306
Commentaires

"Malheureusement", Fourest re-condamne le mari d'Aubry

Vous n'en entendrez sans doute pas parler, parce que l'affaire est déjà préhistorique

Derniers commentaires

Caroline Fourest et Fiammetta Venner condamnées pour diffamation contre Marine Le Pen :

http://www.liberation.fr/politiques/2012/10/09/caroline-fourest-et-fiammetta-venner-condamnees-pour-diffamation-contre-marine-le-pen_851982
Ils sont plus d’un milliard d'êtres hostiles, répartis sur cinq continents et parlant une douzaine de langues... Ils se « reproduisent comme des rats », forment une masse hirsute, pauvre et hystérique. Ils n’aiment pas l’alcool en dépit de l’étymologie. Ils ne consomment pas plus le porc, qui n’est pourtant pas leur totem…Ils n’aiment pas Darwin et Darwin le leur rend bien… Ils ont une sainte horreur de la démocratie. Ils n’acceptent pas les droits de l’homme même sous la menace de bombardiers. Ils haïssent, d'instinct, les juifs et ne s’en remettent pas d’avoir été doublés sur l’affaire de la Shoah... Ils condamnent l'homosexualité. Ils n’ont ni sens de l’humour ni sens critique, pour eux lire Voltaire est une torture… Ils n'ont ni esprit de géométrie ni esprit de finesse… Ils voilent leur femme et violent les nôtres. Ils ont des pratiques et des mœurs aussi absurdes qu’étranges. Ils célèbrent des fêtes bizarres et cruelles suivant un calendrier autant lunaire que décalé. Ils sont archaïques, médiévaux, enfermés dans des traditions obsolètes et absconses. Ils sont rétifs à toute science, allergiques à tout savoir, ont en horreur l’idée de raison. Ils aiment la guerre, la violence, la désolation... Ils sont irrationnels et menaçants. Ils nous haïssent pour ce que nous sommes. Ils ont le cul posé sur nos hydrocarbures par on ne sait quelle ironie de la géographie. Ils ne pensent, entre deux prières, qu’à copuler et à baffrer, leur apport à l'Histoire universelle se résume au zéro… Ils ont pour livre saint une déclinaison orientale de « Mein kampf ». Ils gangrènent nos écoles, assiègent nos hôpitaux, saturent nos prisons, hypothèquent nos économies, remplissent les colonnes de nos journaux, s'invitent quotidiennement dans nos petites lucarnes... Ils détériorent, pervertissent, subvertissent nos identités... Ils s’introduisent, s’immiscent, se glissent, se tapissent partout au bénéfice d'obscurs réseaux, ils sont partout... Ils travaillent à faire de nous des dhimmis et à la constitution d' une Eurabia dont nous serions les dindons. Qui sont-ils ? Ce sont les grands « Eux » d'aujourd'hui…Ce sont les musulmans, plaie du XXIe siècle !
Sur les islamogauchistes, un texte trouvé sur le site Mondialisme.org "Ni patrie , Ni frontières ! "

//Un nouveau spectre hante le petit monde altermondialiste et d’extrême gauche : la « théophilie » - littéralement, l’amour de Dieu - ou en tout cas un athéisme honteux ou un agnosticisme complaisants vis-à-vis de courants politico-religieux.

Qu’il s’agisse de l’islam ou du catholicisme, de prétendus athées ou agnostiques découvrent tout à coup les vertus de la religion. Du Monde diplomatique à certains courants de la LCR (Socialisme par en bas, Socialisme international), d’Alain Gresh à Jean-Marie Vincent, en passant par Saïd Bouamama, Pierre Tevanian, Christine Delphy ou François Burgat, on ne compte plus les éloges de la « théologie de la libération » à la sauce catholique, du « féminisme musulman » et de la prétendue radicalité anti-impérialiste de certains courants islamistes.

On peut d’ailleurs se demander si ces Nouveaux Théophiles ne se recrutent pas surtout, dans les pays impérialistes occidentaux, parmi des hommes et des femmes qui n’ont jamais eu aucune éducation religieuse.

En effet, toute personne qui est passée par un catéchisme catholique*, une école du dimanche protestante, une école juive ou une madrassa musulmane et qui a ensuite radicalement rompu avec la religion sait parfaitement que les religions ont toutes une dimension totalitaire, et surtout que les fidèles ne sont pas mus principalement par des motivations politiques et par une révolte contre l’ordre existant.

Les croyants cherchent d’autres satisfactions dans la religion : un milieu, des repères moraux, une certaine fraternité, une affirmation identitaire, au prix d’une soumission à un dogme et /ou à une hiérarchie officielle* vis-à-vis desquels on peut toujours maintenir une certaine distance critique (très relative mais suffisante pour de petites minorités plus exigeantes que la moyenne des croyants) car toute religion vivante est divisée en de multiples tendances ou sectes qui offrent d’innombrables versions de la Vérité divine...//

* C'est mon cas, version catho intégriste. Je comprends donc bien cette analyse, et me souviens fort bien du confort donné par cette certitude d'être du seul côté qui vaille. Confort que j'ai payé très cher par la suite, découvrir qu'on s'est fait rouler, qu'on a donné sa vie à des margoulins, peut conduire à la dépression.

** J'ai mis en gras ce passage, car je trouve qu'il caractérise une forme dévoyée (quoique sincère) du militantisme.

Les idiots utiles. Leurs homologues, en Iran, crurent bon de lutter aux côtés des partisans de Khomeini (soutenu également en France par certains à gauche). La plupart sont morts, exterminés par leurs faux alliés. Ceux de France n’ont, confortablement assis à l’écart, rien appris rien oublié.
Elle ne sait donc pas où se trouve son intérêt, cette petite sotte ?

Ben si, justement...
Début juin, lorsque Caroline Fourest avait été l'invitée de la matinale de France Inter, à l'occasion de la sortie de son bouquin sur Marine Le Pen, Sophia Aram lui avait consacré sa chronique.
Une chronique humoristique très réussie comme le sont la plupart de celles de Sophia, mais également fort bienveillante.
Il faut dire que parmi les extrémistes, les deux ont pas mal d'ennemis communs, mais tout de même...
Sophia lui avait offert sa protection, l'invitant, en cas de danger, à se cacher derrière elle, "ravie d'être l'Arabe qui cache la Fourest."
Sophia ne comprend décidément rien à rien. Comment peut-elle, elle dont les parents sont maghrébins et musulmans, se montrer aussi amicale avec "la grande pourfendeuse" de mahométans, celle qui les traque jusque dans les piscines, les cantines et les voyages scolaires (et probablement les chiottes, mais restons prudents, n'affirmons rien avant d'avoir vérifié) ?
Cherche-t-elle à désespérer, en les trahissant, les farouches défenseurs de ses amis immigrés et coreligionnaires ?
Elle ne sait donc pas où se trouve son intérêt, cette petite sotte ?
la paix sociale à un prix!!!

les dérives qu'elle décrit sont bien vrais, dans le sud c'est pareil....

il est certain que son discours enflammé , a parfois du mal à etre entendu

mais entre paris et le vie locale, c'est à dire la cage d'ascenceur, je lui donne entierement raison

et melenchon aussi a raison, sur ce theme

vous qui ne vivez pas dans les hlm, et autres banlieues, cette gauche carviar, bobos, nonos, etc...descendez un peux de votre 'statue'!! venez à la rencontre des vrais gens et non pas de quelques personnes manipulées electoralement
Caroline Fourest a porte ouverte partout grâce aux réseaux BHL...

Ce n'est pas la seule, il semblerait qu'un concours de recrutement a été perturbé pour faire une place à Mehdi Belhaj Kacem, star montante de la philo, proche de BHL, un de ses nouveaux disciples...

Passe-droit à l'Ecole nationale d'Arts de Paris-Cergy grâce à BHL NOUVEAU MINISTRE DE L'EDUCATION ?

SEMIR
J'ai entendu dire que cette dame aura une chronique à la rentrée sur France-Inter ? Normal, son copain Val est bien placé pour lui rendre ce petit service.

Mais pour qui se prend-elle, cette péronnelle ? De quels mérites particuliers a-t-elle donc fait preuve pour s'ériger pareillement en juge ? D'où parle-t-elle donc ? Il serait intéressant de le savoir, puisque ce genre de "crétin d'Etat" (= expert en novlangue pour citer JC Michéa) prétend nous dire quoi penser. Pas besoin qu'elle me le dise, qu'elle rentre à la niche, elle sera vite oubliée en ce qui me concerne !
Je veux pas dire, mais nos temps actuels, ça ressemble furieusement aux années 30 : crise économique, montée des extrêmes... Manque juste le pays belliciste dirigé par un malade.
Ce sujet ne méritait pas une chronique, tout juste un vite-dit. Déclencher des polémiques vaines sur la vie et l'oeuvre des épouvantails médiatiques, on s'en passerait bien, merci.

Tiens sinon, on a notre premier mort dans l'affaire News of the Ouergl, un journaliste qui a été un des premiers à dénoncer les méthodes du journal, et notons que Scotland Yard y dit que la mort est inexpliquée, mais pas liée à l'affaire, mais inexpliquée quand même. Oui mais pas liée. Mais toujours inexpliquée. Ah bon d'accord alors.

Éphémérides, le blog le plus vert et blanc de la blogosphère
Quel sale métier d'avocat, pensez-don, tous ces salauds qui défendent des hors-la-loi, parfois pires que ces hors-la-loi eux-mêmes, c'est une honte. ;-((

Je vais en parler à Vergès, tiens. :-))
@ Athalouk

Car tout est ahurissant depuis le début :

- Un sénateur, pas n’importe lequel puisqu’il s’agit d’un questeur, càd un monsieur chargé entre autres du budget du Sénat, qui se fait des notes de frais zarbis dans le restau de sa fifille.

- Qui, pincé par Médiapart, rédige un fausse attestation de nature à compromettre son boss, Larcher.

- Lequel Larcher, au lieu de hurler comme le premier directeur de Monofric marseillais venu, couvre benoîtement le gros gourmand.

- Et le Sénat, qui n’a pas eu un mot de reproche pour le Pastor, s’en prend… à ceux qui ont décaché la merde au chat ! Bon, il faut dire que ces décacheurs ont aussi mis à jour des beaux privilèges que ces messieurs, incontinent*, ont dû abandonner !


Tutafait! On aurait pu ajouter:

- Le silence assourdissant (complice?) de la direction du PS.....(à moins qu'on m'ait caché quelquechose)
Mon conseil : ne serrez plus la main à un arabe. Je rigole pas, il en va de votre sécurité.

C'est vrai, on sait jamais, ça peut toujours être un intégriste.
C'est comme mon épicier, à côté de chez moi, qui fait des horaires ahurissants, et qui est toujours souriant et gentil et effacé ; qui me dit que derrière ce sourire de façade ne se cache pas un double discours, une pensée bifide, et que quand il se retrouve dans l'arrière boutique, son sourire évaporé, il ne se livre à quelques rites barbares, s'entraîne au lancer de caillou pour se faire la main à la lapidation, écoute des cassettes de Ramadan, fait des plans pour islamiser sournoisement l'école d'à côté, et je ne sais encore quelle perfidie.

Alors, du coup, si je lui serre la main, je risque gros : car la police politique de ce pays peut me tomber dessus, et ces gens-là, les BHListes, ne font pas de quartier, c'est des durs, ils rigolent pas avec Lévaleurs. Et moi, je suis pas sûr que l'islamisme ça se transmette pas comme une maladie, par contact, par exemple.

Donc, moi, c'est dit, j'ai compris la leçon, je ne serre plus de main à des arabes.
DS fait ce qu’il veut, il est chez lui. Mais perso j’aurais préféré qu’il parle de la plainte du Sénat pour vol, à laquelle @si ne consacre (pour l’instant, allez, pour l'instant) qu’un Vite dit.

Car tout est ahurissant depuis le début :

- Un sénateur, pas n’importe lequel puisqu’il s’agit d’un questeur, càd un monsieur chargé entre autres du budget du Sénat, qui se fait des notes de frais zarbis dans le restau de sa fifille.

- Qui, pincé par Médiapart, rédige un fausse attestation de nature à compromettre son boss, Larcher.

- Lequel Larcher, au lieu de hurler comme le premier directeur de Monofric marseillais venu, couvre benoîtement le gros gourmand.

- Et le Sénat, qui n’a pas eu un mot de reproche pour le Pastor, s’en prend… à ceux qui ont décaché la merde au chat ! Bon, il faut dire que ces décacheurs ont aussi mis à jour des beaux privilèges que ces messieurs, incontinent*, ont dû abandonner !

Tout cela est directement et autrement plus inquiétant pour notre démocratie que les excès** de Mme Fourest, non ?

* Non, l’absence de s n’est pas une faute !

** Par excès, j’entends ses accusations infondées contre Mr Brochen et non sa dénonciation de l'islamogauchisme, que je partage totalement. Sans oublier le reste de son combat contre l'intégrisme, surtout qu'elle s'est éloignée des fanatiques de Riposte laïque.
"...Caroline Fourest, grande pourfendeuse d'islamistes dans les piscines, les réfectoires et les voyages scolaires."

Il semble effectivement que Caroline Fourest ait évoqué les créneaux horaires réservés de la piscine lilloise, mais s'agissant des réfectoires et des voyages scolaires, j'aimerais de votre part un peu plus de précisions sur ses éventuelles prises de position.
Merci d'avance.
Tout système exclusif ( et en particulier les systèmes religieux monothéistes ) conduit à une réaction opposée de même intensité ...
à terme on peut espérer une sortie vers autre chose de plus riche ...
Quelle chance de vivre dans ce pays et sur cette planète si paisibles !
Aucun nuage à l'horizon !

Parfois, nos poly-chroniqueurs, pleins d'attentions, viennent nous distraire,
froissant légèrement ce bonheur avec quelques menues polémiques,
mais toujours dans le noble objectif de souligner en creux notre plénitude.

Merci à tous.
J'ai rien compris.
Je retourne me baigner.
Le chef de meute a donné le signal de la curée.
Planque tes miches, Caroline !
Caroline Fourest, qui avait su se détacher des fanatiques de Riposte prétendument laïque, conserve donc des séquelles de leur fréquentation.

Dans les autres histoires qui alimentent la rumeur anti-Aubry, celle de la (et non les) piscine mériterait d'être replacée dans son contexte.
Sur les méthodes de la dame on lira avec intérêt le livre de Pascal Boniface : les intellectuels faussaires. Elle y est en bonne place.
Eviter, dans la mesure du possible, la confusion immigrés-islamistes.
Le problème de la fonction d'avocat, c'est qu'elle repose sur une contradiction, à la fois profession libérale et reposant sur une exigence de non jugement morale, tout le monde mérite une défense. Or, il y a là une contradiction, puisqu'on ne peut revendiquer à la fois son libre arbitre, je choisis tel ou tel client, telle ou telle affaire, tel ou tel honoraire et clamer sa neutralité. Pour que les avocats ne soient pas responsables de leurs choix, il faudrait qu'ils ne l'aient pas, qu'ils soient tous commis d'office, systématiquement.

yG

ps: mal placé.
Les avocats responsables de leurs choix...

D'ailleurs, [s]les musulmans[/s] islamistes ne devraient même pas avoir droit à un avocat... On devrait carrément les pendre.
N'est-ce-pas, Yannick ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Laïcité : l'art de vivre ensemble.

Rire...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

"D'ailleurs, les musulmans islamistes ne devraient même pas avoir droit à un avocat... On devrait carrément les pendre.
N'est-ce-pas, Yannick ?"


Non, Gavroche, ils devraient avoir comme nous tous un avocat commis d'office, par principe et non en fonction des éventuels intérêts (argent, notoriété, idéologie, pouvoir politique) de l'avocat en question. Il n'y a rien qui ne permette d'associer la profession d'avocat à une profession libérale, si ce n'est une tradition dictée par un appât du gain de la part de ces derniers au détriment de la véritable quête de justice. La liberté de choisir son avocat n'en est une que pour les puissants, les autres, tous les autres, ne l'ont pas. Voilà une belle hypocrisie.

yG
Je peux comprendre l'intention, mais ça signifierait alors qu'un avocat homophobe pourrait se retrouvait à défendre un homosexuel, un avocat raciste à défendre un noir, un avocat islamophobe à défendre une femme voilée, etc. Or, si l'appât du gain ne pouvait plus être leur motivation, il y aurait intérêt à ce qu'ils soient sacrément motivé par la défense de leur "client" (<- s'ils sont commis d'office il faudrait un autre terme que client). Pas forcément une bonne idée du coup, non ?
"Je peux comprendre l'intention, mais ça signifierait alors qu'un avocat homophobe pourrait se retrouvait à défendre un homosexuel, un avocat raciste à défendre un noir, un avocat islamophobe à défendre une femme voilée, etc.": Yyaann

J'attendais avec impatience ce contre-argument, puisqu'il souligne en creux qu'un avocat peut justement avoir, ce que Monsieur Schneidermann récuse et une flopée d'asinautes dans la foulée, à savoir un engagement partisan.
S'il peut l'avoir en tant qu'avocat commis d'office, comme vous le supposez, alors, il peut l'avoir d'autant mieux en tant qu'avocat libéral, puisque plus responsable de ses choix.

La solution pour lutter contre ce biais est des plus simples, il faut instaurer une instance de jugement de l'action de l'avocat, comme c'est le cas avec l'inspection des polices qui est amené à vérifier (pas assez, hélas) que le policier ne fait pas usage de ses préjugés raciaux, sexistes, politiques, dans son action contre vous, et qu'il a tout mis en œuvre pour s'acquitter de son obligation professionnelle. Cela existe déjà dans une certaine mesure pour les avocats, révocation du barreau, mais il faut étendre et normaliser la procédure de surveillance, voilà tout. C'est juste un choix politique.

yG
J'attendais avec impatience ce contre-argument, puisqu'il souligne en creux qu'un avocat peut justement avoir, ce que Monsieur Schneidermann récuse et une flopée d'asinautes dans la foulée, à savoir un engagement partisan.
Donc en fait, pour vous, soit on pense qu'un avocat n'a aucune opinion personnelle sur les affaires dont il s'occupe, soit qu'il approuve totalement les actes des coupables qu'il a défendus. Vous ne pensez pas que quelque chose cloche là-dedans? Ou bien qu'avoir plaidé dans 3 affaires (combien d'affaires défend un avocat au cours de sa carrière?) ne devraient pas suffire à faire de quelqu'un l'avocat des islamistes?
"Donc en fait, pour vous, soit on pense qu'un avocat n'a aucune opinion personnelle sur les affaires dont il s'occupe, soit qu'il approuve totalement les actes des coupables qu'il a défendus."

Non, aucunement, vous n'avez pas compris le point que je soulignais, à savoir, que si vous invoquez la possibilité d'un choix partisan pour un commis d'office, vous admettez de facto qu'il puisse en être de même pour un libéral, or, c'est précisément ce qui est reproché au mari de la candidate au présidentielle.

"Vous ne pensez pas que quelque chose cloche là-dedans? Ou bien qu'avoir plaidé dans 3 affaires (combien d'affaires défend un avocat au cours de sa carrière?) ne devraient pas suffire à faire de quelqu'un l'avocat des islamistes?"

En théorie, une seule défense suffirait à en faire un tel avocat (pas même deux). La seule possibilité pour ce dernier d'échapper à ce qualificatif, ce jugement, serait qu'il soit commis d'office, ce qui n'est pas le cas à ma connaissance.

Si Fourest ne peut légitimement prouver sur cette base qu'il est bien un tel avocat, lui est encore plus emmerdé pour prouver le contraire puisqu'il n'est pas un tel commis d'office, à ce que je sache. Fourest profite de la faille que l'avocat (comme nombre de ses confrères, hélas) a exploité pendant toute sa carrière, à savoir qu'il voulait à la fois le beurre et l'argent du beurre, la liberté de choisir ses combats sans en assumer la responsabilité. Une liberté qu'il n'a pas à avoir. Il en paye le prix aujourd'hui, ce n'est que justice.

yG
La solution pour lutter contre ce biais est des plus simples, il faut instaurer une instance de jugement de l'action de l'avocat, comme c'est le cas avec l'inspection des polices qui est amené à vérifier (pas assez, hélas) que le policier ne fait pas usage de ses préjugés raciaux, sexistes, politiques, dans son action contre vous, et qu'il a tout mis en œuvre pour s'acquitter de son obligation professionnelle. Cela existe déjà dans une certaine mesure pour les avocats, révocation du barreau, mais il faut étendre et normaliser la procédure de surveillance, voilà tout. C'est juste un choix politique.

Je suis a priori là comme ça plutôt pas contre, mais il faudrait un peu plus de garde-fous que ça je pense. Par exemple, qu'un avocat puisse refuser une affaire dans laquelle il sent que son implication émotionnelle, idéologique etc ne lui permettra pas d'assurer une bonne défense (un peu comme avec les psychologues qui ont ce droit et aussi ce devoir avec leur patient). De même, un "client" devrait pouvoir refuser un avocat avec qui il ne se sent pas suffisamment en confiance (et qu'un autre également commis d'office lui soit proposé). Enfin, pour l'instance de jugement de l'action des avocats, il faudrait qu'elle soit tirée au sort et surtout pas nommée (car alors les puissants s'empresseraient de nommer leurs copains et la justice à deux vitesse pourraient continuer comme avant).
"Par exemple, qu'un avocat puisse refuser une affaire dans laquelle il sent que son implication émotionnelle, idéologique etc ne lui permettra pas d'assurer une bonne défense (un peu comme avec les psychologues qui ont ce droit et aussi ce devoir avec leur patient). De même, un "client" devrait pouvoir refuser un avocat avec qui il ne se sent pas suffisamment en confiance (et qu'un autre également commis d'office lui soit proposé). ": Yyaann.

Je ne suis pas convaincu par vos objections/précisions, car, si un avocat pouvait invoquer une implication, cela serait implicitement reconnaître qu'il pouvait aussi la taire et donc servir délibérément son intérêt. Voilà pourquoi je prône au contraire qu'il n'ait aucun choix, soit il est avocat, soit il ne l'est pas. Un médecin ne peut invoquer un tel critère en cas de soin d'urgence, il doit faire, pas plus qu'un pompier, un policier, etc... Heureusement d'ailleurs, sinon, nous serions alors totalement à leurs merci. Si un seul peut refuser au nom de son implication, tous le peuvent également au même titre, il suffit que la cause soit jugée indéfendable par la collectivité pour que vous ne puissiez trouver aucun avocat, soit un comble et une injustice flagrante pour le justiciable.

Enfin, un client ne devrait pas pouvoir non plus refuser un avocat, en dehors d'une faute professionnelle de ce dernier, sinon, il pourrait influer sur le choix de ce dernier (pot de vin) ou choisir un avocat dont il connaît ou croit connaître les penchants.

La règle doit s'appliquer aux deux parties, un peu comme un religieux ne peut choisir son médecin dans un service public.

yG
Le problème dans votre raisonnement yannick, c'est que le plus souvent, ce n'est pas l'avocat qui choisit ses clients, mais les clients qui choisissent l'avocat. Vous me direz, celui-ci peut refuser, au motif que les dits clients sont au choix...assassins, pédophiles, islamistes, journalistes... mais le métier perd alors tout son sens, ou disons plutôt que c'est là qu'intervient l'exigence morale, la neutralité : tout le monde mérite une défense (vous devriez lire le blog de maître Mô). Une fois sollicité, l'avocat (celui qui a des principes et tout et tout) se retrouve donc, en quelque sorte, presque commis d'office (à ceci près qu'il impose son prix).
Donc, sauf à prouver que Maître Brochen a couru après les islamistes pour les défendre, votre raisonnement ne tient pas.
"Le problème dans votre raisonnement yannick, c'est que le plus souvent, ce n'est pas l'avocat qui choisit ses clients, mais les clients qui choisissent l'avocat. ": Thau

Mon raisonnement tient parfaitement, car, comme je l'ai écris juste au dessus de votre post :"La règle doit s'appliquer aux deux parties, un peu comme un religieux ne peut choisir son médecin dans un service public.", il en va de même pour le client, il ne devrait pas avoir également le choix de son avocat.

"Une fois sollicité, l'avocat (celui qui a des principes et tout et tout) se retrouve donc, en quelque sorte, presque commis d'office (à ceci près qu'il impose son prix). "

Si les avocats avaient de tels principes, le premier des combats qu'ils engageraient et n'abandonneraient sous aucun prétexte serait contre la nature libérale de leur profession, en attendant, ils continuent à exploiter une inégalité par l'argent, ils se doivent donc, que cela leurs plaisent ou non, d'assumer la responsabilité de leurs choix.

J'ajouterai enfin, la neutralité n'a pas à être un choix personnel, c'est le système qui doit l'organiser, l'imposer. A l'heure actuelle, le système permet autant à un avocat idéaliste de la neutralité d'exercer en toute morale, qu'à un arriviste de la pire espèce de faire carrière, le mélange des genres que le système actuel permet ne profitant pas au(x) plus intègre(s) des deux évidement. Il est du devoir de l'intègre(s) de lutter en premier lieu contre la nature inique du système auquel il participe qu'il le veuille ou non.

yG
Au -delà du fait que votre comparaison avec le médecin, pour expliquer que les avocats ne devraient pas exercer en libéral, laisse perplexe, pourquoi interdire à un avocat de choisir de défendre une cause ?

Devant une juridiction, l'avocat idéaliste et l'arriviste de la pire espèce ne s'affrontent pas avec leur sens moral mais avec leur compétences juridiques. En outre il n'est pas en choquant qu'un avocat choisisse de politiser son métier, du moment qu'il le fait avec intégrité.
En fait votre raisonnement me semble tenir du cas d'école. Je ne me souviens avoir entendu parler de quelqu'un ne réussissant pas à trouver un avocat à cause des éléments de son dossier.

Le côté financier pourrait être discriminant, mais a priori les avocats ayant à coeur de défendre toutes les causes sont aussi ceux qui acceptent le plus facilement l'aide juridictionnelle.
J'ai eu recours aux services d'une avocate, que j'ai choisi après qu'on me l'ai recommandée, qui a accepté d'être payée par l'AJ. La vraie difficulté des gens ayant recours à un avocat commis d'office, c'est qu'ils ne connaissent pas d'avocat susceptible de les représenter malgré leurs faibles revenus. La solution n'est donc pas nécessairement celle que vous proposez, lourde et contraignante, mais pourquoi pas d'inciter chacun à se trouver, même en-dehors de tout problème juridique, un avocat susceptible de le défendre (de la même manière que l'on cherche un médecin quand on déménage).

Après, pour revenir à l'affaire du jour, la difficulté est en effet de déterminer si un avocat défend ses clients en fonction de ses affinités personnelles ou non, mais des recherches sur sa clientèle et ses éventuelles déclarations publiques devraient permettre de se faire une opinion.
"Au -delà du fait que votre comparaison avec le médecin, pour expliquer que les avocats ne devraient pas exercer en libéral, laisse perplexe, pourquoi interdire à un avocat de choisir de défendre une cause ? ": Madpopple

Je ne l'interdis pas tant, que je souligne que dans le cas contraire, ils se doivent de l'assumer. Ce que je reproche à certains avocats qui défendent des causes, dont celui dont nous parlons aujourd'hui, c'est justement de se prévaloir d'une neutralité qu'ils ne peuvent établir, puisqu'ils ne sont précisément pas requis d'office.

Vous voulez être un avocat partisan ? Libre à vous, mais assumez, car, vous ne pouvez dans le contexte qui est le nôtre exiger une quelconque neutralité et donc impunité. Il faut être cohérent, soit votre profession fait objet de la défense de tous, dans ce cas, ce n'est pas à vous, ni à votre client de vous choisir (comme vous n'avez pas à choisir votre médecin dans un hôpital public et réciproquement, je tiens donc à ma comparaison entre ces deux professions dans laquelle on retrouve les mêmes types de brebis libérales et les mêmes idéalistes), soit vous exercez librement vos choix, mais il faut encore les assumer. Vous ne pouvez avoir l'un et l'autre, la liberté et l'irresponsabilité.

"Devant une juridiction, l'avocat idéaliste et l'arriviste de la pire espèce ne s'affrontent pas avec leur sens moral mais avec leur compétences juridiques."

Il n'est pas question de déterminer lequel des deux avocats est le meilleur, cela serait un bête calcul pragmatique et non éthique, que de souligner que les deux ne peuvent se réclamer de la même neutralité et que seule la désignation d'office de tous permet d'imposer la neutralité comme système et non comme petite liberté individuelle, comme si, il n'était pas primordiale d'être au service de la justice, avant de l'être du sien...


"La solution n'est donc pas nécessairement celle que vous proposez, lourde et contraignante, mais pourquoi pas d'inciter chacun à se trouver, même en-dehors de tout problème juridique, un avocat susceptible de le défendre (de la même manière que l'on cherche un médecin quand on déménage)."


Vous reprenez ma comparaison, cela me va, car, justement, je suis également contre la médecine libérale, un profond oxymore selon moi.

"Après, pour revenir à l'affaire du jour, la difficulté est en effet de déterminer si un avocat défend ses clients en fonction de ses affinités personnelles ou non, mais des recherches sur sa clientèle et ses éventuelles déclarations publiques devraient permettre de se faire une opinion."

Dans ce cas, l'affaire est entendu alors, puisqu'il a effectivement défendu des personnes soutenant le port du voile au sein de l'école. Il n'est pas nécessaire qu'il en ait défendu trois, quatre, dix ou plus, un seul cas choisit et non imposé suffit à établir l'association qu'il réprouve... tant pis pour lui.

yG
Je ne confonds pas, mais dans les nombreuses affaires de la cour de Lille qui concernent des gens d'origine arabe, qu'il y en ait certains qui soient islamistes n'est pas aberrant.

Donc qu'un avocat soit amené à s'en occuper est logique.

Quant à l'affaire des piscines, je viens de voir le film de Guy Meddin, Winnipeg, mon amour, dans une expo à La Maison Rouge. Saviez-vous qu'à Winnipeg, il y a cinquante ans, on avait construit un immeuble avec trois piscines sur trois étages différents. Hommes, femmes, j'ai oublié à quoi servait la troisième, je crois qu'elle était mixte.

C'est un vrai souci de savoir si on accepte ou pas des horaires "hommes et femmes" dans les piscines. Après tout, on accepte bien les horaires "bébé nageurs" pour les femmes enceintes, les horaires "club de femmes obèses", les horaires "entraînement à la pêche sous-marine", les horaires "cours de vélo en piscine", c'est à dire qu'on fait la place pour les "différences", pourquoi pas pour les femmes musulmanes ? Pourquoi la différence religieuse ne serait-elle pas une différence culturelle comme les autres ?

http://anthropia.blogg.org
"Je ne confonds pas". Dont acte , et je n'en doutais pas le moins du monde.

"Donc qu'un avocat soit amené à s'en occuper est logique. "

Bien sûr, mais ce n'est pas la statistique que vous évoquiez.
"C'est un vrai souci de savoir si on accepte ou pas des horaires "hommes et femmes" dans les piscines. Après tout, on accepte bien les horaires "bébé nageurs" pour les femmes enceintes, les horaires "club de femmes obèses", les horaires "entraînement à la pêche sous-marine", les horaires "cours de vélo en piscine", c'est à dire qu'on fait la place pour les "différences", pourquoi pas pour les femmes musulmanes ? Pourquoi la différence religieuse ne serait-elle pas une différence culturelle comme les autres ? "

La question est bonne, Anthropia, seulement, vous auriez pu y répondre vous-même. Parce que ce que vous comparez n'est pas (sauf une exception) une différence culturelle, justement, c'est une différence d'activité, pratique, opérationnelle. Qu'une mère avec un bébé ne souhaite pas avoir un adolescent qui lui saute dessus en criant est parfaitement compréhensible en vertu de l'activité qu'elle souhaite pratiquer, idem pour les plongeurs en bassin ou les cours de vélo en piscine.

Pour les femmes obèses, anorexiques, et les musulmanes qui veulent soustraire leur corps au regard de la collectivité pour x ou y raison idéologiques, psychologiques ou autres, la solution est dans leurs problème à elles, et la réponse est simple, c'est tout connement une piscine privée et non des horaires privées dans une piscine publique.

Si on autorise la sphère publique à ainsi se privatiser en fonction des petits caprices et complexes de tout à chacun, on peut se demander ce qui limitera ce désir illégitime à la piscine publique. A quand les horaires pour circuler à pied pour les obèses, les burqa, les handicapés, les noirs, etc...

Question de principe, voilà pourquoi il faut interdire ce genre de demande qui n'est pas opérationnelle le moins du monde. Et qu'il faut interdire les discriminations qui portent sur le physique et non l'idéologie des personnes.

yG
Je plussoie (tout arrive !)

"C'est un vrai souci de savoir si on accepte ou pas des horaires "hommes et femmes" dans les piscines. Après tout, on accepte bien les horaires "bébé nageurs" pour les femmes enceintes, les horaires "club de femmes obèses", les horaires "entraînement à la pêche sous-marine", les horaires "cours de vélo en piscine", c'est à dire qu'on fait la place pour les "différences", pourquoi pas pour les femmes musulmanes ? Pourquoi la différence religieuse ne serait-elle pas une différence culturelle comme les autres ? "



La question est bonne, Anthropia, seulement, vous auriez pu y répondre vous-même. Parce que ce que vous comparez n'est pas (sauf une exception) une différence culturelle, justement, c'est une différence d'activité, pratique, opérationnelle. Qu'une mère avec un bébé ne souhaite pas avoir un adolescent qui lui saute dessus en criant est parfaitement compréhensible en vertu de l'activité qu'elle souhaite pratiquer, idem pour les plongeurs en bassin ou les cours de vélo en piscine.
yG


Juste pour le plaisir de dire une ânerie : où avez-vous vu que les adolescents sont autorisés à sauter et crier sur les mères et leurs bébés dans les piscines ?

Quant à mademoiselle (madame ?) Fourest prions surtout qu'elle n'ai jamais besoin d'un avocat ... Il lui faudrait faire l'examen de la carrière de celui-ci avant de le choisir et en trouver un qui n'ai jamais défendu que des innocents blancs catholiques et membres de l'ump.
"Juste pour le plaisir de dire une ânerie : où avez-vous vu que les adolescents sont autorisés à sauter et crier sur les mères et leurs bébés dans les piscines ?": Comme ça.

J'attendais aussi ce contre-argument, mais cet adolescent turbulent et inconscient n'est pas plus autorisé à le faire qu'une autre personne ou le même n'est autorisée à insulter de grosse, une personne corpulente se baignant. Cependant, en cas de réelle transgression, dans le second cas, on peut porter plainte contre le malotru pour discrimination, alors que dans le premier, on peut d'abord ramasser son bébé au fond de la piscine... Vous conviendrez, j'espère, que les risques ne sont pas les mêmes et la manière de les réparer n'est aucunement équivalente.

yG
[quote=Yannick G]Qu'une mère avec un bébé ne souhaite pas avoir un adolescent qui lui saute dessus en criant...

En criant ?
On ne doit jamais sauter sur un bébé !
Même en silence.
"En criant ?
On ne doit jamais sauter sur un bébé !
Même en silence."
: Julot Iglézias.

Très juste. :D

yG
Bah, en silence c'est moins drôle !! on perd du plaisir ...
:-))))))))))))))))))

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

A propos d'avocats... si Fourest tire argument de l'attitude de Vergès ou de Roland Dumas par rapport à leurs "clients", elle finira par avoir raison. Le "vice" vient de là, "malheureusement".
"Malheureusement", presque un siècle de tchékhisme et de valorisation de la Terreur jacobine a produit une culture de petits commissaires du peuple et de Fouquier Tinville héritiers des grands Vichinsky et autre Robespierre... Rien d'étonnant pour la Fourest de plus en plus décevante (à revoir sa minable prestation devant la bestiasse du FN, l'autre soir, en compagnie de Mouchard fils). "Malheureusement" cette ambiance est loin de s'atténuer.
Prenez une cour de province, vieux bassin industriel ayant attiré des vagues successives d'immigrants, et mettez-y un avocat reconnu et plutôt défenseur des droits humains, combien faudra-t-il de temps pour que l'avocat ait à représenter une personne dont les ancêtres ont à voir avec un pays arabe ? Et combien de temps s'écoulera-t-il pour qu'une fois repéré par les congénères de la personne, il soit à nouveau re-sollicité pur une cause proche ?

Voici un calcul pour chercheur et statisticien. Quel est le pourcentage d'affaires jugées à Lille, qui impliquent des immigrés ou fils et filles de, sur le nombre d'affaires total ? Quelles chances avait cet avocat de s'en occuper ?

http://anthropia.blogg.org
Eh oui, mais quand on n'est couvée par les réseaux béachèliens, ont peu dire n'importe quoi, c'est sans conséquences !
Ah soeur Caroline ... Un vrai poème. L'égérie de la défense de la laïcité, c'est bien simple, sans elle, nous serions envahis de mahométans échevelés...

J'ai lu ceci il y a deux jours.

Je ne suis pas toujours fan de Bruno Roger Petit, mais cet article est instructif sur la "méthode fourestienne"...

Le texte exact sur M. Aubry dans "la tentation obscurantiste" est :

"Maître Brochen a été l’avocat d’un des accusés du Gang de Roubaix, en 1994, déjà il avait défendu les lycéennes voilées exclues du lycée Faidherbe de Lille. Avocat des islamistes depuis plusieurs années, Maître Brochen était adjoint à la Culture de la mairie de Lille lorsque Martine Aubry – dont il est l’époux – a succédé à Pierre Mauroy."

Ben ouais. Du coup, Robert Badinter se retrouve être l'avocat des assassins d'enfants. Logique.
Ici (Nabeul,Tunisie) Il fait chaud , parfois même très chaud, et ce n'est pas d'aujourd'hui que Caroline Fourest fait froid dans le dos.
Brochen "avocat des islamistes" : Fourest persiste et signe

vous avez changé le titre passque la condamnation était moins flagrante avec celui-ci ?
:)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.