11
Commentaires

L'Express et la franc-maçonnerie : droit de réponse de Christophe Barbier

Nous avons reçu le droit de réponse suivant de Christophe Barbier, directeur de L'Express:

Derniers commentaires

[large]...[/large] "Qui diable y résisterait ?", alors ?
Réponse : pas même Christophe Barbier, vrai journaliste.
M. Barbier a permis la publication d'un article, et il a apparemment du mal à assumer le rôle qu'il a tenu. Bon. M. Marquis, M. Bertrand et bien d'autres appartiennent à la franc-maçonnerie... La belle affaire... Et M. Barbier, à quoi appartient-il? A rien? Ah, c'est peut-être ça le problème?
Christophe Barbier ne parle-t-il pas trop vite pour penser juste?
... une tempête dans un marronnier.. ils ne veulent pas trop reconnaitre leur légèreté sur ce coup-là, à l'Express...
Mais c'est une bonne chose que les droits de réponse soient publiés.
Il est stressé, notre ami Barbier. Quand on ne comprend pas une plaisanterie anodine à propos de C Bruni, c'est qu'on est vraiment sur les nerfs.

D'ailleurs, moi aussi, je l'ai vu une fois de trop chez Calvi (C dans l'air) mardi, je crois.

Aussitôt que Cayrol, le responsable de l'institut de sondage, commençait à soulever l'éventualité de sous-entendre de prétendre d'imaginer que l'analyse des sondés n'était pas celle de l'UMP et des journalistes aux ordres : (Refrain : répétez après moi pour vous en persudader : c'est une toute petite vague rose, et ça ne change rien aux réformes à venir.....), Barbier se crispait et se mettait presque à trembler, et contrait tout de suite par les lieux communs de la vulgate et arguait par exemple de la République de Donzière (brillante leçon de géographie, car qui a l'idée où se trouve cette ville ? Quel magnifique exploit qu'un ministre y ait été élu ! Et zéro pour l'argument) pour le justifier.

Alors, un droit de réponse après un autre droit de réponse (Et sur @SI, c'est vrai, c'est le début de la notoriété), ça, ça doit lui exploser la tête.

Moi, je lui conseille de longs congés, pour se reposer. Les plus longs possibles.

Et qu'il emmène avec lui dans ces vacances paradisiaques toute cette soi-disant élite qui n'a rien trouvé de mieux que de porter aux nues un Imperator qui se révèle un dragon de papier parce qu'elle avait, entre autres, été déboussolée par le non au référendum qui avait fait d'elle ce qu'elle était en réalité : une portée de prescripteurs d'opinion de pacotille.

Bon voyage.
Je trouve bizarre que ASI s'attaque à Barbier de la sorte. Laissons chacun faire ce qui lui plait et arrêtez de créer de vrai-fausses polémiques. J'apprécie énormément barbier et énormément ASI, chacun dans son registre. J'attends à l'avenir autre chose de ASI que de créer des tempête dans des verres d'eau sur des supposées mises au courant ou non pour des choses aussi peu déterminantes que l'appartenance à je ne sais quelle loge.

Je dis aussi ça parce que le grand Monsieur Schneidermann (allez Dany, je t'aime bien quand même, même si t'as des cotés mégalos :) ) a déjà parlé de Barbier avec des trucs du style gugus à écharpe rouge, qui s'apparentaient selon moi à du dénigrement pure et simple non basé sur les faits, même si ça m'a fiat sourire.
Je ne vois pas pourquoi Christophe Barbier a eu besoin d'un droit de réponse: concernant l'entretien avec Eric Marquis, chacun a sa version, mais celle de Marquis, donnée par ASI, ne me semblait pas à ce point éloignée de celle de Barbier qu'elle nécessite intervention rapide pour réecriture de la part de Barbier. De même, la remarque sur Carla Bruni, toute réductrice qu'elle puisse sembler à ce pseudo-journaliste, n'est pas non plus à ce point choquante qu'elle mérite un droit de réponse... Beaucoup de bruit pour rien.

Je trouve dommage qu'asi publie sans distinguer l'important de l'accessoire les [s]communiqués inutiles[/s] droits de réponse de lémédias.

Hurluberlu
Deuxième droit de réponse.
Est ce le signe d'une nouvelle importance?
Pour le voir souvent - trop souvent ! - chez Calvi, Christophe Barbier me semble un personnage à la sincérité douteuse.
Que de mots que de mots...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.