86
Commentaires

Maja Neskovic, @ux sources de Demorand

Derniers commentaires

Je trouve cette nouvelle rubrique tout à fait pertinente, et bien menée par Maya, mais... quid des sources, finalement ? Dois-je prendre ma loupe et scruter écran en pause pour essayer de décrypter l'url de tel ou tel site ? Ne serait-il pas bienvenu, à l'heure du web x.y, de retranscrire les différentes sources en bons liens hypertextes clic-ables par l'asinaute dans une rubrique ad hoc du site ?

Par ailleurs, les sources sont une chose, mais qu'en est-il des outils que ces braves gens utilisent ? Quels agrégateurs rss (comme le faisait remarquer BarrJo) ? Ont-ils une banque de donnée de fichiers pdf (ou autre) ? Comment les indexent-ils ?

Bon, en ce qui concerne Duhamel, vous êtes tranquilles pour les liens hypertexte. Je trouvais que depuis quelques années, il semblait à coté de ses pompes, je comprends mieux pourquoi, maintenant. Abandonner la plume d'oie pour le stylo-plume a dû être un déchirement pour lui...
Depuis que j'ai vu ce petit reportage sympathique, un truc me chiffonne : les journalistes comme Nicolas Demorand n'utilisent donc pas d'agrégateurs RSS (Google Reader par exemple) pour faire de la veille sur Internet ?!! Je veux dire : tous ces nombreux, très nombreux favoris/marque-pages à consulter tous les jours, repérer les nouveaux articles des anciens, démêler l'intéressant du superflu, ça doit prendre un temps fou !!! Ne savent-ils pas que les flux RSS sont justement fait pour les aider à gérer tout ça, plus simplement et plus rapidement ? Je n'ose le croire... :-)

Je ne suis pas journaliste mais accroc à l'actualité et à Internet. Je n'ai qu'une 15aine de sites internet dans mes marque-pages : mes préférés et ceux qui me fournissent un service (banque, mail, musique en ligne...). A côté de ça, mon compte Google Reader, toujours ouvert en tâche de fond, contient près de 400 flux RSS provenant d'au moins 300 sites, blogs ou service d'alerte sur certains mots clés. Parfois je parcours rapidement ce qui y tombe, sur ma pause du midi (comme actuellement) je m'y attarde plus longuement ou je mets des articles de côté pour plus tard. Bref, à moins de passer ma vie sur Internet ou de me couper de mes centres d'intérêt sur Internet, je ne pourrais plus me passer de Google Reader aujourd'hui.

Alors Mister Demorand, vous avez un compte Google Reader ou vous vous passer vos nuits sur Internet ? Sans blague ? ^^
Maja-la-Malice a fini son tour du monde ?
Bon. Bien. On reviendra peut-être faire quelques tours sur @si, de temps en temps...
D'accord avec la réaction du M. sur le plateau : c'est hallucinant, édifiant, remarquable etc. comme reportage !
Elle nous l'a transformé en petit garçon timide qui révèle l'absurdité de ses passions enfantines, le Demorand !
Voyez comme il est prêt à se justifier, quand il comprend qu'il a été trop loin, et puis qu'il se ravise, tout à la joie de partager la magie de son monde intérieur... comme s'il n'attendait que ça : la révélation publique de son quotidien morne et obsessionnel, où seule la griserie de la vitesse lui permet de tenir. Comme un ado sur sa bécane trafiquée, à fond la caisse, la nuit, tous feux éteints, à la campagne, dans la descente de la mort - celle où Freddy-le-Dur et Georgio-le Terrible se sont cassés les reins, des années auparavant.

Well done, Calamity !

Prenez-en de la graine, camarades...
Puissiez-vous nourrir votre triste ironie, votre raison raisonnante et votre cynisme froid d'assis éternellement insatisfaits, au contact du gai savoir, de l'intelligence qui pétille et de la liberté en marche !

PS/ J'aurais adoré vous avoir pour amie dans la cour de l'école élémentaire, chère Maja ; je me serais peut-être un peu moins ennuyé...
J'adorerais avoir des amis aussi sainement enfantins, aujourd'hui ; je m'ennuierais peut-être moins...
Je viens de voir 30" consacrées aux "Indignés amerlocains" sur F2 (au 20h du week-end). Après ça, un long sujet sur un fait-divers jamais résolu (mort de la femme d'un ex producteur de cinoche, Altzheimer m'empêchant de me souvenir de son nom) !
Libé va-t-il consacrer des colonnes à ces indignés étatsuniens qui ont voulu empêcher les New-Yorkais de passer le pont de Brooklyn ? Et ceux qui "montent" à Paris, venus d'ailleurs... va-t-on en parler ?
Excellent concept, les sources de Demorand sont très instructives sur sa façon de fonctionner. Par contre, les commentaires des @sinautes sont assez décevants. Où sont passés les pédagogues ? Ne reste que des grincheux ?
de la daube,une emission vide ,sur le vide petit monde des medias,(et ils sont tellement contents et fiers d'en faire partie...)Du sanglier dans la daube?
Bonjour,

j'ai bien aimé cette nouvelle rubrique et je suis vraiment un fan de Maja. J'aime sa manière unique de présenter les choses, de poser ses questions. Je suis certain qu'au fil du temps, les insatisfaits reviendront sur leur avis.

Simplement une petite remarque, ne lui mettez plus en plateau, de chaise qui pivote.
Moi aussi je suis une fan de Maja.
Quel plaisir que ses "détours d'Europe" !
Intelligence et bonne humeur, grave sans en avoir l'air.
Bienvenue
La séquence était spannend, pour qui apprécie Nicolas Demorand, se demande comment se fabriquent l'information, les choix éditoriaux.
La relance de Maja sur le relatif manque de "diversité" des inspirations de ND a permis de comprendre que finalement, ce qui fait la différence, c'est la lecture, les coups d'oeil vers l'étranger.

Pour le reste, en faisant la queue aujourd'hui chez Ikéa, je me suis dit que nous étions nombreux à y acheter. Finalement, Ikéa est un des rares lieux démocratiques de ce pays, où les directeurs de rédaction se retrouvent avec les chômeurs. Cela dit sans faire de pub.

http://anthropia.blogg.org
La vidéo sans coupure montage est super intéressante. J'aime bien ce ton relâché.
Evidemment, ce n'est pas sûr que vous trouverez à chaque fois une information révolutionnaire. Ca peut confirmer ce que l'on pensait déjà, l'ambiance est détendue, ce qui permet à l'interviewé de se sentir à l'aise, et à être assez franc.
Je ne sais pas si nous cherchons du scoop à chaque fois. Mais c'est intéressant (du moins sympa) de voir tout ça, de façon détendue.

Ca me plaît.
Merci !
Je souhaite une (re)bienvenue à Maja Neskovic. Une question : est-elle toujours à "l'Europe" ?
Sinon, j'avoue avoir interrompu la lecture de son enquête, et pourtant, je me suis forcée... Je ne supporte plus M. Demorand depuis son intervention outragée à Canal+ après les cas Guillon et Porte.
J'attends la suite pour une confrontation avec son équivalent du Figaro, ou de La Tribune ou encore des Echos. Voire de l'Humanité.
J'attends aussi des idées neuves...
Merci
Quel plaisir de retrouver Maja Neskovic !
Ca aurait été pas mal de commencer cette chronique par Daniel Schneidermann a asi.

J'ai trouvé ca interessant. Le montage de la petite séquence un peu dur pour Demorand.
On aurait bien aimé voir une journée type avec au moins une conference de rédaction pour voir la contribution de chaque acteur du journal, et pour faire le lien avec l'émission savoir comment Sylvestre Huet s'était informé puisque que Demorand semble se reposer entierement sur lui pour les articles Sciences.
Bonjour
Maja, re-bienvenue au club. Ca fait du bien.
Cette chronique m'a fait penser au livre de François Ruffin, « les petits soldats du journalisme » où il parle de la « circulation circulaire de l'information » - introduit par Bourdieu il me semble. C'est-à-dire que toutes les rédactions se lisent entre-eux et font, du coup, la même chose...
Livrer toutes ces sources comme ça... ça manque de pudeur. Il est toujours bien de ne pas trop se dévoiler, de conserver un peu de mystère. Cette coquine de Maja a mis Demorand à poil!

Le sujet était fort instructif. Comme le dit le scientifique du monde, l'international est sous-représenté et les médias anglo-saxons sur-représentés. Et puis quand Demorand dit que Twitter lui fait gagner 5mn de réflexion par rapport à l'AFP, je reste dubitatif. Je me demande aussi où sont les sites moins "présentistes", avec plus de recul sur l'actualité : je pense à des sites comme telos-eu.com, un des blogs de Lepage... Où sont aussi des sites comme ceux de l'Assemblée Nationale (avec les lois qui viennent d'être votées, les comptes-rendus des débats), de l'Union Européenne...?

J'utilisais Instapaper il y a 1 ans. Je l'ai remplacé par http://readitlaterlist.com (et sa bonne extension pour Firefox).
Dramatique, faut pas déconner non plus.
On ne retient pas grand chose de ces questions à Demorand, c'est un fait, mais le style relâché, décontracté, informel, souriant de Maja, c'est précisément ce qui fait le charme de ses interviews, et tranche sur celui de la majorité des journalistes formatés et ennuyeux.
Euh désolée, mais la chronique de dit rien ou presque, et ce n'est pas lié qu'à son concept, c'est aussi, essentiellement me semble-t-il, lié à son attitude. Je trouve très agréable le fait qu'elle soit souriante, mais en 10 min de chronique je n'ai rien appris, les favoris "fun" de Demorand on s'en fout complètement, et s'il y a une démonstration je ne l'ai pas vue - le commentaire en plateau, qui pourrait nourrir les images, est creux au possible, et prend la forme de l'ironie.

Quant au terme "dramatique", je l'emploie à dessein, parce que le relâchement dans la forme provoque des ravages : il joue le rôle de justification pour un manque de travail que l'on dissimule sous des abords sympathiques, tout en nourrissant un cercle vicieux de baisse constante des contenus, "puisque ça passe, continuons".

Je suis peut-être "méchante", mais pour faire du bon travail, il ne suffit pas d'être "sympa".
D'ailleurs, très franchement, on s'en fout complètement, de savoir si les journalistes sont "sympas".
Ce que j'attends d'eux, c'est qu'ils me donnent de la matière à penser.
A cet égard, le commentaire qui souligne le côté "real TV" de la chronique me semble d'ailleurs très bien trouvé.
en fait j'ai dit une connerie.
Le travail d'Alain ou d'Anne-Sophie, dans leur forme écrite, sont justement relâchés, mais leur humour est au service de leur travail. Il ne dissimule jamais un manque de profondeur, de réflexion, d'investissement.
Voilà. Parfois, être sympa, apporte quelque chose en plus. Parfois seulement.
Je comprends parfaitement la réaction de Danette. Pour moi, qui m'évertue toujours, dans mes prestations orales, à terminer mes phrases et mes questions, à exprimer ma pensée jusqu'au bout, à ne jamais chercher la connivence de l'interlocuteur ou du public, ni à présumer que "comme on pense tous la même chose, pas la peine de le formuler jusqu'au bout", il est évident que le style de Maja est différent du mien.

Mais bon. D'abord, il est indispensable à mes yeux que le site soit divers, et que les tons soient multiples. Il en faut pour tous les goûts, Danette. L'ennui naquit un jour de l'uniformité.

Et il y a plus. J'ai l'intuition que le "ton Maja" est de nature à provoquer, chez ses personnages, des réactions intéressantes, et imprévisibles, que ne provoquerait pas un questionnement journalistique plus traditionnel. Je sens, dans cette séquence, Maja davantage documentariste que journaliste (et formidablement servie d'ailleurs par les cadrages de Philippe Mayrhofer, qu'il ne faut pas oublier) et donc, inutile de le cacher, je trouve cette séquence très prometteuse.
Je n'ai rien contre la différence de ton !
Je suis d'accord que parfois, de l'uniformité, naît l'ennui (parfois seulement).
Mais la différence de ton ne doit pas inférer un appauvrissement des contenus !

Et c'est précisément ce que j'ai écrit plus haut : je ne serais pas si agacée si le contenu de la chronique était substantiel, ce qui n'est, en l'espèce, pas le cas. Pour filer les comparaisons déjà évoquées, à savoir les chroniques d'Alain ou celles d'Anne-Sophie, une lecture de leurs derniers papiers montre à quel point le ton relâché non seulement ne handicape pas la pertinence du propos mais est carrément à leur service. C'est précisément parce qu'Anne Sophie est drôle dans ses "éconochroniques" qu'elle fait passer des pilules pas possibles (au passage chapeau pour le papier sur Sapir).

Concernant Maja (dont j'aime par ailleurs les reportages sur LCP) mon propos est peut-être désagréable voire grincheux, selon certains, mais si la chronique n'a pas de "colonne vertébrale", que les images ne font pas l'objet d'un commentaire, que tout est suggéré sur le mode de la plaisanterie inachevée, qu'en retirer ?

Quant au ton comme outil stratégique d'interview, je ne suis pas convaincue : il peut conduire à une baisse de la vigilance, faire surgir des moments spontanés, c'est vrai. Mais là encore, niet... Bref, je trouve que l'idée est bonne, mais que le tout, très franchement, manque de travail. On attend la suite !
Entièrement d'accord avec ce qui vient d'être dit, en bien mieux et plus précis que je ne l'avais formulé. Les abonnés d'@si méritent mieux que ça. Dan Israel, Sébastien Rochat ou Laure Daussy bossent sérieusement, eux, et ne viennent pas faire les pseudo-marioles en plateau. Au boulot, Maja !
Et si c'était le sujet questionné (j'entends le patron de la rédaction de Libé) qui n'avait "rien à dire" ???
En même temps, on ne peut pas dire que Maja l'ai poussé dans ses derniers retranchements... d'où l'impression de truc bâclé décrite plus haut.
Je ne trouve pas qu'on ne retient pas grand chose de ses questions. Personnellement, je n'avais pas une idée aussi précise de la journée type d'un rédacteur en chef. Je trouve que d'aller explorer le prisme des valeurs au travers duquel les producteurs de presse conçoivent leur journal est trés intéressant. Je remarque qu'une des priorités est d'être agréable à lire et d'être en avance sur les concurrents (ce qui implique une linéarité de contenu entre tous les concurrents). Dans ces conditions, l'organe maître est l'AFP qui est elle même fortement influencée par les calendriers politiques (ou instaurés par les politiques, en dehors de questions étrangères à la gestion de la vie de la cité (comme les neutrinos)). On comprend bien, entre les lignes, qu'on (les actionnaires) demande à Demorand de "faire du libé", c'est à dire un canard un peu branchouille, aux contenus quand même assez élaborés (en terme de plus-value "journalistique" (ou plutôt documentalistique)), aux unes insolentes, qui pour ses lecteurs est à gauche (c'est à dire qui fait la promotion d'un mode de vie sociétalement "à gauche" (par exemple en faisant une page sur le rappeur Orelsan, d'aprés ce que j'ai pu voir par dessus l'épaule de mon voisin d'avion hier; tout en étant sur la même ligne politico-économique que le reste de la presse mainstream (C'est à dire rester entre Hollande (gauche) et Sarkozy (droite), et en traitant ceux qui sont au dela de ces lignes comme de gentils illuminés).
C'est le rôle des zéditorialistes (comme il dit en souriant, mais en étant quand même complètement à leur merci) de définir "l'espace public" au dela duquel il ne vaut mieux pas s'aventurer (cf Pierre Carles). Ces éditorialistes, qui sont, autant le dire tout de suite, cul et chemise avec les politiques (cf Elkabbach, Duhamel, le club le siècle etc...), ont pour rôle de marteler ces limites à longueur de journée, en disant qui est réactionnaire, raciste, qui est réaliste et qui ne l'est pas (cf la présentation que fait Pujadas de Manuel Valls dans le premier débat des primaires "vous faites partie du courant réaliste du parti"), et de pervertir le vocabulaire (bouclier fiscal, ...).
J'avais déja remarqué dans une interview d'Elise Lucet par Pierre Carles dans le film fin de concession, à quel point ces responsables médiatiques sont sensibles au fait d'être eux-même branchouille, à la mode, et d'avoir l'air djeunz. C'est peut être aussi un moyen de réguler leur intérêt électif pour certains sujets et de le détourner d'autres. On voit bien à quel point les médias se servent de la CGT et des images de syndicalistes pour ringardiser le combat anti capitaliste (hier, en zappant, je suis tombé sur des images de syndicalistes, et je n'ai pas pu m'empêcher de me demander s'ils ne sont pas choisi sur leur collier de barbe et sur le fait qu'ils fument la pipe). Je ne m'étais jamais rendu compte de cela, mais en regardant au fond de moi-même, il est évident que les prestations médiatiques de la CGT (et du PC) ont fait beaucoup (sur le terrain médiatique du moins) pour ringardiser leur combat. Est-ce par simple incompétence?

Bref, toutes ces réflexions livrées pêle-mêle pour dire que les travailleurs mécontents sont dans la merde, car le système médiatique est trés bien huilé, et que les gens (qui sont majoritairement victimes de ce système) s'en foutent allègrement. Les amis auxquels j'ai parlé d'asi m'ont dit que c'était vraiment super mais ne se sont jamais abonnés (ce qui correspond au plafond d'abonnements atteint par le site). On ne fera pas changer le système économique tant que le Spectacle règnera, et je ne vois pas ce qui pourrait le faire arrêter de régner (une révolution est un casse-tête, et quand on a de l'argent, ca ne doit pas être très difficile à récupérer...)
la journée type d'un rédacteur en chef

Permettez-moi de vous reprendre :

la journée type d'un "certain type" de rédacteur en chef
Je pressens qu'actuellement, les différences entre N.Demorand et un autre rédac chef ne seront pas beaucoup plus grandes que celles existant entre un serveur de Mac Do et un serveur de Quick. On verra si les futures émissions d'@ux sources me donnent tort...

PS: Il va de soi que je parle de la presse mainstream et non des quelques organes qui font encore de l'investigation ou qui apportent une plus value journalistique (sans guillemets cette fois): le diplo, @si, et quelques autres (médiapart, bakchich, ...)
Bien de votre avis.
Voté, Mr Patella.
J'ai particulièrement apprécié le passage sur le prototype-média du représentant CGT...Bon, vous avez oublié qu'il fallait en plus qu'il soit inaudible (personnellement ou en raison de l'environnement nécessairement bruyant retenu pour l'interview), mais ce n'était pas le sujet principal de votre intervention...
Je suis assez d'accord avec cette intervention qui m'a aussi donné une meilleure idée de ce que peut bien faire un rédacteur en chef de journal. Tout le monde n'est pas aussi habitué de ce monde des médias que ce que certains lecteurs d'@si voudraient nous faire croire.

Autre l'omniprésence de Twitter, ce qui me frappe, c'est cette façon de voir l'information de manière visuelle et superficielle, comme une simple question de une et de mise en page. M. Demorand est visiblement un fan d'Apple, aime les jolies choses chères, trouve que les dirigeants du Guardian font du bon boulot parce qu'ils publient des images avec des livres de couleurs acidulées et des photos en double page... Il est passionné de gadgets inutiles, de bibliothèques ostentatoires et de photos collector de unes de journaux. Les bouquins sont des beaux objets et remplissent bien les meubles. Dans sa bouche, les noms d'auteur ne font pas écho à des pensées, mais à des personnages médiatiques.
Le seul objet qui avait l'air véritablement "utilisé" et pas seulement dédié à la représentation de soi dans cet univers est le libé que Maja a sorti de son sac. C'est terrifiant.

Demorand se complait dans une position qu'il estime de supériorité intellectuelle en se gaussant devant les sorties de Zemmour, mais le voir s'exprimer en vrai de manière nonchalante donne une belle mesure de la vacuité de son discours. Pire, dans sa façon d'avouer son incompréhension du sujet sur les neutrinos, j'ai la sensation qu'il ne s'intéresse pas à proprement parler du fond de l'information, mais uniquement de son utilité pour remplir le journal et mettre des phrases choc en une. Il consomme sans être intéressé et ne se pose aucune question sur le savoir qu'on lui pré-mâche. C'est très grave !
C'est un non esprit qui ne fait qu'user de mots séduisants (et encore, c'est peu convaincant), pour ne parler de rien. Je trouve que montrer cela est important.


Évidemment, je vois encore beaucoup d'améliorations à venir pour cette chronique, mais je suis assez convaincue par le ton de Maja justement. Elle m'a fait beaucoup rire sur quelques petites phrases piquantes pendant l'interview. J'aurais aimé voir, après montage du reportage, la section sur les bouquins qui est dans les rushes. Vers la 45 minutes, une de ces petites piques est particulièrement croustillante.
Il me semble difficile de pouvoir s'introduire dans le bureau d'un rédac chef et lui tirer quelques vers du nez sans avoir ce ton enjoué et faussement naïf que Maja maîtrise plutôt bien. Et si elle peut s'infiltrer dans ses univers clés du monde des médias sous ses dehors inoffensifs pour nous en montrer ne serait-ce que quelques morceaux choisis, je soutiens l'initiative.
Il faudrait juste forcer un peu plus sur l'interprétation du discours de l'interviewé pendant l'émission pour éviter que les vidéos ne servent d'autopromo pour des yeux non aguerris. Parfois les vidéos parlent d'elles mêmes (ou alors on le croit), moi je pense qu'il faut en rajouter une couche sur l'explication ou l'interprétation de celles-ci pour ne pas desservir le propos.
@ Miki Larson

Sur le fond, je suis assez d'accord avec votre analyse. J'ai peut-être été un peu vif parce que, ayant baigné dans ce petit milieu de la presse écrite (à une place subalterne), je n'ai pas appris grand chose. Mais c'est vrai que ce que montre Maja peut contribuer à éclairer tous ceux qui ne se doutaient pas que Demorand, comme nombre de ses collègues éditocrates à la culture superficielle, faisait partie de la catégorie "outre vaniteuse qui sonne le vide quand on tape dessus". C'est vrai aussi qu'il peut y avoir besoin de souligner un peu plus, même si ça rendrait la chose moins drôle. J'imagine difficilement un commentaire du genre : "en ce moment, je suis en train de me foutre de la gueule de Demorand qui est en train de frimer en montrant ses derniers joujoux technologiques..."

In fine, la contribution de Miki larson mérite davantage que la mienne d'être votée d'utilité publique (en fait, on vote pour les premières contributions, ça relativise l'intérêt de ce système de votes à la con).
[quote=D.Godin]in fine, la contribution de Miki larson mérite davantage que la mienne d'être votée d'utilité publique (en fait, on vote pour les premières contributions, ça relativise l'intérêt de ce système de votes à la con).

c'est rigolo, j'avais voté pour le commentaire de Miki larson, sans succès, et sans vouloir vous déloger. ;-))
Il est toujours possible de re-voter.
Le dernier vote efface le précédent.

(Pour la présidentielle, la règle est différente : faut se farcir Sarko jusqu'à l'échéance de 2012)
Oui mais j'avais pas voté avant ... donc là, il faudrait que ceux qui aiment le commentaire de Miki votent aussi. Mai bon, c'est vrai, c'est un système à la con ces votes.

Sarko je crois bien qu'il est grillé, mais vous avez raison encore un an, p'tain. pis après .... Marine ???


Oh ben ayé c'est fait. Pfff ... le genre de commentaire complètement inutile, un de plus bysonne, arghhhh ;-))
Oh ben ayé c'est fait. Pfff ... le genre de commentaire complètement inutile, un de plus bysonne, arghhhh ;-))

Question d'habitude...
Pas signé, c'est pas moi.
L'idée est intéressante mais l'ensemble manque de sérieux, et le contenu est quasi nul.
Si les questions étaient "tenues", que l'ensemble allait "quelque part", qu'il y avait effectivement "une intention", de montrer quelque chose, en somme, s'il y avait vraiment "un propos" (pardon pour tous ces guillemets c'est une manière d'insister sur les termes essentiels à mes yeux) la forme, brouillon et éparpillée, serait peut-être pardonnable, mais là, non.
Sympa peut-être, mais non.
Faut pas déconner.

Quand on enseigne on se bat tous les jours pour que les étudiants s'expriment correctement, pour que les exposés ne soient pas présentés les mains dans les poches, le nez en l'air, la mine indifférente ou amusée. Une forme toujours plus relâchée, loin de contribuer à enrichir une réflexion, un débat, un propos, indique en réalité, que, dans l'ensemble, "on rigole bien hein on s'en fout un peu, hein, bon, lol".

Retrouver ces comportements dans des chroniques de journalistes professionnels est, à cet égard, franchement dramatique (si si).
Chouette ! Maja est de retour à la ruche...
Ahhh le come back de Maya, heureux de la revoir parmi ASI !
Bon, à voir quelles personnes va t'elle réussir à voir, là est principalement l'intérêt de sa chronique ^^.

: o ) ; o ) , o ) o )
très contente du retour de Maja, le principe de la chronique peut être intéressant, mais pitié: pas Demorand ....
Instapaper : pour lire en train ou métro les articles jugés intéressants (jamais acheté, mais ça semble pas mal)

The Onion ne fait pas rire : site d'humour déplaisant aux [s]cons[/s]conservateurs
Ravi de revoir la bonne frimousse de Maja !
Beaucoup de plaisir à revoir Maja. Moins à écouter Demorand étaler ses innombrables "sources": ma parole, il lit plus vite que son ombre, cet homme là? A un moment, j'ai cru comprendre qu'il écoutait plusieurs radios à la fois. Et passer de Zemmour à Duhamel (tiens, il a oublié Slama? Ou alors Slama ne sévit plus sur... France Inter je crois... Ça fait tellement longtemps que j'ai cessé d'écouter ces guignols. Mais bien sûr, Demorand est bien obligé d'écouter la concurrence, pour faire pareil qu'eux ensuite. Étonnez vous du vide, après ça.
http://vanessa-schlouma.blogspot.com/2011/07/les-liaisons-dorees-sylvain-bourmeau-et.html
Sylvain Bourmeau a eu la Laisse d'or de PLPL en octobre 2004 (cf: http://www.homme-moderne.org/plpl/n21/p1-1.html) et Nicolas Demorand a eu la Laisse d'or du Plan B en juillet 2006 (cf: http://leplanb.org/La-laisse-d-or-Nicolas-Demorand.html).

PS : Instapaper, c'est effectivement génial. y'a aussi http://www.scrible.com/ dans le genre...
Ah j'aime bien Maja, welcome back !
Mais dis-donc cette chronique est décevante. On dirait une TV réalité pour les journalistes, par les journalistes.
Franchement il n'y a que les journalistes que ça émoustille de savoir ce qu'il y a dans le dossier "fun" des favoris de Demorand...

On se doute qu'il lit les journaux et écoute la radio. Mais après qu'en fait-il ? comment ?

Et parle-t-on vraiment des sources ? Il s'agit plutôt, ici, d'une sorte de revue de presse me semble-t-il.
.
Vous avez vu: Maja a des dents de lapin.
Ecouter les chroniques radio de Duhamel, Aphatie et Zemmour, c'est "a part of the job". Pour ceux qui entraveraient nothing à la langue de Mr Bean, je précise que Demorand a voulu dire que c'est une partie de son travail.
C'est entre autres choses ce qui fait que Libérécheune reste au top du top des niouzes.
Je n'ai pas vu les chroniques de Didier Porte sur RTL en podcast dans les favoris de Demorand, serait-ce un oubli?

OK je sors...
.
(j'ma crompé de forum)
Bienvenue, Maja, j'adore votre humour et votre vivacité.

Je n'ai rien de spécial contre Demorand, mais quand réfléchit-il ? Il n'a pas le temps, aucun neurone n'est aussi rapide.

C'est comme ça qu'on devient éditocrate. Je suis d'accord avec D. Godin.
Daniel S, par exemple, s'informe en lisant toutes ses chroniques..
De mon côté, je trouve cela sympa l'entrée dans les coulisses. Cela peut tourner en rond, mais il y a plein d'autres personnes à interroger sur la manière dont ils se sustentent en matière d'informations : des politiques, des patrons, des syndicalistes, des anonymes... Ce que nous lisons (y compris la littérature) dit beaucoup de nous.

MC
C'est vraiment un petit monde. Est-ce bien la peine que Maja poursuive sur le sujet ? On le savait déjà que les éditocrates vivent en vase clos.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.