122
Commentaires

Les sept journalistes du pouvoir socialiste

Ils sont sept. Sept journalistes à s'être laissé tenter par l'aventure politique depuis l'élection de François Hollande. C'est plus que lors des autres élections. Signe de la paupérisation de la profession ou connivence toujours plus grande des journalistes avec les politiques ?

Derniers commentaires

Etonnant aussi, le cas de Pierre-Henry Brandet, ancien journaliste sportif à France Télé (Tout le Sport notamment) devenu porte-parole du ministère de l'Intérieur sous Sarkozy et toujours en place actuellement ! Comme si défendre la politique intérieure actuelle était la même chose... #magiedelacomm'
Mon message était liée au sujet de l'article.
On peut aissi citer le cas de Michel Soudais, journaliste à Politis et membre du parti de gauche chez Jean-Luc Mélenchon.

Mais bon.. on en parle un peu moins de ça.. voire pas du tout.

Bonne soirée,

Klérian
Je reprends le lien proposé par Tigrou dans un autre sujet, la dernière interview de Pierre Carles filmée par Solitudes. 45 minutes et une foule de sujets intéressants abordés dont internet et les médias alternatifs, ainsi qu'une réflexion originale sur le "conspirationnisme" qui sort des sentiers archi-rabattus.
A voir !
Quand vous dites qu'un tel mouvement est habituel, inclue-t-il l'arrivée de la droite au pouvoir, ou peut on interpréter ces transferts comme un des marqueurs du fait que la profession, hors éditorialistes, penche à gauche ?
Tous les autres sont neutres, objectifs et irréprochables !
Ils ne sont pas très futés ces journalistes de gauche sic ..ils devraient prendre exemple sur la posture des Apathie FOG Barbier Duhamel Catherine Nay, G Roquette, D Seux JM Sylvestre, J Pierre Pernaut et consorts...., rester en place des années pour mieux défendre des idées , de bonnes vieilles idées de droite que l'on peut rabacher jusqu'à plus soif ...en même temps peut-être que ces aventuriers de la presse sont vraiment de gauche et vont pouvoir réexpliquer ce que signifie ce terme aux gens qu'ils sont censés conseiller, on peut rêver non....non vous avez raison

allez je retourne lire Fakir

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Cet article est intéressant, mais j'en retiens surtout ce scoop :

"l’arrivée de la gauche au pouvoir"
==> La gauche ??? Le PS, ce parti de centre-droit, serait donc en fait de gauche ! A moins de vouloir faire de la propagande pour ce parti, il aurait été plus juste d'écrire "l'arrivée du P.S au pouvoir"...
Pour la connivence, il suffit de regarder les 10 premières minutes des nouveaux chiens de garde et on a compris.
Quant à la paupérisation de la profession il convient dans un intérêt journalistique de s'en réjouir. Quand les plumitifs devront torcher un article sur les pauvres, ils n'auront plus à se déplacer chez les indigènes en banlieue pour interroger de vrais pouilleux avec des morceaux de pauvre dedans et n'auront plus qu'à s'asseoir et écrire sur leur propre condition.
Gain de temps, d'efficacité, d'objectivité, réduction de frais de déplacement inutiles, le journalisme en sortira grandi !
Sylvie-Pierre Brossolette, ex Directrice adjointe d'un brûlot gauchiste bien connu : Le Point, présentée comme la chroniqueuse de droite sur Radio France dans ces stériles "duels", et nommée par Barto au CSA, je trouve ça surprenant. A l'agenda du CSA, il y a le rapprochement avec l'ARCEP ; vu que la télé passe par internet, ça semble logique. Pourquoi la désignation d'une idéologue conservatrice qui brille par son absence totale de prise de position dans le débat sur les nouvelles techno en lieu et place d'un honnête technicien du numérique ?
La compagne du chef de l'Etat, elle-même journaliste, a tissé des liens étroits avec ses confrères et ses consoeurs. C'est donc tout naturellement qu'elle a confié la direction de son cabinet à l'un de ses semblables.

J'espère qu'en premier les juges de la Cour des comptes seront saisis. Il ne faut pas exagérer !

Elle peut se surnommer comme elle l'entend (comme le ferrai une personne très, très saine d'esprit le fait), mais l'argent des autres ne sert pas à l'entretenir !

C'est une honte de se servir de l'argent public et pour cela. Aux dernières nouvelles, rien de la Constitution de notre République ne l'autorise - au cas où François l'aurait oublié, son mandat n'est que temporaire... et qu'il ne vienne pas donner la moindre leçon. Même pas à Depardieu ou Poutine.
Du journalisme à la communication il n'y a qu'une miette, de la communication à la propagande il n'y a qu'un pas.
Est-ce ce pas-là qu'ils franchissent ainsi?
Faut-il y voir la marque que le journaliste s'est réduit dans ses compétences à la part qui est plus de l'ordre du mensonge que de la recherche de la vérité? Autrement dit, est-ce l'apothéose d'une carrière ou une planque de fin de carrière? Dans le premier cas on est porté à croire que le journalisme n'est plus reconnu que comme communicant. Dans le second cas, un léger frémissement, comme une onde de scandale, que je stoppe immédiatement mieux vaut se préserver... On use de la salive de forum pour rien. Cabinet de Trierweiler.., c'est son amant j'espère le gars, sinon elle me déçoit, si ça continue je l'oblige à épouser Ségolène Royal pour l'exemple.
On aimerait espérer que les politiques veulent augmenter le côté documenté et la clarté de leur communication, pas seulement qu'ils cherchent des gens aptes à rénover la façade en manipulant de l'opinion publique à coup de taloche de plâtrier. Mais on peut pas.
Euh... suis pas certain de comprendre le lien :
Les journalistes se mettent au service de politiques --> "paupérisation de la profession" et "signe des temps compliqués que vit la profession"

Vous voulez dire que la profession de journalistes est constituée de personnes tellement pauvres et précaires qu'ils ne leur reste plus que la politique, parce que le journalisme ça ne paye pas ?
Moi pas comprendre.
Encore une ! C’est la sixième. La sixième journaliste à quitter son poste pour rejoindre un politique depuis l'élection de François Hollande. Cette huitième, ...

Cette journaliste peut donc dire: "Nous partîmes 600, mais par une prompte erreur, ASI nous vit 800 en arrivant au port!"

EDIT: vous avez été rapide pour corriger ça !
Voici l'heure de la chronique d'Odile de Ré, debunker en orthographie comportementale et vigie des médias contre toute forme de sectarisme évolutif.

"Quoiqu’il en soit, l’arrivée de la gauche au pouvoir a visiblement suscité des vocations nouvelles."
Qui a fait son coming out ? Sources ?

"Six journalistes à s'être laissé tentés"
Règle sexiste de primauté du masculin; pourquoi pas "laissées tentées", tout simplement ? Le féminin n'est bon qu'à faire le ménage, c'est ça ?

"Elle l’est demeurée jusqu’à la fin"
Demeurée, quelle formulation - mais qu'est-ce que l'intelligence, je vous le demande ? Le QI, le QG, le GQ ?

"Le problème est que cela jette le doute sur l’ensemble des journaliste"
Tout à fait, il devient de plus en plus difficile pour l'ensemble de Franz, Olivier et Giesbert d'exercer leurs métiers convenablement, terni et souillé par la répugnante réputation que lui vaut la légèreté de ses - prétendus - confrères.
Le journaliste est-il astreint à l'ascèse déontologique en cas de perte d'emploi ? Il ne pourrait, pour satisfaire les règles non écrites de la profession, qu'accéder qu'à des travaux des champs ou se reconvertir dans la métallurgie ?
Allons, un peu moins de rigidité ! Les hommes et femmes de cette profession comme de toutes les autres sont faits de chair qu'il faut nourrir et leur rôle est de vendre leur force de travail et leur talent. Alors, précipitons nous où la gamelle est la mieux remplie ?
bon article
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.