L'Etat, actionnaire de Safran ? Question financière, mais aussi industrielle
Éconautes
Éconautes
chronique

L'Etat, actionnaire de Safran ? Question financière, mais aussi industrielle

La controverse sur les "bijoux de famille" souligne l'absence de débat parlementaire

Réservé à nos abonné.e.s
La vente par l’Etat d’une petite partie de sa participation au capital de Safran – groupe industriel qui œuvre dans l’aéronautique, la défense et la sécurité est-elle une bonne affaire ou au contraire le signe que l’Etat brade à tout-va sous injonction de Bruxelles ? Au-delà des arguments financiers évoqués par un internaute du blog de Jean Quatremer, quel est l'intérêt réel, pour l'Etat, de demeurer actionnaire d'entreprises dites "stratégiques" ? Examinons de près les enjeux financiers, mais aussi industriels. Calmement.

Alors là, non. Ne comptez pas sur moi pour remettre une couche d’huile sur le feu déclenché par le patron avec sa chronique sur la vente des actions de Safran et qui a déclenché la fureur de Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles. Limite je rechigne à vous résumer l'affaire. Le dernier épisode sur ce site est disponible ici et la réponse de Quatremer . D’autant que la question de départ posée par le tenancier de ces lieux et lancée la veille par François Lenglet sur France 2 est toujours en suspens : oui ou non l’Etat a-t-il bradé les bijoux de famille en cédant une nouvelle fois ...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Trump juge Macron "insultant" ? Il aurait dû écouter Europe 1...

Ou comment une citation sortie de son contexte suscite la polémique

Programme Mélenchon : sueurs froides des marchés... ou des médias ?

Le débat sur l'avenir de l'euro (une fois encore) occulté

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.