99
Commentaires

L'insurrection vient-elle ?

"Fortes perturbations", "collège détruit par les flammes",

Derniers commentaires

Record des titres alarmistes, ou comment transformer l'insurrection en terrorisme, dans l'Independent aujourd'hui:"France burns as strike descends into violence". Sous-titre: "Sarkozy vows to crush petrol blockades crippling country'.

Il faut dire qu'avec les annonces de coupes sur les services et emplois publics qu'ils se sont prises aujourd'hui, là-bas, il pourrait y avoir une petite tendance à la colère aussi.
Ne pas céder à l'existentialisme libertaire : "je hais Sarkozy, donc je suis". Ce dernier n'est plus Ministre de l'Intérieur mais le Président de tous les français (qu'il dit, du moins). Une forte proportion de ceux qui manifestent aujourd'hui ont voté pour lui hier, ne l'oubliez pas (moi, je le garde à l'esprit).

Ce qui m'amène à dire que pour 2012, vu le manque de culture de la "gagne" rue de Solférino, il s'agirait de ne pas vendre la peau de l'ours...
[quote= Milton Mayer : They thought they were free, the Germans 1933-1945 (Presses de l'université de Chicago)](...) Chaque acte, chaque évènement est pire que le précédent, mais juste un peu plus seulement. Vous attendez le suivant, puis le suivant. Vous attendez un grand évènement qui choquera tout le monde, et vous vous dites qu'alors les autres vous rejoindront pour résister d’une façon ou d'une autre. Vous ne voulez pas agir (...) seul, vous ne voulez pas faire d'histoires. (...) Et ce n’est pas seulement la peur de vous retrouver seul qui vous retient, c’est aussi une véritable incertitude.

(...) Vous parlez en privé avec [des gens mais ils vous] disent : « la situation n’est pas si mauvaise » ou « tu t'imagines des choses » ou « tu es alarmiste ». Et, de fait, vous êtes alarmiste. Vous dites que ceci va conduire à cela mais vous ne pouvez pas le prouver. (...) Alors vous attendez, et vous attendez.

Mais le grand évènement qui choquera, celui qui fera que des dizaines et des milliers vous rejoindront n’arrive jamais. C’est cela qui est difficile. Si le dernier (...) acte du régime arrivait juste après le premier (...) des milliers — des millions — seraient suffisamment choqués (...) mais bien sûr ce n’est pas comme cela que ça se passe. Entre les deux il y a des centaines de petites avancées, certaines imperceptibles, chacune vous préparant à ne pas être choqué par la suivante. C n’est qu'à peine plus mauvais que B, et si vous n'avez rien dit pour B pourquoi le faire pour C, et ainsi de suite jusqu’à D.

Et un jour (...) un incident mineur (...) fait tout chavirer, et vous réalisez que tout — tout — a complètement changé. Sous votre nez. Le monde dans lequel vous vivez (...) n’est plus celui dans lequel vous êtes né. Les apparences sont toutes là, inchangées, rassurantes : les maisons, les boutiques, les emplois, les heures des repas, les visites, les concerts, le cinéma, les vacances. Mais l’esprit, auquel vous n’aviez jamais prêté attention parce que pour vous il ne faisait qu'un avec les apparences, a changé. Maintenant vous vivez dans un monde de haine et de peur, et les gens qui haïssent et ont peur ne s'en rendent même pas compte.

Quand tout le monde est changé, personne n’est changé.

[large]Ne donnons pas à l'histoire l'occasion de se répéter; agissons.[/large]
Pour un développement durable de la grève : http://www.bizimugi.eu/grevesolidaire/
sans parler d'insurrection, il faut se préparer à l'éventualité de 2 ou 3 mois de grève.
désormais, je démarre une grève partielle de la consommation : pendant quelques temps, un repas 100% chataignes aliment complet et gratuit à profusion par chez nous ces jours ci le plus souvent possible.
soupe de légumes et quelques fruits le soir uniquement acheté à des producteurs bio locaux, le vélo dès que c'est possible, je projette désormais pour l'avenir de m'intéresser à l'autofabrication de cellules photoélectriques, les achats en supermarché seront réduits au minimum. Que la grève dure ou pas, désormais les multinationales n'auront plus mes sous, j'ai terminé le crédit de ma maison c'était le premier de ma vie et ce sera le dernier le but est de sortir du salariat et d'intégrer ou de créer une SCOP, parce que merde à la fin !
[contrepet]Sarkozy déplore les excès de l'insurrection[/contrepet]
A part ça, pas le coeur à rire.
En attendant "l'insurrection" !!!!

http://www.guidedumanifestant.org/guide-du-manifestant.pdf
1 - dialogue étonnant entre Robinson Crusoë et Vendredi
vendredi (qui arrive)
— le sénat va voté cette "loi scélérate"
robinson (perplexe)
— les syndicats se diviseront alors sur le comment faut-il trouver un autre mode d'action : radicaliser ou continuer
vendredi (qui ne croit plus à la semaine des 4 jeudis et des 3 dimanches)
— la radicalisation se dépopularisera (trop de casseurs-je perds du fric-on a perdu- j'arrête)
robinson (désabusé)
— le gouvernement va rouvrir ensuite le dialogue et inviter les syndicats autour d'une table ronde pour leur enfoncer le clou tatchérien dans le crâne à ces mutins du Boonty!

dialogue étonnant entre Aubry et DSK

Aubry (pas peu fière)
— vendredi le sénat vient de reporter le vote, on va pouvoir replacer nos billes!
DSK (toujours aussi économe)
— ouf on a gagné, les socialo on sera toujours les plus forts quand on parvient à remobiliser nos troupes!
Aubry (surprise)
— Sarkosy a quitté la France sur un yacht prêté par Bolloré pour se diriger en direction de l'ïle d'Elbe, tu es au courant?
DSK (embarrassé)
— Zut va falloir se préparer rapidement à de nouvelles élections. Tu as réfléchi comment va falloir refoutre la retraite à 62 ans et à taux plein à 67 ans
Aubry (toujours présidentiable)
— ben pardi après avoir négocier avec les syndicats cette fois-ci!

dialogue étonnannt entre Jean Valjean et Gavroche
Gavroche :
— vendredi le peuple dans les rues s'est soulevé et s'insurge contre la tyrannie
Jean Valjean
— faut occuper les usines, les médias, créer des comités révolutionnaires, investir le parlement, virer les suppôts de ce pouvoirs corrompus! faire un référendum! vive le peuple! vive la démocratie!
Gavroche
— les milliardaires tentent de fuir notre territoire avec leur pognons!
Jean Valjean
— Qu'on les arrête tous à Varenne!
actuellement et depuis quelques jours il y a une moyenne de 100 arrestations par jour, ce matin dans une petite ville de Province, nous avons eu droit à une dizaine de tirs lacrymos, une mémé a reçu une grenade en pleine tête, il y a eu des arrestations, si bien qu'à force certains ont commencé à s'énerver et il y a eu des affrontements pas très méchants, mais quand même c'est toujours impressionnant, l'escalade s'est faite progressivement.

quelques manifestants secouent les grilles, 2 puissants jets de gaz sont lancés en douce par 2 flics planqués et là pouf ça part ! Quelqu'un incendie la rangée de poubelles, pas de pompiers puisqu'ils sont en grève et dans la manif avec nous. Dispersion regroupement, certains tentent d'aller envahir la sous préf par derrière, 5 gardes mobiles, casques et bouclier fendent la foule pour courrir à l'arrière, ils sont alors poursuivis par une centaine de manifestants, on entend de ci de là "putain on aurait du les plaquer contre le mur ils sont fous les mecs de foncer à 5 comme ça" pendant ce temps arrestation à l'avant, nouvelle avancée sur le sous préf, et nouveaux jets de gaz.
La manifestation se rend au commissariat, une délégation de la ligue des droits de l'homme va parlementer avec 2 officiers de police à travers la grille, la personne arrêté ne sera pas poursuivie, elle est bien traitée, juste un jeune qui rêve de devenir journaliste, et qui s'est un peu trop approché du coeur de l'action, il sera relaché dès que son père sera là, on me demande de calmer les manifestants, je réponds que je ne vais pas calmer 3000 personnes excitées avec ma frêle voix, des jeunes rentrent dans le bocal ( un sas en verre ) et commencent à invectiver la police, la LDH se retire, laissant les jeunes dans le bocal, non sans les prévenir qu'il faut laisser un espace de dégagement car les gaz vont partir et si des gens sont coincés dans le bocal à ce moment là , cest pas bon pour eux, à peine la phrase terminée, les gazs sont à nouveau lancés, les manifestants reculent, l'officier nous rappelle mais impossible de s'approcher, à cause des gaz non dissipés, nous nous présentons alors par derrière, mais pendant ce temps des manifestants commencent à s'agglutiner derrière nous et on nous dit que nous sommes attendus sur le devant, nous y retournons. et recommençons à parlementer, nous réussissons à faire libérer l'entrée, le temps que le père du jeune arrêté puisse rentrer, pendant ce temps jet de gaz par l'arrière du commissariat+ charge des gardes mobiles, nouveau reflux, puis nouvelle avancée des manifestants. Une tomate vole, puis 2, et enfin une troisième, alors les gardes mobiles viennent former une rangée devant le commissariat, je me retrouve coincé entre les GM et l'entrée, je lève les bras montre mon badge LDH bien visible et je rejoins mon camp celui des manifestants, "ils ont chargé arrêtez de négocier" nous disent quelques manifestants. nouvelle série de gaz et nouvelle charge sur l'arrière, des manifestants tentent alors de monter une barricade, je me place devant les GM et je leur dis "on est dans la même galère, refusez d'obéir, refusez de taper les citoyens, on est tous dans le même camp", nouvelle série de gaz quelques minutes après, nouveau reflux des manifestants qui bloquent alors le rond point le plus proche. Puis on y retourne, bref au bout de 3 allers retours supplémentaires, après plusieurs charges de GM, beaucoup de gens renoncent,personnes âgées, parents accompagnés d'enfants, je tente de calmer plusieurs lycéens vraiment révoltés et proche de faire une grosse connerie, j'avoue que moi même j'avais des pulsions de mort, je me disais que vu l'état de la foule, si un flic se retrouvait isolé, il risquait vraiment de prendre très cher, je maitrise mes pulsions je récupère mon ado et je fais preuve d'autorité pour l'obliger à se retirer définitivement du lieu, je ne sais donc pas combien de charges et de jets il y a eu ensuite , mais 30 minutes après tout le monde était dispersé.
bilan, 1 , 2 ou 3 arrestations qui viennent s'ajouter à celles du 23 septembre ou 2 lycéens dont l'un de 14 ans ont été arrêtés et leur ADN prélevé au mépris de toutes les procédures, pas informé de ses droits, déposition signée et avoeux sans garde à vue donc sans caméra sans avocat et sans médecin, et à chaque fois l'impression qu'une personne a été choisie arbitrairement dans la foule suite à un débordement engendré par les provocations de la police quand ce n'est pas comme aujourd'hui elle qui enclenche la spirale de la violence. Toutes ces arrestation comme la centaine d'autres arrestations quotidiennes en france depuis Jeudi s'accompagne souvent d'une justice d'abattage par comparution immédiate dénoncée part le syndicat de la magistrature et les organisations militantes pour les droits de l'homme systématiquement depuis 2005 soit depuis la LOPSO2 de Sarkozy, seul responsable de cette situation de blocage absurde qui conduit des fonctionnaires à traumatiser nos enfants comme à Fontainebleau.

Combien de camarades en justice depuis 2005? Combien de gens injustement condamnées pour avoir lutté contre une loi inique : le CPE déclaré hors la loi depuis par les institutions européennes à cause de son aspect discriminatoire à l'égard de la jeunesse.

Le drame c'est que les lanceurs d'alerte ne sont pas entendus...Et d'un coup les gens semblent se réveiller dès qu'ils sont concernés pour eux, pour leur enfant, pour leur frère ou leur père ou leur mère qui vient de subir des violences policières ou de se faire arrêter arbitrairement... prouvant une fois de plus le décès de feu madame solidarité.

je suis déçu de tous côtés, par notre démocratie, par la somnolence qui semble avoir gagné les humanistes (en reste-t-il encore?), par l'individualisme exacerbé, par les mensonges et les provocations. Mais j'ai l'impression que tout le monde roupille...

désormais je n'ai plus de doute: Sarkozy doit démissionner. Réclamons sa destitution et des présidentielles anticipées, sinon on va tout droit à la guerre civile ou au régicide, qu'est ce qu'il veut? entrer dans les livres d'histoire? Remplir les prisons avec nos enfants? Ma fille est une élève brillante qui ne demandait qu'à avoir un diplome et à rentrer dans cette société, mais maintenant elle est révoltée et je crois que désormais les études ne seront plus prioritaires pour elle, je sais que je dois ça à Sarkozy, désormais son intégration dans cette société est fortement compromise. une chose est certaine des changements irréversibles ce sont produits aujourd'hui dans la conscience de certaines personnes, dans notre petite ville tranquille et loin de tout, de nombreuses personnes ont touché du doigt un parfum de totalitarisme.

que vous dire d'autre? à part une fois de plus de lire la chronologie liberticide et de militer pour cette prise de conscience, il n'est pas encore trop tard pour réagir.
On croirait presque que vous en avez envie, de cette insurrection ...
Moi j'sais pas, si on me file une baïonnette et quelques citrouilles, j'dis pas non ...
Je crois qu'il y a eu aussi les "évenements -massacre- de la grotte d'Ouvéa".
Un peu après 14 heures itélè diffuse des images de la manif parisienne, et plus particulièrement du cortège des lycéens. On y voit des sortes de mini bagarres au milieu de mini bousculades, qui apparaissent pour s'évanouir presque aussitôt. Commentaire de la présentatrice sur les images: ce qu'on craignait est en train de se produire il y a des casseurs qui se mèlent aux jeunes. Des casseurs virtuels qui en fait sur les images ne cassent rien, et sont indiscernables des autres jeunes, à moins que la présentatrice sache distinguer les casseurs au faciès. Il est vrai que certains jeunes sont noirs sur les images: ceci explique peut être cela.
Et un peu plus tard j'apprends que le gouvernement communique sur le thème de la radicalisation et des casseurs. D'ailleurs la présentatrice d'itélé le redit à l'instant: les casseurs vont-ils ternir le message que les manifestants veulent faire passer c'est la question qui se pose aujourd'hui.
L'insurrection, plus exactement une guérilla, voire une guerre, s'installe dans les cités comme le démontrait "Pièces à conviction" hier soir et le pouvoir est incapable de contrôler des quartiers entiers, je me demande alors comment il pourrait maîtriser une lame de fond qui viendrait le submerger. Je dois dire que les reportages proposés dans cette émission peuvent expliquer les provocations de ces mêmes jeunes ultra violents dans les manifs lycéennes. Le pouvoir pourrait bien devoir faire face à deux fronts, les cités d'un côté et la contestation sociale de l'autre, les deux ne pouvant pas se rejoindre à mon avis. Asi pourrait peut-être s'intéresser à la diffusion de ce numéro de "Pièces à conviction". Très inquiétant.
J’alterne en ce moment des phases d’espoir et des phases de pessimisme.

Ce matin, c’est plutôt le pessimisme qui domine. Le gouvernement, à force de « cliver » (le dernier terme à la mode) a réussi à ouvrir des gouffres dans la société, entre blancs et non-blancs, entre salariés et indépendants, entre privé et public, entre riches et pauvres, entre centre et banlieue…

Toutes ces fractures (copyright Chichi) existaient déja, mais rarement un pouvoir aura autant joué avec.

Ce matin, j’ai peur. Peur de la surenchère dans le mépris et la violence.
J'aime bien me faire reveiller le matin par Daniel Schneidermann...
Il y a toujours des trucs nouveaux...il se passe toujours quelque chose.

Je dois me tromper mais pourquoi je n'y crois pas...pourquoi cela me semble possible mais peu probable.
Simplement parce partout et même ici, Sarkozy est représenté comme l'énnemi, comme le responsable, comme le symbole de tout ce qui ne va pas, ne marche plus, de ce qui est choquant...le Sarkozystan.

Il me donne juste l'impression de vouloir être responsable alors qu'il est franchement incapable.
Une enorme perte de temps..5 ans et certainement plus car aprés Sarkozy, même sans lui ce sera toujours du Sarkozy.

On a l'impression qu'en enlevant Sarkozy, tout va se regler..tout ira mieux : les salaires, les retraites, l'emploi, la vie ensemble, les soins, l'education...tout sera mieux...le bonheur sirupeux et sans caries.
Attention, je ne dis pas que Nicolas soit l'ange sacrificiel qui fait don de son corps...Jeanne..jeanne...
Non...mais il brouille tout car on ne parle plus que de lui et empeche de vraiment reflechir.
Aprés Sarkozy, il y aura peut être Strauss Kahn...ce sera mieux, c'est certain ....Sarkozy ne sera plus la.
Mais pour moi c'est pire parce que lui s'habille des couleurs de la gauche...Sarkozy, lui porte une rolex, des rayban.
Tout ça pour dire que Sarkozy est un tel point de fixation et les elections sont relativement proches..1 an et demi...
Comme un but à atteindre, une possibilté...

Le systéme est malin....

Comme Fantomas, on enléve le masque de Sarkozy, on retrouve Strauss Kahn...et ainsi de suite.
Mais Strauss Kahn me dérange tout autant que Nicolas...peut être même plus.
L'insurrection peut venir et le roitelet ne pourra rien faire pour la contenir, ayant baissé tous les effectifs de maintien de l'ordre, ça se sait même si l"information est retenue. Si seulement les syndicats ne se mobilisent pas pour faire comme ils ont toujours fait, nous faire rentrer dans le rang. Et même si elle ne vient pas aujourd'hui, l'insurrection viendra un jour parce que nous sommes trop nombreux à ne plus supporter les méfaits du totalitarisme capitaliste.
Qu'elle vienne...on étouffe dans cette dictature que devient la France...
qu'elle vienne et que même pour quelques semaines, quelques jours, on respire, on se sente libre et que ce délicieux petit agacement teinté d'un tout aussi délicieux trouble-trouille qu'on a entendu dans la voix de ce "pôv con" de Minc face à Mathieu on l'entende encore et encore dans les voix de toute la CASTE!
Ils se moquent de nos pioches...et nous promettent la merde, mais nous la merde on connait et on veut leur faire bouffer!
Au regret de vous décevoir, il ne faut pas confondre souhait et réalité : l'insurrection ne viendra pas !

Certes, l'Elysée a perdu la bataille de la communication sur la réforme "juste et équilibrée" des retraites, la démission de Thierry Saussez en est sûrement un aveu d'échec. Certes, Léotard brandissant depuis des années son "ça va mal finir" nous a dévoilé la triste méthode de gouvernance actuelle. Etc.

Mais c'est oublier bien vite que notre président pompier pyromane a toujours eu plaisir à jouer du bâton et de la carotte, en maîtrisant l'un et l'autre.

- Petit coups de bâton en agitant tantôt MAM, tantôt Brice pour faire monter la sauce.
- Petite pluie de cadeaux pour jouer les gentils dans les starting-blocks : carte musique jeunes, augmentation du prix de la consultation des généralistes, primes pour les anesthésistes (c'est fou ce que les récents résultats des élections syndicales anti loi Bachelot ont fait progresser le dialogue social dans la santé).

Bref, réveillez-moi quand le couvre-feu aura été décrêté...
Cher Daniel,

Vous avez bien raison d'écrire qu'on ne sait pas ce qui va se passer mais que ces "événements" ne sont pas anodins. J'admire la capacité des thuriféraires de la droite à taper sur Royal ou tout autre socialiste tout en évitant soigneusement de parler du vrai sujet : la coalition des mécontentements et de l'exaspération de la société face à un pouvoir arrogant et méprisant, passé maître dans l'art de nier la réalité.

Juste une petite précision : le journal de Louis XVI est en fait son journal de chasse. Il chassait presque quotidiennement et notait ses prises dans son journal ; le 14 juillet 1789, il a été malchanceux parce qu'il n'a "rien" pris. Ce n'est pas pour autant qu'il se contrefichait de la prise de la Bastille qui est restée un symbole dans la conscience collective. Mais l'événement de l'été 1789, c'est avant tout la "Grande Peur" qui secoue les campagnes et les villes dans tout le pays, un mouvement convulsif, non organisé au niveau national, dont on ne savait pas vraiment où il allait mener... La différence avec aujourd'hui, c'est que l'assemblée des États généraux pouvait lui offrir un débouché politique.

Cordialement,
Anne
A la Réunion personne ne bloque encore les stocks - à ma connaissance - mais on est déjà rationné à 15 euros de carburant à la pompe (un plein = dans les 50 euros en sans plomb), si j'en crois le coup de fil d'avertissement de ma belle-soeur.
La dernière fois que le ravitaillement en essence avait été "compromis", on nous avaient seriné qu'on avait quelque chose sur l'ile comme trois mois d'autonomie et que ça n'était pas la peine d'aller assaillir les stations service. On nous aurait menti ou on cherche à faire monter la pression ?
Ma femme vient de m'appeler pour m'informer que dans notre rue, un groupe d'une centaine de jeunes a attaqué un automobiliste et a détruit sa voiture.

la police serait intervenu plus tard, mais les jeunes rechercheraient l'affrontement selon elle.

On habite le 93, mais dans une ville plutôt tranquille (Villemomble pour ceux qui connaissent).

Je m'interroge toujours pour savoir comment ces dérapages se fabriquent. Le fait est que ma femme est très impressionnée par cet accès de violence en bas de chez nous. Je pense avoir du mal à la convaincre de la justesse de ce combat (je fais moi-même parti des 70% qui le soutienne)
Voté,bien sûr.Vous dites clairement ce que pas mal d'entre nous ressentons confusément. De la colère contre certains médias. Canal +,par exemple. C'est là qu'on ne supporte plus la complaisance de' Denisot , la bêtise de Massenet ou la démission de Baddou. Oui mais c'est là qu'on voit Minc se faire engueuler par un syndicaliste et rester sans voix,pour une fois...un délice.(Salut les Terriens) Au milieu d'une démagogie lourdingue, Ardisson est capable de laisser faire ça.

Pour m'être trouvée par hasard à Montreuil,vendredi après-midi,je dis moi aussi:"insurrection' et ce n'est pas pour me venger d'avoir pleuré toutes les larmes de mon corps à cause des gaz répandus généreusement par une bande de flics énervés.
Oui,la colère est dans l'air contre la morgue et la suffisance de ce pouvoir injuste même si quelques uns se laissent décourager par les propos belliqueux et non fondés de certains représentants de cette DROITE sauvage et autoritaire.

' M'est avis que les simagrées vaticanes n'y changeront rien.
la fécondité de cette révolte . il faudrait regarder ce qu'elle charrie d'alluvions porteurs d'espérance
Mais ce n'est pas toujours comme ça ? De petits détails qui s'accumulent, la somme de toutes les actions de tout un chacun, qui finissent par faire la grande histoire, celle qu'on raconte dans les livres après coup. Une fois que tout s'est décanté et est arrivé au bout de toutes les histoires....
Quand le battement d'aile de papillon a touché tous les tenants et aboutissants et entraîné le processus historique dans sa marche erratique, et que le discours est là pour en faire une unité et une histoire. Mais plus tard, forcément plus tard pour en faire une cohérence.

Mais quoi qu'il advienne de ce mouvement, il aura eu le mérite de constituer un front suffisamment homogène pour définir jusqu'où en face il ne faut pas aller. C'était très malin de commencer par les retraites, parce qu'on ne pouvait pas voir le rapport direct entre la faillite des banques, la dette, et les réformes qui étaient rendues "obligatoires" de ce fait. Une fois que le gouvernement aurait enfoncé ce front-là, il était plus difficile de se battre et toute la contestation se serait éparpillée.

Mais le front du refus a fonctionné quand même, parce qu'il y a une intelligence du combat chez les dominés. Et parce que le gvt a lui-même perdu toute crédibilité, il faut bien le reconnaître : ce que dit un pompiste est mille fois plus crédible que tout ce que pourraient dire Woerth ou Hortefeux.
Il reste à faire ou poursuivre un « D@ns le texte » à propos d’« Il y a l'émeute, et il y a l'insurrection » d’Hugo et préparer un petit guide des barricades pour les nuls.
Il n'y a pas écrit "rien" le 14 juillet mais "promenade à cheval"....
Mais des riens, il y en a pas mal. Bonjour le blog!
En cette période insurrectionnelle, ne pourrait-on pas prendre quelques mesures simples et peu onéreuses comme :

- couler le porte-avions "Charles-de-Gaulle", qui ne sert à rien mais est un véritable gouffre financier pour les contribuables, ou alors l'installer en un endroit propice, par exemple la baie des Anges à Nice, et en faire une base de loisirs gratuite pour les "gens du voyage" ;

- mettre à la disposition des SDF les 6.800 mètres carrés du toit de la Grande Arche, ce qui ne devrait présenter aucune difficulté financière puisque l'actuel et richissime locataire, Stéphane Cherki, ne paye et n'a jamais payé aucun loyer ; et du même coup le restaurant situé au même endroit pourrait utilement servir, l'hiver approchant, aux Restos du Coeur.
Tout le problème vient du fait qu'après mai (68), il y a eu juin (68) = une énorme réaction de droite avec une majorité écrasante dans la nouvelle Assemblée nationale. "La France avait pris peur".

C'est cette stratégie-là que visent Sarkozy et Fillon. D'ailleurs, cela semble déjà marcher au moins au niveau de leurs parlementaires: les discordes se font moins bruyantes et les centristes font front avec les autres contre les bloqueurs et les irresponsables.

L'électorat âgé pourrait suivre: les émeutes de novembre 2005 avaient déjà profité à Sarkozy dans cet électorat.
Cher Daniel,
le dialogue entre Elkabbach et Alliot-Marie ce matin sur Europe1 était une belle illustration de votre propos. Je me demandais dans quel pays vivaient ces gens.
Plus le pouvoir affiche sa morgue (et sa "vacance"... car il n'y a personne aux manettes là... préoccupés qu'ils sont de leur avenir), plus il devient fortement contestable et déboulonnable !
En même temps, ça coupe l'herbe sous les pieds de DSK si jamais on en vient à des élections anticipées... Yesss !

Je sens que ça vient... continuons... oui, oui, oui..... rhââââââ... lovely ;o))
La colère monte...
Il y a de l'indignation, et ça, c'est un sacré moteur. Quand les gens qui ne sont rien s'énervent, prennent la parole, engueulent des Alain Minc et se font cracher dessus par ces coûteux parasites, qui leurs rappellent qu'ils ne sont rien, tout peut basculer.
Le mépris trop gros qui vient de là-haut ("qui êtes-vous", "discours incohérent", "il faut atterrir") alimente cette indignation, qui se nourrit en plus du sentiment très net d'être soumis à une entreprise multicanaux de dévalorisation.
Quand, dans la balance, tu mets d'un côté les malheurs et les malheureux, et de l'autre les insultes et les mensonges, comment ne pas exploser, si ce n'est par la grâce d'un surmoi énorme et d'un conditionnement de bête docile qui résiste encore, mais qui, s'il venait à rompre, libérerait un démon insensible à toute raison, et que seul un fin démagogue pourrait conduire ?
Encore quelques insultes télévisées, et c'en sera fait.
Moi j'attends de voir la tête à Bertier de Sauvigny au bout d'une pique, la bouche pleine de paille, en cette nouvelle "guerre des farines". C'est ça qui plairait... et les tronches à de Launay et à Flesselles, pareillement promenées tandis qu'on irait chercher qui vous savez et sa Marie-Antoinette et son petit Louis, en charrette, pour les ramener aux Tuileries. Allez, comme ya pu de pain, je m'en vas manger de la brioche.
Personne ne sait, sauf le corps social. Mais le corps social ne pense pas, Daniel.

Ou alors, oui, peut-être, quelques syndicats pensent à bloquer tout le pays en subventionnant quelques grévistes des raffineries, un ou deux postiers bien placés.

C'est une grève toute en subtilité que cette grève, une insurrection en dentelle.

Penser qu'il faut faire peur sans faire le jeu de l'autre camp à qui une vraie peur donnerait des ailes aux élections.
Penser qu'il faut mettre le pouvoir à genoux, sans mettre les sondés en colère.
Penser qu'il faut que tout ça monte crescendo, sans que l'escalade de la violence ne se voie trop sur les écrans, pour éviter la note A- au tableau des agences.

Bref, jamais nos chargés de révolte n'ont dû faire preuve d'autant de ruse. C'est Ulysse qui est aux manettes et son cheval de Troyes.

http://anthropia.blogg.org
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.