse. La comparer aux taiseux du dopage, vous y allez un peu fort (A ses côtés, d'ailleurs, officie un ancien dopé notoire). "Comme si ce couple n'était que l'illustration d'une endogamie admise entre les commentateurs sportifs et les champions dont ils parlent, endogamie qui, dans le passé, a par exemple conduit à une pudique occultation par les premiers de la pratique du dopage par les seconds." Sans doute. Mais dans son cas, au moins, c'est de notoriété publique, et même si on le dit en catimini, vite fait et on passe à autre chose, on le dit. On est beaucoup plus discret sur certains copinages bien plus engageants. 

Par contre, oui, il y aurait beaucoup à dire sur le journalisme sportif en général, "un journalisme de supporters", en effet (Et encore, nous, ce n'est rien à côté de nos voisins latins).

De là à publier des caricatures aussi grossières... On aurait attendu de l'Huma un tout autre angle d'attaque sur le sujet. Ce dessin donne malheureusement bien des arguments aux partisans de ce journalisme de connivence qu'il prétend dénoncer.

Il y a à mon sens confusion dans l'article entre le rôle de consultant.e et celui de journaliste. Les consultant.e.s sont souvent des anciens sportifs (parfois actif, cf Steve Chainel sur Eurosport, coureur en cyclo-cross), mais également entraîneurs, DTN parfois en poste (cf Thomas Voeckler, sélectionneur de l'équipe de France masculine). Ils apportent une analyse, notamment technique, indispensable aux journalistes/commentateurs (d'un niveau très hétérogène...). Parler de collusion entre consultant.e.s et sportifs n'a donc pas trop de sens, car ils appartiennent à la même sphère.


Marion Rousse a quant à elle un beau CV (championne de France sur route). Elle officie comme consultante depuis des années, sur plusieurs chaines, en commentant courses hommes et femmes (en ayant été en couple avec Tony Gallopin, cycliste moins connu du grand public), de manière pro (ça c'est mon opinion). 

Et elle n'a certainement pas à s'excuser pour son physique avantageux, comme limite suggéré plus bas (un poil insultant, non ?). 

Un coup de fatigue?RIen de plus motivant ce week-end?

Et moi qui pensais (espérais) en m'abonnant à @SI que ce lieu serait moins victime des opinions binaires et non contrastées des réseaux sociaux. 


Je suis sidéré par certains arguments émis dans les commentaires de cet article.


D'ici à ce que soit exigé la mise en ligne de l'état civil complet de tous les collaborateurs d'@SI des fois qu'une brebis galeuse folâtrerait avec une puissance médiatique !

Je trouve cet article à côté de la plaque sinon tiré par les cheveux : est-ce qu'il s'agit ici de faire voter pour un sportif  qui  aurait un programme qui va influer sur notre vie ? ou de faire avec sérieux et compétence son travail  de consultante ?


Le choix ne serait pour M Rousse  que de  relever les éventuelles  faiblesses du sportif ou de se taire ?


Le droit que s'arroge E Lemoine de la pousser à justifier du sérieux de son travail, bien qu' étant tout en sourires, est du même ordre que la minable caricature citée; c'est juste l'intensité qui change


Je me demande si la notoriété de son compagnon joue ? il ne me semble pas qu'elle ait eu à justifier de ses compétences lorsqu'elle partageait la vie d'un autre sportif, peut-être mins en vue

C'est bien plus complexe que ce que vous en dites. Et vous n'abordez pas le fond du problème


Cette journaliste est très jolie. Sa beauté est un des critères (outre le fait qu'elle soit une femme, important, les quotas) qui font qu'on lui a confié son poste (probablement aussi important que le fait qu'elle soit une ancienne cycliste).


Du coup, on a un mixe entremêlé de compétence, de quotas, d'utilisation du physique, etc. qui rend impossible le fait de dire que la caricature est sexiste ou pas. Selon moi (mais vous avez le droit de ne pas être d'accord), la plastique est primordiale dans cette embauche. Et donc on est dans... l'anti-féminisme, non ? L'utilisation de l'image de la femme pour faire passer la pilule d'une femme qui commente une compétition d'hommes (s'il y a réellement une réticence de ce point de vue chez les téléspectateurs, ce qui n'est pas évident) est sexiste.


Il y a tout cela mélangé, et la journaliste (comme beaucoup de journalistes femmes) participe à cautionner l'utilisation de son image... attitude que je trouve anti-féministe.


Et du coup, elle demande du respect, qu'on ne la considère pas comme un objet ou comme la petite amie de, voire une prostituée. Mais bon, elle vend bien son image, là, non ?


Le fond du problème, c'est que les rédactions utilisent la plastique des femmes (et en rajoutent avec des tenues sexy - la preuve, on ne demande jamais aux journalistes hommes d'avoir des décolletés profonds et des shorts courts, à part BHL) et que les femmes se laissent faire. Bref, on est en plein dans l'anti-féminisme au moment même où l 'on prétend qu'on le combat (puisqu'on embauche des femmes).


Bon, il se peut que je m'égare, mais je pense qu'on peut se mettre d'accord sur la différence de traitement homme/femme sur cette question du physique chez les journalistes (en général - il y a toujours des exceptions, évidemment). Et cette différence de traitement me semble anti-féministe. Cautionner la chose en tant que femme femme qui utilise sa plastique dans un travail qui ne l'implique nullement a priori idem.

L'objectif de France Television est clair: diversifier son audience avec un jolie consultante que l'on voit peu à l'antenne et dont on n'entend que sa voix la plupart du temps. En l'occurrence , Marion Rousse connait bien le cyclisme professionnel et les passionnés de vélo sont assez avertis pour ne peut pas être orientés par ses commentaires sur la course d'Alaphilippe. Ils font la part des choses. Un passionné de vélo est prêt à avaler bien d'autres couleuvres, notamment sur le dopage des coureurs. Parfaitement informé qu'aucun exploit ne se fait à l'eau claire, il pardonne aux coureurs qui lui assurent un spectacle, des écarts à l'éthique. Autre entorse à la loi , l'achat et la vente de victoires entre concurrents est fréquente (Van Steenbergen, Gimondi, Moser, Vinokourov, Virenque, etc.)

Le cyclisme est, comme bien d'autres activités sportives à risques (chutes, abandons, problèmes de santé, etc.) une histoire de bruit et de fureur qui a de lointains rapports à la morale sportive.  Il en va de même pour la politique, la culture, les affaires, la finance., la carriérisme professionnel, etc. La liste est sans fin. Telle est notre condition humaine.

le dessin de l'Humanité est effectivement déplacé quant à sa représentation de la femme.

Par contre, la moindre des choses serait que M. Rousse s'abstienne de commentaires sur son compagnon ou alors qu'ils restent dans le cadre strictement sportif

La présentation gentillette de C à vous "les jolis mots..." et l'expression enfantine de cette consultante font irrésistiblement penser au personnage de "Corinne 11 ans" sur l'ancien CDV d'Édouard Baer :-)

https://youtu.be/7cIZRkCAQRY

Je n'ai qu'une chose à dire (à écrire, même) : Marion et Julian forment un bien joli tandem.  :)


Rappelons que Marion Rousse est d'abord une cycliste avec une carrière enviable puis une consultante professionnelle et compétente. Probablement ce que sera Julian après sa propre carrière, comme Thomas Voeckler, par exemple.


Le parallèle avec les collusions entre journalistes encartés et politiciens en poste est totalement hors de propos.

Je ne fais du vélo que pour aller chercher le pain (en général on mange du pain fait maison).


La dernière fois que j'ai regardé le tour de France c'est parce qu'il passait devant les fenêtres, je n'avais pas le choix.


Donc j'estime que la compagne d'un coureur (cycliste, pas de jupons) n'a pas à être clouée au pilori parce qu'elle est chroniqueuse sportive.


Parce que vous semblez mettre cette liaison sur le même rang que celle qui unit des politiques et des journalistes et des journalistes et des politiques (le doublé, c'est pour l'inégalité des sexes).



Juste pour vous dire qu'aller chercher dans les tréfonds de touiteur de quoi alimenter votre chronique, ça sent un peu le lundi matin.


A moins que vous n'ayez sauté sur l'occasion de taper sur l'Huma ?


Un dessinateur ,  le Nord, le cyclisme, une femme journaliste ....


Qu'il nous soit permis ici d'évoquer la magnifique BD de Christian Lax en 2 albums , "le pain d'alouette" , mettant en scène Reine Fario , apprentie journaliste, fille d'un champion cycliste , aux temps héroïques de Paris-Roubaix, dans une situation qui n'est pas étrangère au sujet du jour :


le pain d'alouette



Félicitations à Marion Rousse pour sa carrière sportive !  


(championne de France sur route quand même...)

Hier soir, il y avait à Strasbourg un spectacle en l'honneur de la chanteuse Régine dont je ne connaissais que la chanson de Guinsbourg sur les petits papiers


Il faut dire qu'en découvrant les autres chansons de Régine, nous avons été abasourdis par les chansons du genre "Il me file des gnons, j'ai des bleus partout, c'est mes joyaux, j'ai des hématomes, c'est mes rubis, ... mais je l'aime et je n'attends que son retour"

Je me trompe peut-être, mais il me semble que Marion Rousse commente le cyclisme sur France TV depuis plusieurs années déjà, et je suis convaincu de l'avoir entendu commenter déjà l'année dernière au moins (avec déjà la même problématique).


Ce qui ne retire rien au reste de cet article, ni à son fond tout à fait juste.

On a des nouvelles d'Anna Cabana ?

il me semble que pour le sport c'est pas tout à fait pareil que pour la politique et l'économie.

les journalistes qui ont des "collusions" avec des hommes politiques, cela fait planer, à juste titre, un risque de partialité de l'information (voire de propagande dans certains cas).

Alors que le sport se prête davantage à la partialité, voire au chauvinisme des journalistes. Imaginons une commentateur sportif qui passerait son temps à dire que les champions français sont nuls et en plus pas sympa du tout...

Pourquoi tout de suite « prostituée » ? Je dois être innocent comme garçon, je n’ai vu que jeu sexuel pour exprimer la proximité des deux personnes en cause, rien de plus. Sinon, effectivement, c’est du lourd de chez lourd en terme d’humour.

Brigitte a Paris-Match pour commenter les exploits de son mari....

oui, mais son mari me plombe bien d'avantage les journées ....

Brigitte est journaliste? victime/héroïne du même genre de dessin? je ne savais pas...

Ke-sais-je fais souvent des blagues et des jeux de mots.

Moi aussi!

Dans ce cas vous avez la réponse à vos deux points d'interrogations. ;)

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce qui est dur, dans ce dessin, c'est d'être amenée , pour la première fois, ,  à défendre , le camp de " la rousse " contre " l'Humanité ".


(  un petit peu, seulement )

Marie-Alice YAHE ancienne joueuse de Rugby est désormais consultante sur Canal + ne commente quant à elle pas les matchs de l'équipe dans laquelle évolue son mari encore joueur professionnel Maxime BEAUXIX ( actuellement à Oyonnax )


c'est le B.A-BA me semble-t-il non ?

"Comme s'il était communément admis que le journalisme sportif soit un journalisme de supporters ".


Hélas, c'est le cas dans tous les domaines. le journalisme video-ludique est majoritairement composé de passe-plats de l'industrie (Canard PC et Gamekult + des indés font heureusement du bon boulot encore, mais ils sont payants, et donc moins lus). Dans le journalisme musical, c'est la meme sauce d'interviews convenues et d'excuses de gros connars imbus d'eux-memes (Cantat en couv'). On ne crache pas dans la soupe, surtout quand elle rapporte. Le journalisme économique ou politique ne diffère pas :)

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.