60
Commentaires

"Lettre à Manu" homophobe : Onfray crie à la censure

Désinvité par France 5, éconduit par France Culture quelques jours plus tôt... L'essayiste cathodique Onfray crie à la censure. Après sa lettre ouverte à Emmanuel Macron aux accents homophobes, il se dit "privé de micro" notamment sur le service public. C'est sans compter les multiples invitations dont il a fait l'objet ces dernières semaines pour la promo de son dernier livre...

Commentaires préférés des abonnés

Au secours !

Il est tout de même affligeant de constater de temps à autre à quel point "Arrêt sur image" ne décrypte plus... Ce que vous écrivez est du même niveau que Morandini, les fautes d'orthographe en moins.

Il n'est pourtant pas bien difficile d(...)

"lol on diré cé des pédés"


Michel Onfray, Philosophe.

une grande perte pour France Culture donc.



Insupportable vidéo, le Point Godwin s'impose immédiatement


Que sont mes amis devenus...

Moi qui était un des premiers fans de Onfray lors des premières universités d'été sur la radio de la Culture Française


et quand je l'entends aujourd'hui déblatérer (...)

Derniers commentaires

Bah, à la lettre, moi je préfère la chanson à manu. Ca va droit au c(oeur?).


on sent tout de suite le ressentie d'asi ( D.S. ) par rapport a onfray......finalement , oui , il y a un nouveau maccartysme et vous en êtes ......l'avenir de la gauche est-il en allemagne...? maybe yes ! 

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Quel niveau de vulgarité pour une personne qui se dit philosophe...c'est honteux !! Quel niveau si pitoyable de culture, d'intelligence, de respect envers les autres !!! C'est de cette manière qu'il essaie de toucher les gens ? Oui, mais peut être ceux qui se "cultivent" ou s' "informent" en écoutant des personnes comme lui ou Zemmour... jusqu'à quand la dictature de la médiocrité dans les médias ?!!  

Compte tenu de l'immense tâche de notre Président, du soin qu'il prend pour nous rendre heureux, n'aurait-il pas le droit de se divertir ? N'aurait'il pas le droit de jouir en bon père de famille, ou plus exactement de jouir paisiblement ( depuis la loi de 1982 ) , ou encore plus précisément, depuis la loi de 1994, de jouir raisonnablement?


Petite précision, vous mettez "Kiddy smile" en légende pour une image mais il ne s'agit que de ses danseurs. Le DJ a expliqué chez Ruquier qu'il n'avait pas souhaité apparaître sur la photo.


Quant à la métaphore filée dans la lettre, dire que des hommes politiques de premier plan veulent nous la mettre bien profond c'est très grossier, certes, mais c'est quand même un sentiment partagé par beaucoup. La brutalité du discours répond à la brutalité, présentée avec de si jolis mots ("bienveillance", "soutien aux plus faibles", "société ouverte", etc.) de cette politique. Notre cher Frédéric Lordon parle aussi d'onctuosité (du discours des économistes du "cercle de la raison") et même de vaseline, et comment ne pas lui donner raison ! 


Vous voyez de l'homophobie dans cette histoire, sérieux ? Ou c'est juste parce que vous détestez Onfray ? On peut faire un petit examen de conscience, là ? C'est vraiment passer à côté du vrai message : les 5€ d'APL piqués dans la poche des étudiants, la puissance de la papesse des paparazzi, les privilèges accordés aux courtisans...  


Je viens d’écouter cette lettre, elle est très drôle et ne s’appuie pas sur l’homophobie mais sur l’image à laquelle renvoie le geste de faire un doigt à quelqu’un de précis ou à la cantonade. Bref, il s’agit ici de se livrer à une critique virulente de la mise en image du corps présidentiel. Au passage, j’avais été heurté par la photo prise lors de la fête de la musique, pas par les garçons danseurs, mais par le président lui-même, posant en majesté avec épouse aux pieds, limite pékinois, d’un detestable royalisme.

Remplacez la photo de Macron (entre les deux gars aux doigts dressés) par celle de De Gaulle, de Giscard ou de Mitterrand ...

Tout le monde crierait au canular... et pour cause, c'est inimaginable !



La question n'est pas celle du supposé racisme inconscient d'Onfray ou de sa prétendue homophobie ( pas plus d'ailleurs que celle d'une éventuelle homosexualité refoulée de Macron), mais tout simplement de l'image de la fonction présidentielle...


Le reste n'est que polémique de cornecul.

je crois en l'homophobie que vous decrivez, mais j'avoue que j'ai lu la lettre sans la reconnaitre, et franchement j'ai aimé la lettre, le "mon cheri" etait pour moi comme une moquerie infantiliste, et j'avoue que les  photos de ce type touchant des gens me degoute, pas que ces jeunes hommes, mais il touche les vielles, leur donne la main, embrasse les enfants, pour moi c'est immonde .. il se sers des corps pour son profit, degoutant... y'a que les femmes de son age qu'il ne touche pas (tant mieux pour elles). Ca vous aurait fait quoi Hollande, Chirac, Miteerand, Sarko, De Gaulle (votre heros),  dans les bras de mec a moitié nus, on a une culture habillé, et les mecs qui adorent se mettrent nus sont souvent des vioc qui ont perdu leur attraits et qui se servrent de la nudité pour attirer les regards, comme les nudistes, 80% de vieux males en mal de regard, il vaut mieux choquer qu'être invisible, pour eux. 'En d’autres termes, se promener torse nu n’est pas un délit, seule l’exposition de ce que contient le maillot de bain est interdite. Sauf arrêtés municipaux... ' donc les femmes elles ne peuvent pas se balader torce nu ...encore une inégalité, que la loi demande aux males de s'habiller en public, serait la norme et un peu de controle sur l'habillement des males me semble sallutaire pour qu'ils comprennent que le monde n'est pas qu'a eux et a leur besoin. On voie leur sous vêtement , ca aussi c'est bof, qu elles femmes trouvent le faite de voir le cul des mecs, dans le metro excitant ? 

Macronfray ou la manutentation



Au plus tard depuis Le roi s'amuse de Victor Hugo (1832) le couple du gouvernant et de son bouffon (François premier et Triboulet) constituent une tradition dont la veine repose sur la dualité d'humeurs des gouvernés à l'égard de leurs gouvernants: fascination et dérision. La présente pornoproduction d'Onfray ne se singularise que par ce pas de plus de vulgarité franchi dans l'apostrophe au gouvernant réduit à l'écourtement de son prénom. Manutentation dont observer la séduction. Corbière - qui sut en plateau s'en corriger aussitôt après y avoir cédé - en aura démontré la désolante capacité de soumission.

Bonjour,


Je n'ai pas trop aimé la vulgarité d'Onfray, encore que très "littéraire". Par contre je ne vois pas en quoi elle est homophobe. Elle insinue énormément de choses sur Macron. Bon. Ce n'est pas le premier et plus le temps passe, plus ça se précise. Je continue à me demander ce que Benalla peut bien détenir comma secret pour être ainsi protégé…

Bon débarras. Si FC pouvait maintenant s'occupper des cas Finkielkraut et Couturier, le bond qualitatif n'en serait que plus grand.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

C'est beau un hôpital qui se fout de la charité.

A moins que votre "tolérance" au journalisme indépendant soit justifiée de quelque honorable manière, ou bien que votre définition de "tolérance" vous soit tellement propre qu'elle puisse emporter la critique la plus acerbe et injustifiée qui soit...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

"Moi, je ne réclame aucune tête de qui que ce soit."


Quel pourrait donc être l'effet escompté du dénigrement de tout journaliste indépendant en le décrivant comme un "militant gauchiste". Vous seriez pas du printemps républicain par hasard? Mêmes méthodes, mêmes pudeurs de pucelle quand on les leur fait remarquer. Aucune classe.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Argumentum ad consequentiam.

Vous avez l'intention d'user de tous les artifices rhétoriques en usage pour duper l'auditoire? Vous feriez moins pitié sur le forum de Valeurs Actuelles...

Vos âneries sont tolérées sur ce forum, celles des imbéciles sus-cités ne méritent pas mieux comme espace pour s'y répandre.

C'est intéressant ce positionnement ; vos âneries sont tolérées sur ce forum.


Wikipédia


"La soumission est l'acceptation sous la contrainte. Pour qu'il y ait tolérance, il faut qu'il y ait choix délibéré. On ne peut être tolérant qu'avec ce qu'on a le pouvoir (d'essayer) d'empêcher. "


La régulation sur ce forum n'étant pas le fait des participants, mais celui du propriétaire du site, la tolérance est celle du propriétaire du site.


Le fait est que les propos de Zabou29 sont publiés sans que le responsable de publication n'estime indispensable de les entourer du fameux appareil critique destiné à la mise à distance et qu'il est communément désormais admis comme étant le rôle de l'animateur des plateaux télés.


La censure actuelle n'est pas une mise sous silence mais une mise sous la tutelle de l'appareillage dit critique ; il y a ceux qui s'expriment avec l'assentiment de l'animateur plateau et il y a ceux qui s'expriment sous la mise à distance dudit animateur.


La critique de la bien pensence est une critique de ce dispositif dans lequel sont enfermés les débatteurs qui se voient placés d'un côté ou de l'autre de l'appareil critique aux mains de l'animateur du plateau.


Ce qui est inévitable dès l'instant où le système juridique sous-jacent impose une solidarité entre responsable de la publication et locuteur.


Nous vivions sous la censure des délits de presse dont les contours sont si malléables au gré des juges chargés d'en connaitre que les parapluies s'ouvrent au gré des portefeuilles ou des quiétudes.


Nous vivons désormais sous la censure de l'appareillage critique.


Car les hommes sont ainsi fait que placés dans l'impossibilité de prévoir ce qui tombera sous le coup du délit de presse, ils se pressent eux mêmes.


Cela s'aggrave : les groupes de pression ont compris que la justice est hautement perméable à ce qui fait masse, car en l'absence d'un référent universel définissant le propos acceptable du propos inacceptable, c'est bien ce qui fait masse qui fera la part entre le propos acceptable et celui qui ne le sera plus.


Et cela est d'autant plus perceptible que pour faire masse, il ne convient pas de convaincre en masse, mais il suffit de faire pression sur les détenteurs de l'appareillage critique.


C'est ainsi que se construit d'abord la dichotomie entre l'opinion qui s'exprime en public et l'opinion qui se pratique en privé. Certains ne cachent pas le fait que selon eux les mauvaises opinions doivent faire l'objet d'un tabou médiatique.


C'est ainsi que se construit ensuite le glissement depuis la tolérance à la différence vers l'acceptation de la différence : aujourd'hui il ne s'agit plus de tolérer l’homosexualité lorsqu'elle vous dérange, il faut l'accepter, l'assimiler. D'où le fait qu'il ne sera pas du tout bientôt absurde d'inciter les personnes qui ressentent du dégoût pour l'homosexualité à cheminer vers l'acceptation par l'usage de godmichet.

 

Il est possible que l'humour digitale de Michel Onfray traduise une forme de gêne face au rapprochement des corps masculins (encore qu'enculement et fist-fucking ne soient pas une pratique homosexuelle mais bel et bien une pratique sexuelle) voire au mélange des couleurs, mais outre le fait que je trouve malséant de creuser les crânes, je ne vois pas la légitimité de placer sous appareillage critique l'expression de cette gêne qui pour poser une distance n'en appelle pas pour autant à une discrimination.


Construire de la cohésion sociale sur une exigence de tolérance, cela ne semble possible ni pour la droite qui somme l'étrange à s'assimiler (à faire corps), ni pour la gauche qui somme l'autre étrange à accepter (à faire esprit). 


Déconstruire ces postures d'autorité, je le verrais dans le congédiement immédiat de cette dame de France Culture qui se pense propriétaire des ondes dont elle a la gestion et qui énonce sans scyller que Michel Onfray a été beaucoup soutenu.


Pour ceux à qui cela n'a pas fait mal au corps et à l'esprit, ensemble comme séparément, cette dame a le devoir de rendre compte de l'état de la culture en France et son professionnalisme serait de publier les outils méthodologiques qu'elle a élaboré pour accomplir cette tâche difficile de rendre compte de la diversité culturelle dans le temps d'antenne dont elle dispose ; elle n'a aucun droit à soutenir qui que ce soit.


Au lieu de quoi Madame va promener ses goûts sur les remparts de nos vies.



Pasticher Brel pour des possibles brêles est écume de plaisir. J'ajouterai, pour ma part, après l'effet Bansky,  " L'art triomphait de la vacuité des demeures encoffrées."  


Au secours !

Il est tout de même affligeant de constater de temps à autre à quel point "Arrêt sur image" ne décrypte plus... Ce que vous écrivez est du même niveau que Morandini, les fautes d'orthographe en moins.

Il n'est pourtant pas bien difficile de comprendre le coeur du propos de Michel Onfray qui, loin d'être homophobe, applique la formule populaire "se faire mettre" (se faire avoir, donc, et rien de plus) par la démonstration en 4 doigts, puis une main, puis un bras. 

Le philosophe y dénonce les abus et les passe-droits de l'autorité présidentielle. Comment votre article peut-il omettre de le dire et même de l'approuver ?

Sur le rapport de Michel Onfray aux médias, là encore, vous faites preuve d'un réel manque de professionnalisme.

D'abord, la plupart des émissions de rentrée auxquelles Michel Onfray a participé sont antérieures à la publication de son pamphlet.

Ensuite, c'est mal connaître le philosophe que de le croire à l'affût de la moindre exposition médiatique pour vendre. Tout le monde sait que la promotion est une obligation contractuelle imposée par l'éditeur. 

Enfin, oui il y a ouvertement censure reconnue comme telle par les producteurs du "magazine de la santé".

Et puis au nom de quoi la présence répétée de Michel Onfray dans les médias depuis début septembre pourrait-elle justifier une seule censure, qui plus est sur le service public ?

Moi j'ai voté Macron, je ne re regrette pas et je sais pourtant tout le mal que Michel Onfray pense de notre président. Pourtant je ne me sens nullement offensé par ses propos. Je les ai entendus avant que n'émerge la polémique et franchement, j'ai beaucoup ri.

Un dernier mot sur l'Université Populaire de Caen. Je peux comprendre que France Culture souhaite donner la parole à d'autres. Le problème c'est qu'aucun autre que Michel Onfray ne donne autant de son temps pour que l'intelligence collective prenne le pas sur l'aliénation.

J'aimerais qu'Arrêt sur Image revienne à l'essentiel, lise, s'informe, comprenne et décrypte avant de livrer une analyse aboutie à ses lecteurs. Ayez s'il vous plaît l'honnêteté de relire votre article. Vous n'y verrez rien de plus que ce que tous les autres en ont dit sans chercher à comprendre.

Sincèrement,

Patrick

Macron...espece d'enculé !!!!


ps : je n'ai absolument rien contre les gays !

Ça faisait un peu trop longtemps qu'il était à la mode, et comme on sait, la mode, c'est ce qui se démode


Par ailleurs, à l'époque où je me sentais responsable de l'éducation de mes enfants, je les ai toujours mis en garde contre certaines manières de plaisanter qui se révèlent, quand on réfléchit un peu, méprisantes pour les "pédés", les "putes", les "handicapés", etc... Dommage pour Michel Onfray, qui semble n'avoir pas bénéficié de la même incitation à réfléchir à l'arrière plan glauque de certaines métaphores. .

Son AVC a fait plus de dégats que prévu, c'est moche.  :(

L'humour étant réservé à notre président ...... 

(Sans ce ton humoristique ,l'auriez vous retenu?)


L'homosexualité n'est pas le sujet de son texte pourtant  explicite et documenté.


Comme d'habitude, on extrait ce qu'on veut pour arriver à ses fins .

Pour le contenu ,j'attends encore les réactions .

Même asi .....dommage !!


Belle journée à tous ,pour "manu" ,elle commence bien !!

Les AVC peuvent parfois faire de très gros dégâts, malheureusement... d'où l’intérêt des campagnes d'information pour intervenir le plus rapidement possible dès la survenue des premiers symptômes.

Insupportable vidéo, le Point Godwin s'impose immédiatement


Que sont mes amis devenus...

Moi qui était un des premiers fans de Onfray lors des premières universités d'été sur la radio de la Culture Française


et quand je l'entends aujourd'hui déblatérer ses sous-entendus à la mode Collabo avec les accents du passé sur une trame dégueulasse de comparaisons indignes, j'en serais presque à absoudre Macron de toute accusation


Se dire censuré quand on est partout tout le temps, ce serait une preuve de coquetterie si ce n'était si risible


Le cathodique Onfray a des relents de diva vieillissante dont les trémolos se transforment en tremblements


Quel sale temps quand les chefs d'état en sont amenés à twitter chaque jour leur hargne comme d'autres inscrivent des graffitis dans les chiottes publics, quand les "philosophes" transforment leurs lettres uvertes en papier cul

"lol on diré cé des pédés"


Michel Onfray, Philosophe.

une grande perte pour France Culture donc.



Il faut écouter la lettre à Manu plus loin, passer les blagues de collégien sans importance sur la sexualité du petit con, et après c'est plus intéressant: il parle de l'argent non déclaré, de Las Vegas.... des sujets autrement plus brûlants et politiques qui n'ont pas l'air d'exciter ni l'extrême droite ni les avachis soc'dém'!


Onfray aura eu le mérite d'offrir l'illustration parfaite de la dernière chronique d'André Gunthert.


Par contre je ne pense pas qu'il se sente moins censuré après cet article qui, comme tous les autres vus sur le sujet, ne mentionne pas les cinq doigts (affaires de corruption) qu'il reproche à Macron avant d'en faire un poing et de terminer sa métaphore en fist fucking.


J'ose imaginer/ésperer que c'est surtout de cette enculerie qu'est le macronisme qu'il voulait parler, et n'a fait qu'être trahi par son inconscient en tentant d'être drôle, pour le reste (quoique l'inverse soit tout autant possible, en fait, faudrait demander à son psychanalyste).

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.