62
Commentaires

Les chaines d'info toutes en jaune

Les chaînes d'info couvrant les blocages organisés, samedi 17 novembre, par les Gilets jaunes, et qui ont fait un mort et 106 blessés dont six graves, ont exclusivement donné la parole aux manifestants protestant contre la hausse du carburant. Victoire de communication des manifestants ? Ou chaînes d'info acquises à la cause ? Nous avons visionné les éditions spéciales de BFM et CNews.

Commentaires préférés des abonnés

le point de vue et le raisonnement que vous n'entendrez jamais dans les médias, et pour cause (rire jaune)


L'impératif écologique ne sera reçu comme normal qu'en commençant par supprimer tout ce qui est dépense d'énergie pour des vies de luxe, quand d(...)

Ou comment instrumentaliser grotesquement un mouvement prolétaire en lui prêtant une idéologie néolibérale du "yatrodimpot" alors que la manif porte sur la justice fiscale et une majorité de manifestants sont favorables au rétablissement de l'ISF...

(...)

Ces gilets jaunes sont la contre-manifestation, la réaction, aux manifestations sur le travail et les grèves des établissements de transport. Les gilets jaunes trouvent donc naturellement le soutien de ces chaines d'infos.


Pour le gilet jaune dominant(...)

Derniers commentaires

Le tapage va sans doute changer de musique.

Lord !

Allons, bon !

Pont de Beauvoisin est en Isère et non pas en Savoie.

Eric Brunet est ridicule comme d'habitude. Son discours "trop de taxes", influencé par son libéralisme à tout va, fait beaucoup de mal à l'équilibre social du pays. Le mouvement des gilets jaunes est d'ailleurs de ce point de vue très ambigu. Tout est mélangé, rien n'est démêlé. Récupéré par l'unique axiome "il y a trop de taxes", sans s'interroger sur les objectifs des impôts et leurs vices et vertus, ce mouvement ne permet pas une clarification politique, au sens premier du terme. Peut-être, par exemple, aurait-il fallu plutôt faire un mouvement foulard rouge quand l'isf a été abrogé ? Au moins, celui-ci aurait eu plus de clarté.

Taxe sur l'essence, taxe sur les colis, taxes sur les chèque-vacances et tickets-resto, taxe via le contrôle technique renforcé, taxe sur les vélos via leur immatriculation,  taxe sur le sel (comme au bon vieux temps), taxe soda, taxe sur les oreillers, matelas et couettes, taxe sur les entrées en ville, taxe sur le courrier via le timbre à 1€... Les gouvernants sont vraiment à cheval sur le bien du peuple. "Si vous ne croyez pas, vous ne serez pas en mesure de comprendre" (Isaïe, 7,9). Alors En Marche ! Suivons notre Berger ! Bêêê^hhh


Excellent article comme toujours. 


Il aurait été intéressant de faire le parallèle avec le traitement médiatique d'autres conflits, comme les grèves à la SNCF où la parole n'était donnée quasi exclusivement qu'aux usagers  (de mémoire,  ASI avait fait un tout aussi excellent article sur la présentation de ce conflit aux JT).


Adhésion implicite des rédactions au mouvement des gilets jaunes dans un cas, discréditation et dénonciation des privilèges supposés de groupes "corporatistes" par les mêmes rédactions dans l'autre. ..


Merci ASI en tout cas,  longue route...


au moins ASI c'est quoi faire comme émission.

beaucoup de noeuds a demeler dans ce mouvement


organisation

médias pour ou contre

positionnement syndicat ,partis politiques

nombre de manifestants

mobilisation spontanée ou partis politiques à la remorque

composition sociale 

revendications 

bilan et suite


il est évident que les chaines d'info sont au mains du lobby des vendeurs de gilets jaunes. 

Il y a aussi le fait que les chaînes d'info sont confrontées à un phénomène presque totalement inédit et ne savent pas par quel bout le prendre : "l'uberisation" d'une lutte sociale. Tout comme Macron s'est fait élire sans l'appui des partis historiques, puissants et ancrés, avec une simple "start-up" En Marche bricolée en quelques mois et dotée d'un programme light mais consensuel (chacun y voyait ce qu'il voulait y voir, c'était fait pour) et avec une intense et efficace stratégie de communication par le numérique, nous sommes confrontés au même phénomène avec les gilets jaunes. 

Pas d'appui des mastodontes historiques (partis, syndicats), organisation atomisée mais efficace, bricolée en quelques mois, pas de mots d'ordre clairs (chacun y voit ce qu'il veut y voir dans ces blocages). 

Ces gilets jaunes sont la contre-manifestation, la réaction, aux manifestations sur le travail et les grèves des établissements de transport. Les gilets jaunes trouvent donc naturellement le soutien de ces chaines d'infos.


Pour le gilet jaune dominant, il y a la bonne cause et la mauvaise cause. La sienne est bonne. L'autre, celle du fonctionnaire sncf gréviste, non, puisque c'est un nantis. L'autre, celle du professeur, non, puisque c'est un privilégier. Ce sont un peu les électeurs de Trump version française dissoute dans plusieurs candidats.


La présentation de ces chaines d'infos, avec métropole et présentateur complètement en jaune, c'est un peu comme la couverture de cnn et Fox news des émeutes de 2005 avec des cartes de la France en feu...


Merci pour votre article Asi

...l'incident de Grasse est assez révélateur: Sig-Sauer à la face du conducteur , foule quasi prête au lynchage , insultes  et là, étonnamment personne ne parle de "prise d'otage" . Que fichait le flic sur le capot ? On peut attendre la réponse !

le point de vue et le raisonnement que vous n'entendrez jamais dans les médias, et pour cause (rire jaune)


L'impératif écologique ne sera reçu comme normal qu'en commençant par supprimer tout ce qui est dépense d'énergie pour des vies de luxe, quand d'autres dépensent de l'énergie pour simplement survivre. 

Malgré les apparences, la taxe sur l'essence n'est pas le bon moyen pour imposer l'impératif écologique. Certes, personne de raisonnable et ayant envie que ses enfants survivent ne niera qu'il faut décarboniser la planète et très vite. Mais en aucun cas en passant par une taxe sur l'essence ! La taxe est un principe injuste socialement. Elle permettra encore une fois aux riches (comme dans les crises financières) de s'abstraire de l'effort inouï qu'il va falloir produire pour se donner une chance d'avoir un avenir. La taxe sur l'essence ne fait pas la différence (pourtant élémentaire du point de vue de la justice) entre des gens à l'aise économiquement qui se permettent de polluer pour satisfaire des besoins très secondaires, voire bien souvent ultra secondaires (appartements multiples et gigantesques climatisés à outrance,voyages touristiques à tour de bras en bateau, en avion, et bientôt en fusée etc..;) et des gens qui polluent parce qu'ils ne peuvent pas faire autrement pour satisfaire des besoins primaires, et parfois vitaux (chauffage, voiture pour travailler, etc...). De fait, la taxe est un impôt injuste et aveugle, un rationnement à géométrie variable qui sans le dire cible quasi exclusivement les pauvres.
Si monsieur Macron et consort ont une vraie préoccupation pour l'avenir de l'humanité (et de toute l'humanité : et pas seulement de leur petit milieu qui, taxe ou pas, continueront à pourrir la planète avec leurs voyages pour un oui ou un non et leur palais climatisés à outrance. Et fusse par énergie électrique d'ailleurs, une énergie qui n'est pas beaucoup plus propre qu'une autre quand on examine son bilan écologique global et réel) comme ils le prétendent alors ils parleraient ainsi: 
« Monsieur X (grand patron, haut fonctionnaire, etc.. ;), vous voulez organiser un anniversaire en faisant venir de la planète entière par jet privé tous vos amis (cas réel) , ou vous voulez vous payer un voyage en fusée pour voir la terre de plus haut ? Mais votre dégagement en CO2 pour satisfaire ce genre de plaisir est totalement insupportable, pour ne pas dire meurtrier quand la majorité de nos citoyens ont besoin de cette énergie pour aller au travail, se chauffer et se laver, bref pour satisfaire des besoins primaires. Non, monsieur votre ultra confort est un luxe que notre société ne peut pas se payer. Nous allons vous soumettre comme tout le monde à un rationnement égal pour tous : vous aurez droit un taux d'énergie vous permettant de satisfaire vos besoins primaires (et une dépense pour loisir raisonnable une fois les besoins primaires de tout le monde satisfait), mais en aucun pour satisfaire des besoins très secondaires quand d'autres n'ont même pas le minimum vivable». 
La  survie de la planète et de ses habitants, vu que ses ressources ne sont pas extensibles pour l'instant, passe  par une redistribution des richesses, ....et forcément la redistribution ne peut se faire que  du haut vers le bas, de ceux qui ont trop vers ceux qui ont peu, puisque dans l'autre sens la chose n'est logiquement pas possible. L'impératif écologique ne sera reçu comme normal qu'en commençant par supprimer tout ce qui est dépense d'énergie pour des vies de luxe quand d'autres dépensent de l'énergie pour simplement survivre. 



C'est l'essentiel message (sans jeu de mots) , il est assez peu courant dans ce que j'ai pu "entendre" sur les rond-points où tous tournent en rond .

Oui et il faudrait répandre ce raisonnement rendu impensable par les médias

 La taxe sur l'essence ne fait pas la différence (pourtant élémentaire du point de vue de la justice) entre des gens à l'aise économiquement qui se permettent de polluer pour satisfaire des besoins très secondaires, voire bien souvent ultra secondaires


ça fait des années que les partis de gauche s'égosillent à le répeter. Besançenot l'as rappelé il y a quelque jours à propos du mouvement, on aurait aimé l'entendre énoncé clairement (au milieu des revendications foutraques et des débordements racistes et homophobes).

Je ne suis pas sûr que Besançenot soit maître de la communication. Les médias jouent leur rôle de "gate keeper" sur les opinions recevables dans ce genre d'affaire.  J'ai transformé cet argumentaire en pétition si ça vous intéresse. Mais je crois savoir qu'ici on ne peut pas renvoyer vers elle directement. Bon avec un peu de malice.....

Pour le coup, au milieu du défilé des guignols qui cherchaient tous à démontrer que le mouvement était le prolongement naturel de leur combat politique,  Besancenot a été très digne, n'est venu s'égosiller nulle part, a laissé l'auto-détermination s'auto-déterminer, et a simplement relayé un court texte en fin de journée.


On aurait peut-être aimé l'entendre plus, ou peut-être entendre beaucoup moins les autres (de gauche comme de droite). 


Bref, les gens auxquels on ne s'intéresse généralement pas sont en colère, on doit leur demander pourquoi, sans préjugé (je vous assure que les avis sont très divers, et parfois très pertinents), et sans s'embarrasser des politiques qui, attirés par la grogne, vont s'adonner sans pudeur au grand jeu du « ça c'est moi qui l'ai dit en premier donc c'est mon mouvement ». 

d'accord avec vous. (ah oui ça pretait à confusion ce que j'ai dit "on aurait aimé l'entendre enoncé clairement", je parlais pas de Besancenot qui a été parfait, je parlais de ce qu'on aurait aimé entendre dans le mouvement, vu de loin en tout cas.

Besancenot ??? ha oui le type qui ne supporte pas la FI eul mouvement pouvant gagner , mais qui crie 'resistance' dans les manifs. MErci a lui d'avoir permis a Islapette de gagner, ces petits mecs blancs et bien nourit ne m'amuse pas moi, et les meres de famille, on veut pa smourir de faim , seule , SDF , pour que des petit male puisst se sentir puissant alors qu'il ne sont que des nombriiste la bite a la mains. 

J'approuve. 

Mais je fais une petite remarque: 

"la redistribution ne peut se faire que  du haut vers le bas, de ceux qui ont trop vers ceux qui ont peu, puisque dans l'autre sens la chose n'est logiquement pas possible." 


En réalité, la modeste, parcellaire voire ridicule "redistribution vers le bas" a été précédée d'une large et gigantesque distribution vers le haut (si c'est possible, avec une bonne pompe aspirante) de tout ce qui est vraiment productif. À commencer par les paysans (aucun de ces beaux messieurs ne peut se passer de manger), artisans et ouvriers. 


Faire bouger des chiffres sur un écran d'ordi peut enrichir considérablement en ne produisant strictement rien. Une usine sans patron peut parfaitement continuer à fonctionner, pas une usine sans ouvriers.

Les corps intermédiaires réduits au néant (syndicats , partis politiques, médias...) , on redécouvre l'utilité qui était la leur . Il aura fallu 3 mandatures pour s'en apercevoir, 3 mandatures qui se sont acharnées à les détruire.

Dans mon bled à langon on était largement plus de 300 donc vos chiffres bidons du ministère de l'interieur on s'en tape et mon abonnement aussi à la fin du mois terminé Menteurs !! 


Buen sur que ces médias vont pas etre contre une manif présenté comme anti-taxes !

Le Brunet, il porte un gilet jaune de chez Dior car les nôtres ne sont pas comme ça...

Pour le fun et les anciens

Il vaut mieux porter des J laids que des J beaux car dans ce cas là, on fait ceinture...

 je suis d'accord avec votre article .

Le chiffre correspond en gros à une journée de manif moyenne. Sauf que les manifs emmenées par les syndicats ne sont pas couvertes par les infos comme celle-ci. Je me suis procuré un tract donné par les gilets jaunes, c'est pas piqué des hannetons : "Le système de retraites par répartition n'est rien d'autre qu'une pyramide de Ponzi". "l'Etat est incapable d'équilibrer un budget", "l'Etat obèse doit faire un régime". A croire que ça a été rédigé par le MEDEF. Rien sur l'exode fiscale, rien sur le CICE donné sans contrepartie au patronat, rien sur l'impôt sur la fortune supprimé par Macron. Les gilets jaunes ne voulaient pas de syndicats ni de partis politiques, je comprends pourquoi.

Il a l'air remonté comme un coucou, Eric Brunet ! S'il décide de rejoindre les gilets jaunes sur les barrages, j'espère qu'ils réussiront à le calmer.

  • Pour peu que Christophe Barbier vienne lui aussi y semer sa zone, ça risque de très mal finir.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.