60
Commentaires

Les deux points aveugles de Ruquier

Commentaires préférés des abonnés

Pardon cher Daniel, que je respecte et qui m'élève, en général, mais là, vous vous effarouchez à peu de frais. Que Ruquier fasse parler de lui à un moment (que j'attendais patiemment, sans douter qu'il adviendrait) où il sait son émission passée en p(...)

Approuvé 21 fois

"On ne peut plus rien dire" 


Et hop, 30 lignes pour le prouver et redire ce qu'on ne peut plus dire.

je cite Ruquier (pfff, où on peut être amené qund même...) :


« Twitter a rendu folle une profession à la dérive, qui se tire une balle dans le pied. Viendra un jour où les journalistes, s’ils ne se ressaisissent pas, ne pourront plus rien di(...)

Derniers commentaires

Ruquier électeur de Mélenchon ? C'est ce qu'il dit mais on n'est pas obligé de le croire. Sur twitter, il est très fréquent de lire "j'ai voté Mélenchon, mais là, je ne suis plus d'accord, etc..." . C'est une ruse destiné à donner plus de force au message. Personne ne peut vérifier, le vote étant secret. Mais on peut essayer de voir si la personne a vraiment été un soutien de la FI. 9 fois sur 10 la réponse est non.

La déclaration de Ruquier s'inscrit exactement dans ce schéma, il dit ça pour justifier la suite qui est une critique violente. Et on a appris depuis qu'en fait c'est à la campagne de Macron qu'il a apporté une contribution en consentant un tarif très avantageux pour un local dont il est co-propriétaire.

vous devriez essayer un truc Daniel, une fois par semaine faire votre matinaute sur un sujet  qui vous a enthousiasmé.  l'indignation c'est bien mais dernièrement vous tournez un peu en rond.

Oups, en lisant l’entretien , hier dans le JDD, je n’ai pas une seule seconde pensé à vous dans le public visé.

Pardon cher Daniel, que je respecte et qui m'élève, en général, mais là, vous vous effarouchez à peu de frais. Que Ruquier fasse parler de lui à un moment (que j'attendais patiemment, sans douter qu'il adviendrait) où il sait son émission passée en phase de déclin (dixit la grande loi du marketing qui se vérifie toujours et de tous temps) est une chose tout à fait banale et attendue. Qu'il le fasse en s'en prenant aux réseaux sociaux n'a d'autre "scandalité" que celle que vous, par ce billet, voulez lui accordez.


Soyons sérieux: à quoi et à qui pouvait-il bien s'en prendre alors qu'il lui fallait s'en prendre à quelqu'un ou à quelque chose pour ne pas avoir à s'en prendre à lui-même, ce qui reviendrait à se tirer une balle dans le pied dans le monde tel qu'il fonctionne. ? A sa place, vous-même n'auriez-vous pas cherché le moindre mal - les réseauxsociaux dont on sait qu'ils désignent tout et personne - pour vous tirer d'affaire ? Du coup, je vous pose cette question: quel est le sujet de ce Matinaute ? S'agit-il d'un règlement de comptes persos avec Ruquier et entre pros de médiacratie ? Et dans ce cas, ça vous concerne et ça ne me concerne pas.


S'agit-il d'un sursaut de déontologie journalistique, mais dans ce cas, pourquoi avoir attendu la phase de déclin de l'émission pour lui tomber dessus et pourquoi ne pas l'avoir fait chaque lundi après chaque samedi des 10 dernières années?


Je sais, Daniel, car j'y suis moi aussi assujettie: les journées ne font que 24 heures et même le Medef qui en rêve n'a pas encore réussi à les allonger. Pourtant, dans ces 24h quotidiennes, nous restons maîtres de nos choix éditoriaux et aujourd'hui, vous avez fait celui de tirer sur un zombie.


Ce qui me dérange, là-dedans, c'est ce que ça révèle de l'idée que vous vous faites de vos abonnés, dont je suis. Et visiblement, vous vous en faîtes une idée assez négative pour que je la qualifie - de très loin - de paternaliste.


Rien de bien méchant là-dedans, c'est juste décalé, déphasé, déconnecté, mais pas méchant. Un peu comme cet Etienne Chouart -pas méchant, décalé, pas toujours connecté, souvent déphasé - sur qui vous vous acharnez comme si sa détraction avait pour vous valeur de rédemption.


Ruquier est-il pire que Chouart? De quel point de vue, à partir de quels critères sur lesquels nous serions tous alignés ?


Quand le président de la France tente de réhabiliter Pétain, quand il dit publiquement qu'il existe deux catégories de citoyens, ceux qui gagnent du fric versus ceux qui ne sont rien, quand il fait les lois qu'il fait contre les migrants, le président reste président, et l'on scrute sa moindre parole en la considérant implicitement vaticinaire de nos avenirs, implicitement valable (ben ouais, le mec a réussi à être élu, tout de même!!).


Quand un citoyen de base, comme Etienne Chouart, déclare dans une ITW (dont ce n'était pas le sujet) qu'il trouve que lui poser la question des chambres à gaz n'a pas de sens, que c'est lui faire un mauvais procès, et de s'en défendre en argumentant qu'il n'est pas spécialiste de la question historique (et non scientifique), vous et d'autres loups aux abois lui tombez dessus en sachant pertinemment que vous le détruisez, que vous le disqualifiez en vous requalifiant de l'avoir disqualifié, lui, et toute sa pensée dont l'objet d'étude n'a jamais été "les chambres à gaz". En sachant pertinemment que ce faisant, vous vous substituez à bons frais à la seule institution légitime pour en juger, s'il en fallait, à savoir les tribunaux.


J'ai eu à voir votre post d'hier sur Twitter (ces salauds de réseaux sociaux) où vous vous soulagiez l'âme d'avoir évité d'inviter Chouart trop souvent sur vos plateaux (belle intuition). Tant bien vous fasse. Pour ma part, j'y vois la "bêtise" signalée par Bégeaudeau dans ce que moi, personne mélangée avec rien, je trouve le livre le plus précieux de l'année 2019. Le livre le plus nécessaire et le plus urgent à lire et à démocratiser. J'ai eu à voir votre twitt hier, et j'y ai remis une de mes dernière illusions;


Je me suis souvenue de votre malaise exprimé dans un autre Matinaute lorsque vous vous rédemptiez" à peu de frais de votre escapade mal-assumée chez Taddei sur RT France. Vous aviez manqué vomir en sortant, mais finalement, vous n'avez pas vomi quand vous avez réalisé que RT France vous laissait libre de sortir de leurs locaux "qui puent le fric", et oui, c'est effrayant, le fric, je vous comprends. Sauf que ce n'est visiblement pas la passion de Chouart, le fric; Lui, sa passion, c'est la démocratie totale, voire totalitaire et ça oui, ça interroge et mériterait débat. Mais voilà, que peut bien valoir la démocratie totalitaire quand on a les chambres à gaz pour méta-argument surplombant tous les autres, les écrasant, les anéantissant au nom de la hiérarchie de l'horreur ?


Vous avez sans doute raison: la priorité, pour l'humanité, c'est de ne pas douter une seule fraction de seconde de l'existence des chambres à gaz; Perso, je n'avais jamais songé à en douter, j'ai appris ça à l'école, comme tout le monde et oui, je trouve que c'est si grave, si effrayant, que j'en fais des cauchemars. Mais justement, c'est si cauchemardesque que jamais je ne me risquerai à faire des procès d'intention à qui que ce soit sur le sujet, pas même aux Allemands ou à leur descendance qui, tout comme moi ou comme Chouart, n'a rien demandé en venant au monde.


En clair, j'en ai ma claque que tous les problèmes du monde soient rendus solubles et dissolvables dans la Shoa. Je suis née après, j'ai pas eu mon mot à dire. Aujourd'hui,  y a des réseaux sociaux "de merde" qui me permettent de m'exprimer. Je trouve que c'est carrément une chance par rapport à la période de la Shoa. Et j'essaie d'en tirer le meilleur parti, de mon point de vue qui s'oppose au point de vue des autres qui ne pensent pas et ne sentent pas comme moi.


Entre eux et moi, qui a raison ? Et de quoi ? Moi je sais mes raisons. Celles des autres, je préfère les connaître plutôt que les ignorer pour pouvoir les combattre au lieu de les bannir au motif qu'elles puent. Et pour conclure dans le registre de la puanteur, y a un type qui est président de la France et qui a tous pouvoir. Il s'appelle Macron. Pas Mélenchon, pas Chouart, pas Soral, pas Dieudonné. Il s'appelle Macron et il a sa puanteur propre et lui, oui, il me fait vomir au sens littéral du terme. Mais oui, il y a au moins 20 % des électeurs de ce pays qui lui trouvent un parfum agréable. Ces gens-là existent, ils sont sans doute minoritaires en nombre, mais majoritaires en pensée au point qu'il arrive qu'on leur sacrifie des Chouart innoffensifs pour mieux les légitimer. Merci, mais sans moi.   










Alors dans ce cas là merci Mr Schneidermann d'être un dictateur et surtout continuez à l'être, SVP !!

Au moins cela aura-t-il donné l'occasion d'entendre trois intervenants  qui ont eu l'occasion de s'exprimer assez longuement et clairement sur le sujet de l'esclavage,ce qui n'est pas vraiment fréquent dans ce type d'émission grand public.


Laurent Ruquier aurait gagné à se contenter de cette réponse .

Laurent Ruquier ?


Tiens donc, ce présentoir de cartes postales obscènes est fâché ?


Manque d'humour cet éternel multifonction du Pif Paf. 


N.B Puis de ce Ruquier, promoteur de promotions, finalement, je m'en tape et pas cinq !

à vrai dire Ruquier, je m'en tape le... (je ne sais plus quoi mais je m'en tape)

ce qui me parait effrayant, c'est la conférence de presse des fachos du Parlement Européen avec leurs députés qui s’immiscent parmi les journalistes et font la claque et les Collard qui veulent intimider par des actions dignes de la mafia le journaliste qui s'insurge 


Ruquier, j'ai du mal à l'écouter, ou plutôt je l'écoute comme on écoute le baratin d'un vendeur de produit miracle sur le marché. 

Il peut dire qu'il a voté Mélenchon mais hélas il ne convainc personne de l'importance de son vote. On en serait même à penser sans importance qu'il vote FN ou LREM à reculons. 

On devrait interdire le droit de vote aux clowns qui restent toujours grimmés

je cite Ruquier (pfff, où on peut être amené qund même...) :


« Twitter a rendu folle une profession à la dérive, qui se tire une balle dans le pied. Viendra un jour où les journalistes, s’ils ne se ressaisissent pas, ne pourront plus rien dire à force de taper sur des confrères qui sortent du lot et vont à contre-courant de la bien-pensance ou de la pensée unique. »


Les mots journaliste et confrère me posent problème dans sa bouche.

Pas à lui semble-t-il.

Parmi les sujets de philosophie proposés ce matin :


 "Reconnaître ses devoirs, est-ce renoncer à sa liberté? "



On peut toujours dire et redire (sans doute même plus qu'avant) : mais on risque juste de s'en prendre plein la poire :-)

Légérement HS : Il est possible que l'on ait pris trop à coeur le fameux "indignez-vous"... parce que chaque jour une indignation en balaye une autre, ce qui revient finalement à ne plus s'indigner du tout. Malheureusement c'est le cas de l'ensemble des réseaux sociaux, même diaspora et mastodon.

"Ce qui nous regarde, ce n'est pas le citoyen Ruquier, c'est le producteur Ruquier."



"Le jour même, contraint et forcé, Ruquier virait Angot, sans explications. "




Ruquier est-il le producteur de l'émission qu'il anime et dont il est question ici ?



Qui a pris la décision de licencier Angot ?  




Pour les lycéens et collégiens qui passeraient par ici  : un lien sur les pages  consacrées à l'esclavage et aux génocides du site de l'ONU .





Qu'on ne puisse plus rien dire, c'est sans doute excessif et incomplet car il faudrait plutôt dire : "on ne peut plus rien dire sur des sujets touchant la race (qui paraît-il n'existe pas, mais suscite pourtant la ferveur dénonciatrice chez ses défenseurs zélés, ce qui paraît contradictoire), le sexe ou la religion sans susciter des polémiques vindicatives et des procès visant à la censure". C'est d'ailleurs ce qu'illustre parfaitement les commentaires réitérés et quasi obsessionnels de Schneidermann sur cette non-afaire insignifiante et dérisoire, qui nous montre que le choix des mots médiatiques sur certains sujets suscitent l'hystérie chez les représentants de ce suis qu'il faut bien appeler, faute de mieux, le politiquement correct et la bien-pensance ! On rappellera au passage à Schneidermann que les négriers européens avaient plus d'intérêt à conserver en bon état de marche leur marchandise humaine s'ils voulaient en tirer un plus grand profit lors de leur revente en Amérique qu'à la laisser se dégrader au cours de leurs pérégrinations transatlantiques. C'est tout ce qui fait la différence avec le traitement infligé aux Juifs par les Nazis pendant la Seconde Guerre mondiale,  qui visait au contraire à détruire les détenus des camps par un travail absurde et exténuant. On peut lire sur ce chapitre les mémoires de Speer, qui se plaignait auprès d'Himmler de la sous-alimentation des détenus des camps, qui ne permettait pas d'en tirer le meilleur profit pour l'industrie militaire allemande, ce cas quoi Himmler lui aurait répondu que c'était précisément l'objectif recherché.

Le Père Ruquier ne veut pas qu'on touche à un cheveu de Zemmour .


Finalement, il va se retrouver à poil.

Vendredi : les gens qui râlent sur la couv beauf sexiste de CH = pas bien.

Lundi : les gens qui râlent sur les propos racistes tenus chez Ruquier = bien.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.