22
Commentaires

L'Opinion : Nicolas Beytout invente les "ménages" d'entreprise

Le journaliste et directeur de publication de L'Opinion Nicolas Beytout, qui a récemment défendu l'une de ses journalistes accusée de "ménages", pratique lui-même largement l'animation rémunérée de conférences ou tables-rondes. Il assure toutefois que l'argent perçu est reversé directement au journal (dont il est fondateur et actionnaire).

Commentaires préférés des abonnés

Bis repetita placent :


J'ai l'honneur de répéter ce que j'avais déjà eu l'honneur d'indiquer :


- le journal d'une intégrité morale incontestable ( et incontestée ) " l'Opinion ", détenu par M. Beytout,  m. Arnault, et la famille Bettencourt a reçu(...)

Merci pour cette riche enquête ! Quelle est la date du pique nique des abonnés ? :)

Je plébiscite pour un pique nique d'@si en se passant de Nicolas Beytout!

Derniers commentaires

Bravo pour cette enquête!

Encore un bon article, bien documenté. Je n'avais pas encore lu celui sur les élus en Scandinavie, donc c'est coup double pour moi dans la même journée! Merci Justine!

Nicolas Beytout est un con, cela ne fait aucun doute. C’est un con propre sur lui et bien habillé mais c’est un con.


Merci Justine Brabant pour votre enquête.


C'est honteux, c'est scandaleux!.

Quoi ce monsieur ne s'exprime qu'en français ! Avec un tel palmarès, il ne franchit pas l'international, avec des interventions en anglais, langage des afffaires !

Je suppose que la spontanéité de ses prises de parole peut lui faire craindre un faux-ami. Prévenez-le, les prompteurs existent et ses tarifs feraient sûrement un bond, en le faisant passer de la starlette des podiums à la "start-up".

Ca me fait me poser des questions :

Comme dit Jiemo plus bas, quelle est la réelle profession de Beytout ? Remplit-il les conditions de la carte de presse, "occupation principale et régulière" procurant "l'essentiel de ses ressources soit plus de 50%" ? Il ne serait pas plutôt patron de presse ?

Et cette presse-là ne considère-t-elle pas normaux ces "partenariats" et ceci sans que ça ne dérange ses lecteurs ?

Y'a-t-il dans L'Opinion des articles critiques sur telle ou telle entreprise, syndicat patronal etc. ?

Ne mettent-ils pas leurs services aux entreprise dans la case "journalisme de solutions" (enseigné en écoles de nos jours) sur le modèle  des bonnes nouvelles pour le business comme dit Politis ? Est-ce que ça ne correspondrait pas à leur ligne éditoriale se disant elle-même libérale et pro-business ?


En fait, dans mon esprit, la presse pro-business fait surtout du business d'information, entre pub, com' et journalisme, et ça me surprend presque qu'on s'étonne de ces pratiques. Je pensais que les passerelles journalisme-com'-pub étaient communes, une même compétence rédactionnelle, d'analyse etc. mise au service d'un secteur ou d'un autre selon les opportunités.

D'ailleurs, une question générale : combien d'étudiants en journalisme finissent effectivement avec un emploi de journaliste ? Combien se retrouvent dans des services com' d'entreprise, de l'institutionnel, journal communal etc. ?

"Tout va bien, rien à voir, circulez..."
Affligeant comme d'habitude de voir à quel point on se fout de notre gueule!

Au moins, si l'argent est reverse directement au journal et non au journaliste, c'est clair, c'est tout le journal qui est en situation de conflit d'interet, pas seulement le journaliste.


Merci pour ce beau travail. Ce large faisceau de circonstances concordantes peut nous permettre raisonnablement d'estimer que ce type pue le conflit d'intérêts.

Bis repetita placent :


J'ai l'honneur de répéter ce que j'avais déjà eu l'honneur d'indiquer :


- le journal d'une intégrité morale incontestable ( et incontestée ) " l'Opinion ", détenu par M. Beytout,  m. Arnault, et la famille Bettencourt a reçu , au titre de 2017   ;   2.373.616 Euros ( deux millions trois cent soixante treize mille six cent seize euros ) de subvention de l'Etat.

Je ne peux que me réjouir qu'une partie de mes impôts permette de financer M. Beytout.

( si je pouvais, je ferais davantage)

Merci beaucoup pour cette enquête.


Enfin, moi, l'Opinion, je le range sans discernement dans les médias pourris inféodés à l'oligarchie.... Ce n'est pas une analyse très fine, je sais, mais cette partie des médias ne détonne pas par leur finesse non plus.

Ce journal vit-il seulement de ses abonnés ?

Ou est-il toujours soutenu à bout de bras par ses riches donateurs ?

Une rectification dans cette phrase : "une de ses journalistes accusée de "ménages" " un s en trop pour l'instant, Emanuelle Ducrot ne reconnait qu'un défraiement, ( l’enquête de CheckNews est vraiment tordu )

En fait , quelle est la réelle profession du sieur B ?

quel scoop... ah bin non en fait https://twitter.com/CheckNewsfr/status/1145781025852837888


Jurisprudence Rugy : quand on monte en haut du bananier il vaut mieux avoir le cul propre.


 Daniel Schneidermann ferait bien de couper tout lien avec Libération et les anciens de ASI qui bossent pour CheckNews




Je plébiscite pour un pique nique d'@si en se passant de Nicolas Beytout!

Merci pour cette riche enquête ! Quelle est la date du pique nique des abonnés ? :)

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.