42
Commentaires

L'opinion : le directeur défend une journaliste accusée de ménages

Commentaires préférés des abonnés

Rappelons que " L'Opinion ", éminent journal libéral, détenu par M. Beytout,  Arnault, et la famille Bettencourt, a touché 2.373.616 Euros d'aides publiques, de subventions.


J'aime bien quand  des libéraux purs et durs se font ( officielleme(...)

En 2012, suite à l'affaire Séralini, 6 académies avaient fait une déclaration commune (https://www.academie-sciences.fr/pdf/rapport/avis1012.pdf).

Dans ses recommandations, elles disaient notamment ceci :

"les  six  Académies  recommande(...)

Merci 


il serait d’ailleurs temps qu' ASI consacre une émission  sur l'incroyable dépendance de la FNSEA par rapport à ce produit, car ce poin taveugle touche des intérets économiques tout à faits indiscutables comme la démontré bastamag :

&n(...)

Derniers commentaires

"faible probabilité de problème de santé publique" ? ( glyphosate )


A.S.I. ? On se croirait sur bfn ou tf1 ( pas de majuscules aux noms pas propres ). 


1/ Wikipédia : "Le glyphosate est classé depuis le comme « probablement cancérogène » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC)."

2/ Le Parlement autrichien a approuvé mardi une interdiction totale de cet herbicide controversé, classifié « cancérogène probable » par l’Organisation mondiale de la santé. 

3/ Monsanto a été condamné à verser 290 millions de dollars de dommages à un jardinier de 46 ans.

4/La justice californienne vient de condamner le fabricant du désherbant à 2 milliards de dollars de "dommages punitifs"  

5/ Monsanto avait été condamné à verser une somme record de 289 millions de dollars en dommages et intérêts.


"De l'utilité des clowns climato-sceptiques ... "


De l'utilité des clowns niant le danger maintenant prouvé du glyphosate.


Il y a également des formulations sardoniques servant à ridiculiser les critiques : aimer à détester, par exemple.

On aime pas à détester, Schneidermann, on déteste telles ou telles multinationales pour ses crimes !  indeed ?


Cette émission mériterait une enquête sur les coulisses de sa nécessité.







Petit retour sur l'émission du 16/11/2018 à laquelle il est fait référence dans cette chronique :

Sylvestre Huet déclare (55'15") que "la probabilité pour qu'il y ait un énorme problème de santé publique est faible" avec l'approbation de Stéphane Foucart. 

Alors, DS exulte : "alors pourquoi tous ces titres ! …." en gros pourquoi tout ce ramdam sur le glyphosate. Je crois qu'à ce moment de l'émission, DS en avait tiré la conclusion et surtout trouvé le titre. A 56', il dit à Huet : "vous venez de nous expliquer que le risque était très faible" : la messe était dite.

Il a malheureusement oublié d'éclairer cette citation par ce qu'a dit Stéphane Foucart un peu plus tard (1h00'40"), à savoir qu'il est très difficile d'apporter la preuve de la relation de cause à effet dans le cas des pesticides. 

Et donc cette affirmation de Huet, et surtout l'approbation de Foucart, ne minimise en aucun cas les effets sur la santé (et sur l'environnement) du glyphosate. Cette phrase qui est devenue le titre de l'émission signifie simplement que la probabilité d'un scandale comparable à celui de l'amiante est hautement improbable, d'autant que le glyphosate est loin d'être le seul pesticide utilisé.

Par conséquent, prétendre maintenant que cette émission "établit que le glyphosate ne présente qu'une faible probabilité de problème de santé publique" est totalement abusif et contribue à la confusion ambiante sur le sujet.

Ce billet est, comme chaque jour, très intéressant mais pour quelqu'un qui n'est pas un spécialiste "presse ou média" c'est quoi un "ménage" exactement ? Merci de votre éclairage... gpetitpied

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Emmanuelle Ducros fait des ménages, certes, mais ça n'explique pas de manière mécanique ses prises de parties face aux émissions d'Elise Lucet ou face à la médiocrité générale dans le traitement journalistique de la science. La culture scientifique des journalistes est proche de zéro (quand je parle de culture scientifique, j'entends par là connaitre un minimum la méthodologie scientifique et comment elle est pratiquée). Donc quand Elise Lucet fait un reportage anxiogène sur le glyphosate ou les vaccins et qu'elle interroge des chercheurs complètement désavoués par la communauté scientifique, elle se met du côté de la désinformation. Et c'est pas bien. Emmanuelle Ducros a peut être le mauvais gout de soutenir une économie néolibérale ou je ne sais quoi d'autres. Mais je préfère entendre une journaliste fiable sur son traitement de l'information scientifique qu'une Elise Lucet complètement à la ramasse sur ces sujets. Tant qu'Emmanuelle Ducros ne minimise pas ou ne dit pas de contre vérité scientifique parce qu'elle est payée pour ses ménages, ça m'est égal. Seul le fond compte. Et il y a plein de moyen de vérifier l'information scientifique grâce à des vulgarisateurs qui s'appuient explicitement sur les études scientifiques (la tronche en biais, hygiène mentale, defekator, zététique et journalisme, sciences étonnantes, les statistiques expliquées à mon chat etc...).

A propos de ménages, j'en connais une qui ferait bien d'en faire un peu dans sa tête.

Mathilde Larrère, chroniqueuse @sienne, tweete à propos de la fusillade de la mosquée de Brest :

Vous imaginez la mobilisation générale des rédactions, les émissions spéciales sur BFM  si la fusillade avait eu lieu dans un autre lieu de culte qu'une mosquée, blessé un autre desservant qu'un imam, un autre pratiquant qu'un musulman de 26 ans ?


T'as raison Mathilde. Les médias en ont fait des caisses lorsque Merah a massacré un enseignant et trois enfants dans cette école juive toulousaine. Et ces meurtres occasionnels dans les synagogues qu'ils ont ressassés jusqu'à l'écœurement.

Et là, à peine quelques brèves très brèves pour les blessures d'un imam conscient du danger des métamorphoses engendrées par la musique, et celles d'un de ses fidèles qui, visiblement, s'est bien gardé d'en écouter.


L'art de dresser les communautés les unes contre les autres.

Euh ... Ducros à la dent dure.


Et ras le bol des "journalistes" qui font des ménages et qui nient avoir fait des ménages.


Un manque de méninges, certainement.


Sur le fond, même si Cash a tapé fort et peut-être à côté, il faut savoir à qui on s'attaque ici.


Pas à quelques branquignoles en vadrouilles mais à des lobbys dictant leurs lois sans foi ni loi.


Le glyphosate n'est qu'une toute petite partie de l'iceberg en vue.

Bonjour, 


comme dans le dernier article je trouve dommage que l'on parle ici de "Boulangerie" au sens large du terme quitte à jeter le discrédit sur l'ensemble de la profession. 


Dans l'article de débunkage (https://www.arretsurimages.net/articles/ducros-a-ete-payee-par-le-lobby-de-la-boulangerie-checknews) on parle bien de la Fédération des entreprises de boulangerie (FEB) mais il aurait fallut préciser que cette fédération ne représente que les industriels du secteurs et non pas les artisans qui eux sont représentés par la Confédération nationale de la boulangerie pâtisserie française que ce soit au niveau local que national.


Même si les deux font un travail de lobbying, je pense qu'il ne faut pas les mettre dans le même panier car ils ne défendent pas la même vision du métier.


Je voulais juste apporter cette précision.

Les méthodes utilisées par Checknews sont proches de la Ligue du Lol. Je trouve cette façon de ne retenir que la moindre petite information qui va dans le sens de ce que l'on prétend démontrer effrayante. 

Ducros est rémunérée par les Lobbys... Elle a touché 1000€ d'un syndicat de la  boulangerie dont personne n'a jamais entendu parler ... CQFD

Personnaliser la critique de Cash Investigation à la personne d'Emma Ducros permet d’occulter les autres critiques notamment des scientifiques.



Pourriez-vous expliciter en quoi Ducros s'est fait "une spécialité du harcèlement, sur Twitter" ? Où est la différence avec "contre-enquêter avec pugnacité" et mener une polémique contre des confrères ?

Parce qu'en fait, la conclusion de CheckNews (et la vôtre Daniel) n'aurait-elle pas dû être que si Ducros a arrondi ses fins de mois avec une prestation à 1000 euros chez les boulangers, ce n'est pas ça qui doit motiver sa critique de l'émission de Lucet ?


Je trouve curieuse la manière dont cette affaire s'est développée, comme si il fallait absolument trouver derrière Ducros (ou Woesner, cf votre autre article) une corruption explicite et pas juste des convictions.

Le fait est que des gens sont pro-industrie, ont la mentalité productiviste, technophile, y compris sur un mode ouvriériste comme du temps où on chantait les louanges de la modernisation à coup de révolution "verte", de nucléaire, de Concorde hypersonique, de TGV, de plastique qui est fantastique etc.

Peut-être qu'à un moment Ducros va faire comme Apathie et se mettre soudain à parler décroissance mais en attendant, on n'est pas obligé de vouloir lui coller à tout prix une étiquette de vendue.


Et que @si ne dépende que d'abonnements ne garantit pas sa vertu, pas plus que celle de Le Média, de Hors-série, de Berruyer etc.

Pour tout média, il y a déjà la tentation de donner à son public ce qu'il attend, avec ses biais de confirmation, serait-ce au détriment de l'honnêteté intellectuelle.

En tous les cas, question tweet, elle est une spécialiste du rond-point, surtout des rond-points occupés par les Gilets Jaunes

Je crois surtout qu'elle est typique d'un certain journalisme économique, cf le prix qu'elle a reçu l'an dernier : le Citi Journalistic Excellence Award promu par l'Association des Journalistes Economiques et Financiers, "le lauréat ira passer une semaine (...) à New York avec les autres vainqueurs du CJEA des autres pays d’implantation de CITI et participera à des ateliers, des conférences et des visites (ex. la FED, le New York Stock Exchange,…)".


Considérer que visiter Wall Street est une récompense traduit un certain état d'esprit avec peut-être même une conception du journalisme qui, idéologiquement, n'aura rien contre les méthodes de rentabilisation de la profession.


Parce qu'en fait, que dirait-on si Ducros faisait une sorte d'@si dont la ligne éditoriale, serait, par exemple, celle de l'Usine Nouvelle, un média où elle recevrait des patrons, causerait technologie, investissement etc. et serait payée par les abonnements du public correspondant ?

Tout son boulot consisterait à animer des débats du secteur industriel, elle pourrait bien en vivre en revendiquant un média "indépendant", sans publicité, sans subsides publics, ne vivant que de ses abonnés et pourtant le même discours pro-industrie.

Ouais super chouette !


On en a pas encore suffisamment de journalisses de ce genre:


Lenglet, Seux, Apathie, Barbier, etc...

Son compte twitter est un gros sandwich macdonald entre deux tranches d'invectives, une critique de la rigueur de ses confrères et trois complaintes de victimisation s'affirmant harcelée avant d'appeler ses followers a dénoncer en masse ceux avec qui elle s'est frité. Disons qu'Emma c'est la fille qui va tirer sur les nattes de ses confrères dans la cours avant d'aller se cacher derrière le pion et de crier "au secours on m'attaque". Cette femme a quand même un gros problème de contrôle d'impulsion, elle défouraille a tout va et dans tous les sens.

Je veux bien que les réseaux sociaux soit un grand défouloir et qu'on choisissent d'y aller pour troller mais il faut assumer. On peut pas après avoir demandé à une de ses têtes de turcs si ça va ses problèmes d'érection, venir pleurnicher que le débat est pas d'un gros niveau et que les gens l'affichent. Ce qu'elle réclame c'est l'impunité, que ceux qu'elle a trollé brutalement soient obligés de répliquer poliment en faisant des courbettes.

Au final ses critiques sont sans grand intérêt et politiquement motivées. D'autres ont creusé les limites de la démarche d'ES sans s'exciter et avec beaucoup plus d'équilibre et d'efficacité.


En outre le conflit d'intérêt ne nécessite pas qu'on soit en désaccord idéologique avec les entités auxquelles on est inféodé. Le fait qu'elle puisse potentiellement défendre avec conviction les positions du lobby de l'agri chimique n'invalide pas le fait que ça puisse être considéré comme une entorse déonto d'entretenir des liens de subordination économique.

En 2012, suite à l'affaire Séralini, 6 académies avaient fait une déclaration commune (https://www.academie-sciences.fr/pdf/rapport/avis1012.pdf).

Dans ses recommandations, elles disaient notamment ceci :

"les  six  Académies  recommandent  la  création  auprès  du  Président  du  Conseil  supérieur  de  l’audiovisuel  d’un  «  Haut  comité  de  la  science  et  de  la  technologie  ».  La  mission  de  ce  Haut  comité  serait  d’attirer  l’attention  du  Président  du  CSA  sur la médiatisation de travaux scientifiques remettant en cause des savoirs partagés par la très grande  majorité  de  la  communauté  scientifique  internationale  sans  que  les  responsables  de  chaînes  de  télévision  ou  de  radios  se  soient  auparavant  assurés  de  leur  validité,  alors  que  la  diffusion  de  ce  qui  pourrait  s’avérer  par  la  suite  comme  «  une  fausse  nouvelle  »  aura  profondément et indûment influencé les Français, parfois de manière irréversible. "


Évidemment, cette proposition est restée lettre morte auprès du CSA. On voit bien le résultat maintenant.


Peut-être qu'il n'y a pas eu manquement d'un point de vue journalistique, mais que dire d'un point de vue scientifique... Une preuve de plus, malheureusement, de la manière dont les sciences sont traitées dans les médias et le débat public. 






Merci 


il serait d’ailleurs temps qu' ASI consacre une émission  sur l'incroyable dépendance de la FNSEA par rapport à ce produit, car ce poin taveugle touche des intérets économiques tout à faits indiscutables comme la démontré bastamag :

 



Checknews est transparent sur son financement par Facebook, alors qu'Emmanuelle Ducros a menti plusieurs fois quant à ses activités rémunérées liées à divers lobbies industriels.

Rappelons que " L'Opinion ", éminent journal libéral, détenu par M. Beytout,  Arnault, et la famille Bettencourt, a touché 2.373.616 Euros d'aides publiques, de subventions.


J'aime bien quand  des libéraux purs et durs se font ( officiellement ) entretenir par l'Etat.


Cela correspond assez à l'image du Pape entrain d'utiliser les services d'une péripatéticienne  offerte et payée par un pays communiste ( s'il en restait ).






Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.