36
Commentaires

Lucet et les bafouilleurs

Des bafouillements : l'efficacité télévisuelle de Cash Investigation diffusée hier soir pour la première fois en début de soirée

Derniers commentaires

Un peu après la bataille, mais je retrouve bien dans la chronique le sentiment que j'ai eu en regardant le doc : on appuie n'importe où on peut et ça rend sensationnaliste une enquête qui pourrait se tenir. Je m'en tape que le communiquant dise X fois "maladresse". Et surtout me le remonter en mode zapping ou petit journal me rend plus méfiant qu'approbateur.
En résumé, l'impression d'avoir regardé un docu-divertissement, pas une enquête solide.
Excellente émission, que je viens de visionner. Ça détonne un peu sur le service public d'ailleurs, à l'instar du doc qui a suivi peu après, "Piège de plastique". Par Olivia Mokiejewski, également dans le documentaire sur Coca-Cola, qui s'acharne à le supprimer là où il peut de la toile.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

L'angle de cette chronique centré sur le bafouillement des interlocuteurs piégés est trop réducteur. C'est écrire pour écrire, alors que l'abonné @SI cherche des éclairages plus pertinents sur l'actualité des médias. Si vous n'avez rien à dire de pregnant, ne dites rien mais ne tirez pas à vue sur une émission trop rare et intéressante pour la limiter à une analyse de surface dont on se contrefout ...
Je n'ai pas vu le documentaire, pensant à peu près tout savoir sur le tabac, je n'imaginais pas qu'ils étaient allés jusqu'à se prévaloir de la baisse d'espérance de vie de leurs "clients". Ce qui me semble surtout intéressant, dans ces documentaires sur le passé, c'est que ça nous donne une idée de ce qu'ils font et vont faire avec d'autres substances. Le modèle est tout prêt, ils n'ont qu'à glisser les nouveaux produits dans les anciennes tromperies. J'avais raisonné comme ça pour les traitements hormonaux substitutifs, bingo, j'avais raison.

Pour Élise Lucet, je trouve dommage de lui chercher des poux dans la tête, juste pour un agacement ponctuel. Elle fait du bon travail, et elle est une des rares à le faire. Après tout, c'est pas de sa faute s'ils bafouillent. Le seul "reproche" que je lui ferais, c'est qu'en les faisant bafouiller ainsi, elle les aide à mieux préparer leurs mensonges. Va falloir être de plus en plus futé en face.
Pour la partie sur l'espérance de vie, j'avais eu un truc intéressant là dessus déjà. http://www.justiceharvard.org/2011/02/episode-two/#watch Y'a pas que Phillip Morris qui sait calculer ...
Les calculs faits par Philip Morris ne sont pas corroborés par la Cour des Comptes : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tabagisme#Co.C3.BBt_pour_la_soci.C3.A9t.C3.A9
En même temps, l'étude de Phillip Morris concernait la République Tchèque donc votre expression ("corroborés") est ambiguë.
Daniel,
Pouvez-vous me citer un documentaire dans lequel les journalistes n'auraient pas fait un choix ?
Un seul.
S'il vous plaît.
J'ai regardé le 1/3 du documentaire à charge et très intéressant surtout sur le nombre effrayant de victimes liées au tabac (70 000 morts annuels) et le rapport avec l'allègement des retraites.

Ce qui me parrait louche finalement, ce n'est pas tant la méthode déontologique de Cash investigation pour faire passer son message (les méchants c'est l'industrie du tabac) mais plutôt que son doc' tombe à pic avec la sortie du gouvernement sur les nouveaux paquets de cigarettes. Belle programmation !

Ce n'est pas tant le fond qui me gêne mais la réception du doc'. Je doute que notre tintin en herbe (E. Lucet) aurait eu le courage d'enquêter sur ce loboyying avant que l'Etat commence à prendre position.

Bon, mieux vaut tard que jamais.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Voilà une critique bien sévère. Bien sûr que c'est Elise Lucet, présentatrice plan-plan d'un journal plan-plan, bien sûr, c'est une chaîne publique, bien sûr que l'émission a un titre à la M6, W9 ou D8... Mais à cette heure de "grande écoute", c'est toujours plus instructif que le ronron sur le nécessaire lobbying à Bruxelles qu'on peut inguriter chez Calvi.
Sauf erreur de ma part, je n'ai pas vu, dans la chronique, de lien vers le replay de l'émission. Le voici : http://pluzz.francetv.fr/videos/cash_investigation.html
Daniel a du s'endormir devant le reportage, car le cas de Dalli a été exposé assez largement durant le passage qui lui est consacré, et notamment ce qu'on lui reproche. Par contre, et ce que Daniel ne mentionne pas, c'est que Dalli a accepté d'être interviewé, alors que Barroso s'est défaussé. Et sa fuite était plutôt piteuse.
Pour compléter l'information sur le tabac, France Culture fait une série sur ce sujet tous les jours de 11 à 12 h, très intéressante et très édifiante elle aussi, traitée autrement bien entendu, la radio n'ayant pas les mêmes contraintes que la télé... Elle devrait satisfaire DS.
Je pense qu'il y a un moment où l'efficacité doit primer quand on veut dénoncer tout un système. C'est une industrie qui tue, des politiques qui sont complices de ce crime contre l'humanité alors, alors quand on dispose de deux petites heures on va droit au but.
Bon ben c'est clair: Elise Lucet,1.. Daniel:0!
Y a des matins comme çà!
J'ai dû oublier mon esprit critique au placard hier, passke le docu m'a paru plutôt bien mené, un peu sensationnaliste, mais tant mieux si cela attire le public vers des problématiques peu abordées à la télé et à heure de grande écoute.
Bref, j'ai bien aimé cette émission, la déconstruction des mécanismes et les bafouillements m'ont semblé révélateurs... d'autant plus que certains eurodéputés ne bafouillaient pas, et disaient carrément que le lobbying était tout à fait normal et qu'il était normal d'en "manger" (avec appetit de surcroit). Bref, j'aime bien les chroniques de Daniel, mais là, je trouve que ce n'est pas tout à fait juste...
Bonjour
Je n'ai pas vu cette émission, et pour cause j'ai regardé la 5 où est passé un documentaire à charge contre la SNCF, ventant les mérites de privatisations heureuses sans jamais voir une image du cas anglais.
Dieu sait si la SNCF, par sa politique ultra financière, n'est plus la référence des services publics et se donne des bâtons pour se faire battre mais mis à part les cheminots floutés montrant les abhérations de la gestion de la SNCF, montrer un pauvre bougre (inconscient) qui conduit, fait le plein, vérifie les billets, s'occupe des aiguillages, lave les carreaux de sa micheline privatisée et soutenu par des voyageurs (également inconscients) qui lorsque ça tombera sur eux dans leur entreprise, seront surement moins contents (je pense à ma pomme aujourd'hui, pas demain), quel documentaire ambitieux.
Ah que la privatisation est jolie !!
Un peu facile cette chronique, alors que le doc permet de bien voir que de nombreux acteurs de ce lobbying n'ont pas la moindre vergogne et ne comprennent pas même ce qu'il y aurait de critiquable dans leur démarche. Il n'est pas si fréquent de les avoir face caméra. Par ailleurs, je verrais plutôt des recoupements intéressants avec des reportages publiés sur ce site même, menés notamment par L Dhaussy je crois, sur quelques unes des officines de ce lobbying, dont le Monde du tabac. J'attendrais plutôt d'@si un meilleur démontage de l'argument de la "contrebande" (comme si les cigarettes importées ne venaient pas d'une des immenses usines qui peuvent en sortir quelques millions à la journée et quine sont pas si nombreuses que cela, c'est de la technologie de pointe) un démontage aussi de l'argument selon lequel la mort précoce des fumeurs économiserait de l'argent aux comptes publics, c'est plutôt le contraire qui est vrai d'après les estimations faites par les hauts fonctionnaires de la santé publique, car les retraités rapportent indirectement pas mal et il arrive aussi que les fumeurs disparaissent avant cet âge fatidique, privant la société de ressources importantes. (Dans les dépenses, il faut comptabiliser les recettes qui n'ont pas lieu).
Et alors!!!?
J'ai voté tout à l'heure pour le commentaire de Claude ( 9h47) qui s'étonne d'une chronique à charge de Daniel, comme si Elise Lucet ne pouvait pas, vu sa position à France2, faire du bon travail d'information et de décryptage. Or, elle pointe effectivement le cynisme assumé de certains conseillés qui ne sont absolument pas des "bafouilleurs".
Or mon vote n'est même pas pris en compte, et....le commentaire de Claude ne sera pas d'utilité publique.
Est-ce que votre système se mettrait à trier les votes?
Ce qui est intéressant, dans cette émission, (que je n'ai pas vue), c'est qu'il dit à la face du monde : le mécanisme du lobbying.

Voilà comment fonctionne le lobbyisme. Des gens, payés pour cela par de grandes sociétés et des associations de sociétés qui ont les mêmes intérêts, prennent contact avec des parlementaires, les gratifient bien, leur rendent de menus services tels que rédiger pour eux des amendements, les inviter à dîner ou leur permettre de voyager. Ou tout simplement leur découvrent des intérêts communs avec leurs clients, en amont ou en aval, en fait font de la corruption passive ou active, pour les amener à leurs vues.

Et derrière, comment le système capitaliste impose ses propres règles : à coup d'argent, de trafic d'influence divers, où tout le monde y gagne en bonne compagnie dans l'intérêt de compagnies.
Et où les perdants, les exclus du système, sont des milliards de personnes.

L'industrie du tabac n'est pas forcément si représentative, parce que personne n'oblige des gens à fumer. Mais ça se passe de la même façon avec l'eau, le lait, l'alimentation et les produits chimiques en général, sans parler des médicaments, toutes choses dont personne ne peut se passer....
"Les choses ne sont-elles pas plus complexes ? Les accusations de corruption contre Dalli sont-elles si évidemment infondées qu'il ne soit même pas nécessaire de les détailler ? La question ne serait pas posée. Lucet et son équipe ont choisi, dans le scénario, qui doivent être les bafouilleurs."

- je pense que vous vouliez noter "La question ne SERA pas posée"

- Pour le reste, les incriminations de manque d'objectivité de l'équipe de Lucet concernant le cas Dalli, dont les "accusations de corruption (..) sont si évidemment infondées qu'il ne soit même pas nécessaire de les détailler", pas vous, et pas ici. Pas après l'article de Laure Daussy il y a 15 jours sur le personnage d'Asselineau. Papier tellement à charge que même les détracteurs du bonhomme ont avalé de travers en lisant "ça" (j'en connais, et vous aussi parce qu'ils vous l'ont assez clairement fait savoir à lire le forum !). Je ne vous parle même pas de la publication du droit de réponse à l'endroit le moins visible possible et de ce que ça dénote en terme d'équité journalistique : au moins, dans un journal papier, le droit de réponse, fût-il relégué en avant dernière page a théoriquement les même chances de trouver son lecteur que l'article auquel il est censé répondre. Donc en matière d'évocation à charge et à décharge d'un sujet, je vois que la déontologie est vraiment à géométrie de plus en plus variable...

Je pourrais vous paraphraser ainsi d'ailleurs : ""Les choses ne sont-elles pas plus complexes ? Les signes d'honnêteté, de compétence ou d'engagement démocratique en faveur Asselineau sont-ils si évidemment infondés qu'il ne soit même pas nécessaire de les détailler ? La question ne sera pas posée. Schneiderman et son équipe ont choisi, dans le scénario, qui doivent être les fascistes" (complotistes - marinistes - antiaméricains primaires - racistes - antisémites... ne rayez bien évidemment pas les mentions inutiles : il n'y en a pas.)

On ne peut pas, aussi légèrement, relever la paille dans l'oeil de Lucet (et cette paille, je l'ai vue moi-même hier soir, frustré que "l'affaire" qui a valu ce renvoi à Dalli ne soit pas développée, fût-ce succinctement) et se dédouaner aussi facilement de la poutre qu'on porte dans le sien.
Pour moi, Elise Lucet est la meilleure, honnête, courageuse et redoutable pour tous les faux-culs qui peuplent notre univers médiatique.
Ce qui surtout incroyable c'est de consulter la page wikipédia de Noelle Lenoir. La liste de ses activités, de ses fonctions, des differents boulots est plus longues que le nombre de décorations d'un général nord-coréen ! :
Noëlle Lenoir intègre le bureau de Paris du cabinet Kramer Levin Naftalis & Frankel
Elle est également conseiller d'État Honoraire.
Noëlle Lenoir est arbitre inscrite sur la liste des arbitres du Comité Français de la Chambre de commerce internationale (CCI). Elle est également membre du groupe d’experts de haut niveau sur le droit des sociétés auprès de la Commission européenne
Noëlle Lenoir est professeur affiliée à HEC Paris et présidente de l’Institut de l’Europe de HEC
Par ailleurs, le Cercle des Européens, qu’elle a créé en 2004 et qu’elle préside est un Think Tank
Noëlle Lenoir enseigne également le droit de la concurrence au sein du Master 2 professionnel Opérations et fiscalité internationales des sociétés de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Noëlle Lenoir est administrateur de de Valeo (depuis 2009) et de Compagnie des Alpes (depuis 2012).
Élue locale à Valmondois
Présidente duprésidente d’honneur et fondatrice de l’Association des Amis d'Honoré Daumier.
Noëlle Lenoir est membre de l'Association française des femmes juristes ainsi que de l’American Law Institute. Elle est « Honorary Bencher » de Gray’s Inn à Londres.

Noëlle Lenoir est membre de l'Académie française des technologies
Elle tient aujourd’hui le blog « Europe » de L’Express
tient une chronique hebdomadaire matinale sur France Culture : Le monde selon Noëlle Lenoir.
Elle anime le site du Cercle des Européens.
Outre de très nombreux articles dans les journaux et dans des revues en particulier juridiques, Noëlle Lenoir a publié divers ouvrages et rapports.
Tout ça à 66 ans ! Moi je dit bravo ! et il y a des feignasses de gauche qui voudrait que la retraite soit à 60 ans et 55 ans pour les boulots pénibles ! prenons exemple sur cette femme qui est certainement remarquable, et qui a aussi un parcours politique remarquable passant de gauche au centre et à droite avec une facilité déconcertante !
Je suis très étonnée par cette chronique un peu à charge contre cette émission que pour ma part j'ai trouvée très efficace, les bafouillements en disant long sur les interlocuteurs.
Vous n'évoquez pas le meilleur moment où un individu explique, sans bafouiller, comment il a réalisé une étude pour convaincre les politiques que le tabagisme présentait quelques sérieux avantages pour nos caisses de retraite ! De savants calculs ont permis de fixer le bon âge pour mourrir tout en ayant le plus contribué à l'enrichissement de... on peut en douter tous les jours un peu plus. Un grand moment de cynisme absolu que vous ne relevez même pas.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.