54
Commentaires

Maria Pourchet, dans le piège de la matinale

Commentaires préférés des abonnés

"Adèle Haenel ou Catherine Deneuve ?" demande Léa Salamé à Maria Pourchet. Répondre brève exigée. Et à chaud, "vous réfléchissez surtout pas !"

Et vous Léa, Jean Luc ou Emmanuel ? A chaud et sans réfléchir, elle au moins est capable de répondre.

(...)

"Peut-on encore, aujourd'hui, en 2023, aimer un connard ?"


Je répondrais oui, évidemment. Mais la question est très mal posée. 


La vraie question c'est "Peut-on, doit on, en 2023 et de tous temps, se soumettre à un connard?"

(...)

Avec Salomé, il ne faut généralement pas trop s'attendre a de la subtilité de toute façon...

Derniers commentaires

Putain, j'ai rien compris !

L'idéologie d'une vieille dame du siècle dernier ou l'idéologie d'une jeune femme engagée du siècle qui s'ouvre ? Réactionnaire ou progressiste ?

En passant cher Daniel,  vous avez contaminé Nicolas D. 

Il utilise aussi, à  sa sauce, l’ expression "pensée contre soi-même”.

Et vous pouvez être fière de vous...

Même si il a pas tous compris de l’idée. 

C’est aux journalistes et non à l’auditeur de faire cette gymnastique des méninges. 

Faudrait peut-être lui faire une mise à jour.

Merci pour le taf.

Mille mercis pour l'extrait, il m'a donné une irrépressible envie de lire le livre que je viens d'acheter en version électronique (je sais, c'est mal, mais si commode). Rassurez-vous, je me doute que ce n'étais pas le but visé, considérez donc qu'il s'agit d'un dommage collatéral.

Alors là, et depuis longtemps, je me félicite de n’avoir pas de télévision, pour avoir saisi l’occasion du passage au numérique pour m’en débarrasser (ça date donc), ni d’écouter « la radio » et ses têtes de gondoles « obligées », pour paraître de son temps.
Que vont-y-faire toutes ces intelligences, pour toujours tomber dans les pièges pourtant connus de l’infernale, imparable, incontournable logique médiatique, commerciale ou d’État et de ses sbires, hommes ou femmes de main.

Y consentir ?, même gênées aux entournures, mais lesquelles et qu’est-ce qu’une entournure ? Que vont-elles y faire? 

Ventre et se vendre. 

Tant pis pour elles!

Et pourquoi pas pour moi aussi qui m’abonne à ASI pour en lire, et relire, encore et toujours, les réflexions intelligentes sur les effluves des remugles égoutiers qui s’en dégagent ? Et qui n’en atténuent aucunement le dégoût et l’odeur.

"l'autrice était parvenue à bénéficier de l'immunité littéraire, à slalomer pour échapper à l'enregimentement "


Alors là je sèche. Faute de frappe ou mot que je connais pas. Si quelqu'un peut éclairer ma lanterne

Il fut un temps où, si la question m'eût été posée, j'aurai répondu: "mon cul c'est du poulet."


En ce jour, je me serai retrouvé obligé de répondre à une déclaration outrée du gérald Beauvau.


Alors, avec une simplicité qui sied à une époque de rapidité éditoriale, j'aurais répondu:


" des Landes, le meilleur.".


L'oeil rond, interrogatif de la léa matinale, aurait, dans un même élan, gallinacéen, fait écho à sa bouche en cul de poule.

Et hop!

Cotcot codec.


Nous vivons une époque formidable.

 

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid !
L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !


Ce genre de questions biaisées me rappelle les jeux de cours de récrée : "Tu préfères avoir une jambe en mousse ou deux bras en bois ?".

Dans tous les cas, c'est baisé. 

Elle aurait répondu Haenel que ça la grillait ailleurs. C'est tout.

"Adèle Haenel ou Catherine Deneuve ?" demande Léa Salamé à Maria Pourchet. Répondre brève exigée. Et à chaud, "vous réfléchissez surtout pas !"

Et vous Léa, Jean Luc ou Emmanuel ? A chaud et sans réfléchir, elle au moins est capable de répondre.

Certes de la littérature !


Mais, ça ne vaut pas " le temps des cons bas ", autobiographie de l'auteur qui ne mesure  que 1,66 m .

"Peut-on encore, aujourd'hui, en 2023, aimer un connard ?"


Je répondrais oui, évidemment. Mais la question est très mal posée. 


La vraie question c'est "Peut-on, doit on, en 2023 et de tous temps, se soumettre à un connard?"

Avec Salomé, il ne faut généralement pas trop s'attendre a de la subtilité de toute façon...

Apparemment à cette rentrée ,beaucoup de livres sur ce sujet.

Pauvre vieux mâle blanc dont la pathétique s'aggrippe aux phrases biscornues de cette autrice dégoulinante de tendresse. Je vais plutôt lire l'Amour de Bégaudeau.

DÉCOUVRIR NOS FORMULES D'ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT

(Conditions générales d'utilisation et de vente)
Pourquoi s'abonner ?
  • Accès illimité à tous nos articles, chroniques et émissions
  • Téléchargement des émissions en MP3 ou MP4
  • Partage d'un contenu à ses proches gratuitement chaque semaine
  • Vote pour choisir les contenus en accès gratuit chaque jeudi
  • Sans engagement
Offre spéciale
3 mois pour 3 € puis 5 € par mois

ou 50 € par an (avec 3 mois offerts la première année)

Sans engagement
Devenir
Asinaute

5 € / mois
ou 50 € / an

Je m'abonne
Asinaute
Généreux

10 € / mois
ou 100 € / an

Je m'abonne
Asinaute
en galère

2 € / mois
ou 22 € / an

Je m'abonne
Abonnement
« cadeau »


50 € / an

J'offre ASI

Professionnels et collectivités, retrouvez vos offres dédiées ici

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.