20
Commentaires

Les télés et la grippe : alerte rouge, tout va bien !

Tout ça pour ça ? Le 25 avril, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé déclarait qu'une épidémie de grippe dite porcine était "une urgence de santé publique" et "d'intérêt international". Dix jours après, le bilan des victimes est, heureusement, mince : 1516 personnes touchées dans le monde, 29 morts au Mexique et deux aux Etats-Unis. En France, un cinquième cas a été annoncé le 6 mai, mais aucun n'est considéré comme dangereux. Pourtant, durant quinze jours, la télévision, la radio et la presse écrite n'ont pas laissé passer 24 heures sans traiter de l'épidémie comme d'une urgence nationale, mêlant inextricablement

Derniers commentaires

Hormis une théorie du complot et autres manigances de tous poils, sans nier les risques d'une pandémie virale de ce type, quand une crise financière majeure nous colle aux baskets, une petite grippe mondiale ne serait-elle pas la bienvenue ?

De façon consciente et même inconsciente, ne serait-il pas humain d'en profiter ? On a moins de remords à poursuivre une politique libérale en protégeant la population d'une maladie grave plutôt qu'en essayant de rendre cohérente une situation économique inexcusable.
Attendons-nous à des palanquées d'alertes en tous genres:
Semer la psychose, faire tomber le trouillomètre à zéro dans la populace, cela semble devenir du dernier chic, en matière de gouvernance...
Si en plus, ça permet aux copains (et aux copains des copains...) de se remplir les poches, alors pourquoi se gêner?
Que Viva Mexico !!!
C'est quoi cette une de Libé ?
C'est vous qui l'avez faite ? Retouchée ? Remise en page ? C'est un montage ?

Le code-barres laisserait volontiers penser que vous avez scanné la une d'un journal papier ... mais pourquoi les lettres du gros titre en blanc sur fond noir sont-elles coupées, comme si des lignes se chevauchaient ?
Pourquoi voit-on le haut d'une saisie d'écran en bas de la page de une ?

J'adore qu'on dissèque, mais faut tout remettre en place à la fin de l'opération ;-)

Elle a été faite comment cette image ? Elle vient d'où ?
Trés intéressant comme article, où le mécanisme médiatique montre sa capacité à s'emballer tout en ayant conscience qu'il n'y a pas de quoi s'emballer (encore), et où on voit que la mise en place d'une 'gouvernance mondiale' progresse, petit à petit (à chacun de voir si c'est une bonne chose ou non).

P.S. : cher Dan Israël, vous avez fait une supeeêêrbe faute de frappe, car oh combien pertinente :
[quote=Dan]Le gouvernenement, rassurant ou anxiogène ?


Complètement neuneus, ça, y'a pas de doute !
La question est toujours la même, cher Dan (bravo pour cette chronique très documentée) :

À qui profite le crime ?

En réalité tout organisme financé sur deniers publics a une tendance irrépressible à augmenter ses effectifs et à accroître son pouvoir…

4.000 agents dont 1.500 administrateurs, une vraie armée mexicaine !

Ce qui pose le problème de la justification des salaires : vu qu'ils se foutent comme d'une guigne des vrais problèmes : cancer, sida, paludisme, faim, eau non potable… il faut bien, une fois de temps en temps qu'ils fassent semblant de servir à quelque chose, qu'ils espèrent la pandémie massive qui ferait d'eux des héros, qu'ils l'annoncent, qu'ils fassent trembler le monde (les couillons surtout, mais il y en a tant !)

De plus ce sont des gens précis, il n'hésitent pas à affirmer “qu'entre 15% et 71% des femmes dans le monde ont été victimes de violences physiques ou sexuelles commises par un partenaire masculin intime à un moment ou à un autre de leur vie.” Même 1% ce serait ignoble (plus de 3 milliards de femmes, ça ferait déjà 30 millions, autre chose que le rhume du goret !)

La preuve par ICI

Au fait, c'est plutôt 15% (450.000.000) ou plutôt 71% (2.130.000.000) ? Parce que ce n'est pas tout à fait la même chose : 450 millions ce sont de menus incidents isolés, 2 milliards et plus ça commence à être légèrement inquiétant !

En tout cas bien davantage que les éternuements de quelques gorets virussés !

P.S. : Remarquez au demeurant qu'ils prennent des risques : l'option tout confort c'est : “entre 0 et 100 %”, parce que si c'est, en fait, en dessous de 15% ou au dessus de 71% (ce qu'à Dieu ne plaise) ils passent quand même pour des cons !

***
Concernant la Une de Libé, je ne suis pas certain de la nationalité des touristes en question, mais s'il s'agit de japonais, alors il n'y a rien d'extraordinaire. Ils portent les mêmes masques à Tokyo quotidiennement (pas tous, n'exagerons rien), par habitudes sanitaires.
Le pire c'est pour Atchoum, le pauvre il doit être en quarantaine avec le H1 des nains.
Quand dans les médias on nous dit que la grippe n'est pas si virulente que ça, alors même que nos dirigeants mettent en place des mesures exceptionnelles pour les voyageurs revenant du Mexique, ou ceux suspectés d'avoir la grippe A, il y a un problème de cohérence qui n'aide pas à inspirer confiance.
Lorsque vous avez eu votre dernière grippe, vous a-t-on mis à l'isolement dans un hôpital ? Vous a-t-on sommé de mettre un masque pour protéger votre famille ?
D'un autre coté, la grippe aurait été virulente, comme l'avait laissé pensé les premiers chiffres, cette anticipation n'aurait pas été du luxe. Mais ce qui est critiquable, c'est ce sur quoi la campagne médiatique a porté.
On n'a pas besoin de voir la tronche de la ministre tous les jours. On a besoin d'informations sur le comportement à avoir au cas où.
Donc savoir reconnaitre les sympômes, agir en conséquence, se protéger et protéger les autres.
Voilà de quoi on avait besoin. Pas besoin qu'on nous disent "qu'on est prêt". Mais comment on est prêt.
En cas d'épidémie, comment on s'organise. Y-a-t-il un plan d'action à différentes phases ?
On sait nous faire des encarts pour vanter les mérites d'une action gouvernementale, et pour une crise sanitaire, que dalle ?
Alors ces infos - qui étaient celles qui auraient pu nous rassurer en confirmant qu'on est prêt (genre à partir de tant de personnes touchés, on fait ci, on recommande ça, dès que vous êtes malade vous faites ça) sont apparues ici ou là, noyées dans le plan médiatique : "on est prêt, tout va bien je vais bien, même pas peur" du gouvernement.
Bref encore une crise hyper mal gérée. La relation de confiance, c'est primordial dans la gestion d'une crise sanitaire. Et là, c'est loupé de chez loupé. Encore une chance que le virus ne soit pas si virulent qu'attendu. Parce que nos champions de l'avancement au mérite, mériterait bien quelques coups de pieds où je pense. Quand on est dans leur position, on n'a pas le droit de ne pas assurer. Et là franchement, une fois de plus, ils ont été nuls.
Le français n'est jamais content. Y a pas que lui dans ce cas là. On lui annonce un virus potentiellement virulent, il n'y croit pas, préfère vivre tranquille, on lui annonce que finalement le virus n'est pas trop virulent, il ne s'en réjouit pas, et préfère pointer son nez sur ces médias vecteurs de fléaux nationaux. Personnellement ça me réjouit que l'humanité ait gagné un peu de surci, j'ai l'impression d'être le seul. Et puis ça tombe bien, l'Egypte a abbatu tous ses porcs, une belle occasion de parler des islamistes plutôt que de parler des risques liés au H5N1, qui a fait 20 morts cette année la-bas, et des recombinaisons éventuelles du virus.
Une affaire en or ce virus, qui complaît à tout le monde, ceux qui veulent un complot permanent et un emballement médiatique, comme ceux qui veulent y voir un succès des coordinations mondiales des mesures de prévention.
La grippe mexicaine expliquée dans les médias français, c'est la douche écossaise.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.