145
Commentaires

"L'image des sauveteurs masque l'auto-organisation des secours !"

C'est une bien étrange histoire que racontent chaque soir les journaux télévisés à propos du séisme en Haïti. Une histoire de miracles et de malédiction, de héros blancs sauvant des enfants noirs, une histoire qui fait froid dans le dos, aussi, avec ses "craintes de pillages" omniprésentes.

Derniers commentaires

Haiti à la TV française, ça donne quoi aujourd'hui..???

Pas la peine de réfléchir, on connait la réponse.

Par contre du côté des vilains méchants de CNN et de Anderson Cooper, l'histoire continue.

Comme le dit un slogan de CNN "Story doesn't stop at the headlines"... Slogan que ferait bien de méditer le journalisme français!!!
Un événement récent me pousse à réitérer mon étonnement face à la lecture très "raciale" que vous avez menée dans cette émission. En effet, suite au séisme chilien, de nombreux médias français et internationaux ont évoqué, eux aussi et sans que des noirs ne soient impliqués, les termes de "pillards", "vandales" et "hordes".

Alors ? C'est toujours un effet de la colonisation et du racisme, cette criminalisation de la population ?
Allez, en réponse a une question sur Dailymotion que se pose Daniel sur la présence des américains en Haiti quelques liens ...

- http://www.potomitan.info/ayiti/rene/petrole.php

- http://www.haitiwebs.com/forums/business/48498-haiti_regorge_de_petrole_affirment_daniel_et_ginette_mathurin.html

- http://www.webzinemaker.com/admi/m7/page.php3?num_web=26211&rubr=1&id=181533

Disons que c'est une piste non négligeable ... et du peu qui a filtré, ça serait là une bonne réserve que les etats unis se garderaient en sécurité
La lecture d'un article m'a incité à renverser les termes du titre de ce sujet:
"L'auto-organisation des secours masque l'image des sauveteurs !"

http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=874

Etonnant, non ?
Poulala....
mais quel debat stérile sur le mot pillage.... Vous n'avez rien d'autre à dire, vous manquez de temps pour sortir des infos et des idees, qui faisait l'interet d'ASI, la franchement ca tourne en rond, en parler qq minutes et ensuite essayer de voir les tenants, qu'est ce qui ce degage derriere.... mais prendre la definition du dico pour dire que c'est paut etre insconscient, qu'on sait mais pourquoi pas.....pffiouuuuuuuuu, oui si on veut mais et apres ?
Ben du coup j'ai zappé ( cad sur internet: j'arretais de regarder) et j'ecris ce message, et j'ai l'impression d'avoir perdu mon temps.
j'espere que mon mess arrivera à bon oreille, car je vous soutient depuis tres longtemps...
Coup de gueule de Rony Brauman en ce moment dans l'émission de Giordano http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/servicepublic/
Cela faisait un petit temps que je n'étais plus venu sur le site car je trouve que les médias alternatifs ainsi que les ouvrages d'auteurs spécialisés offrent un bien meilleur décryptage et analyse des médias et de l'actualité, et malheureusement, l'émission m'a confortée dans mon impression.

En gros j'ai trouvé l'émission très superficielle.

Vous avez choisi de vous focaliser sur les médias télévisuels mainstream occidentaux et (donc) sur l'info-spectacle et l'aspect événementiel qui les caractérisent, ce qui est un choix que je ne remets pas en question, mais je trouve qu'il n'y a pas eu de réel décryptage au cours du débat.

Vous vous êtes fort attardés sur le côté spectacle lui-même sans finalement prendre le recul nécessaire pour expliquer l'objectif de cette forme de propagande qu'est l'info sensationnelle. Les termes malédiction et pillage ont été mieux analysés sur ce forum et dans certains articles que sur le plateau, le débat sur la mise en scène de l'appel de dons n'a débouché sur rien (la question posée à Brauman était assez 'rhétorique'), idem pour le sujet du moteur de recherche pour disparus.

Les questions sont fort orientées, le temps alloué aux intervenants pour répondre est assez court et trop souvent je trouve DS boucle les questions en faisant des raccourcis insinuants ou en s'interloquant d'une manière que je ne trouve pas spontanée, ce qui donne l'impression que le débat est presque écrit à l'avance et que les intervenants, et le débat, manquent de marche de manoeuvre.

Quand par contre le sujet de la colonisation et des conséquences de celle-ci sur le pays sont évoquées, et que pouvait être abordé le lien avec le terme malédiction, la question a été rapidement évacuée.

Bref, je me serais attendu à une analyse du traitement de l'information selon les diférents pays, selon le type de presse, selon le contexte politique, géographique ou historique, enfin une vraie mise en perspective, mais je suis resté sur ma faim, alors que le contexte est pourtant riche en informations (attitude des USA par rapport aux pays voisins à Haiti, traitement médiatique de ces mêmes pays, et idem pour la France et ses anciennes colonies, qui continue à jouer un rôle majeur par rapport à ces pays, ...)

J'en reviens donc à mon impression de départ, si je regarde votre émission, c'est plus pour le divertissement que pour l'analyse et je trouve ça dommage.
Le scoop de Brauman semble se confirmer :

les balles avant les antibiotiques, les fusils avant les bistouris

Il devient de plus en plus évident qu'un responsable humanitaire indépendant en contact avec de nombreux centre de secours à Haiti, a beaucoup plus de légitimité à nous informer sur la situation, que les journalistes américains collaborant avec l'armée pour diffuser de la propagande de guerre.
hier vu à Barcelone, affiches publicitaires : Haiti te necesita hoy más que nunca
Haiti a besoin de toi aujourd´hui plus que jamais

Slogan qui provoque en moi autant de colère, de rage, voire des larmes. Parce que bien sûr, Haiti a eu toujours besoin de nous .

Et toujours des images de petits noirs pour faire appel à notre commisération. Y en a vraiment marre
un malheur n'arrivant jamais seul : après les cyclones, après la famine, après le tremblement de terre, voilà la scientologie qui débarque sur l'île : http://www.closermag.fr/News-people/Closer-TV/ZAPPING-TV/John-Travolta-se-joint-aux-Scientologues-a-Haiti
j'espère que les sauveteurs sauront les sauver de ça aussi !!

j'ai trouvé que c'était une excellente émission
respect particulier pour Rony Braumann dont j'aime la vision de l'humanitaire (à 35'26) qui ne doit pas servir des intérêts "autres" : "sauver pour sauver" (d'où ma réflexion, pour ne pas dire réserve, sur le droit d'ingérence militaire prôné par son ex-collègue Kouchner, dans un but humanitaire) : toute la question du mélange des genres et la récupération par certains, politiques ou média, du malheur des autres !

"l'information pour l'information", les média ne sont pas cause des malheurs et ne devraient donc ni être les boucs émissaires des politiques, comme les journalistes d'FR3 pris en otage en Afghanistan (d'ailleurs que deviennent-ils ???), ni en retirer un quelconque bénéfice en terme de buzz ou d'audience (je me souviens de Pujadas le matin du 11 septembre qui se réjouissait de l'effondrement des tours car ça lui donnerait de la "matière" !!...)
Concernant la question du terme "malédiction" abordée en fin d'émission. J'ai été assez déçu de la réponse de Jean Métellus : l'explication religieuse, me parait farfelue. J'aurais aimé que vous (Daniel Schneidermann) creusiez un peu plus.

Pour moi, parler de "malédiction" c'est parler de fatalité, et ça me gène. Haiti cumule pauvreté, violence de sa société, du climat. Je ne pensais pas que vous vous satisferiez de l'interprétation faite par l'auteur Haitien. Qui a jeté un sort aux Haitiens ?
Bonjour, je ne suis absolument pas expert en la matière concernant Haïti mais ce que je trouve très dommage dans cette émission c'est qu'on ne parle absolument pas et même pas dans les réponses du forum du gouvernement Haïtiens.
Je m'attendais pendant toute l'émission a en entendre parlé de la sous-médiatisation incroyable du gouvernement touché par ce tremblement de terre mais rien ...
Alors biensur, je n'ai pas suivi toute l'affaire en détail ( je parle du flux d'information depuis cette terrible catastrophe) mais j'aurai aimé en savoir un petit peu plus ...

Sinon l'émission était très intéressante et quand je lis:
" Quand le blanc finit les phrase du noir qui ne parlent pas assez vite pour lui
Quand le noir consensuel reprend les idées fortement suggérées, tout en s'en démarquant par la suite
Quand le blanc considère que sauver des vies humaines, quand on est journaliste est innaeptable ...bla bla bla"

Je me dis vraiment qu'il y a des gens qui sont dans une culpabilisation face aux noirs qui me dérange sincèrement.
Et heureusement @si fait pas dans l'émotion, déjà c'est pas le but et puis ça change absolument rien.

Sujet très à vif traité d'une manière plutôt neutre et ouverte sur la question.
J'apprécie comme toujours, merci aux invités et bravo à toute l'équipe.
L'émo- journalisme envahi nos écrans; plutot que de mise en scène je parlerais de mise en ob-scène.

Membre de MSF, je me souviens lors du tremblement de terre en Turquie, que lorsqu'une victime était dégagée, avant de la sortir on s'assurait que le cadreur était en place pour bien filmer le dégagement ,
On n'allait pas jusqu'à "on la refait coco, il y a un bras dans le champs" , mais presque.
Merci pour cette émission,
Voici une analyse qui complète ce que vous avez dit concernant l'outil de recherche mis en place par Google.
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/01/google-twitter-haiti-secousses-tremblements.html
Hum .... gout doux amère après cette émission. Oui c'est vrai ma vision est certainement brouillée et forcement corrompue puisque je vis aux US (au Texas en plus). Et même si je me met en colère tous les jours sur la communication messianique des médias américains, il n'en reste pas moins que les médias Français, comme les Français eux mêmes montrent encore leur complexe d'infériorité en désignant les seuls que l'on puisse accuser de tous les maux: les américains. Pour appréhender correctement ce pays continent il faut savoir que toutes les opinions sont exprimer en permanence tous le temps, partout. Se focaliser sur les imbécilités est facile et allège nos consciences, mais reste néanmoins faux.

Au moins la listes des sujets étaient les bons, mais désolé Anne Sophie et Daniel il va falloir vous mettre à l'anglais pour pouvoir lire les journaux des US, sinon ça devient vraiment dur de critiquer les ricains. La liste des points qui m'ont irrités sont nombreux alors ici une "short list" des trucs sur lesquels je suis pas convaincu:

La malédiction: Je ne peux pas croire que personne, y compris M. Jean Métellus, n'est pas parler de l'histoire du Bois-Caïman. L'histoire fondatrice de la malédiction d'Haïti. Bien sur que tous les médias de l'occident reprennent se phrasé, la malédiction vaudou fait parti de notre histoire et de notre inconscient. Amusant de voir que partout dans le monde, sauf en France, on parle de la défaite du corps expéditionnaire et de la malédiction!

Le militarisme américains: La catastrophe a une résonance spéciale ici. Cette catastrophe est largement identifiée par tous les américains avec ce qui s'est passé à la Nouvelle Orléans après le passage de l'ouragan Katerina. J'ai participé à une lever de fond pour Haïti, et une personne sur trois a mentionné Katrina. La croix rouge (américaine) communique chaque jour sur le thème de Katrina. La culpabilité de n'avoir pas su correctement répondre à cette catastrophe est le moteur de la réaction des américains. Est-ce critiquable?... oui mille fois oui, mais si comme vous on passe à coté de ça, on ne comprend pas la mise en place quasi militaire des infrastructures. Les largages en hélicoptère, suivi 10 minutes plus tard par un conférence de presse des militaires qu'il s'agit de mesure d'urgence et que l'encadrement de la distribution doit suivre.

CNN (et par extension les médias ricains) ces grands enfants (pour ne pas dire imbeciles): CNN n'est pas une chaine d'info, c'est une chaine qui fait un spectacle de l'info. La critique de l'attitude de médias existe ici aussi. Dr Gupta a du s'expliquer sur Twitter car beaucoup l'accuse d'avoir fait une rechute de medico-show comme en Iraq ou il avait fait une opération en direct. ici un extrait du Los Angeles Times:
“There definitely are cases where a journalist who is qualified can and should provide medical assistance when the need is immediate and profound,” said Bob Steele, journalism values scholar at The Poynter Institute and journalism professor at DePauw University. “The problem in Dr. Gupta’s case is that he has done this on a number of occasions in Iraq and now in Haiti. If it’s imperative that he intervene and help medically, then take him out of his journalistic role and do that. But don’t have him covering the same stories in which he’s a participant. It muddles the journalistic reporting. It clouds the lens in terms of the independent observation and reporting.” Quant au présentateur vedette de CNN Anderson, il faut savoir que les débuts de Anderson furent justement et encore pendant Katrina, lorsque qu'il fut sur le terrain avant les secours appelant pendant 4 jours (dans mon souvenir, sans doute faux) à l'aide mais rien n'arrivait. En bref toutes cette gesticulation, ces sauvetages sont à relier à ce ce qui c'est passé ici à la Nouvelle Orléans. Il me semble vu d'ici, qu'il s'agit plus d'une expiation, d'une volonté de montrer que cette fois ils ont compris que d'un volonté de faire un show.

Les secours sauvent plus blanc: Non mais là vous déconné les gars, bien sur qu'ils sont tous blancs, chaque pays veut voir ses sauveteurs, ceux de son pays. Je regarder la TV mexicains, devinez quoi .... tous le secours étaient Mexicains. Même chose sur le chaines du Canada: images furtives des autres secours, énorme présence des canadiens. Les chaines nationales ont automatiquement montrer l'engagement national, pour montrer que l'on a de l'empathie, que l'on peut aide ... voir que l'argent que l'on donne sert à quelque chose! Autre chose, le truc qui m'a fait le plus rire, c'est quand vous parliez de tous ces sauveteurs blancs sur des images du Dr Gupta ... pour info re-regarder les images (et pas sur youtube pour avoir un peu de qualité) mais le Docteur Gupta est plus basané que la petite fille qu'il manipulait. C'est bizarre comme on traduit vite occidentaux en blancs, par vrai Daniel.

Sur tout ça, je vous aime toujours, et faites mieux la prochaine fois. Bisous

Regis
Via CADTM :
Haïti : au-delà des effets d’annonce

19 janvier 2009 par Sophie Perchellet, Éric Toussaint, CADTM


L’une des plus grandes opérations d’aide de l’histoire risque fort de ressembler à celle de l’après tsunami de 2004 sauf si un modèle de reconstruction radicalement différent est adopté. Haïti a été partiellement détruit suite à un violent séisme de magnitude 7. Chacun y va de sa larme et les médias, en nous abreuvant d’images apocalyptiques, relayent les annonces d’aides financières que les généreux Etats vont apporter. On entend qu’il faut reconstruire Haïti, ce pays où la pauvreté et « la malédiction » s’abattent. Aujourd’hui donc, on s’intéresse à Haïti. Les commentaires ne vont pas au-delà du terrible tremblement de terre. On nous rappelle précipitamment que c’est l’un des pays les plus pauvres de la planète mais sans nous en expliquer les causes. On nous laisse croire que la pauvreté est venue comme ça, que c’est un fait irrémédiable : « c’est la malédiction qui frappe ».

(...)
Par ailleurs, selon la Banque mondiale, entre 1995 et 2001, le service de la dette, à savoir le capital et les intérêts remboursés, a atteint la somme considérable de 321 millions de dollars.

Toute l’aide financière annoncée actuellement suite au tremblement de terre est déjà perdue dans le remboursement de la dette !

(...)

Il est maintenant temps que les gouvernements qui font partie de la MINUSTAH, des Nations unies et en particulier la France et les Etats-Unis, les gouvernements latino-américains, revoient ces politiques qui s’opposent aux besoins élémentaires de la population haïtienne. Nous exigeons de ces gouvernements et organisations internationales qu’ils substituent à l’occupation militaire une véritable mission de solidarité, et qu’ils agissent pour l’annulation immédiate de la dette qu’Haïti continue de leur rembourser. » |9|

Indépendamment de la question de la dette, il est à craindre que l’aide prenne la même forme que celle qui a accompagné le tsunami qui a frappé, fin décembre 2004, plusieurs pays d’Asie (Sri Lanka, Indonésie, Inde, Bangladesh) |10| ou encore l’après-cyclone Jeanne en Haïti en 2004. Les promesses n’ont pas été tenues et une grande partie des fonds ont servi à enrichir des compagnies étrangères ou les élites locales. Ces « généreux dons » proviennent pour la majorité des créanciers du pays. Plutôt que de faire des dons, il serait préférable qu’ils annulent les dettes d’Haïti à leur égard : totalement, sans conditions et immédiatement. Peut-on vraiment parler de don quand on sait que cet argent servira en majeure partie soit au remboursement de la dette extérieure soit à l’application de « projets de développement nationaux » décidés selon les intérêts de ces mêmes créanciers et des élites locales ? Il est évident que, sans ces dons dans l’immédiat, il ne serait pas possible de faire rembourser cette dette dont la moitié au moins correspond à une dette odieuse. Les grandes conférences internationales d’un quelconque G8 ou G20 élargi aux IFI ne feront pas avancer d’un iota le développement d’Haïti mais reconstruiront les instruments qui leur servent à asseoir le contrôle néo-colonial du pays. Il s’agira d’assurer la continuité dans le remboursement, base de la soumission, tout comme lors des récentes initiatives d’allégement de la dette.

Au contraire, pour qu’Haïti puisse se construire dignement, la souveraineté nationale est l’enjeu fondamental. Une annulation totale et inconditionnelle de la dette réclamée à Haïti doit donc être le premier pas vers une démarche plus générale. Un nouveau modèle de développement alternatif aux politiques des IFI et aux accords de partenariat économique (APE signé en décembre 2009, Accord Hope II …), est nécessaire et urgent. Les pays les plus industrialisés qui ont systématiquement exploité Haïti, à commencer par la France et les Etats-Unis, doivent verser des réparations dans un fonds de financement de la reconstruction contrôlé par les organisations populaires haïtiennes.

http://www.cadtm.org/Haiti-au-dela-des-effets-d-annonce

Dans Le Monde
La dette de la première république noire doit être totalement annulée,
par Sophie Perchellet et Eric Toussaint
LE MONDE | 19.01.10 | 13h59
http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/01/19/la-dette-de-la-premiere-republique-noire-doit-etre-totalement-annulee-par-sophie-perchellet-et-eric-toussaint_1293763_3232.html

Sur Les Echos :
Haïti: la dette doit être annulée en totalité, réclament plusieurs ONG

[ 19/01/10 - 19H01 - AFP ]

Plusieurs organisations humanitaires et syndicats réunis dans la plateforme Dette et Développement ont réclamé mardi "l'annulation totale" de la dette haïtienne et dénoncé le "choix" d'un nouveau prêt octroyé par le Fonds monétaire international (FMI) au lieu de dons.
Dette et Développement rassemble une quinzaine d'organisations, notamment Oxfam France, le Comité français pour l'annulation de la dette du Tiers-Monde (CADTM France), le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD)-Terre Solidaire ou encore les syndicats CGT et CFDT.
http://www.lesechos.fr/info/inter/afp_00223081-haiti-la-dette-doit-etre-annulee-en-totalite-reclament-plusieurs-ong.htm

En échange de quoi, la Banque Mondiale s'est actuellement contenté de demandé l'arrêt du remboursement ...sur 5 ans, du genre : vous voyez là ils remboursent pas, en revanche une fois qu'ils auront financer avec les aides généreusement accordées par nos grands coeurs toutes les entreprises de reconstruction étrangères et que tout sera fini, là, oui, on viendra sonner à leur porte...

Il y a heureusement qq politiques de gauche courageux à s'être fait manifesté à ce sujet hier... au Canada

Le député néo-démocrate Paul Dewar considère que les dirigeants mondiaux pourraient aider Haïti concrètement et immédiatement en effaçant la dette d'Haïti, qui atteint 1,8 milliard $.
«Le pays a été complètement dévasté et pour qu'il soit possible pour ce peuple de se relever et d'entreprendre la reconstruction de son pays, il ne doit pas crouler sous sa dette», considère Dewar.
«Les infrastructures sont en ruine, c'est pratiquement le pays en entier qui doit être réparé. On ne doit pas les empêcher de se reconstruire, comme ça a déjà été fait avec d'autres pays en voie de développement, en les ensevelissant sous une dette extérieure.»
Selon lui, les partenaires internationaux devront embaucher des Haïtiens pour effectuer les travaux de reconstruction, plutôt que d'engager de la main-d'oeuvre à l'extérieur du pays.

http://fr.canoe.ca/infos/international/haiti/archives/2010/01/20100123-162703.html

Et en France, c'est ce qu'on appelle un "socialiste" qu'on envoit au FMI

PS : Pour mémoire, lire au sujet de l'après-tsunami de 2004 :
"Tsunami : vos dons serviront à rembourser leur dette sauf si...", CADTM, 10 janvier 2005
http://www.cadtm.org/Tsunami-vos-dons-serviront-a http://www.liberation.fr/tribune/0101515107-pays-devastes-la-dette-immorale

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Qu'est-ce donc, ce qui sort de la terre, quand elle s'ouvre ?

Je suis étonné par votre lecture très « racialiste » de la situation catastrophique en Haïti. Plusieurs éléments de votre analyse vont dans ce sens : l'évocation de l'étymologie de pillard, le sauveteur blanc et le blessé noir, la république noire, Obama l'afro-américain, etc. Sans compter les références multiples au colonialisme.

La critique implicite que vous formulez ici, c'est de voir dans le comportement occidental une résurgence des dames patronnesses et de la bonne conscience coloniale envers « nos chers esclaves ». Je repense tout de suite au personnage de Mamma (joué par Hattie McDaniel, oscarisée en 1940) dans Autant en emporte le vent : http://www.youtube.com/watch?v=4i3Nnvl-6ZQ. Et je me dis que c'est ce genre de bonne conscience mielleuse que vous entrevoyez aujourd'hui et qui vous dégoute. Vous chanteriez bien avec Brel : http://www.dailymotion.com/video/xdv5i_jacques-brel-la-dame-patronesse

Non ?

A vous écouter sur le plateau, on pourrait avoir le sentiment que lorsque la terre s'ouvre et que les maisons s'écroulent, ce qu'il en sort, venue des profondeurs, c'est une bête immonde : le racisme.

Pourquoi pas...Mais pourquoi donc ?

Même si vos références et vos analyses pointent un racisme ordinaire, je vois une autre lecture possible des événements. Par exemple je me souviens d'une autre occurrence du mot pillage dans une circonstance éloignée mais cependant suffisamment analogue pour interpeller. Dans un article de Rue 89, les patrons d'un supermarché victime d'« auto-réductions », étaient cités et parlaient alors d'un « pillage inacceptable et regrettable »http://www.rue89.com/2009/01/01/autoreduction-au-monoprix-pour-redistribuer-partir-sans-payer. Dans les deux cas la question de la nécessité embarrasse celui qui, journaliste ou juriste, est chargé de qualifier les faits : cas de force majeur ou vol pur et simple ? (ci-contre l'avis de maître Eolas : http://www.maitre-eolas.fr/post/2009/01/05/1263-autoreduction-ou-extorsion) Ainsi je crois que les « pillages » en Haïti interpellent de façon gênante l'organisation actuelle de nos société. Si la faim ou l'absence de logement justifiaient, en Haïti, la réquisition de nourriture ou permettaient de s'affranchir du droit à la propriété privée, qu'en serait-il chez nous ? Que ferions-nous avec nos clochards, que faisons-nous avec eux l'hiver ? Heum, heum, heum...Il est sûrement bien plus prudent de qualifier les haïtiens de pilleurs, il ne faudrait pas que ça donne trop d'idées aux gens à l'heure où l'on discute des rémunérations d'Henri Proglio à hauteur d'environ 2 millions d'euros (quand on aime, on ne compte plus !).

Une même occultation me semble à l'œuvre dans ce que décrit Rony Brauman. Il signale en effet que l'aide massive aux victimes vient de la population elle-même et non pas des aides officielles humanitaires. Mais pourquoi cette occultation ?

J'ai le sentiment que ce qui sort de la terre, quand elle s'ouvre, ce n'est pas ce vieux racisme colonial, mais c'est plutôt une remise en cause de la société temporairement détruite, une remise en cause de la pertinence de nos choix politiques. C'est ce qui explique en partie, selon moi, la passion avec laquelle les médias se jettent dans les décombres : il faut prouver au monde que la technologie et les porte-avions nous protègent, il faut prouver qu'ils font bien mieux qu'une population de pauvres hères pour sortir les blessés des décombres. Il faut aussi qualifier de pillards ces gens qui, pour l'occasion, s'affranchissent de la propriété privée. Ainsi, l'aspect humaniste de la population haïtienne est occulté alors que sa tendance à "piller" et sa violence potentielle sont mises en avant. Ne serait-ce pourtant les mêmes, ces gens ? Ceux qui aident leurs voisins et ceux qui vont chercher de la nourriture dans les gravats ? La lecture médiatique de l'événement se présente donc, pour moi, comme un mouvement parallèle de mise en exergue et d'occultation pour dire que, au fond, le peuple, c'est dangereux. C'est aussi une façon pour la société telle qu'elle est de réaffirmer son emprise et de se re-légitimer.

Étonnant, non ?
Que dire de plus?

Bravo à toute l'équipe pour cette émission extrêmement instructive.

Cordialement

Sedinam
En quelle qualité Vincent Giret était de nouveau l'invité du plateau d'ASI?

en temps que porte parole du ministère des affaires étrangères via sa direction, et Christine Ockrent, deux bêtes noires de la rédaction d'ASI

ou bien en tant que directeur de la rédaction indépendante de France 24?

La compagne du ministre des affaires étrangères peut-elle diriger l'audiovisuel extérieur ? Ménages, mélange des genres, impunité : derrière l'éternel sourire, de France 3 à France Monde, le problème Ockrent perdure.

OCKRENT N'EST PAS (ENCORE) SOUS LA TUTELLE DE KOUCHNER...


Quelle logique dans la critique systématique de France24 et de sa direction, présentée comme étant sous tutelle ici même, et le fait d'inviter régulièrement le directeur de sa rédaction. Si celui-ci est indépendant les articles d'ASI méritent quelques précisions, sinon, que l'on nous précise en début d'émission le contrôle du ministère des affaires étrangères sur les propos de Giret (ex Largardère).
La transparence, oui, mais pour tout le monde.
A propos des medias et du choix de partenariat avec une ONG, il est interessant de constater que le telethon en faver d'Haiti qui a eu lieu hier simultanement en U.K. et aux USA a conduit a la creation d'une organisation Hope For Haiti, et que tous les dons seront reverses equitablement entre La croix rouge, l'UNICEF, OXFAM America, Partners in health, The Clinton Bush Haïti Fund, Les Nations Unies, World Food Programme et Yele Haïti Foundation.

L'album des performances de la soiree dont recettes iront totalement a cette organisation est deja en pre-vente sur iTunes
Je conviens bien du caractère informatif de votre intervention ; mais le fait de la faire constitue déjà en soi la validation de cette information et du lien revendiqué qui avait été sitôt fait (entre l'esclave affranchi et voleurs). Sur le bonnet, oui je le savais. Ce qui me contrariais, c'était cette idée selon laquelle l'emploi du terme était lié à cette fameuse étymologie, autrement dit la construction d'une causalité bancale. Et c'est ce sur quoi je réagissais, avec toute la spontanéité qui m'est propre, mais qui ne constitue en rien de l'agressivité, juste une réaction à vif contre un propos se voulant nécessairement performatif.

Je revisionne en ce moment le passage considéré : d'emblée, l'usage du terme par les journalistes pourrait être lié à l'étymologie, et votre propos signalait sa force évocatrice sur les journalistes, ce que je désapprouvais pour les raisons évoquées au post ci-dessus. C'est aussi ce que réfute votre interlocuteur haïtien.

En fait, c'est le propos de DS que je trouve le plus incroyable ! Alors que l'invité invalide l'idée d'un poids de l'étymologie dans l'emploi systématique du terme "pillage" pour désigner ce qui se passe en Haïti, DS part sur l'inconscient et l'irrationnel ! L'usage de ce terme avec sa charge étymologique est une question de savoir, tout bonnement. D'ailleurs, pourquoi un journaliste l'aurait-il utilisé même en faisant le lien ouvertement ? Y aurait-il alors eu un effet particulier sur le spectateur ? Et j'avoue que l'élaboration de thèses explicatives fondés sur des arguments complètement invraisemblables m'a fait bondir. La recherche étymologique était très intéressante, mais le lien entre celle-ci et l'usage récurrent du terme (je répète : peut-on en prendre un autre ?) ne tenait alors plus.

Ce qui est en revanche intéressant, c'est le caractère négatif acquis par le terme : d'un objet social désignant un statut, on passe à une action violente et perturbatrice de l'ordre social ; à rebours, on pourrait presque tenter de voir qu'on a accolé à ce bonnet l'idée de l'affranchissement comme facteur de désordre dans l'ordre social inégalitaire et hiérarchique, et des affranchis comme groupe social nuisible. On serait donc, avec l'usage actuel du terme, dans une permanence du sens et de l'évocation du danger. Mais cette hypothèse ne peut que se limiter à l'histoire du mot, et je suis bien trop amateur en la matière pour prétendre quoi que ce soit.
Ici encore, un spécialiste du monde colonial n'aurait pas fait de mal... Laurent Gervereau, spécialiste de l'image, aurait pu venir... etc., etc.

Je suis atterré par la construction intellectuelle autour du bonne phrygien ! Qu'il y ait eu glissement de sens au fil des siècles, c'est non seulement évident mais aussi très classique. En revanche, l'idée de réminiscence induisant un parallélisme esclave affranchi/pillards est totalement exagérée. Et ce propos absurde sur le poids de l'inconscient... Il faudrait peut-être songer que dans le cas d'espèce, il est difficile d'employer un autre terme que celui de pillard (il frappe davantage que celui de voleur : stratégie sensationnaliste), que ce terme résulte désormais d'une culture légaliste de l'ordre visant à mettre en évidence l'effraction (il s'agit de dénoncer l'attaque illégale d'un magasin... en ruine certes, mais l'idée déformée et exagérée est là), que l'étymologie est la dernière préoccupation des journalistes, et que ces derniers sont de grandes personnes très peu cultivées. Vous êtes suffisamment naïfs en pensant que des journalistes ou des gens vont penser au parallélisme ? Vous croyez que si le travail d'évocation sémantique n'est pas explicitement opéré ou revendiqué, la réminiscence peut jouer ? Qui plus est, le sens originel du pillards et celui en vigueur aujourd'hui sont totalement déconnectés. En prétendant décortiquer les mécanismes sémantiques à l'oeuvre dans les journaux, vous inventez un parallélisme volontaire totalement fallacieux... agissant ainsi comme les journalistes que vous critiquez. L'idée a son charme et est très séductrice, mais me paraît totalement bancale aux plans pragmatique, culturel et historique.

En revanche, les images que vous montrez sont replacées de manière très intéressantes dans un cadre ternaire, très schématique. En fait, ce sont des images très coloniales que les JTs montrent. Le pillard ici évoque davantage à mon avis l'idée du sauvage que de l'esclave affranchi. De même, ces bons sauvages reconnaissant des blancs venant les aider et diffuser la sécurité (i.e. civilisation) dans un monde de chaos : là il existe un lien implicite entre sauvagerie, chaos et population noire, pour construire une image hiérarchique classique et acceptée de tous. Le vrai problème réside dans la volonté de traiter des pillards, si ce n'est pour mettre l'accetn sur la désorganisation, alors que ces phénomènes sont loin d'être un pillage "classique" dans sa nature, et que d'autre part, en situation que quasi-famine et après une catastrophe de ce type, il est tout à fait classique (sinon logique voire légitime). Il y a un grand manque d'esprit critique, asservi par des réflexes de traitement de l'information asservis par le souci du marketing, et détruit par le manque d'originalité et de réflexion.

Sur l'ambivalence entre nécessaire admiration du courage du peuple et des sauveteurs avec la construction (involontaire ?, bof...) d'un discours colonial (osons le terme), cela pose le problème de la solidarité, de sa mise en scène et de la sensibilisation au problème. tout peut se faire, mais cela dépend évidemment de l'honnêteté intellectuelle des journalistes, et de leur liberté vis-à-vis du cadre économique qui les lie. Le vrai problème devient alors celui de l'émotion dans l'information. Ok, il faut faire l'Union sacrée pour aider, mais pas à tout prix non plus. Il y a un enjeu extérieur (Haïti) et un enjeu intérieur (la propagande et les discours de l'image) à gérer.

Sur l'usage de la malédiction, il s'agit à mon avis d'insister sur l'histoire malheureuse de l'île (esclavage, séisme, etc.), de faire du drame. Ca fait pleurer, et non comprendre. Ce vocabulaire peut s'expliquer par les circonstances, mais peut-être aussi par le besoin français de faire un bon gros drame pour occuper le champ médiatique, sinon pour occulter le passé français dans l'île en montrant notre empathie actuelle vis-à-vis d'une ancienne colonie, toute perle qu'elle fut : on se rachète symboliquement. Haïti, un problème plus national qu'autre chose ?

En même temps, ne serait-il pas étonnant que les USA cherche à renforcer leur influence (ce qu'on appelle le soft power) par l'humanitaire ? Les autres ne feraient-ils pas autant ? On a l'impression qu'invités et journalistes de l'émission découvrent cela... Ce qui est vraiment choquant, c'est qu'en parallèle de cette démonstration de force, derrière cette exhibition médiatique, il n'y ait pas eu de travail de fonds pour opérer les gens.

Le journaliste américain est odieux... Ca me dégoute... On est vraiment dans le cas du journaliste qui sait que son rôle est d'éduquer la nation, de lui livrer une propagande, et qui l'assume.

Mais votre émission sur l'exaltation médiatique de l'homme blanc était quand même très intéressante.
Chirac (Point à Pitre, mars 2000):
« Haïti n’a jamais été, à proprement parler, une colonie française »
http://www.legrandsoir.info/Haiti-Alain-Joyandet-les-chats-noirs-la-nuit.html
Le message de Rony Brauman me semble un peu cafouilleux lorsqu'il dit qu'aucun chirirgien americain n'a opere en Haiti et a la fois qu'ils ont deloge une equipe sanitaire europeenne prete a operer... Cela semble pour le moins paradoxal.

Je suis journaliste a Miami. Il s'agit de l'Etat comprenant la premiere communaute haitienne des Etats-Unis. Ici, nous sommes presque au coeur du desespoir. Il est vrai, cependant, que les Haitiens sont tres mefiants face aus Americains. Mais ils sont tres mefiants face aux Francais aussi. J'en ai fait l'experience en allant les interviewer a la paroisse Notre Dame d'Haiti, a Miami (Little Haiti).

Des journalistes francais ou europeens que je connais bien et qui reviennent tout juste de Haiti ont ete tres etonnes (pour ne pas dire plus) des affirmations de Brauman. Ils ons plutot trouve que l'arrivee des aides francaises etait bien tardive et que les Americains etaient efficaces.

Pour moi, une partie du titre aurait pu etre : comment l'anti-americanisme primaire des Francais devalue l'action americaine en Haiti ? Sans pour autant, dire qu'il y a perfection en la matiere... Le sujet a ete aborde, d'ailleurs, dans l'emission.
L'émission a abordé le problème d'internet et des médias sociaux quelque peu légèrement à mon avis. L'application mis en ligne par Google, n'est pas une base de données, mais un site aggrégateur. C'est à dire qu'elle collecte les informations introduites sur d'autres plateformes pour autant que ces dernières utilisent une norme informatique précise. Il y a d'ailleurs eu des appels sur Twitter, demandant aux différents sites offrant ce type de service d'utilise de s'aligner sur le format utilisé par Google (urgence oblige). Certaines réticences ont également été exprimées...
En effet, cette initiatitive pose certains problèmes. D'une part des données personnelles transitent par une entreprise puissante, dont le but premier n'est pas de déterrer les victimes d'un tremblement de terre, mais de progresser en bourse. Quelle utilisation Google fera de ses données ? La question mérite d'être posée. D'autre part, comme en témoigne l'ignorance d'Anne-Sophie, cela donne l'impression que Google offre un service inédit, et contribue à disqualifier des organismes spécialisés dans l'humanitaire. Cela propulse Google au rang d'intermédiaire privilégié en cas de crise et relègue les organismes humanitaires aux second plan. Or Google est surtout très doué pour tirer parti d'informations, de plateformes, de données créés par d'autres et les présenter comme siennes.

Quelques "écrits non journalistiques mais néanmoins informatifs" pour creuser le sujet:
Affordance:Secousses syntaxiques et tremblements motorisés : Google, Twitter et Haïti
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/01/google-twitter-haiti-secousses-tremblements.html

Twitter et les médias sociaux à la rescousse des Haïtiens
http://www.michelleblanc.com/2010/01/17/twitter-medias-sociaux-rescousse-haitiens/

Haïti : le premier grand évènement humanitaire 2.0
http://b-r-ent.com/news/haiti-le-premier-grand-evenement-humanitaire-2-0

Le monde des technologies se mobilise pour Haïti
http://fr.readwriteweb.com/2010/01/16/a-la-une/technologies-humanitaire-haiti/
Video 3 Obscène pas obscène:
Obscène Paris Match l'étalage des cadavres. Oui trois fois oui.
Génante, plus que génantes, la récupération, les récupérations
Nauséabond !!!! véhiculer de clichés racisant / racistes évidemment.



Ceci-étant : ne pas oublier que dans ce système média fondé sur l'émotion (un système source de profits professionnels & générateur de dons), le téléspectateur ne s'identifie (bien/efficacement) qu'à ce qui lui ressemble (bien/efficacement) : s'il est asiatique, ce sera un asiatique, s'il est occidental, ce sera un occidental etc... La loi de la proximité est une des lois de base du journalisme dont on fait là une application indirecte. Valoriser le sauveteur occidental, c'est aussi très prosaiquement valoriser le téléspectateur et, en assurant une proximité, lui tendre un miroir hypnotisant -fidélisateur télévisuelement, financièrement.

Alors l'extrait du journaliste médecin qui soigne en direct, moi je ne sais pas ce que c'était.
Belle émission,
Les USA avaient une vieille idée «l’Amérique aux américains, sous-entendus L’Amérique aux USA »
Cependant, les USA sont friands de bases militaires sur les îles (Diego Garcia, île britannique aux larges des Indes, dont la population a été expulsée, Ile de l’Ascension dans l’atlantique idem précédemment, il reste une centaine de britannique sur cette Ile, il y a aussi quelques touriste de temps en temps).
Enfin, et ce n’est pas une rumeur, Les USA ont demandé, il y a quelques années, un morceau de terrain appartenant à la France en Guyane pour faire une base, et un pas de tire pour fusée.
Alors si ils souhaiteraient bien prendre un bout de terrain aux haiciens, pourquoi pas ?
mais je ne pense pas que la population soient d'accord


ps pour suivre les tremblements de terre dans le monde
http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/recenteqsww/
Quand le blanc finit les phrase du noir qui ne parlent pas assez vite pour lui
Quand le noir consensuel reprend les idées fortement suggérées, tout en s'en démarquant par la suite
Quand le blanc considère que sauver des vies humaines, quand on est journaliste est innaeptable
Quand le blanc considère que la collecte de dons ne doit pas être faite par le service public, mot pour une fois oublié
Quand le blanc consière qu'il n'y a pas eut d'urgence avec le tsunami, et ne voit pas de rapport entre les aides apportées et l'absence de catastrophe sanitaire ultérieure
Quand le blanc n'écoute que ce qu'il veut entendre

etc etc etc

Il est temps de couper et d'arrêter de regarder une émission malfaisante, dont le premier titre reflétait en fait parfaitement bien le but, faire du catastrophisme médiatique, faire du sensationnel, alors que l'urgence comme il est rappelé plusieurs fois à DS, est ailleurs, sauver des vies humaines.

Je m'arrête ici, je pourrais devenir désagréable!!!!
Effectivement passionante emission !!

Avant un second visionage, et sans doute quelques remarques, je suis content de constater que je pense comprendre maintenant ce que M. Brauman voulait dire : D'apres lui, les medecins de l'armee americaine n'auraient pas encore opere de blesses, et tout le monde au cours d l'emission a ete clair, M. Brauman, le premier en declarant que cela reste a verifier.

Personnellement je n'ai pas de precisions autres que celles venant du centre media militaire sur ce que les medecins de l'armee font sur place.

Et les seules infos que je vois passer par d'autres canaux, a propos de l'armee US sont celles liees aux reparations d'urgence des routes, port, batiments, oprations de rescue etc. qui permettent aux ONGs de pratiquer les soins d'urgence, et meme si cette assertion me parait incroyable, tout est malheureusement possible.

Il est a mon avis tres important de faire attention a ne pas tout de suite cataloguer des personnes uniquement en fonction de ce que pourrait etre leur passeport, et il est etonnant de constater que souvent, ceux qui se disent etre les plus anti-cataloguisations de toute sortes, sont souvent les premiers a placer systematiquement tout americain dans une caegorie absolument negative, sans meme penser a une possibilite de personalite humaine.
Obama l'afro américain sur LCI


A droite et à gauche sur LCI.fr
Pour une fois je vais faire un petit commentaire sur la forme.

Tout d'abord je pense qu'il faut recoller le a avant qu'il ne tombe du mur. Ensuite j'ai trouvé le cadrage pas terrible, notamment sur les cotés car on voit souvent dépasser des doights ou des mains... pas top.
Passionnante émission. Merci !
Alors là, j'ai jamais attendu l'émission avec autant d'impatience... merci pour cette vision hyper claire de ce qui se passe au niveau des médias, y'en rien à dire vous êtes irremplaçables.

- les médias français semblent dire, en gros : "les américains font ça très bien, ils ont tout pris en main, et en plus ils nous éjectent"; en plus, c'est vrai, comme vous le disiez, la France n'a jamais reconnu sa dette historique vis à vis d'Haiti, Chirac souffre d'amnésie mais ça c'est pas nouveau, me direz vous... Par ailleurs, démographiquement, la communauté Haitienne est plus étoffée (et j'ajouterais aussi mieux intégrée) aux Etats Unis qu'en France.

- heureusement Rony Braumann recadre clairement sur qui aide et va aider en Haiti : les ONG, qu'elles aient pour mission de répondre à l'urgence ou d'accompagner la reconstruction du pays, sont là depuis le départ pour pallier les classiques lacunes des aides gouvernementales (lenteur à se mettre en place, inadaptation aux conditions locales et aux demandes de la population, maintien de la dépendance, c'est un classique...)

- les médias américains en font des tonnes pour s'autocongratuler dans leur déploiement d'hyper puissance : * le journaliste médecin qui bande la tête du bébé devant les caméras (c'est la première fois que je trouve une utilité au mot obscène merci les gars) ** les méga porte avions , les chantiers titanesques (pardon) *** et j'ajouterai pour ma part également le coté 'Téléthon perpétuel', ils n'arrêtent pas de parler de records c'est fatigant quand on pense à ce qui se passe vraiment sur place

- on assiste également, c'est tout à fait clair, à l'enfermement de l'image des Haitiens qui sont soit infantilisés , soit diabolisés (les pillards, les évadés). Sur l'infantilisation, j'ai été écoeurée par un reportage que j'ai vu hier sur iTélé. Le journaliste en direct du champ de mars où un camp de 10.000 réfugiés s'est spontanément créé en plein centre de Port au Prince pour se rassurer en cas de répliques se permet de dire en commentant des images d'enfants qui se lavent les dents : "ici, l'odeur est insoutenable, et les conditions d'hygiène ont bien du mal à être respectées". C'est à la fois "objectif" et condescendant...

- certains médias (américains, français, et bien d'autres) relaient un terme qui n'a rien à faire dans la bouche d'un journaliste : malédiction; ça aussi, je ne m'en étais pas rendue compte, merci...

- et puis il y a cette histoire des pillages, on est d'accord, certains journalistes en France ont dérapé, et aux Etats Unis d'importants medias en ont fait des tonnes là dessus, avec des images choc; Ici par exemple CNN qui filme un hélicoptère qui ne parvient pas à se poser parce qu'il est pris d'assaut par les "pillards" (en gros parce que les secours bloquent les colis et tentent de les distribuer un par un, alors qu'il suffirait de poser là le chargement et de faire confiance aux meneurs parmi les Haitiens pour que ça se passe mieux et plus rapidement)
http://www.youtube.com/watch?v=Lb8y4FltU4A
Lisez les commentaires, là on est chez les gros gros racistes, c'est pas comme ça partout, mais ceux qui parlent comme ça eux postent partout...

Et ça m'anène à vous dire que je suis très frustrée, vous avez failli en parler mais le sujet est passé à la trappe par manque de temps, et c'est très visible sur le web à l'heure actuelle : il y a de très nombreux Internautes américains qui postent à fond, sur Youtube, pour dire qu'ils ne veulent pas qu'on aide Haiti. Il y a une collection de "self vidéos" d'Américains qui se filment sur leur webcam et qui disent : "je ne veux pas que mon pays aide Haiti, il y a trop de problèmes aux USA, il faut qu'Obama s'occupe de nous d'abord..."
Certaines s'appellent carrément F...k Haiti, je vous laisse chercher par vous même, y'en a une collection, même si YTube fait le ménage tant bien que mal.

Par contre vous pourrez lire les commentaires de cette video , où Obama déclare le 13/01 ce qu'il va faire pour aider Haiti
http://www.youtube.com/watch?v=a0BOPX8yy4g&feature=channel

et de celle ci... qui montre tout simplement le survol d'Haiti en hélicoptère au lendemain du séisme
http://www.youtube.com/watch?v=WNfElHCG9TU

ou encore celles-ci, prises par une caméra de video surveillance et qui filme le séisme .
http://www.youtube.com/watch?v=CcFVxl8oclY

et j'ai même trouvé celle ci, qui prétend que la précédente est un faux archi exagéré et qui se fait fort de montrer ce qui s'est vraiment passé
http://www.youtube.com/watch?v=HdhLCB72N2o

Dans les débats pour ceux qui ne parlent pas anglais, en gros il y a les archi racistes qui sont déchainés, et qui postent des trucs immondes. Il y a ceux qui les injurient. Mais il y a aussi ceux qui disent : NON, il ne faut pas les aider, avec toutes sortes d'arguments qui ne sont pas racistes.

Et vous trouverez ce type de "débats" partout, sur toutes les videos traitant d'Haiti et postées aux USA. J'ai chatté avec des démocrates qui ont voté Obama et qui disent la même chose, il y a trop de problèmes aux USA. Il faut dire que là bas le chomage est aussi fort qu'en France avec zéro indemnités. Des centaines de personnes continuent à perdre leur maison, la crise bat son plein... et ce terrible tremblement de terre arrive au plus mauvais moment possible pour Obama....

Et comme vous le disiez, la France et les Français ne se sentent pas concernés en première ligne par Haiti. 52% des Français ne vont pas donner, sondage France 2 d'hier, introuvable encore dans leurs archives, mais la Croix et toute la presse le citent... en présentant ça comme une chose normale : 47% donnent et parmi les 52% qui ne donneront pas 18% disent que c'est parce qu'ils donnent déjà par ailleurs. Et hop, c'est bon , notre pays n'a pas failli à son devoir. C'est passé comme une lettre à la poste, personne n'a réagi, à ma connaissance.
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/100121181027.xe0svsg4.htm

Alors, pour aider les Haitiens sur le long terme, il semblerait que tout le monde ait une grande bouche pour dire ce qu'il faut faire, mais que personne n'ait soit l'envie soit les moyens politiques de les aider à la hauteur de ce qu'il faudrait.

Nous montons un mouvement d'Internautes de tous les pays qui souhaitent aider Haiti sur le long terme. Nous cherchons de l'aide, dans tous les pays. Pour l'instant, nous sommes sur Facebook, en Anglais et en Français, et nous commençons tout juste à nous organiser.

i want to help the Haitian People and I'll find how

Je veux aider le Peuple Haitien et je vais trouver comment

Si vous pensez que ce tremblement de terre en Haiti risque d'avoir des conséquences catastrophiques dans toute la région, si vous pensez qu'on peut enfin avoir un rôle à jouer en tant qu'Internaute dans la politique internationale, on vous attend.

Merci à tous.
Pourquoi ce médecin-reporter de CNN, Sanjay Gupta, d'ascendance indienne, que l'on voit apporter des soins à un enfant,
est-il qualifié de "blanc" par les participants à l'émission ?
"En Haïti, les Américains n'ont pas encore soigné un seul blessé !"

Ce titre est scandaleux ! non seulement la phrase est scandaleuse d'inhumanite, mais c'est un mensonge absolument lamentable

Comment se fait-il qu'@si d'un cote declare denoncer tout voyeurisme par rapport a cette catastrophe, et fait pire que la presse trash.

Je verrai peut-etre l'emission, mais c'est mal parti


* edit
merde !
suis vraiment enerve et tres triste
a noté qu'a été diffusé il y a qq minutes au 20h de tf1 un sujet sur la presence d'un gigantesque navire hospital de + de 1000 lits "haut comme un immeuble de 10 etages" ont été acceuillis "80 blessés rien que pour aujourd'hui ","jour et nuit les blessés arrivent ici " , ce navire peut acceuillir + de 600 medecins mais le nombre va etre doublé" "les 12 blocks fonctionnent 24h sur 24 "," on a commencé a 7h et on arretera que lorsqu'il n'y aura plus personne a operer "
alors?
Southland doctor performs surgery on Haiti quake survivor aboard aircraft carrier

http://latimesblogs.latimes.com/lanow/2010/01/southland-doctor-performs-surgery-on-haiti-quake-survivor-aboard-aircraft-carrier.html

Pas vu l'émission, mais ça commence mal... (je suppose que le titre est issu de l'émission...)
Très mauvais titre: anti-américanisme primaire qui se voudrait accrocheur, mais démenti aujourd'hui même par une photo diffusée sur l'excellent blog The Big Picture , http://www.boston.com/bigpicture/2010/01/faces_of_haiti.html

Image numéro 13: Blood on her visor, Pier Boutin, an orthopedic surgeon from Fairview Hospital in Great Barrington, Massachusetts, uses a hacksaw to amputate a woman's leg in Port Au Prince General Hospital on January 16th, 2010

Zéro pointé sur ce titre, et j'en suis désolé.
Rare sont les émissions qui dernièrement m'ont interpellé. Enfin un thème intéressant traitant du déferlement médiatique sur les tremblements de terre en Haiti.

Trois invités et trois avis qui devraient être contradictoire, on s'attend à du débat !! Encore une fois déception.. DS pose des questions au journaliste de France 24 et l'on se contentera de le croire, car aucune images compromettante de France 24 ne sera diffusées (comme le fait que très peu de choses ont été dites sur l'implication de la France dans la misère actuelle d'Haiti en occultant la fameuse dette équivalente à plus de 40milliards d'euros aujourd'hui dont le peuple esclave haïtien à du payer pour remercier les colonisateurs de leur laisser la liberté et l'indépendance).

Au final, beaucoup de critiques (légitimes) envers les USA mais très peu de remise en cause des médias français.. Je viens de regarder canal plus et son fameux grand journal et un des invités était un journaliste de CAPA ayant réalisé un reportage pour "envoyé spéciale". On y voit, dans un extrait du reportage, une équipe de secours français venant au secours du pauvre nègre. Cela aurait dû être évoqué à mon avis dans l'émission de DS.
qu'est-ce qu'apporte cette histoire d'étymologie du mot "pillard" ? Intéressant pour notre culture, sans doute, mais rien pour le débat présent.
peu de médias ont mentionné les responsabilités de la france concernant l'état financier du pays... il me semble n'avoir entendu qu'un bref historique dans le journal de france 2. beaucoup critiquent les américains... mais ils ne sont pas les seuls a avoir PILLER (justement) le pays.
Belle émission avec invités de haute tenue.
Et quelle conclusion de Brauman sur les agissements américains ! J’attends les enquêtes de France 24.

À propos d'Haïti, je suis tombé sur ça par hasard :
un texte de 2004 « Haïti : la malédiction blanche »
avec cette phrase :
« A la frontière où termine la République dominicaine et commence Haïti, il y a une grande affiche qui donne un avertissement : El mal paso - Le mauvais passage. De l’autre côté, c’est l’enfer noir. Sang et faim, misère, pestes. »

J’ai beaucoup aimé aussi le proverbe cité par Jean Métellus « un voisin c’est un parent », ça m’a donné envie d’aller faire un bisou à la dame d’en face qui m’a jamais adressé la parole depuis presque 10 ans ;-)

nb : bonne idée d'avoir repris le vite dit d'hier soir sur les éléments de language, ça me permet de féliciter Péhachème et les petits stagiaires.
on attend qu'Apathie, Duhamel et leurs amis invitent copé, chatel , woerth sur leur plateau pour leur dire:" vous avez menti, vous avez dissimulé"

pourquoi les pillards? mais parce qu'il faut envoyer les Gi's pour protéger la population. Car bien sur la sécurité c'est très très important, et les américains ils sont gentils, c'est l'axe du bien. Moi j'aimerai bien aussi qu'ils viennent chez nous, parce que les jeunes qui fuient la police en mobylette, les voitures qui brulent, les agressions ....tout ça continue malgré les caméras, malgré l'explosion des gardes à vue, malgré le fichage généralisé, malgré les 40 et quelques lois de sarko pour notre sécurité...En plus on est menacés par des terroristes...il nous faut les gentils Gi's si possible avec des tanks avec autorisation bien sur de rentrer dans les écoles parce que les incivilités dans les écoles, ça ne peut plus durer, c'est comme ça que commence la délinquance.

et puis comme on nous l'explique ce qui compte c'est surtout la couleur de la peau de celui qui prend des vivres dans une ruine. comme je l'ai expliqué dans un autre forum, ce qui compte ce ne sont pas les actes d'un être humain mais la couleur de sa peau.

bon enfin on attend qu'Apathie et Duhamel s'indignent des mensonges des journalistes au sujet des pillards et des sauveteurs. non parce que le mensonge quand même c'est super grave.
Remarquable émission. Je suis toujours admiratif des analyses de Rony Braumann.
Au sujet de France 24, il faut dire qu'ils ont une source privilégiée, qui fait que je les écoute plus que les autres sur ce sujet, et je trouve très noble de la part de Vincent Giret de ne pas l'avoir mise en avant :
France 24 Philomé Robert
Un commentaire à propos de l'origine du mot "piller".
Il me semble franchement plus probable que son étymologie vienne du latin "pilare" qui a également donné origine au mot italien "pigliare" qui signifie généralement "prendre".
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.