94
Commentaires

Manifeste contre la non-tour de Babel

Derniers commentaires

M'dame Hidalgo est une conne réac, tout le monde le sait depuis toujours . Pire que Valls, c'est dire. ouf... ça soulage.
[quote=AK]Quant à la "non-tour" de Babel, qu'il nous soit permis de rêver à son non-écroulement, consécutif à sa non-construction !

On dirait bien que vous aviez vu juste... quoiqu'il semble bien que les tour-istes n'aient pas dit leur dernier mot!
Merci Alain pour cette analyse, et toutes les autres qui sont toujours une occasion de m'étonner, d'apprendre et de relier des images avec un fil conducteur à chaque fois renouvelé.
Merci encore !
Encore une élégance intellectuelle, m'sieur Korkos?

Je cherchais benoîtement sur gougeule un bon moyen de penser à sortir les plantes. Et je me plantâte chez vous.

Ouille

Pour les plantes, justement: les archi cachent leurs incompétentes infamies derrière des montagnes de feuilles. C'est ainsi depuis les premières pubs des maisons de Maçons...
Je voudrais réagir par rapport à l'article consacré à Gauguin. Il n'y a pas de forum pour les "vite-dit"
Cette femme est probablement folle, voire schizophrène, entendant des voix…
Néanmoins, cet incident me permet de rappeler une thèse, (dont le nom de l’auteur m’échappe) politiquement incorrecte tant Gauguin fait figure de peintre intouchable (tout comme Polanski, c’est un géni, cela s’est passé il y a trente ans, il faut oublier… C’est ainsi nous vivons dans un monde phallocrate) thèse selon laquelle ce dernier aurait été pédophile… Thèse tout à fait plausible par ailleurs pour ce peintre décadent. Pauvre misérable qui trouvait chez les jeunes filles Tahitiennes ce qu’il n’aurait obtenu en France qu’avec des billets. Pauvres filles aussi, qui avaient entre leurs jambes qu’un misérable libidineux, crétin méprisable. L’exotisme marche souvent dans les deux sens… Je n’ai jamais compris cette fascination que les « indigènes » avaient pour leurs colons, la plupart des pauvres gueux parmi leurs compratriotes. Il doit y avoir de nos jours, une ribambelle de rejetons gauguinesques en Tahiti. Une histoire afligeante …
Si cette thèse refait surface dans un pays où on ne badine pas avec les mœurs licencieuses, il y aura à parier qu’elle provoquera quelques remous pendant l’exposition.
Dans la série des tours, on peut aussi mentionner celle en BD de Schuiten et Peeters.
Alain, le Maître de la Tour !

Georges
Une tour au bout de l'île de la Cité,ça va pas non!!!
Merci Alain de ré-enchanter mes journées, même si je ne discute pas des sujets que vous nous offrez, sachez que vous participez à ma mini résurrection chaque samedi matin. yes. Ne redisparaissez jamais, silvipli.
Plus, c' est un des rares forum d' asi, qui reste fréquentable, j' y retrouve avec plaisir les plumes d' asinautes que j' aime lire débattre, avec science, élégance, humour, bon j' arrête, ils vont crâner.
Je voudrais bien avoir les noms des quelque porcs qui espèrent se mettre quelques [s]millions[/s] [s]dizaines de millions[/s] [s]centaines de millions[/s] milliards d'€uros dans les fouilles (qui vont devoir être profondes) à l'occasion de l'édification de cette ignominie tout juste bonne à attirer les avions détournés par les petits camarades de Ben Machine à Laver !

J'ajoute que pour les mêmes raisons ignoblement pognognesques Saïgon est en train de détruire son charme colonial (sans être amateur de colonialisme, l'architecture en Indochine est exquise mais en grand péril...)

ICI LA BANLIEUE DE SAIGON CETTE ANNÉE

Le centre ville c'est encore pire : les tours de 150 mètres poussent comme de mauvaises herbes sur les villas ocres à volets verts ou bleus et leurs jardins tropicaux. Du coup la quantité de Bentley, Ferrari et autres Lamborghini qui circulent parmi les vélos et les pétrolettes à bout de souffle progresse parallèlement...

Comme quoi la destruction du paysage profite à quelques salauds !
Merci pour cette chronique...

Dans les différentes images prospectives présentant les projets de tours dans l'environnement urbain prééxistant, je suis frappé par le souci des cabinets d'architectes d'insister sur la transparence des constructions, comme si les mastodontes d'acier et de surface vitrées étaient d'évanescentes et diaphanes évaporations spirituelles dans un univers bien plus dur, rude et massif (qui serait l'horreur de notre présent face à la douce promesse pelliculaire de 300m de hauteur de l'architecte). Certes, les projets prévoient certainement des surfaces vitrées harmonieusement agencées, mais je doute que la pureté cristalline promise par les images ne soient, dans la réalité, que de massifs blocs cassant complètement la perspective des quartiers, comme la tour Zamansky ou la tour montparnasse et dominant le territoire. Le choix de la transparence dans la représentation, au-delà du côté futuriste très blade runner ou 2046, apparaît comme un moyen de masquer le fait que la construction s'imposera au regard du passant dès lors qu'elle entrera dans son champ de vision (un peu comme le générique des quatre cent coup, où la caméra cherche la tour eiffel depuis de nombreux points dans paris). Le côté mastodontique est atténué par la suggestion vaporeuse.
Merci pour la chronique et pour les liens vers les vite-dit de la semaine, j'avais loupé celui sur le salon art paris, et son affiche avec la dame à lunettes rondes.

Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer ce qui se passe avec le bras droit de la dame sur cette affiche : elle a un chemisier blanc avec une manche orange ou bien c'est le "A" qui est projeté sur la manche blanche et la colore ? Et si c'est cela, pourquoi son gant n'est-il pas lui aussi orange ?
En tout cas, entre le "A" et le "P", ça fait 2 flèches bizarres ... bref, cette zone de l'image est étrange.
Excellent papier, Alain.
Merci

http://anthropia.blogg.org
Surtout ne construisons pas de tour dans Paris et détruisons petit à petit les terres environnantes avec l'étalement urbain au coût énergétique bien supérieur. En plus, davantage de logements dans Paris risquerait de faire baisser les prix de l'immobilier, on risquerait de voir les pauvres revenir près du centre Quelle horreur ! Déjà qu'ils viennent bosser dans Paris tous les jours (en se tapant des heures de transport) depuis leurs lointaines banlieues.
les projets pour paris se comptent par centaines . dans nos régions nous attendons un bus!!
Vous êtes sûrs que ce n'est pas un poisson d'avril ???
Heu... les briques, c'est pas plutôt du 11 ? On dit "un mur de 11" pour un mur à une seule épaisseur, et "un mur de 22" pour un mur à deux épaisseurs de briques. Au passage, j'ai d'ailleurs perdu un centimètre pour l'épaisseur du joint entre les deux briques... (ch'suis un intello qu'a bossé avec des maçons dans son jeune temps).
Mais la largeur des briques, ça dépend peut-être des régions.
Alain, micro contribution pour une chronique qui tue, qui déchire, bref, qu'a pas besoin de micro contribution, mais je résiste pas
Pritzker Prize de l'année, un portugais (pouet pouet !), mais qu'a un peu des goûts de chiotte quand même.
I
De ce terrible paysage,
Tel que jamais mortel n'en vit,
Ce matin encore l'image,
Vague et lointaine, me ravit.

Le sommeil est plein de miracles !
Par un caprice singulier,
J'avais banni de ces spectacles
Le végétal irrégulier,

Et, peintre fier de mon génie,
Je savourais dans mon tableau
L'enivrante monotonie
Du métal, du marbre et de l'eau.

Babel d'escaliers et d'arcades,
C'était un palais infini,
Plein de bassins et de cascades
Tombant dans l'or mat ou bruni ;

Et des cataractes pesantes,
Comme des rideaux de cristal,
Se suspendaient, éblouissantes,
A des murailles de métal.

Non d'arbres, mais de colonnades
Les étangs dormants s'entouraient,
Où de gigantesques naïades,
Comme des femmes, se miraient.

Des nappes d'eau s'épanchaient, bleues,
Entre des quais roses et verts,
Pendant des millions de lieues,
Vers les confins de l'univers ;

C'étaient des pierres inouïes
Et des flots magiques ; c'étaient
D'immenses glaces éblouies
Par tout ce qu'elles reflétaient !

Insouciants et taciturnes,
Des Ganges, dans le firmament,
Versaient le trésor de leurs urnes
Dans des gouffres de diamant.

Architecte de mes féeries,
Je faisais, à ma volonté,
Sous un tunnel de pierreries
Passer un océan dompté ;

Et tout, même la couleur noire,
Semblait fourbi, clair, irisé ;
Le liquide enchâssait sa gloire
Dans le rayon cristallisé.

Nul astre d'ailleurs, nuls vestiges
De soleil, même au bas du ciel,
Pour illuminer ces prodiges,
Qui brillaient d'un feu personnel !

Et sur ces mouvantes merveilles
Planait (terrible nouveauté !
Tout pour l'oeil, rien pour les oreilles !)
Un silence d'éternité.

II
En rouvrant mes yeux pleins de flamme
J'ai vu l'horreur de mon taudis,
Et senti, rentrant dans mon âme,
La pointe des soucis maudits ;

La pendule aux accents funèbres
Sonnait brutalement midi,
Et le ciel versait des ténèbres
Sur le triste monde engourdi.


Baudelaire
Si les tours sont nuisibles, détruisons la tour Eiffel, qui en plus n'optimise absolument pas l'espace en proposant un seul logement !
Il faut se souvenir des innombrables hurlements qui ont accompagné la construction de la Tour Eiffel, que plus personne à ma connaissance ne conteste. Cette nouvelle tour a le même côté aérien que sa grand-mère. Côté que n'a pas l'énorme et gigantesque Tour Montparnasse, qui écrase une bonne moitié de Paris.

Mais que les Parisiens se consolent : à Nantes on a pire avec la Tour Bretagne, qui écrase toute la ville.
Oui mais vous avez aussi la très belle tour LU, de style... euh... de style... très beau.
La Tour LU est devenue incongrue parce que c'est le seul vestige d'un ensemble qui avait sa cohérence* - dont sa jumelle de l'autre côté - et n'était pas écrasé visuellement par le nœud routier qui enjambe la voie ferrée.

Nantes a été particulièrement massacrée par l'invasion automobile. Il a fallu beaucoup de courage à la première mairie de gauche, à une époque où ce n'était pas "tendance", pour "chasser la voiture" du centre ville

* Si vous avez accès à l'iconographie Lefèvre-Utile utilisée dans la publicité, vous verrez.
oui
C'était ironique, mon "ça va de soi", parce que par exemple on peut ne pas vouloir de nouvel enfant sans forcément zigouiller ceux qu'on a déjà.

Elle finira mal, la tour Eiffel qui rime avec babel, et débute par effort.
Sans électricité, c'est moins fun ce monument.
Comme quoi c'était pas tant une daube GI JOE, fallait juste le passer en sépia et changer la musique !
Le peintre cubiste Robert Delaunay ne vous a pas attendu en morcellant sa description et pétrifiant l'impression de sa chute, ce en quoi ,pour apprècier l'argument de rétorsion divine inscrit dans la tour de babel, nous faisons notre, cette anticipation à substituer notre volonté à celle fantasmée de la puissance divine, en figurant sa réalisation pour notre acquis . S'approprier la force légendaire des textes et dans un délire tout puissant, vouloir réaliser l'impensable augure de rivaliser dans sa sphère de créateur et destucteur
Ce qui fut envisagé ,cette fois ci ,réellement selon les infos des services secrets français et fut concrètiser quelques années plus tard en un autre lieu...
Plus étonnant, sur la tour eiffel, qu'elle doive son salut, sa survie, à un émetteur radio, que cette chose inutile, prodigieux mécano, monstre froid soit le relais entre inconnus invisibles, comme la voix divine
Je ne trouve pas que ce soit si moche, cette partie de Paris n'est déjà pas une réussite en urbanisme, une nouveauté architecturale ne fera pas de mal.
Et dans le jeu de construction lego que je peux voir de mon balcon, ça ne devrait pas trop détonner.

Encore un symbole phallique visible de loin dans notre bonne ville.

Merci pour cette iconographie de la Tour de Babel, je suis une fan des Brueghel, j'adore.
Y a aussi des gens qui construisent des tours intelligentes, écologiques, conciliant l'envie (toujours discutable) de faire un "signal" dans un quartier, le confort des habitants, des dépenses énergétiques réduites, de la verdure et un pied de tour qui ressemble à n'importe quelle rue et pas à un pied de tour. Je pense à Jacques Ferrier, dont les théories m'ont conquise.

On peut toujours hurler à la construction d'une nouvelle tour. Mais il est aujourd'hui nécessaire de densifier la ville. Après, il y a façon et façon de le faire. Je ne dis pas que cette Tour Triangle va être bien faite (je ne connaissais pas le projet). Mais ne la rejetons pas en sa seule qualité de tour.
Et quand je pense que nous avons été privés de vous 21 semaines ! Oui, 21. Presque 6 mois quoi !

Une culture démentielle, un humour torride. Ahhhhhhhhhh ! Alain, quel bonheur de vous avoir.
Concurrent du tramway en partie déjà existant, ce métro aérien au-dessus du périphérique. Un régal pour les yeux et les oreilles :
Sauf que vu le design, et d'après au moins un site que j'ai déniché, il s'agirait d'un métro à sustentation magnétique, qui justement fait beaucoup moins de bruit, puisque le grondement habituel des roues sur les rails n'existe pas.

Pour les tours, c'est à voir au cas par cas sur le plan écologique, on peut très bien inclure des panneaux solaires... Et il ne faut pas oublier de prendre en compte le fait qu'augmenter ainsi la densité permet d'éviter de longs transports en voiture sur le périph, qui sont tout sauf écolo.

Sinon, une allusion à Burj Khalifa aurait été sympathique : avec ses 828 mètres, elle prouve que si dieu existe, il est décidément d'humeur fort changeante, puisqu'il ne s'en offusque pas.
Alain, merci pour vos chroniques et vos vite-dit.
Un régal pour les yeux et pour la matière grise.
J'ai eu un sursaut d'angoisse à la lecture du titre. Ces jours-ci j'étais précisément en train de me dire que le "cataclysme" de la tour de Babel, le démiurge scindant les humains en groupes séparés par le langage, était l'une des choses les plus fantastiques qui seraient arrivées à l'humanité, très loin d'être la malédiction que l'idéologie biblique en fait. Je me suis du coup défini comme complètement pro tour de Babel. Un manifeste contre sa construction (en particulier arguant des conséquences divines) m'aurait fait ramasser ma truelle avec d'autant plus de ferveur.

Bon, ça n'a rien à voir.
En la surélevant sur une coque, elle pourrait être parfaite pour admirer les crues de la seine.
Comme ça, au vu de la simulation 3D, elle me parait très belle cette tour.
Non, je ne plaisante pas.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.