123
Commentaires

Macron poursuivi dans l'escalier : une sale histoire au purgatoire

A l'aube de sa fulgurante carrière, plus personne ne l'ignore, l'Embobineur fut banquier.

Derniers commentaires

Comment ça Mauduit ne se serait pas étendu sur cet épisode qu'il relate dans son livre "Main basse sur l'information" ? Il en a fait un article de 5 pages dans Médiapart le 16 septembre 2016, et sauf erreur de ma part il l'a détaillé au cour d'un "Médiapart Live" dont je ne retrouve pas la date.
Pour l'article, c'est là : Médias: quand Macron était l’agent double de Minc dans la bataille du «Monde»
Il y a quelques années en arrière le forum d'ASI avait subit une petite invasion dissimulée bien que très mal de sympathisants d'extrême droite (il me semble qu'il reste peut de ces énergumènes), on voyait bien à l'époque le début de l'offensive sur le net de la fameuse "fachosphère".

Depuis quelque temps j'ai remarqué une double offensive de deux mouvances politiques sur le forum, une qui était surement déjà présente de longue date, la gauche de gauche comme le disait Bourdieu, une gauche qui n'ai plus européiste béate (sans être anti européenne), écologique (avec comme marqueurs fort le refus de notre Dame des Landes et anti nucléaire) etc... et une autre vision celle de l’extrême centre, qui était insidieuse chez de nombreux forumeurs et qui s'est lâchée et en plein hubris pendant l'entre deux tour, des anciens "socialistes" qui se sont découvert bien plus de droite et qui ont trouvé dans en Marche enfin un parti qui assume à l’inverse du PS.

Ce même mouvement à lieu sur Médiapart (qui semble assumé totalement mais bon Plenel quoi), Politis etc..., attention ! c'est cette même mécanique de tectonique des plaques qui à débouchée sur ce que sont devenus L'Obs et le Libération actuel.
A toi électeur d'En Marche (et leur troll pseudo socialiste en chef Kazoula et Tosh ) qui vient depuis peu en masse sur ASI déverser ta bille contre tout ce qui se trouve à la gauche de Hamon (y'en a du monde), nous ne vous lâcherons rien, vous avancez avec arrogances fiers de votre vide a-politique et votre vision de Start up monde, souffrez que l'on ne se prosterne devant vos idoles creuses qui forge les démocraties molles et font le lie de l'extrême droite et oui on va continuer à taper sur Macron et fort si possible.
Quoi ? Macron aurait avancé masqué dans une histoire économico-politique, et se serait fait passer pour un homme travaillant en faveur d'un camp alors qu'il œuvrait pour le camp adverse ? Ce qu'on appelle une TRAHISON.

Mais il aurait fait ça ? On ne pourrait donc pas lui faire confiance ? IL MENTIRAIT POUR ARRIVER A SES FINS !

Ben ça alors !

Comment est-ce possible ?

Combien d'imbéciles, dont moi, ont voté pour lui ?

Et comment en sommes-nous arrivés là ? Quelle somme d'erreurs, de reniements, de refus de voir la vérité en face, avons-nous pu commettre pour être traités de la sorte ? Serions-nous punis de notre propre incapacité à analyser et à agir de la bonne façon ?

Une justice immanente nous poursuit, mais pas divine, simplement l'accumulation de nos erreurs, et la tentation de croire que les autres sont aussi francs du collier que nous....
Et il y a beaucoup de faux-culs qui en profitent...
Pourquoi ne pas avoir sorti cet article plus tôt? Il y a des gens qui croient réellement à la dimension sensible et poeteique, philippe losophique de notre nouveau président, et on voté pour l'homme, sans trop croire au programme, sous le charme. Comme les journalistes du monde.
Aux quelques qui viennent nous dire "DS dit du mal de Macron juste parce qu'il l'aime pas" :

1) Il est légitime de ne pas aimer Macron, on voit mal en quoi il serait condamnable d'écrire un propos hostile à Macron quand on ne l'aime pas. Est-ce que seules les personnes convaincues par Macron ont le droit d'écrire des critiques ? J'imagine d'ici la violence "M. Macron, nous savons tous que vous êtes formidable mais qu'avez vous à répondre aux critiques de ceux qui ne vous jugent que très compétent alors que la flagrante réalité est que vous êtes l'homme le plus compétent que la Terre ait jamais porté ?".
Cette remarque est typiquement de ceux qui ont trop longtemps fréquenté des milieux courtisans et perçoit l'absence de léchage comme une critique et donc la critique comme une violence insoutenable, un pot de fleur cassé comme une émeute dangeureuse, une chemise déchirée comme une sécession à faire réprimer par l'armée...
Un parallèle semble être dressé avec l'antiSarkozisme primaire, je pose quelques questions : pourquoi l'antiMacronisme ressemblerait-il plus à de l'antiSarkozisme qu'à de l'antiHollandisme ? Pourquoi l'antiHollandisme n'a-t-il reçu pas été autant critiqué que l'antiSarkozisme ?
Quelles sont les opinions politiques trahies par cet évident "deux poids deux mesures" ?


2) DS met en avant des faits : l'état d'esprit du messager ne change absolument rien à la réalité des faits présentés. On appelle cela une diversion "plutôt que de parler de la réalité de Macron qui joue à cache-cache, discutons de la probité de DS". Je vous propose donc de discuter de la probité de DS dans un mois, cela démontrera que ce sujet vous intéresse au delà des tentatives de disqualification et de discuter de Macron aujourd'hui, cela démontrera que vous avez autre chose que des arguments de cour de récré² pour défendre Macron.

²: en même temps, on parle de défendre la partie de cache-cache de Macron, c'est peut-être normal que cela se fasse par des arguments de cour de récré !

3) Je ne savais pas trop quoi penser de cette affaire mais je vois que ceux qui soutiennent Macron ne voit aucun argument meilleur que "Tout cela c'est de l'anti-Macronisme primaire" : j'en déduis que la réalité de l'histoire n'est pas contestée et que les soutiens de Macron n'ont aucun élément sérieux pour accréditer une autre lecture de cette histoire. Merci à vous, soutiens de Macron, vous m'avez convaincu de l'immoralité de votre champion.
C'est marrant : hier on apprenait qu'il ne renonçait à manger des bonbons que sur interdiction de Brigitte, qu'il choisissait les cordons-bleus dans les cafétérias d'aires d'autoroutes... aujourd'hui qu'il joue à cache-cache dans les escaliers en bloquant l'ascenseur.
On nous a dit bien des fois qu'il était jeune, mais faut-il en conclure que c'est carrément un gamin ?
Alors s'agirait il d'un psychopathe ?
Comment se fait-il que pendant le premier tour, ASI ait pait de Poutou son héro médiatique, nous cachant le vrai talent de Lasalle.

Le récit de l'enterrement vaut le détour.
En tout cas les éditoriaux du Monde se succèdent et se ressemblent :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/05/10/l-etrange-proces-fait-a-emmanuel-macron_5125432_3232.html
Macron par ci, Macron par là... Quelle irrévérence ?

Dites plutôt Macron Le Grand,... Macron 1er... ou mieux, Saint Macron !

Et vive les champions de la brosse à reluire !
Déjà une histoire de cocus ! Il les collectionne.
Bonjour tout le monde et bien moi je remercie DS de m'avoir appris quelque chose !
J'ai quand même du mal a croire que cette histoire, de conflit d'interet patent a minima, fut ignorée par vous, Daniel !!!
Elle a été maintes et maintes fois racontée ...
Anecdote présente sur la fiche Wikipedia de l'Elu!
@illeurs sur le net > Législatives : pas d’accord entre le PCF et La France insoumise.

je serais complotiste je dirais que Melenchon fait partie du système et essaye de faire gagner Macron aux législatives.
Mais on peut aussi aller a l'explication la plus probable, le PCF a décidé d'embrasser les idées de FI a commencer par l'insoumission.
Qu'il y ait des naïfs ici pour croire en la vertu de Macron, celui que Alain Minc disait propre à ce métier de pute qu'est la banque, qu'il y ait des naïfs pour demander la version de Macron comme si l'on demandait la version du mec qui vient de vous faire une queue de poisson, c'est incroyable

S'il est une chose insupportable, c'est qu'on en soit encore à parler de Macron dans le but de mieux le connaître alors qu'il n'y a rien à découvrir, c'est aussi qu'on en soit à parler de Trump comme s'il fallait encore espérer trouver le truc final qui certifierait une fois pour toute ce que nous savons déjà.

Non, Macron est à combattre comme on combat l'humidité qui lézarde une maison une fois que l'on sait ce qui en est la source.
Nous savons que Macron a été procréé par les banques, le monde des affaires.
Il a été élu parce que le choix était irrémédiable, il est un président par défaut, un PDG choisi par les actionnaires de la SA France, rien de plus.
Découvrir chaque jour l'étendu de ce retors, est ce que ça vous passionne vous ? Ne serait-il pas mieux que l'on sache comment le combattre, l'assécher pour reprendre l'image de l'humidité.

On comprend néanmoins que Daniel Schneidermann mette la lumière sur ces sales histoires et cette façon dont les journaux après avoir léché du Macron à longueur de Une font maintenant dans la mise à jour de ce qu'ils avaient caché avant, histoire de continuer à attirer l'attention du lecteur. Mais enfin...
Nous savons que Macron a été procréé par les banques, le monde des affaires.

Pas plus que Henri Emmanuelli, qui était banquier de profession (contrairement à Macron).
Pas plus aussi que untel sous Napoléon III aussi vous pourriez me rétorquer
mais dites moi plutôt comment vous dépensez un Smic par jour en étant banquier de profession.
Et de toute façon, qu'avons nous à lui retirer sa qualité première, celle d'un homme au service des banques et si jamais la curiosité vous ronge, voici un article que j'ai été chercher pour vous.
Macron a fait un bref passage (4 ans) dans le monde de la banque, après avoir été au service de l'Etat pendant 6 ans à l'inspection générale des finances.
Emmanuelli (qui incarna longtemps l'aile gauche du PS, jusqu'à son décès récent) a fait carrière pendant 10 ans chez Rothschild, à des postes de direction.
Vous avez entendu beaucoup de monde à l'époque gloser sur "Emmanuelli le banquier" ou prétendre qu' "il a été procréé par les banques" (sic) ?
Non, ce n'était pas à la mode.
Ou plus certainement le niveau de l'argumentation politique est aujourd'hui en chute libre...
Ou peut-être qu'à l'époque, nous n'avions pas eu plusieurs crises bancaires encore toutes chaudes dans les esprits.

D'ailleurs peut-être qu'à l'époque, les banques n'avaient pas le pouvoir quasi infini qu'elles ont aujourd'hui.

Mais tant de "peut-être", alors que nous pourrions simplement nous soumettre à notre sauver, Saint Macron, en effet.
La haine du banquier ne date pas d'hier...

"Dans la Bible, Jésus chasse les marchands du temple. Le prophète Mahomet bannit le prêt avec intérêt. L'Eglise catholique l'interdit en 1311. Dante assigne les banquiers au septième cercle de l'enfer, en compagnie des habitants de Sodome et "autres pratiquants de vices non naturels".

Pendant des siècles, la haine du prêt d'argent, de l'argent qui amène l'argent, va de paire avec l'apatride. Les prêteurs d'argent, cosmopolites, sont plus difficiles à taxer que les propriétaires fonciers. Les gouvernements apprécient peu. Dans une diatribe contre les Rothschild, Heinrich Heine, un poète allemand, peste que l'argent "est plus fluide que l'eau et moins stable que l'air".
La haine de la traitrise ne date pas d'hier non plus. Et jusqu'à nouvel ordre elle est globalement justifiée.
Argument à la MLP : " vous travailliez dans la banque à cette époque-là "
"Vous avez entendu beaucoup de monde à l'époque gloser sur "Emmanuelli le banquier" ou prétendre qu' "il a été procréé par les banques" (sic) ?
Non, ce n'était pas à la mode. "
La preuve, j'étais pas au courant !
Ou alors j'ai oublié ?

Macron a fait un bref passage (4 ans) dans le monde de la banque, après avoir été au service de l'Etat pendant 6 ans à l'inspection générale des finances.


Comme si cela se mesurait de cette façon là... Tiens, un tel a passé 36 mois à la banque, il est donc 10% moins corrompu que celui qui y a passé 40 mois... N'importe quoi.


La critique contre Macron est que, du fait de 1) sa carrière passée ; 2) ses réseaux (Attali, feu Henri Hermand, French American Foundation) ; 3) son idéologie du fric décomplexé (il faut que les jeunes aient envie d'être milliardaires ...) ; 4) ses va et vient entre public et privé ; 5) son absence de culture de ce qu'est servir l'Etat (être élu, c'est une carrière d'un autre temps) 6) la façon dont il a déjà torpillé de pourtant très modestes projets de régulation banquaire ; 7) j'en passe ... du fait de tout cela, il est légitime de craindre que Macron fasse une politique très très pro-banque et que, dans 6 ans, on le retrouve très très haut placé et très très bien rémunéré dans une grande entreprise financière. Un peu comme Sarko qui s'est fait payer je ne sais combien de conférences à 100 000 euros la demi-heure : c'est manifestement un remerciement pour l'ensemble de son oeuvre, c'est certainement pas parce que la parole sarkozienne a une valeur intrinsèque de 3 000 euros par minute. Ou comme Barroso.

Il s'agit d'un raisonnement qualitatif et non quantitatif : il ne s'agit pas de savoir combien de temps il passe à la banque mais si oui ou non (c'est binaire, en tout cas discret ; c'est pas une mesure quantitative), il s'y est créé un réseau, s'il a aligné ses intérêts avec ce milieu. Il s'agit d'un raisonnement faisant intervenir tout un faisceau de constats : aucun de ces constats pris isolément ne saurait suffire : vous l'avez illustré avec votre exemple, regarder seulement que Macron a bossé à la banque ne suffit pas parce qu'à ce compte là, Arlette Laguiller est vendue à la banque aussi.


Peut-être avez des raisons de ne pas craindre cela... ou, et c'est peut-être plus probable, de toute façon, vous n'y verriez nulle trahison...
C'est à chacun de voir mais, clairement, parler du passé de banquier de Macron est d'une très grande pertinence aux yeux de certains et ce n'est pas juste une injure, cela soutien un raisonnement, c'est donc un argument.
Libre à vous de vivre dans la crainte, à chacun sa philosophie.
Pour ma part, bien que n'ayant pas voté pour lui, je jugerai l'arbre à ses fruits.
Ouais enfin jusqu'à nouvel ordre un pommier ne donne pas des oranges hein.
Je prends bonne note de cette fine observation. :-)

Ouais enfin jusqu'à nouvel ordre un pommier ne donne pas des oranges hein.


Je dirais même plus : un arbre qui, l'an passé, a donné des pommes, l'an d'avant idem, et l'an d'encore avant encore idem, donne rarement des oranges.
Au bout d'un moment, il faudrait arrêter de faire semblant que Macron est un homme neuf : il a déjà eu des postes gouvernementaux et on sait ce qu'il y a fait.


Selon Einstein, "La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent".
Justement peut MACRON ne fera t il,pas la,même chose ??,
Notons l'accent circonflexe sur même, qui représente tout de même un certain effort…
Et peut-être que la 100.000.001è fois que je me donne un coup de marteau sur les doigts, cela me fera jouir et non pas mal comme les 100.000.000è premières fois.

Et peut-être que si les électeurs de Balkany le réélisent une fois de plus, il deviendra honnête...
Peut-être que les politiques d'austérité qui ont échoué partout où elles ont été appliquées vont marcher si on les applique en France maintenant.
Peut-être ...

Disons qu'il y a des hypothèses plus plausibles que d'autres.
A la recherche de l'origine de la fausse citation d'Einstein disant : "La folie, c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent", il s'avèrerait que ce qui s'en approche le plus est "Insanity is doing the same thing over and over and expecting a different result" qu'on trouve dans ce texte de 1981 de Narcotics Anonymous, les "drogués anonymes"...

Et comme on pourrait se demander si on n'a pas aussi en politique des mouvements mortifères relevant de l'addiction, traduction du passage où il y a la phrase : "La première étape a laissé un vide dans nos vies. Nous avons besoin de trouver quelque chose pour remplir ce vide. C'est le but de la seconde étape. (...)
La folie est faire la même chose encore et encore en s'attendant à un résultat différent. Nombre d'entre nous ont réalisé en entrant dans ce programme que nous rechutions régulièrement tout en sachant que nous détruisions nos vies en le faisant. (...) A un certain point, nous avons réalisé que nous avions besoin de l'aide d'un pouvoir plus grand que notre addiction. La compréhension d'un "pouvoir supérieur" est personnelle. Personne ne la choisit pour nous. Nous pouvons l'appeler le groupe, le programme, ou Dieu. Le seul élément que nous suggérons est que ce pouvoir soit aimant, attentionné (caring) et plus grand que nous.
"

Qui pense aujourd'hui que nous détruisons la vie sociale en répétant des injections-injonctions libérales ?
Qui pense qu'il pourrait y avoir une addiction productiviste-consumériste-individualiste donnant de la jouissance dans l'instant, pour l'instant, tout en empoisonnant des gens, des sociétés, des lieux de vie pour l'avenir ?
Bon, peut-être pas la majorité.
La première étape de "born again" (c'est un peu le style du texte...) du manuel est la prise de conscience de la perte de contrôle, s'admettre impuissant. Pas sûr que la perte de contrôle du système financiaro-économique soit admise par ceux qui se sentent maîtres de leur "réussite" (milliardaire star de télé-réalité président des Etats-Unis, le top. Balkany petit joueur...).
Allez, encore un petit rail de start-up pour que la fête continue, sniffons du "succès".
Franchement, j'ai eu l'impression qu l'on n'était pas loin de dépasser l'impuissance, cette fois. Et pour cela, quelle proportion ou quelle acceptation de la notion d'utopie faudrait-il dans une société supposément moderne (!), éduquée, civilisée ? Je pose la question faussement naïve parce que j'ai ouï dire que cette disposition de l'esprit était une tare humaine particulièrement exécrée par les gens bien, ceux qui réfléchissent, ceux qui réfutent toute influence d'autrui dans LEUR existence, etc.

Libre à vous de vivre dans la crainte,


Vous ne semblez pas pleinement maîtriser la signification du vocable "craindre". Aussi, puisqu'il semble nécessaire de vous instruire du sens des mots afin de vous rendre apte à ne pas faire de grossiers contre-sens et éviter donc de vous rendre passablement ridicule :

Voici la définition que donne l'Académie Française :

"CRAINDRE. (Il se conjugue comme CONTRAINDRE.) v. tr. Envisager par la pensée (...) quelque chose comme devant être nuisible, dangereux."

Qu'un personne indique qu'elle craigne quelque chose signifie donc qu'elle est capable de percevoir quelque chose comme dangeureux ; c'est donc une personne qui fait preuve d'esprit critique. Ce n'est donc pas, comme vous le suggérez, quelqu'un qui se planque sous son plumard 24h/24.
"Avoir une réaction de retrait ou d'inquiétude à l'égard de quelqu'un ou de quelque chose qui est ou pourrait constituer une source de danger."
"Éprouver un sentiment d'inquiétude à l'égard de quelqu'un qui paraît constituer une source de danger. " (cnrtl)

Ceci étant précisé, libre à vous de vivre dans la crainte.
Ceci étant précisé,

vous ne semblez pas pleinement maîtriser la signification du vocable "craindre". Aussi, puisqu'il semble nécessaire de vous instruire du sens des mots afin de vous rendre apte à ne pas faire de grossiers contre-sens et éviter donc de vous rendre passablement ridicule :

Voici la définition que donne l'Académie Française :

"CRAINDRE. (Il se conjugue comme CONTRAINDRE.) v. tr. Envisager par la pensée (...) quelque chose comme devant être nuisible, dangereux."

Qu'un personne indique qu'elle craigne quelque chose signifie donc qu'elle est capable de percevoir quelque chose comme dangeureux ; c'est donc une personne qui fait preuve d'esprit critique. Ce n'est donc pas, comme vous le suggérez, quelqu'un qui se planque sous son plumard 24h/24.
Qu'un personne

Je n'ai pas l'intention de vous instruire sur les accords de genre, pas plus que je ne remets en cause votre droit de vivre dans la crainte, quelle que soit la marque de votre plumard.
Par contre, vous avez manifestement l'intention de jouer la diversion après que votre pathétique défense de Macron soit tombée à l'eau.

Du coup, pour essayer de faire illusion, vous tombez dans le classique et médiocre "Je prends un mot de mon interlocuteur, j'en déforme très volontairement le sens et je le harcèle avec ça". Alors maintenant que vous avez épuisé ce que vous pouviez délirer à propos de "craindre", vous vous amusez avec une coquille : je suppose que vous relisez toujours 5 fois vos messages avant de les poster et qu'en fouillant vos archives on ne trouvera pas la moindre faute d'orthographe.

Je suppose que vous avez la sensation d'accomplir quelque chose en agissant de la sorte. Ca ressemble plus à de la pignole qu'autre chose mais bon...
Non, c'est juste que j'adore les zozos qui prétendent instruire les autres et qui écrivent en tremblotant comme un veau sous la mère. :-)
Il suffit à tout un chacun de lire Caton, puis de vous lire... et il ne fait aucun doute sur qui est le "zozo prétentieux tremblotant comme un veau sous la mère"... chacun pourra s'en rendre compte aisément en vous lisant...édifiant...
Cette histoire de vivre dans la crainte envoyée à la figure de ceux qui réfléchissent, s'interrogent, parlent, partagent les questions de société qui leur semblent importante m'avait interpellé, Académie (non consultée) ou pas. Je trouvais l'expression assez méprisante et stupide, donnant à craindre de sérieuses dérives de qualité en matière de relations de forum si l'on en relevait ces aspects et le sens réel donné au mot craindre/crainte dans cette discussion en particulier. Sens que toute personne de bonne volonté et honnête me semble capable d'entendre, au moins une fois précisé si vraiment nécessaire.
donnant à craindre

Excellent !
L'arbre, les fruits..., encore la Bible :
Matthieu 7:15-17
"Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.
Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons?
Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.…"
Faab, connais-tu la graine d'ortie?

Et pourtant qui aime se frotter à l'ortie? Demande à Al1
Bien dit ! :-)

Et puis on pourrait se lancer sur les bienfaits de l'aubépine et du chardon, qui n'ont rien à envier à la vigne (heu attends…) et au figuier !
"Un serpent est gentil et une pomme c'est bon, ça contient de la pectine, c'est anti-cholestérol mais en vérité je vous le dis, les couronnes d'épines, ça fait mal au crâne" évangile selon Jean-Claude 37:8 (de température), chapitre "La résurrection par les plantes".
"Libre à vous de vivre dans la crainte, à chacun sa philosophie.
Pour ma part, bien que n'ayant pas voté pour lui, je jugerai l'arbre à ses fruits."

Tout le monde n'a pas la liberté de vivre sans crainte, et je dirais même que nombreux sont ceux qui ont peur du lendemain parce que la société est très inégalitaire et que la violence, l'injustice, la misère vont augmentant. Or Macron n'a certainement aucune compassion pour les bannis de la société, là où d'autres programmes politiques auraient pu s'y intéresser un peu ou beaucoup.

De quels fruits parlez-vous ? Peut-être peut-on s'entendre sur cette image si vous voulez parler de ceux de la crouassance adulée, de la coopération militaire, du remboursement de la dette, du profit des multinationales au détriment de l'environnement qui lui ne produit plus guère que des oranges calibrées et élevées sous pesticides, récoltées par des esclaves. Ceux-ci sont annoncés, et rien ne dit que M.Macron ne tiendra pas tout ou partie de ses "promesses".
Donc vous avez Macron qui a fait genre quelques années dans une banque, qui a été haut fonctionnaire et qui a été dans un gouvernement "social libéral" puis qui en est parti pour désaccord.
Vous citez toute une liste de raisons qui vous rende le personnage condamnable. Ce que j'ai du mal à comprendre, c'est que vous ne condamniez pas encore plus des personnages comme Mélenchon (?).
Mélenchon était Mitterandien. Il a suivit le passage du PS au libéralisme... Puis il a soutenu Rocard (aux cotés d'Hamon et de Valls). Ensuite il est devenu Jospiniste. Tiens, est ce qu'il a démissionné comme Macron ? Quand Jospin privatisait plus que tout autre premier ministre avant lui ? Je ne crois pas. Donc ensuite il est passé à la gauche du PS, pour fini maintenant insoumis. Quand je dis qu'il était Mitterrand, vous vous rappelez qui était conseillé de Mitterrand à l'époque ? Jaques Attali ! MINCE ! Avec votre raisonnement, on pourrait ajouter que Mitterrand, ancien Vichyste et détenteur de la francisque, a poussé Le Pen et le FN... Au bénéfice du PS. Est-ce qu'on a entendu Mélenchon à l'époque ? Je ne crois pas. Donc si je met toutes les différentes positions de Mélenchon, ses postes sous des gouvernements sociaux libéraux, ses changements d'avis. Ses changements d'amis. Ses changements de maîtres... Et bien je trouve qu'à coté, Macron est particulièrement stable et logique. Vous le trouvez peut être trop libéral à votre gout, mais en réalité il est dans l'exact continuation du Mitterrandisme post 83 et du Rocardisme. A la différence de Mélenchon, lui n'a pas "oublié" ce qu'est la gauche au pouvoir. Lui n'a pas oublié d'ou il vient. D'ailleurs vous allez me dire, vous n'êtes peut être pas Mélenchoniste. Mais pas de problème, je voulais juste remettre les choses à leur place. On peut faire le même exercice pour Marine Le Pen, Hamon, Fillon. Tous ont un parcourt bien moins reluisant, bien plus truffé de trahison et de reniements que Macron. Vraiment, désolé.
"Mitterrand, ancien Vichyste et détenteur de la francisque, a poussé Le Pen et le FN... Au bénéfice du PS. Est-ce qu'on a entendu Mélenchon à l'époque ? Je ne crois pas"

Non, c'est pas comme s'il avait milité pour interdire le FN !

Tout ce que vous racontez est un ramassis de mensonges et de contrevérités.

Cherchez vos infos ailleurs que dans vos réseaux Macronnistes.
Haha ! Donc Mitterrand n'a jamais été Vichyste, Mélenchon n'a jamais été Mitterrandiste, Rocardien...
Mélenchon n'a jamais changé d'avis ni de majorité ni de positionnement politique...
C'est vous qui êtes dans le déni.
Et je n'ai jamais dis que Mélenchon n'avait jamais lutté contre le FN. Il a juste changé d'avis, retourné sa veste et participé a des gouvernements sociaux libéraux. Je ne vois pas le rapport avec le FN.
Et oui, alors qu'on entends tout les Mélenchonistes fantasmer sur le "système" qui pousserai le FN... En réalité le seul que l'on peut accuser d'avoir pousser le FN à une époque c'est Mitterrand.
Et encore, à part vous je ne vois pas qui aurait poussé le FN.

Ma réponse vous semble-t-elle dans la veine de la vôtre ? Non ? Dommage, j'ai pourtant essayé d'en suivre le mode et la logique.
"Macron a fait un bref passage (4 ans) dans le monde de la banque, après avoir été au service de l'Etat pendant 6 ans à l'inspection générale des finances"
donc 4 ans c'est bref contrairement à 6 ans, du coup l'arithmétique est aussi en chute libre

Il est vrai qu'Emmanuelli est été 10 ans à la banque Rotschild. C'était en 1978 qu'il la quitte pour devenir député. Il est vrai que la banque Rotschild a couvé beaucoup de politiques, il est vrai qu'on ne le disait pas avant. Seulement la différence est que Macron est passé du service de l'état à celui des banques (bingo au moment de la crise) alors qu'Emmanuelli a fait le contraire, cela devrait faire remonter le niveau de l'argumentation d'un cran.
4 ans, c'est bref, oui.
Dans votre article, ils disent "sa courte carrière de banquier".

l est vrai qu'Emmanuelli est été 10 ans à la banque Rotschild. C'était en 1978 qu'il la quitte pour devenir député.

À la demande de François Mitterrand, il fut candidat lors des élections législatives de mars 1973... alors qu'il était déjà banquier. Ayant échoué à être élu, il resta banquier 5 ans encore.
Contrairement à Macron, Emmanuelli gagna sans doute moins d'argent en étant banquier qu'en devenant politicien professionnel...
Que je sache "banquier de profession" veut dire qu'il n'avait pas commencé par se faire un carnet d'adresses à l'ENA et dans la haute fonction publique.
Ça veut dire quoi banquier "de profession" ? Vous croyez qu'il y a des banquiers amateurs ?

Les banquiers, c'est comme les flics: il en faut. Mais banquier d'affaire, c'est bien autre chose que le banquier traditionnel, c'est un affairiste professionnel, autrement dit un margoulin "de profession".
On va en avoir d'autres, des anecdotes du genre. Est-il pourri, plus pourri que la moyenne , moins ?Depuis quelques jours, je réécoute inter, le matin. Aujourd'hui, le sympa et malchanceux Hamon. Lui, ça va, mais Valls, alors lui, on peut dire qu'il a la médaille d'or, à tous les niveaux!
Un média parle d'un autre média qui parle de lui-même au sujet d'une histoire qu'on connaissais par ailleurs....
Donc c'était dans un bouquin de Laurent Mauduit. Si c'est le Mauduit de Mediapart, il faudra lui demander pourquoi il n'a pas évoqué l'histoire lors des longues émissions qui ont tant fait briller Macron.
Un article du monde diplomatique de mai 2017 relatait ce fait ( Le candidat des médias page 9 )
M'est avis que si ça avait été Mélenchon, Poutou, Artaud, ou même Hamon sur ce palier, l'information aurait été mieux mise en valeur...
Est-ce parti pour cinq ans d'obsession anti-macronienne, comme au beau temps de l'ère Sarko ?

L'épisode de l'escalier serait passible du purgatoire, mais à coup sûr, le péché mortel de l'Embobineur est bien d'avoir été élu, contre les convictions, mais surtout contre le pronostic de notre Daniel pourtant capable du meilleur quand il n'est pas aveuglé par ses règlements de compte.
Au vu du soutien massif que la rédaction du Monde a apporté à E.M., on a la preuve que les journalistes ne sont pas rancuniers ou alors qu'ils sont un peu maso. Pourquoi pas, c'est leur choix et leur droit, mais, peut-être, les lecteurs-électeurs auraient mérité d'en savoir un peu plus sur les manières de l'homme à qui ils donnaient tant de pouvoir.
Comme quoi rien ne change !
Un peu degueu l'article de Schneidermann .
Bergé n’est donc pas rancunier...
" Toute accession à une haute fonction emprunte un escalier tortueux" ( F.Bacon )
Et la version Macron, c'est quoi ? Parce que j'aime bien comparer.
Vivement les législatives, stop avec la Macromania, ça saoul, mais je sais c'est obligatoire, il faut que les médias vendent de l'inintêret, pour nous ramollir le cerveau.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.