71
Commentaires

Les éditorialistes décon(fi)nent à pleins tubes

Bon, les gauchistes, ça suffit, faut retourner bosser. C'est en substance ce que répètent depuis quelques semaines les éditorialistes qui squattent les seuls bars qui n’ont jamais fermé. Sur LCI, CNews et Canal+, il n’y a ni verre, ni cacahuètes, mais les discussions de bistrot sont permanentes. Après quelques semaines de frayeurs liées à cette petite grippette, Calvi, Praud et Pujadas sont de retour, avec leur discours contre les profs et tous les assistés au chômage partiel, qui sont (forcément) réfractaires au déconfinement du 11 mai. De quoi avaler de travers à l’heure de l’apéro (mais allez quand même vous chercher à boire, on va essayer de se faire plaisir).

Commentaires préférés des abonnés

Comme dit E Todd ,"les élites" sont atteintes du virus de crétinisme. 

Si je peux me permettre un modeste conseil à ces valeureux experts en humanité : demandez l'asile politique aux États-Unis, au Brésil ou à la Chine. Voire à l'Allemagne, si l'éloignement excessif de votre chère France vous est insupportable. Vous y s(...)

Quand la deuxième vague va frapper (car c’est quasiment certain), j’espère qu’on se souviendra enfin de ces charlots et qu’on trouvera un magasin ouvert pour y acheter du goudron et des plumes. Voire une corde.


À un moment c’est plus de la bêtise, c’e(...)

Derniers commentaires

Le travail ne me fait pas peur. Je pourrais rester des heures à regarder faire. (Alphonse Allais ?).

Sur le mépris des geignards, des faibles, des malades, des vieux, et sur l’exaltation suspecte de la liberté, du courage et du face-à-face avec la mort:


http://lmsi.net/Meme-pas-peur

OMG, c'est puissant, c'est incroyable un taux de stupidité pareil, de ne rien prendre en considération que l'économie, l'économie, l'économie, vaste mot qui résonne comme une entité supérieure dont on ne peut s'extraire, mis qui est le cache sexe de quoi finalement :

D'un productivisme débridé, qui nous conduit assurément dans le mur et ça va faire mal et dont l'unique sens (absurde) est d'augmenter toujours plus le patrimoine de familles qui n'en ont même plus besoin tant leur fortune colossale ne pourrait être dépensée en 4, 5 générations .

Mais aussi en profitent aussi tous ces éditocrates et autres donneurs de leçon qui se croient indispensables, hautement rémunérés pour nous expliquer le sens du monde

Bref, tout un monde, qui en réalité ne sert à rien pour la collectivité, eu égard d'une caissière, d'une infirmière, d'un éboueur, d'un postier, d'un cheminot, d'un bénévole des restaus du cœur etc ...

N'importe quel crétin, face à ce qui vient de se passer, serait à même de s'interroger sur les causes d'une telle gabégie sanitaire,  de revoir les fondamentaux, sachant que l'échéance écologique arrive et ce Covid pourrait être, en quelque sorte un premier petit avertissement.  Mais non, que nenni, il faut continuer et rattrapper ce qui a été perdu ... Ces gens là seraient soit-disant réfléchis, intelligents ? j'émets quelques doutes et je pense qu'avant d'être intelligent, ce sont surout des gens qui ont été bien formatés à un langage et à des codes, leur otant toute réflexion en dehord du cadre où ils sont enfermés. Ce sont des bons récitants, des gens aptes à intégrer un langage, mais tous ces critères ne déterminent pas un niveau d'intelligence.

En tout cas, y a vraiment aucune issue avec ces gens .... On sort du Covid, mais pour eux, c'est comme si rien ne s'était passé ... Affligeant.

Donc maintenant, s'agit de voir comment on peut passer à un autre paradigme en ne s'occupant plus de ces gens.

Une chose très importante nous a été apporté durant cette crise. Les soignants, les caissières, des bénévoles, se sont eux qui ont géré la crise, ce sont eux qui ont fait les masques, ce sont eux qui ont trouvés les lits, ceux sont qui se sont organisés pour qu'on ait à bouffer.

Le gouvernement, les éditocrates etc ... Tous ceux-ci n'ont servi à rien ...

L'autogestion est donc possible, un monde libertaire est donc possible ...

Il est temps de penser à de nouvelles formes d'organisations sociales sur la base du défi écologique, du local au global et surtout d'en finir avec le patriarcat, qui est peut-être l'élément central de ce désastre humanitaire que l'on vit depuis la nuit des temps  : Guerres, famines, spoliations, expulsions, répression etc ...., ça n'a jamais cessé, le bilan est là : faut arrêter.

Selon les derniers chiffres officiels on a encore plus de 22 500 personnes hospitalisés (contre 32200 au pic) ; 2700 personnes en réanimation des suites du covid; et  environ 8000 nouveaux cas testés la semaine dernière. Sans compter les gens malades chez eux; parfois depuis plusieurs mois (dont certains se demandent sil ils vont guérir un jour). On en reparle au moment de la 2e vague en fin de semaine et de l'annonce de reconfinement dans deux semaines.

On n'en a pas parlé ou j’ai loupé quelque chose ? Parce qu’en matière de dénonciation du confinement, on n’a guère fait « mieux »…


Bon, vous me direz, il s’appelle Leboucher et il écrit dans L’opinion, lourde hérédité… Mais qu’a  t il donc écrit ?

Quon confine des dizaines de milliers de personnes et qu’on fout en l’air l’économie française pour « quelques vieux blancs malades »…

*

C’est quand même pas mal ? En 3 mots, une connotation raciale, une sexiste et une gérontophobe !!! (parce que « le Mâle », c’est pas une personne, c’est l’animal qui monte la femelle)


Je ne me souviens plus quel régime avait mis les handicapés sur la même liste que les juifs…. Comme quoi le  Boucher a de qui tenir…


Et notre boucher de répondre en colère aux médecins présents sur LCI et qui lui reprochaient entre autres « Blancs » : Mais ça n’a rien de racial, je voulais opposer le Nord au  Sud. Mais mon gars, si  on veut opposer le Nord  au Sud, on dit « Nord >< Sud » et pas Blancs / Nègres... Le choix des mots n’est pas aléatoire !


Le boucher, c’est le type qui traitera votre femme de pute, parce qu’il l’a vue marcher sur le trottoir allant faire ses courses…




C'est marrant (enfin, façon de parler), l'Allemagne est toujours citée en exemple quand ça arrange le discours libéral. Je n'ai pas beaucoup entendu ces toutologues évoquer les campagnes de dépistage massif en Allemagne, alors qu'en France le choix inverse a été fait.

Une belle brochette de salopards...

Et sinon on a le droit d'être de gauche et d'être pour le déconfinement ??

Sérieusement, quel est le rapport ?

C'est la panique des cerveaux, vous avez peur de mourir ou de vivre ?


La voiture et la pollution de l'air tuent plus que ce virus. Allez-vous arrêter la voiture ?????

Il y avait 6 millions de voitures en 1960, 39 millions en 2019, est-ce que les gens en 1960 ne pouvaient pas vivre ?


Merci Daniel. Tous ceux là je ne les écoutes jamais. À vous lire on se demande pourquoi ils font des audiences. Mais pour leurs patrons là ils servent ce qui est attendu. A quand une presse libre et indépendante? À quand la démocratie? 

Day-confinement

D Day ! dernier jour de confinement… tristesse paradoxale… ?

Joie intériorisée, liberté surveillée, envie de crier ?

Ferions-nous mieux si c’était à refaire… ?


Le premier mois OK… les nouvelles habitudes s’installent, les rituels structurent le temps… BFM en boucle… A 19 h le RV Salomon bonsoir croque-mort, combien de clients aujourd’hui ? et la courbe, bien aplanie ?

Overdose de Raoult, mensonges d’État en rafales… Que faire de l’indignation et de la colère qui montent ?

Raconter, chercher du sens, le sens de l’engagement, besoin de prendre position dans ces temps aux lendemains qui pourraient ne plus chanter.


Les apéro-virtuels ( ?), Zoom la solution visio qui cartonne, yoga, méditation pour les bobos et les CSP + décidés à tout prix de « réussir » leur confinement, on mange quoi ce soir ? tu as pris ton attestation ?

Le plaisir des premiers contournements à la règle… Le chien jamais autant promené… les engueulades téléphoniques avec les vieux amis… bêtement penser le monde d’après comme si la parenthèse désenchantée avait vocation à se refermer.


Et puis le deuxième mois… Aie, Aie… fait vraiment chier… aucune raison que ça se passe mieux demain ! Incohérence des décisions, incompétence partagée, absence de masques, des tests et de respirateurs, ignominie dans les Ehpad,… Que vaut la vie d’un vieillard ?

L’effroyable manip mortifère tourne à plein ! Cocorico, tous des héros pour la France ! Applaudissements ! Charlie un jour, Charlie toujours !


La colère monte un peu plus… L’impression d’être nulle part, le temps s’étire… seuls les dimanches restent des dimanches… L’épidémie institutionnalise déjà la défiance. Le concours de blagues pourries s’éteint peu à peu… les dés roulent moins vite, le puzzle de 1500 pièces n’avance pas, la murder party ne trouve pas son assassin.

Macron est à chier dans la deuxième saison de cette série de malentendus… Appelez-moi les scénaristes… Philippe serait à périr d’ennui si n’était sa barbe arty. Drones sur la plage, Stop Covid à l’horizon… En temps réel, le cauchemar de la surveillance se précise…


Sauvez-des vie, restez chez vous… Esprit de De Ligonnès sors de ce corps !

Mes co-confinés commencent à masquer… Ca va péter… ça pète…

Allez, on se lève et on se casse !

Déconfinement à l’arrache... Pas de képis à l’horizon… alors Casta ? Le plaisir de la route au petit matin… Musique de Christophe à donf, goût salé de la liberté retrouvée…


11 mai… Déconfinement, date jetée comme un os à son chien (Philippe ?) par le monarque. Pari risqué murmurent les médecins, nouveaux personnages de cet affligeant théâtre « Moliérisé »… Pour faire repartir la machine (économique), rouvrons les écoles ! Culture du résultat, culture de l’angoisse ! Nouveaux héros des semaines à venir, les enseignants projetés sont projetés en première ligne et les parents confrontés à un impossible dilemme.


Une moitié d’humanité confinée ; les questions existentielles se pressent.

L’idéologie publicitaire contemporaine néolibérale tente de revêtir en express les habits humanistes… Macron a l’impudence de nous promettre des « jours heureux ». En plein « bad trip », le banquier perd les pédales, prêt à chevaucher le premier tigre venu tout en réinventant la culture française

Toute affairée dans le back-office, Brigitte vend le mobilier national et prépare l’hélicoptère.



Dans le "monde d'après" la première action de salubrité publique serait de fermer ces débits de m....de pour assainir l'air !

En cette si longue période de confinement durant laquelle les comiques suscités ont montré aux spectateurs toute l'étendue de leur médiocre vacuité intellectuelle, nous sommes un certain nombre à avoir pris la décision de ne plus jamais leur offrir la moindre minute de notre précieux temps.

Ces experts autoproclamés du tout dans le rien ne sont en fait que les métastases d'un cancer qui ronge le spectacle de société dans lequel nous vivons et duquel il faut nous extraire si nous voulons survivre à cette maladie mortelle.

Le covid19 est moins létal que ces demis portions qui n'ont comme toute richesse que les euros qu'ils amassent chaque mois croyant mieux vivre en dépensant ce papier toilette en cochonneries de marque qui les rendent plus vides et maigres chaque jour passant.

Ces personnes n'en sont même plus, elles ne sont que des pantins d'un système moribond que les nouvelles générations sauront mettre au placard télévisuel dans les quelques années à venir.

Les quelques dizaines de français qui suivent encore ces "émissions" savent  pour la plupart à quoi s'en tenir. Des faussaires ignorants qui ne connaissent rien sinon la profondeur de leur nombril) et qui n'ont vraiment plus rien à apporter que le dégout qu'ils inspirent chaque jour un peu plus fort que la veille.


lorsque la 2ème vague arrivera, juste avant le re-confinement, je vous propose d'aller pendre pour les parties génitales tous ces crétins...

ça ne les rendra pas plus humain ou moins con, mais au moins ça défoule...puis au moins on entendra plus ces tocards pendant un moment...

pour celles et ceux qui habitent à Paris, si vous croisez ces fumiers, ça n'engage que moi mais je vous pardonne d'avance si vous molestez à morts ces fonds de cuvette...j'suis pas supersticieux mais parait que ça porte bonheur lorsqu'on marche dessus du pieds gauche, c'est une bonne occasion de tester...

Brillant

Si Molière revenait, les Diafoirus * ne serait plus un médecin mais un de ces guignols de la télé.


* Nom de deux médecins dans la pièce Le malade imaginaire de Molière, Monsieur Diafoirus et son fils Thomas (« grand benêt nouvellement sorti des écoles, qui fait toutes choses de mauvaise grâce et à contretemps »), deux cuistres grandiloquents et rétrogrades dont le charlatanisme finit par éclater au grand jour. (source : https://fr.wiktionary.org/wiki/Diafoirus)

En ce moment même un "VOX POP" (Arte) sur ...les fake news , tordant de rire ... "les réseaux , les utilisateurs, les politiciens" etc..." mais pas "les médias" !

Non mais en fait faut nous prévenir, hein ! Mettre une pastille, un truc tout au début, un machin rouge qui clignote histoire qu'on lise pas loin d'une cuvette.

Vomir sur son clavier, je vous dis pas le nettoyage !

J'ai une question - finalement découpée en plusieurs.

Y a t-il quelqu'un qui sait comment ça se passe dans les autres pays?

Je veux dire on-t-il la même proportion de débiles médiatiques que nous?

Parce que je suppose qu'il doivent avoir aussi leur Calvi & Compagnie, mais est ce à ce niveau?

Siou plait...

Ces gens ne sont que la voix de leurs maîtres et il suffit de regarder à qui appartiennent ces médias.

comme ils vomissaient les GJ , ils vomissent le confinement. Il ne faut pas se tromper il ne font que répeter ce que leur dit de dire notre gouvernement.

Bon ça prouve plusieurs choses: 1°C'est que journaliste et éditocrate sont des métiers (si tant est que le deuxième puisse en être un bien entendu) très distincts. 2°Ces éditocrates zélés soulèvent un problème médical autrement plus insondable et complexe que le covid-19, et c'est peu dire, tant ils semblent être cliniquement crétins! 3°Les déficiences cérébrales semblent immuniser contre le virus puisqu'aucun de ces bouffons ne semblent avoir été touché par cette cochonnerie. Quand on sait que même le monde politique en a fait les frais, (Devedjian, Jhonson...) il serait bon de demander à Didier Raoult non?

Pas besoin de Plan de Continuité de l'Activité dans l'Usine à Conneries. Pas de Protocole Sanitaire non plus, ils sont confinés en vase clos depuis tellement longtemps que plus rien ne peux les atteindre. Finir les consos, laissez la lumière encore un peu... roue libre.

Ce qui serait assez salutaire pour la santé publique, c'est de fourrer tous ces crétins surpayés à raconter des c... avec un QI de bulot (pardon les bulots) dans un sanatorium isolé. Ils pourraient ainsi nous montrer comment ils et elles se comportent face à une épidémie. On les verrait se bouffer entre eux. On verrait Praud tordre le cou à Pujadas au coin d'un bosquet pour lui piquer sa terrine de foie gras. On verrait Calvi se faire trucider en douce par un charcutier amateur (façon Dreyfus dans Delicatessen) pour alimenter le quartier en bons saucissons. Sans parler des carpaccios de Hanouna ou des cigalettes de Zemmour. Certes, c'est sûrement farci de pesticides mais bon, à la guerre comme à la guerre.


Je vais vendre l'idée à une télé-poubelle quelconque pour en faire une émission de "télé-réalité". Non seulement ça leur permettra de se débarrasser rapidement des plus hauts salaires mais ils feront des scores d'audimat inégalés. Ils vont m'acheter ça un prix énorme. On va tous y gagner, vous allez voir. Et comme ils vont m'acheter cette idée un pognon de dingue je ferai un don considérable à ASI.

Franchement, même avec ttes les précautions requises (et indispensables pour notre santé), c'est vraiment dur d'écouter des buses pareilles...

Patgab

Merci pour cette ré-actualisation, j'en étais restée à l'épisode précédent, on n'avait pas "trop" peur, mais au contraire pas assez, on avait été obligé de fermer les parcs, les plages et la montagne (pas le ciel, leurs drones en avaient besoin), de mettre plein de policiers partout pour fouiller les sacs de courses et harceler les jeunes inconséquents (ceux des quartiers populaires, hein, les autres savent se tenir). 


Ah... mais... ça continue? "En même temps", quoi... 


De la même manière, et en même temps, ils distribuent des masques pourris et en détruisent d'autres qui, quoique officiellement périmés, sont en parfait état de marche. 


Jamais ces déchets toxiques* n'auront mieux réalisé leurs promesses politiques, de faire "en même temps" toutes les conneries les plus contradictoires. 


Comme je le dis (de loin, rassurez-vous) à mes voisins qui ne partagent pas obligatoirement mes options politiques, je ne "les" avais pas trop en estime, mais là, "ils" dépassent toutes mes espérances. 


déchets toxiques* c'est tout ce que j'ai trouvé pour ne pas insulter le fumier, les travailleuses du sexe, et même la pourriture qui peut être noble. "Ils" partagent avec les déchets toxiques la problématique aiguë du "comment s'en débarrasser"

Mais qu'ils sont ignares....

L’ironie est que le capitalisme télévisuel fin pit par produire une propagande aussi stupide que celle des régimes autoritaires. 

Rien que  leur visage me  donne la nausée. A les entendre c'est le vomissement assuré

Fascinant de se dire que dans le cerveau étriqué de Calvi, le Français moyen s'empresse de glander dès que le patron a le dos tourné.

Leur mythique ecole des années 60 ne les a  visiblement pas rendu intelligents  et critiques

Curieux de connaître leur « analyse » du cluster de Vienne: équipe de direction d’un collège contaminée lors d’une « réunion de préparation de reprise«  (en clair, opération de manutention en urgence, les tables ne se distancient pas d’un mètre par l’opération du Saint-Esprit...). Résultat, quatorzaine, traçage, mobilisation de ressources, etc, et réouverture reportée pour 800 élèves. Du bon bénéfice/risque! Fin de partie comme on dit à Marseille...

Je dois dire que je partage le souhait de ces crapules :

Réouverture des coiffeurs

retour aux traditions bien Françaises


Pour être plus clair, je souhaite que l'on tonde le jour venu ces Calvi, Praud et Pujadas et leurs invités dont cette incroyable chef du service réa


à son propos, j'aimerai renvoyer à une vidéo de 2014 où l'on voit cette professeur presque méconnaissable de fatigue et de sérieux

Comme quoi un peu de com TV vous change une personne de fond en comble

Ces personnes que vous citez n'existent que parce qu'ils sont regardés, écoutés. Sans audience ils ne sont plus rien. La balle est dans le camp des télespectateurs. Il y a longtemps que c'est sans moi !

Puis-je suggérer à des personnes atteintes du Covid 19 d'aller leur cracher à la gueule. Je veux bien les accompagner mais à part le soulagement procuré je serais inefficace.

Quand pourra-t-on  chanter : " Calvi, c'est fini " ?

Ils sont tellement insupportables, ils sont clairement l'avocat du confinement.


Je vais quand même prendre la défense du déconfinement.


Il y a encore pas mal de contaminations, et ça diminue lentement (division par 2 tous les 11 jours en moyenne en période de confinement). Partant de 4 000 000 de contaminés le 15 mars, ça donne encore 120 000 le 11 mai, mais encore 4000 à la mi-juillet. C'est-à-dire quelque chose de suffisant pour que ça reparte.


Comment faire alors pour ne pas subir un confinement de 6 mois ?


Déconfiner prudemment en voyant si l'épidémie ne repart pas me paraît quand même être du bon sens. L'avantage de la reprise en mai, c'est d'essuyer les plâtres, de voir si les mesures prises sont suffisantes, larges, ou au contraire insuffisantes, et de mettre à l'épreuve du terrain toutes ces mesures complexes.


La crainte que j'ai en l'absence de reprise progressive avant les vacances, c'est que on reprenne en septembre, qu'il y ait des ratés + peut-être l'effet saisonnier, et que l'on doivent reconfiner en octobre. Parce qu'il est tout à fait clair que le virus sera encore là en septembre.


Et puis, il est important de donner une respiration. Je n'ai personnellement pas parlé à quelqu'un en face à face depuis 2 mois, certains au contraire ne supportent plus leur famille.

Je vous rejoins. Le débat ne se situe pas pour moi entre Macron et autre Calvi, Praud (qui ne sont même pas dignes d'intérêt pour qu'on écoute leur parole) contre enseignant.es/parents, etc (qui seraient prudents, conscients des risques sanitaires). 

La question est faut-il déconfiner dès maintenant, quels sont les risques sanitaires effectifs si c'est le cas ? A l'inverse quels sont les risques sanitaires, psychologiques, économiques, sociaux pour les adultes et les enfants si on reste confiné.e.s et si on ne renvoie pas les enfants/ados à l'école ?

Est-il possible d'être "gauchiste" et souhaiter le déconfinement ? Souhaiter ce déconfinement et ne pas être assimilé à un P. Praud ou un Y. Calvi ?

Est-il possible de penser que plus de 50 pages de protocole pour rouvrir les écoles est complètement débile, mais attendre septembre pour une réouverture serait très dommageable pour les enfants/ados ?

oui c'est possible, merci pour vos interventions.

Entièrement d'accord avec vous. Merci.

Face à une épidémie, la logique voudrait qu'on essaie de la stopper plutôt que de "regarder si elle ne repart pas" ...

Ils osent tout

Cette vision de l'école... Il ne manque plus que les coups de règle sur les doigts (et ça respecte la distanciation...)

Etant donnée sa capacité de raisonnement, je me demande si le cerveau de Calvi n'a pas été endommagé par certains de ses implants capillaires qui auraient poussé vers l'intérieur du crâne.

Si je peux me permettre un modeste conseil à ces valeureux experts en humanité : demandez l'asile politique aux États-Unis, au Brésil ou à la Chine. Voire à l'Allemagne, si l'éloignement excessif de votre chère France vous est insupportable. Vous y serez sans doute nettement plus heureux. Et nous aussi.

Bande d'égoïstes, vous ne voulez pas comprendre que si les affaires ne reprennent pas rapidement les revenus de ces pôvres ... individus pourraient en souffrir! Ah, décidément les autres ne pensent qu'à eux!

Excellente, la capture de Calvi face à Legendre !


Bon je crois que je vais ménager ma tension et mes aigreurs œsophagiennes, et faire l'économie d'un long paragraphe sur cette obsession du TRAVAIL (surtout celui des autres) comme seul horizon de société.


(pour se détendre : l'imitation de Pénicaud par P.-E. Barré : https://twitter.com/i/status/1243820619818565632 )


Mais ce ne sont pas seulement les piliers de bistrots habituels qui ventilent ce discours : il faut aussi se fader les sempiternels "on arrête pas de se plaindre" de la part de personnes que j'ai pu un temps estimer (peut-être à tort) :


https://twitter.com/AlexTaylorNews/status/1258691170491908096


(avec tout plein de rab dans les réponses)

Dommage qu'on ne puisse pas faire ( déjà ) de barbecue  : j'avais l'occasion d obtenir une belle brochette de têtes de noeuds. ( ou têtes de culs ).

En lisant les trois noms dans l'intro, je savais qu'il ne fallait pas insister, que leurs têtes apparaîtraient dans la suite de la chronique et que leur vue pourrirait mon dimanche, mais ça a été plus fort que moi.

Les tartines de mon petit dèj' (c'est encore un peu tôt pour l'apéro) sont restées bloquées à hauteur du pylore. Je ne vous dis pas merci.

Quand la deuxième vague va frapper (car c’est quasiment certain), j’espère qu’on se souviendra enfin de ces charlots et qu’on trouvera un magasin ouvert pour y acheter du goudron et des plumes. Voire une corde.


À un moment c’est plus de la bêtise, c’est carrément criminel.

Le plus agacant, c'est l'image évidente des lieux super-sécurisés d'où ils tiennent ces propos. On peut être sûrs que des masques et du gel leur ont été fournis, ou qu'ils ont pu s'en procurer dès le début. Au fait, leurs enfants, ils y retournent, à l'école ?

Comme dit E Todd ,"les élites" sont atteintes du virus de crétinisme. 

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.