17
Commentaires

L'Etat, actionnaire de Safran ? Question financière, mais aussi industrielle

La vente par l’Etat d’une petite partie de sa participation au capital de Safran – groupe industriel qui œuvre dans l’aéronautique, la défense et la sécurité – est-elle une bonne affaire ou au contraire le signe que l’Etat brade à tout-va sous injonction de Bruxelles ? Au-delà des arguments financiers évoqués par un internaute du blog de Jean Quatremer, quel est l'intérêt réel, pour l'Etat, de demeurer actionnaire d'entreprises dites "stratégiques" ? Examinons de près les enjeux financiers, mais aussi industriels. Calmement.

Derniers commentaires

Quelques points:
Il existe un rapport tres interessant de la cour des comptes sur l'actionnariat de l'Etat dans les societes d'armerment:
Rapport cour des comptes
Bien sur, aucune des recommendations n'a ete suivi.
Une des idees derriere l'actionnariat de l'etat, est de garder controle sur certaines technologies lie a la securite de l'etat, comme il n'existe pas en France de loi comme l'Exon Florio aux US, qui permet de bloquer des investissements en fonction de la securite nationale [http://en.wikipedia.org/wiki/Exon%E2%80%93Florio_Amendment]
Ou l'on apprend au passage que l'Agence des Participations de l'Etat a perdu son vote double specifique dans SAFRAN, suite a un oubli, et que n'importe qui, ayant des actions inscrites au nominatif benificiant d'un vote double, l'Etat n'a plus vraiment la main dans SAFRAN.
J'aimerai bien savoir ou ont ete investies les parts vendues en 2013, part qui vendues pour 1.3mrds, en vaudraient 2.1mds a present.
J'aimerai bien savoir combien ont ete paye Bank Of America et Citigroup quand ils se sont occupe du placement en 2013.
Le communique de l'Etat cite que la vente va "contribuer à l’effort de désendettement et réinvestir dans des entreprises"
J'aimerai bien savoir lequel des deux objectifs prime sur l'autre.
Se desentetter en vendant des actifs qui rapportent plus que le taux d'emprunt etant idiot, j'imagine qu'on va reinvestir, mais ou ?
Je voudrais juste revenir sur le pourquoi l'état vend des "bijoux de famille"? ben c'est à cause de la fameuse dette publique! et qu'est ce qui est la cause de la dette publique...?
Je viens de lire "la dette publique, une affaire rentable" de André-Jacques Holebecq et Philippe Derudder et bien d'après eux (graphiques à l'appui) c'est essentiellement dû aux intérêts que l'état doit payer aux banques privées pour emprunter!! autrement dit si les politiques n'avaient pas pris la décision en 1973 (et sans consulter les citoyens bien sûr, manquerait plus que ça!) que les banques centrales ne pouvait plus prêter directement aux états sans intérêts et bien on n'aurait pas de dette ou une dette beaucoup moins importante. Si on rajoute à cela une lutte contre l'évasion fiscale ultra light et aucune volonté politique des gouvernants d'arrêter l'optimisation fiscale, on voit bien pourquoi on a une telle dette aujourd'hui!
Anne-Sophie, à quand une émission sur la création de la monnaie qui est le noeud du problème? est ce vrai que c'est essentiellement à cause de ces intérêts que l'on en est là?
Si c'est bien le cas il faut le dire, le répéter, le diffuser faire un mantra du "retour de la souveraineté de la création de la monnaie (scripturale) aux états (Europe...) sans intérêts, lutte active contre l'évasion fiscale et suppression de l'optimisation fiscale" au lieu d'entendre en permanence dans les média ou chez le PS/UMP "on est en faillite, y a plus d'argent, on a vécu au-dessus de nos moyens..."
Ah oui, j'oubliais, vous savez à quel rang mondial on est pour le nbr de millionnaires? 3ème! et il parait même qu'on passerait 2ème devant le Japon d'ici 2019...on voit bien d'où vient le problème.
Pas de rapport avec cet article, mais comme c'est Anne-Sophie Jacques qui signe aussi le Vite Dit de 16H57 :
Le canular dont a été victime la police (comme vous dites, Anne-Sophie; mais Enora Malagré l'est aussi un peu, victime, non?) rappelle celui dont la police (et votre confrère Pierre Haski) avait déjà été victime il y a quelques mois.
N'aurait-il pas été utile de rechercher si Enora Malagré pouvait pour une raison ou une autre avoir irrité le dénommé Grgory Chelli , alias Ulcan?
Anne-sophie, pourquoi ne pas déjà commencer par se demander pourquoi l'état avait ces parts de SAFRAN, et s'il y avait des raisons à cela, qu'est ce qui a changé et qui fait que ces raisons étaient valables avant et qu'elles ne le sont plus désormais ? Faire un historique des relations de l'Etat avec SAFRAN pourrait nous éclairer.

A la base, j'ai cru comprendre que l'état n'était pas un spéculateur et qu'il n'investit pas dans une entreprise pour faire de l'argent, qu'il a bel et bien d'autres motivations.

L'approche purement spéculative de votre lecteur du blog de Jean Quatremer ne répond aucunement à ces questions.
Fondamentalement, privatiser les entreprises de matériel militaire conduit à renoncer à l'indépendance nationale dans ce domaine. Et donc à se soumettre à la bonne volonté de nos amis américains.
Et donc à nous lier pour toujours à l'OTAN.
Ciel! Le doute m'habite : et si c'était aussi un des buts du jeu?
C'est bizarre qu'on n'entende jamais parler de la destruction d'emplois (j'ai lu 30% quelque part) suite à la "privatisation" des autoroutes. Il n'y a plus personne aux péages et même les équipes d'intervention ont été "allégées". Un cahier des charges au moment de la vente aurait été bienvenu!
Par ailleurs l'obsession de Bercy de faire du "cash" en vendant des "bijoux de famille" qui rapportent est complètement contraire à une gestion à long terme (mais le long terme en politique...). On voit la vente d'immeubles qui permettent de payer ... un an de fonctionnement d'un service. Ensuite on loue très cher. C'est du grand n'importe quoi.
Merci beaucoup pour cet excellente mise au point ! Comme l'ont souligné certains, ce n'est pas qu'une question de pognon cette affaire. Mais aussi de pouvoir. De pouvoir décider d'orienter les dépenses en armement et en infrastructures militaires selon les intérêts de l'Etat. Et la vente de part d'une entreprise dont le coeur de métier dépend de la prérogative la plus régalienne d'entres toutes n'est pas une mince affaire.
Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles ou correspondant de la commission européenne à Libération ?
Petit remarque en passant, l'efficacité des moteurs d'avion est déjà réalisée depuis longtemps contrairement à l'automobile. Du fait, de la nécessité de monter en altitude ( activité très énergivore puisqu'il faut optimiser le poids de carburant en rapport avec l'altitude et la distance parcourue) les avions ont depuis longtemps atteint les plafonds en terme d'efficacité énergétique en ce qui concerne les moteurs. Du coup, la rengaine sur l'efficacité énergétique du transport aérien est juste une blague puisque le problème de l'avion est juste qu'il vole. Il doit rester peut-être 1 ou 2 % à grappiller mais à des coûts techniques exorbitants. Pour être écolo avec l'avion, il faut surtout s'abstenir de le prendre puisque la consommation moyenne par passager est la même qu'un SUV par km parcouru ( 7-8 l /100 km )
Il paraît que le FLNC serait actionnaire d'AREVA; vous confirmez ?
Rhoooo
Pire que moi!
l'ETA actionnaire de Safran, comme vous y allez !
C'est pas de l'huile que vous jetez sur le feu.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.