21
Commentaires

Macron contre Philippe : destin contrarié d’un "off"

Dimanche soir, Emmanuel Macron contacte quelques journalistes pour faire savoir son désaccord avec Edouard Philippe quant à l’absence de délai entre l’annonce des détails du déconfinement aux députés et leur vote. Mais chut ! Lundi matin, sa parole est diffusée sur France Inter, mais non attribuée. Mardi matin, l'existence de ces appels est dévoilée par Le Point et L’Express. Mardi midi, le président dément. Que s’est-il passé ?

Commentaires préférés des abonnés

En fait, cela révèle tout ce que déteste en politique tant du côté journalistes que du côté politiques.

On se fiche qu'il y ait des désaccords entre Macron et Philippe. Cela peut arriver (c'est même le contraire qui serait étonnant).

Ce qui est importa(...)

C'est fou, je m'oblige à lire, mais dieu que je n'en est rien à branler des histoires de ces deux là... 

Le "off" revele une mentalite de comploteurs. Au mieux c'est de la manipulation. Comment s'etonner ensuite du succes des "complotistes" ?

Derniers commentaires

La médiatrice de France-Inter parle de vous dans sa dernière lettre aux auditeurs:

http://link.newsletter.radiofrance.fr/mm/VHB_7535_13430089_QXXXRUUPG75E.act


Pas d'une façon très aimable puisque qu'elle vous menace à demi-mot d'un procès pour ne pas avoir contacté M. Graziani, ce qui serait contraire au principe du contradictoire. Assez gonflé de jouer l'indignation quand il s'agit défendre des pratiques journalistiques douteuses attestées par plusieurs médias de façon concordante (elle oublie au passage de dire que l'Express et le Monde confirment aussi les SMS présidentiels).

Elle oppose bien-sûr le "secret des sources" mais sans dire que ce principe n'a pour seul but que de protéger des personnes qui pourraient se trouver menacées en raison des informations qu'elles dévoilent. Or si Macron est bien la "source", on ne voit pas bien en quoi il entrerait dans ce cadre.

À une femme enceinte qui souhaite désespérément un garçon, le médecin promet qu'elle aura effectivement un garçon. Mais il écrit "fille" dans le dossier. À la naissance, selon le cas, il pourra soit se pavaner, soit "avouer", contrit, "J'ai pas voulu vous faire de la peine, mais voyez, j'avais prévu une fille".

Et ASI ne pense pas que cela peut être un faux off.

c’est à dire un message passé dans la presse pour faire croire qu’il était favorable à un report.

Car quand même, s’il le voulait vraiment il aurait obtenu un report de 24h...

« En vrai moi je suis gentil mais c’est lui qui m’a obligé à faire un truc méchant ». 


A voir https://www.letelegramme.fr/france/des-tensions-autour-du-couple-executif-02-05-2020-12546361.php

Eh bien ça me rappelle le doux temps de l'union soviétique (c'est la même chose à l'heure actuelle avec la Corée du Nord) où les journalistes décortiquaient la présence ou l'abscence de tel ou tel ministre dans une tribune lors des défilés militaires. A quand le temps ou un(e) ministre(sse) [Buzun ?] sera gommé(e) d'une photo officielle. Mais il y a tant de ministres incolores que la gomme n'est pas vraiment utile.

Bien le "démontage du off"  et son histoire presque aussi vieille que le monde.  Bref une rumeur.

En fait, cela révèle tout ce que déteste en politique tant du côté journalistes que du côté politiques.

On se fiche qu'il y ait des désaccords entre Macron et Philippe. Cela peut arriver (c'est même le contraire qui serait étonnant).

Ce qui est important, c'est la décision finalement prise : le vote a été juste après la présentation de Philippe et il n'y a pas eu de report.

C'est aux deux, Macron et Philippe de l'assumer.


Il faut juger les hommes aux actes et pas aux paroles, encore plus quand elles sont non assumées (ce qu'est le off).

Macron cherche peut-être à jouer le bon flic face au méchant flic Philippe (ou aux méchants maires ou préfets qui restreignent plus les libertés que ce demande le gouvernement).

Ce n'est pas aux journalistes de se faire l'écho de cette tentative de communication.


C'est une chose qui n'agace chez les journalistes politiques de passer 80% de leur temps à parler de politique polititienne laissant peu de place aux vrais sujets. C'est notamment vrai quand ils interroge un politique où ils sont très pugnaces pour des questions politiciennes finalement de peu d'intérêt et beaucoup moins pour les questions sur la politique réellement suivie.

Comment dit-on marivaudage chez ces gens-là ?

C'est fou, je m'oblige à lire, mais dieu que je n'en est rien à branler des histoires de ces deux là... 

Pour moi, ce genre d'épisode révèle une forme de faiblesse du PR. Il devrait être en capacité d'imposer son point de vue au PM, tranquillement, sans que ça déclenche une crise. E.Philippe jouerait-il au petit jeu -dangereux - de la menace de démission ?

Lisant l’article, je me faisais la même réflexion que dans ce propos rapporté : « le président de la République a contacté des journalistes en pleine crise sanitaire, une des largesses politiques qu’il reprochait à ses prédécesseurs." »

Du temps de la S.F.I.O , on aurait dit que c'était un " off " mollet...

Le "off" revele une mentalite de comploteurs. Au mieux c'est de la manipulation. Comment s'etonner ensuite du succes des "complotistes" ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.