13
Commentaires

Mais au fait, qui sont les "sites d'infaux" américains ?

Ils sont accusés d'avoir joué un rôle dans l'élection de Donald Trump et ont poussé, ce 4 décembre, un homme à rentrer armé dans une pizzeria de Washington pour "mener sa propre enquête" : les sites de "fake news", que l'on pourrait traduire ici par "sites d'infaux", sont au coeur du débat depuis plusieurs semaines. A quoi ressemblent ces sites volatiles, souvent mal référencés, qui s'embarrassent peu de faits et dont les articles sont partagés des milliers de fois sur les réseaux sociaux ? Visite guidée (avec une petite escale en Macédoine).

Derniers commentaires

Encore un site conspirationniste découvert aujourd'hui. Décidément, ils sont partout!
Figurez-vous que des illuminés prétendent que c'est [s]l'URSS[/s] la Russie qui a fait élire Trump.
Et ces tristes individus, dont l'un des plus connus se nomme Obama, s'appuient sur des infaux en provenance d'une glauque officine ultra-secrète qui se fait appeler CIA (Central Intelligence Agency. Intelligence! Ils n'ont peur de rien).
Le pire est que - malgré le ridicule évident de l'infaux - elle est relayée par des médias respectés et normalement au-dessus de tout soupçon comme Le Monde, France Inter ou France 24.
Mais où va le monde, je vous le demande?
Cet article répond à une requête que j'avais faite suite à l'édito de Daniel, si ce n'est délibérement, du moins dans les faits. Mais il a un bien mauvais début car j'ai le sentiment qu'un pizzagater typique ne se reconnaitrait pas du tout dans ce résumé. Enfin, ça dépend lequel j'imagine, mais le contenu décrit sur les sites cités ici est assez différent de celui déjà plus circonstancié des vidéos virales sur le sujet. A mon sens pour nous laisser faire notre opinion sans tenter de nous en fourguer une de force à la place (pour ma part je ne suis pas demandeur) il faut vraiment s'astreindre à présenter chaque point de vue d'une façon que les tenants d'ycelui accepterait comme raisonnablement représentative. Sinon c'est par trop manipulateur, vous ne trouvez pas ?
... c'est la démocratisation de la désinformation...
La liste de fausses histoires de Breitbart a l'air surtout d'un prétexte pour placer celle ci dedans (c'est à dire présenter comme une "fake news", le fait qu'une prof ait publié sur les réseaux sociaux une liste de sites propageant à son avis de fausses nouvelles et utilisant les méthodes du clickbait journalism incluant Breitbart, liste devenue virale au point que des journaux en ont parlé, et qu'elle a fini par retirer n'aimant pas la publicité et n'ayant probablement pas très envie de répondre de ses choix auprès du dangereux public de ce genre de médias).

Seulement la manière dont le site qu'ils mettent en lien présente l'histoire (de grands journaux auraient repris cette liste comme un rapport scientifique), a l'air d'être elle même une fake news. Les articles des médias cités qu'on peut retrouver en ligne (boston globe , new york magazine, ,usa today, ou encore du washington post où c'est celle qui a fait la liste qui témoigne à son sujet) mentionnent clairement que cette liste était faite par une prof de college (lycée) isolée.

Breitbart devrait se voir décerner le prix du journalisme post-post-post-vérité, ayant donc publié une liste de fake news pour dénoncer en se basant sur une fake news comme une fake news la mention d'une liste de sites de fake news le présentant comme un site de fake news. :)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.