123
Commentaires

Les reporters du Petit Journal doivent-ils avoir la carte de presse ?

Le Petit Journal de Canal+ est la cible de critiques depuis quelques semaines, accusé par l'équipe du candidat Jean-Luc Mélenchon (notre article ici) et celle du ministre des Sports David Douillet (notre article ici) d'avoir manipulé des images. Eric Coquerel, conseiller de Mélenchon, justifiait auprès d'@si son refus de laisser entrer le Petit Journal dans une réunion avec des chômeurs. Il ajoutait que "Le Petit Journal a des cartes de presse, leurs journalistes ont donc eu accès à la conférence de presse et au meeting (...)".

Derniers commentaires

bonjour,
et bien avec la participation roulage dans la farine de sarkozy, et l'absence démonte hollande, je crois que le petit journal à montrer son camps et pour qui, il roule.
je crois et pense qu'un journaliste doit rester et être impartial, assurer un traitement équitable... bref, avoir une déontologie.
ne pas en avoir, fait le courtisant ou le bouffon, pas le journaliste.

korri
Que ce soit le petit journal, ou plus globalement, canal+, ils sont clairement identifiables, politiquement !
Ce n'est pas la carte de presse qui fait le (bon) journaliste ! Ca se saurait...
Cependant, il est important que la CCIJP soit vigilante et revienne à des fondamentaux.
http://www.lemonde.fr/m/article/2012/01/27/yann-barthes-l-interview_1634766_1575563.html#ens_id=1635764

C'est moi, ou cette itw est plutôt complaisante ?
Bonjour,
le thème a peut etre été déjà abordé, désolé si c'est le cas, mais on pourrait étendre la question:
-les "journalistes" qui acceptent d'etre choisis par le président de la république pour une interview méritent-ils d'avoir une carte de presse,
-idem pour les embedded ?
-Qui fait partie de la commission d'accreditation des cartes de presse, par qui sont-ils financés ?

Merci de votre éventuelle réponse.

Christophe






PS: je sais que cela n'a rien à voir, mais où est passée l'emission la "ligne jaune" ?
Un article intéressant sur Agoravox :

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/la-petite-claque-bien-meritee-au-108544
Putain ça me rappelle la guéguerre avec Acrimed...

Allo ? Vous êtes dans le même camp !!!

Le Petit Journal, le Front de gauche, Acrimed, ASI, vous faites de la critique des médias, plutôt à gauche.
Alors faudrait relativiser vos critiques...

Certes, Le Petit Journal c'est moins bien qu'Acrimed. Mais cela reste 1000 fois mieux que n'importe quel journal télévisé, n'importe quelle information télévisée. Ils ont réussi à faire de la critique des médias drôle, directe et très bien vulgarisée, et c'est déjà pas mal !

ça devient même carrément lamentable et pitoyable quand on évoque de leur retirer leur carte de presse.
Que devrait-on envisager alors pour les Roufiol, Mougeotte, Duhamel, Aphatie, Giesbert, Sylvestre, Val, Barbier, Joffrin qui désinforment sciemment depuis des décennies !!!???
On a apparement bien reçu le message au Petit Journal ...
Vu dans le générique de fin (dans lequel il y a souvent des private jokes) : "Théodore Bourdeau carte de presse N°110848"
Source
Sujet de l`attribution des cartes de presse a creuser, les questionnements et pratiques entre appercues attisent ma curiosite.
Le Petit Journal est comme une montre cassée, qui donne l'heure deux fois par jour.

http://anthropia.blogg.org
Je soutiens le Petit Journal qui a toujours été un peu bi sur les bords après ses débuts comme "Petit Journal People" évoluant en "Petit Journal de l'actu politique"... C'est une démarche qui leur sera toujours reprochée.
Je les soutiens à fond, même si on est en train de les "People-iser" .... parce qu'à partir du moment où une remarque ou une incohérence est notée par Yann Barthès & son équipe, elle est forcément reprise soit par un comique sur Inter soit par un journaliste sur chaînes publiques ou privées ... ils ont "vulgarisé" la connaissance des éléments de langage politique et donne sous le trait humouristique les coulisses du ttt de l'info... et je pense au public qui n'a même plus accés à l'éduc civique (bref j'parle du pré-ado à l'adulescent en passant par la génération Y, sans être péjorative et en parlant en gros de la jeunesse telle qu'on nous qualifie aujourd'hui). Aussi c'est eux qui ont remis au goût du jour la comparaison en images de la répétition des discours politiques (procédé repris par ts les programmes d'info, même sur France 2)... Y'a tant d'exemples, peut-être que leurs avocats mettront en avant car ils doivent conserver leur carte de presse. Ils font grincer les dents , et sont d'utilité publique jusqu'à preuve du contraire.
"L'info, c'est de dire qu'il a répondu aussi sans l'aide de son conseiller. Le Petit journal n'a montré qu'une partie de la réalité".

Eric Marquis devrait alors nous dire si la presse "normale", qui ne nous montre jamais les conseillers, ignorant donc elle aussi une partie de la vérité, pourront renouveler leur carte de presse.

Au-delà de ses travers et de son humour parfois facile, Le Petit Journal a le mérite de montrer ce que tous les médias (hors ASI) passaient sous silence depuis des décennies : la mise en scène croissante de l'information par ceux qui la font.

M. Marquis semble vouloir faire payer au Petit Journal le fait qu'il se soit affranchi des règles non-écrites auxquelles se plient facilement les médias français, exposant au passage les travers de ces derniers. Et c'est peut-être cela ce qui gêne réellement la commission de la carte.
Faux problème. Le nombre de responsables politiques que j'ai rencontrés et interviewés sans avoir la carte de presse...
La bonne question me semble-t-il est "a quoi peut bien servir au carte de presse ?" Et surtout "Pourquoi ca existe ?" Ca ne donne plus le droit a diminuer les impôts (voir les post plus haut car l'article ne donne aucune info sur l'utilité d'une carte de presse). C'est quoi ? une médaille en chocolat ?

Cette médaille en chocolat et le la ristourne sur les impôts me paraissent être des choses injustifiables. Cela rend les journalistes dépendants du pouvoir (je veux mon susucre en carte de presse, je veux mon abattement fiscal).

Je trouve cela triste que l'article ne pose même pas la question dans son article. Je trouve qu'ASI voit de plus en plus les choses au raz des pâquerettes, des réaction a chaud sur l'actualité (beurk), fini les réflexions de fond et globales sur un sujet.
C'est pas parce que le petit journal est en train de devenir de la merde qu'il ne faut pas perdre de vue qu'on arrive en période d'élection et que sarkozy a dit plusieurs fois que cette émission et d'autres (ce soir ou jamais, par exemple) le gênaient. Tout les moyens sont bons...
On est à la limite du dégueu de la part d'@si ou je me trompe?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

Voltaire.
sur le plan déontlogique il est urgent que la question se pose.Nous en avons assez de voir se détruire notre bien commun c'est à dire l'info
le petit journal doit aller faire ces pâtés et ces châteaux de sable sans usurpé l'identité de journaliste .
ce sont de piètres comiques!
@ Laure
Si le Petit journal n'a plus de carte de presse, cela veut dire que leurs reporters ne pourront plus être accréditées, et ne pourront donc plus suivre de responsables politiques…


J'apprécie beaucoup la rigueur de votre travail en général, mais là, je tique fortement. Depuis quand faut-il avoir une carte de presse pour être accrédité à ci ou à ça ? J'ai travaillé des années -en presse écrite- sans la carte et le fait de l'avoir n'a strictement rien changé à ma pratique: il n'y a que dans l'oeil des employeurs potentiels que je démarche que ça change quelque chose.

Que la carte puisse être utile à un journaliste qui veut se faire accréditer par l'Elysée ou être "embedded" pour une campagne électorale, admettons. Mais pour suivre des meetings, des conf de presse etc, nul besoin. D'ailleurs l'argument de l'équipe de Mélenchon consistant à dire "comme ils avaient des cartes de presse on ne pouvait pas leur interdire l'accès à la conférence de presse" m'a bien fait rigoler par sa mauvaise foi...

Sans rire, Laure, combien de fois, quand vous appelez des gens pour enquêter ou pour les inviter sur le plateau, combien de fois, quand vous dites "Je suis Laure Daussy, je travaille pour le site Arrêt sur images...", vous demande-t-on "Vous avez la carte de presse ?" ou "Quel est votre numéro de carte de presse ?"...
On voit un montage d'une minute dans lequel il se penche toujours vers son conseiller, et hésite beaucoup. Ce n'est pas de l'information. L'info, c'est de dire qu'il a répondu aussi sans l'aide de son conseiller. Le Petit journal n'a montré qu'une partie de la réalité.

Apparemment, environ 95% des journalistes ne vont pas avoir leur carte de presse renouvellée cette année... ;-)
Pour moi la réponse est simple : "est-du divertissement ou de l'information ?" Clairement du divertissement, l'information il n'y en a pas, c'est même de la désinformation sur certains sujet. Donc de l'humour oui, qu'ils puissent s'exprimer oui bien sur, mais carte de presse non.
"Le problème, c'est qu'il n'y a pas de définition officielle de ce que sont les tâches du journaliste. On peut le définir comme une recherche d'info, avec vérification, mise en perspective."

La commission de la carte d'identité des journalistes professionnels n'a pas defini la profession pour laquelle elle se porte garante et "protectrice" ? Est-ce une erreur ? Une aberration ?
C'est une excellente question à poser et M. Marquis semble être très clairvoyant à ce sujet.
Wtf?
La carte de presse au canard, ça peut se discuter, ça ?
C'est pas un peu le dernier journal papier qui sort des affaires?
Monsieur Yann Barthes , mélange tout , la politique c'est du sérieux et le journalisme c'est du sérieux aussi.
la séquence ou il nous explique que ces reporter sont boycotter:
boycotter ? il le dit une fois et puis basta.
comme ce n'est pas assez on a le droit un reportage noir et blanc et voix off style année 50 , année ORTF.
c'est ça être journaliste ?
le Petit doivent-ils avoir la carte de presse ? ...non !
la politique c'est du sérieux et le journalisme c'est du sérieux aussi.
Dans le Petit Journal de ce soir, une séquence traitait du premier meeting de campagne de Nicolas Dupont Aignan (NDA).
A un moment donné, Barthès présente NDA annonçant, pendant son discours, ce qu'il considère comme le point essentiel de son programme : reprendre le pouvor de création monétaire des mains des banques privées. Dans la foulée, Barthès propose d'écouter les réactions des militants soi disant après le discours, pour bien évidemment se foutre de leur gueule avec un sujet un peu compliqué dont ils n'auraient pas forcément saisi tous les tenants et aboutissants, même après les explications de leur candidat. Or il se trouve que les réactions de ces militants ont été filmées avant le discours. J'ai assisté au meeting et j'ai vu, de mes yeux vus avant d'entrer dans le théâtre , l'équipe du Petit Journal intorroger l'une des dames que l'on voit à l'écran, soi disant, après ce fameux discours, prend-il la peine de précier. La chronologie a donc été trafiquée, l'interview de cette dame ayant été réalisée au moins 2 h avant que soit abordé le sujet.

Certes, c'est un exemple relativement mineur sans caractère de gravité surtout pour une émisison satirique. Mais comment être sûr du reste si, pour coller à leur "scénario" ils n'hésitent pas à trafiquer la chronologie ? Ce n'est certainement pas la conception que je me fais du journalisme.
LA réponse sur les journaliste people montre une certaine partialité de l'institution non ? Il me semble bien que ces derniers entrent dans les 2 propositions de sleepless...

Le point n'est-il pas dans la sanction - qui en serait bien une en cas de non renouvellement de carte - de personnes qui montrent à tous (pour des raisons peu ou pas toujours louables certes) ce que les autres vrais et grands journalistes cachent ... par habitude, peur, respect des codes, absence de critique ou complaisance (...) plutôt que dans le respect ou l'irrespect - avéré à certaines occasions répétées - des fondamentaux du métier par les journalistes du PJ ?
Parce qu'il faut être "encarté" pour être journaliste ?
Bonjour
Détrompez-moi, mais il me semble que la carte de presse est aussi un avantage fiscal. Mais vu par des employeurs c'est aussi une "rémunération indirecte" de l'état (c'est nous) vers les journalistes . Je ne serais pas étonné que la majeur partie de cette avantage leur est pompée. Car la précarité existe aussi dans la presse. Mieux,à Canal+ ça fait le guignol moins cher, plus de pubs donc des c.......s en or assurées.
Il y a une injustice dans tout cela : on peut retirer leur carte de journaliste aux membres du petit journal et les empêcher de nous faire rire (ou nous énerver au choix ) mais on ne pourra pas retirer leur carte de "comique" aux hommes politiques, journalistes et autres Peoples qui continuerons à inonder nos journaux.
Mais... ça ne vous dérange pas plus que ça que des journalistes soient menacés de se voir retirer leur carte car ils ne font pas leur job comme certains le voudraient ? Et même, quel est le devoir de la charte de Munich qui n'est pas respecté par le Petit Journal ?
Sur le cas Douillet, c'est une blague. Que Monsieur Douillet aie du mal à répondre aux questions est un fait. En cela, les journalistes ont parfaitement de le dire, et ils ne travestissent pas la vérité en s'en tenant là. L'information n'est pas complète ? La belle affaire, c'est bien le principe du journalisme que de prendre un angle, et de l'assumer.

Oui, on a le droit de ne pas aimer le petit journal, de considérer ses informations comme sans importance, de boycotter ses journalistes même. Mais dire qu'ils ne sont pas journalistes, c'est ahurissant.
En même temps, le petit journal est rudement efficace pour dénoncer les petites et grosses hypocrisies des hommes politiques. Ils sont quand même les seuls à faire des champ-contre-champ, des recherches dans les archives, mettre côte à côte les discourt des un et des autres.

Rien que Vendredi dernier, ils zooment sur la feuille de Hollande avec écrit dessus:"Élements de langage". Et Aubry, interrogé par le petit journal, sort: qu'il n'y a pas d'élément de langages, mais qu'elle et Hollande discutent. C'est magnifique.

Après je veux bien croire qu'ils brodent ou montent en épingle de broutille, voir torde la réalité. Et qu'il s'offre un Mélenchon-ORTF ou un Douillet-Benêt sous prétexte qu'ils font du divertissement...

Après, il est clair que sans carte de presse, ils sont mort.
J'me demande comment ça marche aux US pour les mecs du Dailyshow. En tous cas peu importe leurs autorisations ils font un bien meilleur boulot que le petit journal. Les seuls trucs "mémorables" de cette nouvelle version du petit journal ont eu lieu par mégarde (Laurent Joffrin), c'est assez symbolique...
Je ne pense pas que le petit journal soit au meme niveau que le Daily Show. Le daily show (tt comme le Colbert Report), c'est de l'info, de l'analyse sur un ton humoristique. Jon stewart et Stephen Colbert sont extrement influents aux etats unis. Il n'y cas voir leur fameux Rally to restore Sanity ou encore les sondages presidentiels en Caroline du Sud placant Colbert spontanement dans la course.

Ils sont aussi en avance sur de nombreux sujets. On ne peut qu'apprecier la croisade que Jon et Stephen sont en train d'entreprendre contre la trop forte influence des lobby et des corporations en politique au detriment de la population. Ils dezinguent le systeme des Super Pacs en creant leur propre super Pac... Du travail d'artistes. A voir absolument

On se marre bien devant le petit journal. Mais ce n'est que du vent, aucune substance et les montages sont loin d'etre honnetes.

Y'a pas photo...
Je crois que Stewart ne se revendique pas journaliste. Il avait même utilisé cet argument avec un journaliste qui disait, en gros: "Je fais la même chose que vous." Stewart avait à peu près répondu: "Ben c'est grave parce que moi je suis humoriste, c'est à vous les journalistes de poser les vraies questions aux politiques au lieu d'organiser des clashes stériles pour le spectacle." Parce qu'en l'état, leur dit-il, vous faites semblant d'êtres durs avec les politiques, mais vous êtes juste un élément de leur stratégie.

C'est ici, sans sous-titres, en particulier sur la question de la responsabilité, à partir d'1mn25.
ça date de 2004.

http://www.youtube.com/watch?v=CNcACfx1RTM
Ni Jon Stewart ni surtout Stephen Colbert ne se revendiquent journalistes ni n'ont fait des études de journalisme ni ne sont journalistes, ni n'ont aucune accréditation de journalistes, ce qui est le cas de Yann Barthès et de son équipe. Les deux américains sont des humoristes, avec une équipe d'auteurs derrière eux. Jon Stewart décrit son émission comme "a fake news show". Ils ne font que récupérer ce qui passe à la télé ou la radio américaine pour le commenter. Ce qu'à mon avis, le Petit Journal faisait plutôt avec brio avant son allongement.
Certes, Ils ne se revendiquent pas journalistes et ils ont un regard satirique sur l'actu. Cependant, Les sujets sont traité avec qualite et je pensent que leurs interviews politiques n'ont absolument rien a envier au "pro". Enfin bon, surtout jon. C'est vrai que Stephen est a fond dans la deconne (quoique.... y'a qd meme un message derriere le voile de l humour).

Enfin, une partie non negligable de la population ne s'informent qu'a travers ces "comedians"..... a mon humble avis,c'est toujours mieux que de s'informer en regardant Fox News....
Il n'y a surtout PAS de carte de presse au USA.

L'idée que l'état ai le droit de dire qui est journaliste de qui ne l'ai pas et très française.
Après m'être mélangé les pinceaux, je recommence :

John Stewart et Steven Colbert se présentent clairement comme des humoristes ("comedians" en anglais). Le Daily Show est souvent défini au sein du show comme étant un "f@#ke news show". Les "correspondants" qui vont parfois faire des interviews ou des reportages "sur le terrain" (toujours sur le mode absurde) sont eux-mêmes des acteurs.
Même quand Colbert joue un rôle d'information et d'éducation sur certains aspects du processus électoral avec son super PAC ou sa présentation à la présidence, dans les interviews il dit qu'il cherche surtout à amuser. Et quand il avait été invité par erreur au dîner des correspondants de la Maison Blanche en 2006, il était venu en jouant le rôle de son personnage.

Il me semble donc que la différence est clairement faite concernant ces shows : ils sont avant tout des émissions de divertissement, présentant un regard satirique sur l'actualité. La différence entre le mélange des genres est bien moins marquée dans le cas des politiques qui peuvent être commentateurs politiques ou présenter des émissions (exemple Sarah Palin a été salariée par Fox News en tant que commentatrice politique et a aussi présenté une émission sur l'Alaska sur une autre chaîne).
Colbert n'a pas été invité par erreur: il y a toujours un comedian invité. Stewart l'a déjà fait aussi.
Merci pour ces réponses. C'est bien ce que je ressens aussi. (Et j'ai vu les émissions d'@SI qui s'étaient penchées sur le sujet)
En fait ce qui est troublant avec le petit journal c'est que ce sont les mêmes qui font des sketch écrits, joués, montés et les reportages subversifs/dénonciateur. C'est assez confus en fait.
Puis Yann Barthes n'hésite pas à entrer dans le vif du sujet pour défendre sa liberté et prouver l'honnêteté de ses reportages, alors qu'ils sont ponctués de blagues qui montrent bien qu'il s'agit avant tout d'un divertissement.

Je comprends parfaitement que le Front de gauche préfèrent les éviter plutôt que de jouer avec ça sur des sujets plutôt serieux. En plus bon c'est de bonne guerre entre le Petit journal et Melenchon de se créper le chignon. Libre à l'un comme à l'autre de ne pas répondre présent de temps en temps à la baston.
Je ne sais pas comment ça se passe aux States, mais je vais parler de mon expérience passée : "on" a donné sa carte de presse à n'importe qui. De mon temps, il suffisait d'être dans "les petits papiers" d'un Directeur de l'Info, et.... hop, il appuyait votre demande de carte de presse ! Vous n'aviez fait aucun reportage, vous ne faisiez pas un travail de journaliste ? Peu importe, le chef validait votre demande avec une petite missive affirmant l'inverse. C'était intéressant dans les "soirées parisiennes" j'imagine... et puis, vous pouviez profiter des avantages (fiscaux, coupe-files, invitations, etc.). Pour d'autres, quelques stages au CFJ, un harcèlement des directeurs de l'Info -très mauvais gestionnaires de personnels frustrés- qui finissaient par accéder à la demande de l'impétrant. J'ai connu une rewritreuse dans un journal de "faits divers" qui se prétendait journaliste avec énormément de prétention d'ailleurs.
Les "assistantes" des présentateurs ont même eu droit à leur carte de presse (avec appui du présentateur de grand'messe)... histoire de se protéger lorsque leur chef/présentateur était viré. Nous avions même un représentant du SNJ qui n'a jamais fait un reportage de sa vie. Les présentateurs, qui sont aussi des "rewriters" sont-ils des journalistes ? Le deviennent-ils lorsqu'ils posent des questions gentillettes au Chef de l'Etat ?
Comment les membres d'une Commission, éloignés de la réalité du travail fait au sein d'une rédaction, peuvent-ils "juger" ?
Et surtout, pourquoi ce serait a l'état de "juger" qui est journaliste de qui ne l'ai pas ??
Techniquement ce n'est pas l'état mais une commission professionnelle (représentants des entreprises de presse et des syndicats de journalistes).
Et il a lieu quand, ce ré-examen? En juin?
Punaise, je donnerais cher pour voir papa Denisot accompagner son petit protégé d'enfant gâté et pleurer* pour qu'on rende son joujou...


*ou aligner les biftons de canal
Sacre bleu!!! Des crypto-melenchonistes auraient-ils infiltré le CCIJP? mais où s'arrêteront-ils?
Bon ok je sors.
Attention à ne pas transformer les petits malins du Petit Journal en victimes.


Leur passage d'un format court à un format long me rappelle la fable de la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.