77
Commentaires

Les innommés d'Odessa

Une quarantaine de morts à Odessa, en Ukraine, dans l'incendie dramatique de la "Maison des syndicats".

Derniers commentaires

Bonjour
J'hésitais à me plaindre car je trouvais que vous étiez trop légers sur l'Ukraine. J'apprends que vous invitez Berruyer. Merci!
Attention Daniel à ne pas vous faire arracher les yeux ils sont capables de tout ces pro-russes.
http://www.les-crises.fr/chronique-de-la-haine-ordinaire-fourest/
Il faut absolument qu'arrêt sur Image fasse une émission sur l'Ukraine avec Olivier Berruyer et qu'elle le mette face à quelques éditorialistes de la presse mainstream (Bernard Guetta ?) pour comprendre pourquoi cette dernière (parfois de bonne foi ? quoique maintenant, j'en doute: ils ne veulent pas voir ce qui se passe réellement) est si orientée alors que tout indique qu'il faut avoir très peur des nationalistes qui viennent d'arriver au pouvoir en Ukriane.
Je viens de regarder l'interview d'aujourd'hui sur son site: PASSIONNANT
"Incompétence et paresse" ? "Quasi inconsciente" ? C'est une théorie explicative ; il y en a une autre, compétence et malhonnêteté tout à fait consciente, que le fait de ne même pas voir mentionnée en hypothèse par un point de vue de critique des médias crédibilise indirectement. Daniel ne sait pas si les services du quai d'Orsay, de la DGSE, de l'OTAN ou que sais-je n'ont décidément aucun moyen de faire pression sur le contenu des actualités. Mais on sait au moins que même quand les apparences mettent cette idée fortement en doute, lui se gardera bien de le relever.

De toutes façons, à ce stade, entre l'incompétence crasse et la malhonnêteté avérée, il n'est plus nécessaire de faire le distinguo: c'est l'épitaphe de tout ces journaux sur tout ces sujets qui s'impose. On parle quand même de soutenir le renouveau nazi en Europe. Ca aussi, Berruyer l'a montré au delà de tout doute possible - aussi friand que soient les Russes du thème pour servir leurs intérêts, les faits demeurent les faits et Svoboda est bien un parti nazi avec toute la délicatesse dans les pratiques et le vivre ensemble que ça suppose. Laurent Fabius, qui a perdu plusieurs aïeux à de tels zozos durant la deuxième guerre mondiale leur sert la main et les soutiens, sans soucis apparent (incompétence ? paresse ?) d'en lancer une troisième. Que quelqu'un m'explique, finalement je suis un peu comme Daniel je crois, je me sens dépassé...
DS, êtes-vous si sûr que "nos" média n'ont pas l'excuse de la belligérance ?
Sommes-nous si étrangers que ça à ce conflit ?
Merci, Daniel! Enfin! Continuez
Je croyais avoir tout vu en 2002/2003 quand la pression médiatique montait contre l'Irak.

Le coup de l'Ukraine dépasse l'entendement! Les Chiens de Garde sont sur le front.
Pourtant avec Internet aucun doute n'est permis sur le sens du bordel en Ukraine. Et la propagande mainstream n'y pourra rien.
Tiens, au passage : Quenelle de 180 pour "l'ImMonde"!

J'ai juste une question : ceux qui nous dirigent sont ils bien conscients qu'ils sont en train de creuser leurs tombes?
Ceci dit, je suis curieux de voir comment la déconnexion des "élites" de ce qui se passe dans les nouvelles formes de média se traduira socialement.

En tout cas, j'ai acté le boycott financier des journaux institutionnels au bénéfice des sources ouvertes (divers trucs, dont "lescrises").
@SI est sur le fil, le traitement de certains sujets m'ayant hérissé un tant soit peu le poil.
Pour l'instant: bénéfice du doute... :-)
Le problème, dans cette histoire, c'est que tout le monde enfume tout le monde, et la plupart des médias ne se rendent compte de rien.
Les Ukrainiens ont un seul tort, se trouver à la frontière de deux empires.
Chacun des empires, le russe et l'occidental, balance de l'huile sur le feu tout à tour, manipule les activistes, les finance, y compris en communiquants, et arrange les choses pour les médias.

A ce stade, on ne comprend plus qui est qui, sauf que Poutine d'un côté, et les services occidentaux de l'autre, tentent d'entuber tout le monde.

Il faut seulement, mais c'est pratiquement impossible, que les Ukrainiens tiennent le coup, et ne rentrent pas trop là-dedans.
Après tout, c'est possible, le Monténégro a réussi, lors des guerres en ex Yougoslavie, à se tirer d'affaires,
Comme quoi il n'y a pas de fatalité de l'affrontement et de la guerre civile.

Je croise les doigts pour eux, même si je pense que c'est très mal parti, cette spirale des armes.
"...Nos propres medias, qui n'ont même pas l'excuse de la belligérance et, par ignorance, par paresse, épousent inconsciemment une cause, quand leur premier devoir devrait être de déjouer toutes les propagandes."
Inconsciemment? L'inconscient à bon dos à mon avis. Je pense plutôt que "nos propres médias" ont une ligne politique qu'ils suivent assez consciencieusement.
Je suis outré par certains commentaires qui insinuent qu'ASI participerais à je ne sais qu'elle propagande...
C'est complètement absurde, DS se fait justement un devoir de ne s'engager en rien.
Allez, ça suffit les râleurs, cette semaine on poursuit le parallèle série télé/politique française, en abordant game of throne et le jeu des familles politiques.
[bBravo! Un vrai article digne d'un journaliste qui fait son travail!
"(et notre dossier est éloquent)"
Ce qui est éloquent, voire assourdissant, c'est le silence d'@SI depuis l'offensive de l'armée ukrainienne le 20/4. Les seules articles consacrés à ce pays, certes interressants, parlent d'évènements périphériques ou antérieurs. A croire qu'il n'y à rien à dire du traitement de cette offensive par les médias :
- le vocabulaire mensongé "pro-russe" vs "pro-ukrainien" ;
- les manifestants (dont une minorité armée) devenus des groupes armés ;
- des hommes en treillis cagoulés présentés comme des agents russes (on (!) les aurait entendu parler russe... dans des régions russophones !);
- le silence sur les commandos de Pravyi Sektor ;
- sur les agents de la CIA et du FBI (? !) ;
...
La reprise sans réserve des accusation du gouvernement de Kiev :
- les même manifestants qualifiés de "terroristes" qu'il convient de "liquider" ;
- la russie qui veut déclencer une guerre mondiale ;
...
et la plus ignoble : les russes auraient provoqué le drame d'Odessa pour justifier leur intervention militaire !

Ce n'est pas un "alignement plus ou moins inconscient sur les positions du Quai d'Orsay", c'est une véritable oeuvre de propagande pro-atlantiste qui nous est servie.
Ceux qui pensent que j'exagère avec cette dernière qualification, je les invite à imaginer le traitement des médias si le directeur du FSB s'était rendu à Sloviansk ou Donesk (comme le directeur de la CIA à Kiev) ; ou si Poutine avait envoyé des chars et des hélicoptères d'attaque pour déloger des manifestants occupant des bâtiments administratifs ; ou simplement si, à Odessa, 40 manifestants pro-UE avait grillé dans dans un immeuble assiégé par des manifestants fédéralistes...
"Nos propres medias, qui n'ont même pas l'excuse de la belligérance et, par ignorance, par paresse, épousent inconsciemment une cause, quand leur premier devoir devrait être de déjouer toutes les propagandes."

"qui n'ont même pas l'excuse de la belligérance" ?

Au point où l'on en est arrivé, et quoi qu'en dise DS, il est très sérieusement permis d'en douter.

Par exemple Victoria Nuland, interview du 29 avril sur une chaine danoise lors d'une visite officielle "aux alliés", est quand même assez claire en termes de suggestions, sur l'objectif (ou au moins objectif possible), de l'affaire "au cas ou" :

"Assistant Secretary Nuland: I think about that, I think about the fact that it is the 25th anniversary of the fall of the Berlin Wall, that it is the 15th and 10th anniversary of the modern NATO enlargements . . . I think about my own professional life committed to trying to integrate Russia into the Euro-Atlantic community, as I said, in security terms, in political terms. I think about all of my Russian friends who deserve to live in a more democratic, more open country and to be able to make more European lives for themselves, and the fact that they are being denied that and the clock is being turned back on them.

Question: But do you ever think that this could go all wrong just like it did in 1914?

Assistant Secretary Nuland: I think that if the U.S. and Europe are united, if we are smart, if we are strategic, and if we make it, on the one hand, keep the door open for better choices by Russia, as we have tried to do through diplomacy, but on the other hand, if he doesn’t make the right choice, make it cost for him and his clique, while reaching out to the Russian people. That’s the best course of action for us. We have done it before. When we are together, good things happen in the Euro-Atlantic space, good things happen on the planet. So that’s why I am here, to thank Denmark for its solidarity, both as a NATO ally that consistently does more than its size would indicate, but also as a lynchpin of wisdom and courage inside the EU. »

video de l'interview :
http://common.tv2.dk/mpx/player.php/guid-pesk222.html

transcript :
http://www.state.gov/p/eur/rls/rm/2014/apr/225520.htm

Ou même Cheney en 2006 à Vilnius :

http://www.state.gov/p/eur/rls/rm/2014/apr/225520.htm

Avec entre autres :

"We have elected and appointed officials, community activists, entrepreneurs, students, brave leaders of color revolutions. "

"”
The United States is proud to work in partnership with a growing European Union. And we’re proud that NATO has grown into a greater force for peace and stability than ever before. The young democracies in our great alliance have renewed it — bringing energy, and wisdom, and moral clarity to the councils of Europe. For them, the experience of tyranny is real, and recent. So they understand the need for vigilance against danger, the duty to call evil by its name, and the responsibility of free peoples to defend the innocent and to confront the violent. In the years ahead, more nations will make the tough decisions, and do the hard and essential work, to meet the standards for NATO and EU membership. America looks to the day when you are ready to join those institutions, and they are ready to join you. ”

Ou encore :

"
“America and all of Europe also want to see Russia in the category of healthy, vibrant democracies. Yet in Russia today, opponents of reform are seeking to reverse the gains of the last decade. In many areas of civil society — from religion and the news media, to advocacy groups and political parties — the government has unfairly and improperly restricted the rights of her people. Other actions by the Russian government have been counterproductive, and could begin to affect relations with other countries. No legitimate interest is served when oil and gas become tools of intimidation or blackmail, either by supply manipulation or attempts to monopolize transportation.
"
Autrement dit : La période Eltsine et le dépeçage ultra libéral avec conseillers "occidentaux" c'était vraiment beaucoup mieux pour nous.

Sans en venir aux aspects "oil and gas", en espérant que les lecteurs d'@si sont courant que la chansonnette "le gas US pour remplacer le gaz Russe", est de la propagande pure et simple (avec aspects financiers derrière).
Voir par exemple :
http://ourfiniteworld.com/2014/03/31/the-absurdity-of-us-natural-gas-exports/
ou :
http://www.resilience.org/stories/2014-03-27/export-stupidity


Par ailleurs au cas ou vous ne le sauriez pas encore, le Monde nous apprend aussi qu'Enron, les subprimes, la « finance de l’ombre » et même le scandale du Libor, tout cela c’est aussi la faute des Russes !

« De même que le système communiste portait en son sein une économie parallèle, le capitalisme dévoyé a mis en place, à l’Est comme à l’Ouest, un secteur d’importance systémique basé sur la manipulation du prix des actifs (comptes truqués d’Enron, scandale du Libor, etc.), les fraudes bancaires (subprimes) et la finance de l’ombre, avec un recours croissant aux centres offshore. —Le « cupidalisme » issu de la transformation postsoviétique, forme kleptocratique du capitalisme, est devenu un phénomène mondial.— »

http://abonnes.lemonde.fr/europe/article/2014/05/03/ukraine-les-inspecteurs-de-l-osce-liberes-se-sont-sentis-en-danger_4411229_3214.html

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Cher Daniel
On a envie de dire: "facile ce billet, tellement la manipulation médiatique est énorme et permanente sur ce sujet."
Et pourtant, cette saine analyse, personne ne l'a faite à France Inter par exemple ou dans les principaux médias qui ont pignon sur ondes.
Donc merci encore une fois pour ce boulot nécessaire et malheureusement trop rare chez les confrères.
Le problème dans cette histoire, c'est que les anti-pensée uniques français qui écrivent sur le sujet ont aussi leurs propres lunettes déformantes et leurs agendas personnels qui n'ont pas grand chose à voir avec l'Ukraine proprement dite et les gens qui y habitent.

En clair, est-ce vraiment un hasard si les blogs, sites et groupes divers de citoyens qui remettent en cause la "vérité officielle" sur les événements en Ukraine sont aussi des blogs, des sites et groupes traditionnellement plutôt anti-Euro, anti-Union Européenne, anti-USA, anti-guerres US, anti-traité transatlantique etc... (autant de thèmes qui n'ont au départ pas grand chose à voir avec la crise ukrainienne sauf à la réduire à un simple pion dans une grande partie d'échiquier mondial, ce que certains n'hésitent pas à faire et ce qui me paraît beaucoup trop réducteur).

Pour bien connaître les questions d'Europe centrale et orientale, j'ai déjà été frappé lors des crises en Bosnie et au Kosovo, de phénomènes similaires... Tout cela n'est pas sain ni d'un côté (pro-atlantistes enragés), ni de l'autre (anti-atlantistes tout aussi enragés). Certes, il est vrai que les premiers disposent d'instruments médiatiques autrement puissants que les seconds. (il est frappant de voir combien les seconds croient rejouer du coup le débat de 2005 sur la Constitution européenne).

Où passe la réalité ukrainienne dans tout ça ? Difficile de le dire. Finalement les reportages les plus intéressants sont peut-être ceux d'envoyés spéciaux qui montrent comment des voisins, des amis, des parents, se retrouvent peu à peu embrigadés dans des camps adverses, parfois à leur corps défendant, se retrouvant à reprendre des slogans de haine de l'autre et des grilles de lecture antagonistes qui leur auraient paru il y a quelques mois encore complètement délirants.

Tout cela rappelle furieusement la guerre en ex-Yougoslavie. Et à la fin des fins, on ne peut s'empêcher de tracer le parallèle (ce en quoi je prends moi aussi parti) entre la Serbie de Milosevic et la Russie de Poutine. Certes, il y a eu de nombreux martyrs et victimes et déplacés serbes, mais l'idée de Grande Serbie (comme aujourd'hui celle d'Eurasie, c'est à dire de Grande Russie) a joué le rôle de carburant principal dans l'atroce guerre civile yougoslave.
"Attention : nommer les victimes de cet incendie ne signifie pas que les pro-Ukraine, à l'extérieur du bâtiment, en soient les responsables. "
Pour ma part, je penche pour une cigarette mal éteinte.
Le boulot que produit Olivier Berruyer sur le sujet depuis des semaines est d'utilité publique. Il fait votre job, ASI !
Une émission avec lui sur le sujet est indispensable.

J'imagine, de manière un peu sadique, une rencontre Guetta / Berruyer :-)
Ouaip, coup de gueule qui rejoint ma colère contre les mainstream...
Peut-être que lorsqu'on meure, on redevient une personne, et on n'est plus un pro-machin ou un anti-truc ?


(You may say I'm a dreamer.)
Les convictions font partie intégrante des personnes ; c’est pour ça que certains sont capables de mourir pour leurs idées.
Le clivage que vous faites entre « vrais personnes » et « pro machin/pro truc » est donc totalement inopérant car dans la « vrai vie », les « vrais personnes » sont toujours pro ceci ou cela.

Ceux qui nous ont fait croire le contraire avaient justement pour but de nous intoxiquer et de nous ramollir alors qu’eux restaient « pro-domo ».

Intoxication post 68arde si il en est (Yep, i will say you’re a dreamer…) car qui peut vraiment croire que De Gaulle et (attention point Godwin imminent ;)) Hitler boivent le thé ensemble dans l’au-delà sous prétexte qu’ils seraient mort…

A partir de là on commence à comprendre qu’il n’y a pas les gentils contre les méchants mais des Ukrainien Européens qui veulent le rester contre des Ukrainiens Russes qui veulent le rester aussi et que toutes les conneries à base de « citoyen du monde » ne sont que des contes pour occidentaux repus et fier de leur pseudo morale.

La vraie question n’est donc pas qui sont les gentils, qui sont les méchants (comme veulent nous le faire croire nos medias bellicistes et pro-otan) mais comment fait-on pour que tout ce petit monde puisse vivre selon ses us et coutumes.

Peut-être en fédéralisant l’Ukraine ? Ah oui mais non, ça on peut pas puisque c’est Poutine qui le propose. Et comme chacun sait : Poutine, c’est un méchant…
Une personne morte ne serait se résumer pour moi à ce qu'elle était "pro-machin ou un anti-truc", et c'est bien en comprenant cette distinction qu'on peut sortir des "bons contre les méchants".

Et je ne connais pas les intentions du journaliste quand il a écrit "personnes", mais je me suis pris à rêver un instant et à lui imaginer de bonnes intentions...
Beau coup de gueule, DS.
"On aimerait voir des photos. Mais (à l'heure où j'écris) pas de photos", dites vous. A 8H 15 (à peu près), Olivier Berruyer a mis en ligne un article, avec des vidéos et des photos. Certains des commentaires sont également très intéressants.
Citation DS : "Nos propres medias, qui n'ont même pas l'excuse de la belligérance et, par ignorance, par paresse, épousent inconsciemment une cause, quand leur premier devoir devrait être de déjouer toutes les propagandes."
Quand admettrez-vous que nos propres médias sont des instruments de la propagande de guerre, Le Monde en tête (mais Libé et les autres - sans parler des radios et TV - ne sont pas loin derrière)?
Une émission sur le sujet s'impose d'urgence! Une émission sur le traitement médiatique de cette guerre. Avec Olivier Berruyer, bien sûr. Merci d'avance.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.