38
Commentaires

Les cyberdjihadistes sont les amis de mes amis

Qui aurait imaginé que Facebook, créé en 2004 par un geek de 20 ans pour draguer les filles de son université, contribuerait aux printemps arabes en 2011 ? Aujourd'hui, Facebook sert aussi de plate-forme de communication (et de recrutement) à des cyberdjihadistes partis faire la guerre en Syrie. Je suis allé lire les "murs" Facebook de dizaines d'entre eux. Ils sont en guerre. Pas moi.

Derniers commentaires

RIB
Requiescat in Bellum ou RIW (rest in war) ou rien.
Pour info, Gilles est mort
http://www.sudouest.fr/2014/10/10/l-itineraire-de-gilles-33-ans-djihadiste-1699156-882.php
Bonsoir, je trouve cet article bien. Cependant, pour moi, la forme contredit le fond ! Il me semble que l'article donne tout de même une analyse des effets et forces en présence qui pousserait à interdir facebook et youtube en France !
Pour 1 Assia sauvée, combien d'Assia ou de Julie "enbriguadées" ? Et combien de plus par semaine ?
Avec quel tempo pour leur redonner goût à une vie normale, si ils/ elles sont interceptées en chemin ?
Et comment on guérira ces vétérans d'une guerre de leur syndrôme post-trauma ? Alors qu'en plus ils ont été du côté de l'ennemi d'état ?

Sur cette note j'ajouterais qu'il a été prouvé, que les gens ayant un avis sur un sujet passent globalement plus de temps à lire des articles confortant leur point de vue que des articles en contradiction avec leur avis. L'accès à l'information s'utilise donc préférentiellement pour légitimer son propre point de vue. Alors ça donne quoi, le dialogue, quand la majorité des intéressés s'en servent pour mieux camper sur leurs positions ?
Il a aussi été montré que les interactions dématérialisées dégénéraient plus rapidement vers l'insulte ou la menace que les discussions de vive voix ou en face à face. Donc, que la dématérialisation facilite le fait de considérer son interlocuteur comme une sous-personne.
ça donne quoi le dialogue en famille quand l'insulte prend naturellement le pas sur la considération ?

Je trouve que le texte donne un peu l'image d'un château fort qui voudrait maintenir le pont-levis baissé pour pouvoir accueillir un émissaire de paix. Le rapport entre les dangers rapportés et le bénéfice réalisé n'est pas en faveur du statu quo !

bonne soirée
J'adore cet article. Merci!
Très chouette article, merci. C'est marrant le "notez le couvre-lit vintage" : s'il y a bien un truc que partagent beaucoup de gens modestes d'origine arabe et de mamies georgette c'est le fait d'avoir une déco considérée comme kitch par les jeunes urbains occidentaux (de toute origine), qui se sentent plus ou moins à l'aise quand il faut assumer cette réalité ("double culture") dans leur propre famille.
Cet article est très intéressant. Je suis également ces mouvances, sur Twitter et sur Facebook depuis un certain temps.

J'aimerais me placer sur un autre plan et réagir à la mise en équilibre que fait Manhack entre les propos des djiadistes/ Salafistes (qui sont représentatifis de tout un pan de la jeunesse qui vit en France) et les lois visant à encadrer Facebook / Réseaux sociaux.

Ces lois paraissent à tous ceux qui sont imprègnés de la culture anarchisante ou libertarienne de la SiliconValley (EFF and co) comme liberticides.
Pour cette mouvance là, tout ce qui est liberticide est mal. Avec un grand M, le Mal.

C'est une optique ou "Ma Liberté" est indiscutable. L'individu passe au dessus du groupe, de la société, et a le devoir de s'épanouir, de trouver sa voie.
C'est une injonction forte. C'est une pensée qui est en phase avec l'époque. Moi, Moi , Moi. "La société n'existe pas, il y a seulement des hommes, des femmes et des familles". C'est même l'essence du projet Européen. La Liberté!

Ce qui est intéressant, c'est de constater, que ce que ces jeunes gens recherchent pour sépanouir, c'est un destin collectif. Ils vomissent cette "sacro sainte" liberté individuelle.

La liberté individuelle c'est rendre reponsable de leurs echecs scolaires et professionnels tous ces jeunes de banlieues qui n'ont pas les clefs.
La liberté individuelle c'est transformer 20% de la société en "looser". Pour ceux qui ont un peu d'amour propre c'est insuportable.

La Oumma, même si elle est fantasmée, n'est rien d'autre qu'une Nation. Et l'Etat islamique, une forme de Nation encadrée par des règles religieuses qui transcendent la gouvernance.

Et oui, je regrette la République forte qui savait offrir ce cadre tout en étant, même imparfaite, une démocratie.
(C'est d'ailleurs dans ce cadre de reflexion qu'il faut réfléchir à la popularité de Poutine en Russie.)

Manhack, vous n'êtes pas en guerre, mais tous ces jeunes gens sont en guerre, et ils sont en guerre contre vous.
Et contre tous ceux pour qui la liberté individuelle est au dessus de tout, ce qui interdit de se réaliser et de se reconnaitre dans un avenir collectif.
Bonjour JMarc ainsi que tous les participants à la discution.
Merci pour cet article qui m'inspire pourtant quelques réflexions :
D'accord sur le côté humain du dialogue grâce au réseau social, m^me dans la pire inhumatiné on trouve une petite lueur de positif, le lien est conservé.
Sur l'aspect paumé et pauvres gars des ces jeunes gens, sans rentrer dans les clichés de la misère sociale, le manque d'avenir, le chomage des jeunes... il s'agit là de personnes armées qui n'hésiteront pas un seul instant à tirer et commettre les pires des exactions. A ce propos :
Du coup je suis parti moi aussi, en exploration FB. curiosité mal placée ? Je clique sur un lien vidéo où une vingtaine d'hommes, barbus, à genoux font face à un agité, barbu aussi, qui professe bradissant son fusil. Derrière eux des hommes debout en armes aussi. Nausée lorsque tombe le premier. Abatu par derrière à bout portant, puis le deuxième, uns à uns... qui étaient-ils ? dans quel contexte ? Peu m'importe: meurtre cruel et de sang froid, echo venus de 70 ans en arrière, Oradour, Lidice... Je n'ai pas supporté de voir çà jusqu'au bout, insoutenable ! Des paumés ?
Il y a aussi tous ces prèches et discours des ces imams ou maitres "spirituel" à "penser"...

Alors dernière réflexion à propos du média FB et la responsabilité de ses publications. de tels propos peuvent-ils être public sans aucune modération? Bien sur on ne peut pas censurer FB. Mais tout de m^me voici un média qui clairement diffuse des propos qui tombent sous le coup de la loi : on appelle pas au meurtre, ce n'est pas possible ! Que ferait-on d'asi si celui ci appelait à la haine et à la guerre sainte contre les mécréants s'exerçant au journalisme animalier sans carte de presse, llustrant ses thèses avec des vidéos explicites où DS s'envolerait dans des diatribes illuminées ?
Cette chronique donne beaucoup à réfléchir. Je connais un jeune homme, de l'âge de mon fils, qui, à 18 ans, a signé son engagement dans l'armée (française) pour aller en Afghanistan, mettant ses parents devant le fait accompli. Leur désarroi était assez semblable malgré les différences. Voir partir ses enfants pour mourir, pour tuer, volontairement ou contraints, cela traverse les frontières et les époques.
C'est vrai, tant qu'on se parle, tant qu'on réfléchit, on ne se tire pas dessus...
(Mais pourquoi avoir anonymisé certains noms et pas d'autres?)
Pour préciser ma pensée: j'ai plutôt pitié de ces pauvres types.
Mais je me sens fortement menacé par leur action et je ne les laisserai pas me tuer ou tuer mes proches sans combattre.
Réaction à ces phrases de l'auteur:
"Pour autant, je n'ai pas eu l'impression d'avoir eu à faire à des "terroristes", mais à des gens paumés, ou illuminés, embrigadés comme on peut l'être dans une secte. Ils sont en guerre, certes. Moi, pas, contrairement à tous ces députés qui martelaient récemment à l'Assemblée que la France était en guerre contre ces gens-là"
D'accord sur le premier point. Ce sont des illuminés, des manipulés, comme dans un secte. Ils allaient mals, il n'étaient pas content du monde dans lequel ils vivaient, une organisation leur a fournis une promesse que ça aille mieux, ils l'ont suivi aveuglément.
On retrouve ce genre de gars dans tous les mouvements extrémistes, que ce soit des skins fachos, des groupuscules d'extrême gauche révolutionnaire type bande à Baader, ou même les premières recrues des SA (n'oublions pas que l'Allemagne des années 30 était dans une crise économique absolue).
Par contre, si j'ai plutôt pitié de ces pauvres paumés, je ne peux pas avoir pitié des exactions qu'ils commettent. Je ne peux pas avoir pitié de leurs chefs.
Même si dans l'idéal j'enverrais volontiers tous ces pauvres couillons en psychiatrie, je pense qu'avec la quantité de sang qu'ils ont sur les mains, ça va être difficile.
Un enfant soldat qui pose les armes, sa place est dans un foyer d'accueil avec aide psychologique, mais un enfant soldat qui vous menace avec une arme... :(
Difficile de conclure, à la lecture de cet article, que Allah et l'islam n'ont rien à voir avec ces islamistes.
"(les fautes d'orthographe sont d'origine)"

Aurai-je la cruauté ? ;-)

Deux dans la même phrase:

Je ne suis pas devenue leur "ami" et n'ai donc pas eu accès aux contenus qu'ils leur réserve ...

Ne le prenez pas mal, just for fun.
Merci pour cette très belle chronique.
c'est assez émouvant ce rappel de la date d'anniversaire de "mamie georgette",l'échange affectif fonctionne encore des 2 cotés
la mémoire affective n'a pas complétement disparue,chez le djihadiste mais elle ne résiste pas longtemps devant l'autorité glaciale et univoque du soit-disant "dieu unique de l'univers"!!

j'aime mamie georgette et le cosmos rationel...
Il n'y a pas plus c.n qu'un jihadiste
Si ! Un c.n qui raconte sa vie sur Facebook

Les deux, alors...

Mais je n'avais pas compris qu'en fait, là-bas, en Syrie, ils voulaient occuper le terrain avec des familles, une sorte de colonisation jihadiste, ils chassent les précédents en les terrorisant, ils tiennent l'occident en respect avec les otages, et ils colonisent la zone.
Pas si c.ns que ça, finalement.
J'ai bien aimé et je vous rejoins sur le profil de nos apprentis jihadistes (j'ai un peu suivi ces tendances depuis 2002).

Je soulignerais ce "dialogue" :
Vous : "les fautes d'orthographe sont d'origine"
L'un d'eux : "Que vous y croyez ou pas nous serons interrogés,et certainement pas ,que sur nos fautes d orrographes".

La logique d'une aristocratie scolaire issue du Jules Ferry engendre aussi ses gueux, ses indignes qui n'ont pas les mots des indignés, et qui se contenteront de trois balles dans la peau, la leur ou celle de leur prochain pour affirmer leur dignité.
C'est d'ailleurs assez paradoxal vis-à-vis de l'Islam où, selon la tradition, le premier ordre divin fut "Lis !".

Au passage, petit rappel de cette initiative de dialogue israélo-iranienne en 2012 : "Israéliens et Iraniens s'aiment !"
Merci pour cette visite dans les tréfonds de Facebook. Reste à comprendre comment on peut autant perdre pied que ces pauvres gens :(
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.