63
Commentaires

L'Inde à Paris

Derniers commentaires

L'Inde, c'est aussi le risque de perdre 7 ans de sa vie parce que les sectes, là-bas, je vous dis pas combien elles sont attirantes...
Tenez une petite chronique de nanarland pour découvrir Tollywood et son cinéma de l'excès : fou rire garanti.
à voir le tres bon film d'animation : Sita Sings the Blues.
un conte indien bluesy avec les pires narrateurs de l'histoire du cinéma :).

http://www.sitasingstheblues.com
Plus qu'un simple « conte », c'est l'épopée du Ramayana ! Ce film est vraiment remarquable.
Pour l'instant, les estimations de résultats de la primaire socialiste laissent entrevoir un duel entre Hollande et Aubry.
Après l'Afrique à Paris, bientôt la suite? L'Asie à Paris en deux ou trois volumes, l'Inde, le Japon, la Chine, ou tout en un?
C'était donc ça! Si les grands de ce monde, grands patrons, politicards et autres banquiers, se meuvent sur le dos du bas peuple, c'est juste en signe d'humilité. Comprendre leur motivation, ça permet d'éviter les contresens facheux.
Merci pour la balade :-)
râââh vive Ganesh !......
....quoique....
la dernière fois que j'ai eu affaire à lui c'était au cours d'un voyage en Inde quand le guide remettait tous les matins notre journée entre les mains de ce dieu parce que, soi-disant, il allait nous lever tous les obstacles....
résultat : j'ai été harcelée par le guide, giflée dans le bus par un simple d'esprit qui voulait me protéger, et, pour cause de couac à ma banque, en manque de liquidités à 8000 kms de chez moi !!
alors c'est bien beau un dieu qui lève les obstacles mais à un moment faut savoir dire non !
et parait que toussa c'était de ma faute parce que je n'y croyais pas assez mais personne ne m'avait dit qu'en plus de la visite du pays ben fallait y croire non mais !.....:)

bon tout ça pour dire que ce voyage en Inde a été totalement magique, et que cette chronique m'y replonge avec un vrai bonheur !
merci m'sieur Korkos (et à propos je rentre juste de l'excellente librairie qui m'a procuré votre excellent ouvrage Petites histoires de chefs-d'œuvre .... mais euh zaviez pas prévenu qu'il pesait son pesant de cacahuètes hein l'ouvrage alors j'espère que l'auteur rembourse la pommade anti-inflammatoire dont j'ai dorénavant absolument besoin pour soulager mes pauvres épaules endolories par le transport ggrrhumpffff)
Sérieux?
Toute cette musique, toutes ces références, et pas une mention de Susheela Raman?
Ennapane
Muthu Kumar
Raise up
Nenjakanakal
Cette femme est magique (et elle sait s'entourer)! Si vous êtes sur Paris, ne ratez pas le concert à l'Alhambra, mercredi 12 octobre... Moi je fais le trajet depuis le Sud rien que pour elle...

Et à part ça, où peut-on trouver le Baramasa (les Douze mois) s'il vous plait? je n'ai pas trouvé en ligne...

(Merci Alain pour cette belle visite!)
Il y avait la belle expo au Centre Pompidou en septembre. Tant pis !

http://www.dailymotion.com/playlist/x1m5qo_centrepompidou_paris-delhi-bombay/1#videoId=xj5q82
Magnifique parcours dans un quartier sympa, belle façon de rendre hommage ou pas.
Et belle ballade dans la culture indienne.

http://anthropia.blogg.org
Remarquable épitaphe pour Babu.

Avez-vous le même genre pour Steve Jobs ? Tous ces magnifiques IPhone dans toutes ces FNACs. Ces écrans couleur bonbon fluo déjà vintage avant d'avoir été à la mode ? Ce mythe légendaire pour fashion victim, déjà oublié ?
Samedi prochain peut-être.
Dire que j'aurais pu devenir une star de Bollywood !
En 2002, je me baladais près de la porte de l'Inde à Bombay, et un Indien m'a proposé de tourner dans un film. Deux semaines, nourri, logé et grassement payé en roupies. Mais comme je partais le lendemain vers le sud, j'ai dû décliner son offre.
OK, c'était en tant que simple figurant, mais qui sait si je n'aurais pas crevé l'écran, et ne serais pas, aujourd'hui, adulé par quelques centaines de millions de fans...
Ahhhh l'Inde à Paris. Un de mes souvenirs d'enfance les plus marquants est d'avoir vu Amar Akbar Anthony au défunt cinéma le Palais d'Avron*, autant pour ce qui se passait sur l'écran que dans la salle, blindée d'Indiens. Ça a fait de moi un indélébile fan de Bollywood.

Merci pour ce joli voyage.

* Qui n'a manifestement pas fermé en 1977 comme c'est écrit partout sur l'internet, puisque le film date de 1979.
A propos des attributs de Ganesh (et de toutes les autres déités indiennes, d'ailleurs), on peut noter que les objets avec lesquels il est représenté (tout comme leur interprétation) varie beaucoup, selon la région, le courant religieux, l'humeur du prêtre... Tiens par exemple, à propos de la défense, j'ai souvent entendu l'interprétation suivante : Ganesh se serait cassé une défense en tombant de son rat (quelle idée de se balader sur un animal de cette taille...); voyant cela, la lune se serait bruyamment moqué de lui, alors Ganesh ramassa sa défense cassée et la lança vers la lune, pour la faire taire.

Et puis tant que j'y suis, on parle plus tamoul que telougou à Pondycherry (la ville étant située en plein Tamil Nadu), mais c'est un détail.
Chouette un reportage photo maison !
L'occase de réécouter ça.
Et pour une petite prière c'est ici.
Oh, East is East, and West is West, and never the two shall meet,
Till Earth and Sky stand presently at God’s great Judgment Seat;
But there is neither East nor West, Border, nor Breed, nor Birth,
When two strong men stand face to face, tho’ they come from the ends of the earth.

Kipling
Et pour voyager en Inde pour le prix d'un ticket de métro, rien ne vaut d'assister à la fête de Ganesh !
(pour cette année, c'est trop tard, c'était le 28 août - pour l'année prochaine, les renseignements seront ici)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.