8
Commentaires

Les articles low cost de quotidiens US étaient rédigés aux Philippines

Plusieurs journaux américains ont publié, pendant des années et à leur insu, des articles d'information locale écrits par des Philippins sous-payés ou des journalistes indépendants américains, à peine mieux rémunérés. Ces articles, commercialisés par la société Journatic, étaient fabriqués à partir de diverses sources et bases de données, et signés de divers pseudonymes inventés. Scandale : plusieurs titres prestigieux reconnaissent progressivement avoir utilisé les services de Journatic, et certains continuent à le faire.

Derniers commentaires

Je croit savoir quel site c'est. Il y en a plein comme celui-là, mais celui-ci est basé aux Etats-Unis et passe souvent par les Philippines, un paradis fiscal pour de très grosses sociétés qui envoient des centaines d'offres de sous-traitances là-dessus.
Vous avez vraiment tort de sous-évaluer la question, car il ne s'agit pas que de journalisme, mais d'absolument tous les postes qui peuvent être tenus en télétravail. Il y a beaucoup de blanchiment d'argent dans cette histoire, le site est également utilisé pour recruter des gens qui travailleront ensuite non plus sous l'autorité de ce site (qui prouve le travail effectué en faisant installer un logiciel espion sur l'ordinateur qui prend régulièrement des captures d'écrans soumises à l'employeur, et qui pourrait faire on ne sait quoi d'autre à l'insu de tout le monde), mais uniquement par skype et email dans le monde entier.

Le principe est simple : les utilisateurs se mettent aux enchères, en partant du prix de départ très très bas imposé par le budget de l'employeur. Par exemple : l'employeur dit qu'il payera maximum 5 dollars de l'heure, 75 personnes répondront, et il mettra en adéquation le profil et le salaire le plus bas possible. Il pourra payer 0,12 centimes de l'heure si quelqu'un va par là, ce qui est presque toujours le cas. Et il y a des gens de toutes nationalités qui se proposent, et aucune législation sur laquelle se retourner. Il y a autant des emplois de centres d'appel que d'assistants administratifs, que de comptables, que de traducteurs, que de fabricants de sites web que de demandes de hackers, que de demandes de formations d'annuaires d'entreprises ou de recherche de l'adresse et du contact personnel des grands dirigeants.

En relation particulière avec cet article, il y a recrutement massif de bloggueurs, de rédacteurs d'articles avec techniques SEO, de faux journalistes, de faux commentateurs, de faux spécialistes, le tout payé une misère.
Il ne faut pas être désinvolte : quand on peut trouver des volontaires non-qualifiés qu'on payera 1 dollar de l'heure alors même qu'on est une entreprise basée dans un pays où les droits du travail sont exigeants, on n'embauche presque plus de personnel qualifié, et on fait grandement dévaluer la masse salariale qu'il pourrait être en droit d'exiger. Sur le forum d'un tel site, une journaliste prévenait les gens de ne pas accepter de travail de rédaction à moins de 5 dollars les 200 mots (et encore, c'était de l'abus pour elle), mais dans les faits, ça doit tourner plus autour des 20 centimes. Votre métier à vous, à moins qu'il soit entièrement manuel, peut surement s'effectuer de cette manière, vous êtes prévenus. Et c'est un cercle vicieux : vous ne trouvez pas d'emplois dans votre pays, vous vous tournez vers cette solution, vous amplifiez le problème.
C'est une autre forme de délocalisation, sauf que de nombreux Français trouvent une première expérience là-dedans. J'ai envie de dire que la fausseté d'une information qui ferait le tour du monde, c'est vraiment secondaire vu l'ampleur que le problème promet. Sans législation mondiale ou flicage systématique de ces sites particuliers, ce qui ne serait pas cautionnable, je pense qu'il faudrait les interdire. C'est la forme du futur, non, du présent, de l'exploitation et de la paupérisation du savoir et des compétences.
Je vous donnerais bien le lien, mais je pense que s'il était identifié, il serait immédiatement supprimé pour être remplacé ailleurs. Mais ce serait intéressant que vous voyez pour constater l'ampleur de la chose et l'étendue de l'intrusion. Néanmoins, il en existe plein, sont presque tous l'initiative de pays anglo-saxons ultra-libéraux, et vous pouvez en trouver certains dans les commentaires de cet article.
Question: Est-ce que les informations étaient exactes?
Le problème ne serait-il pas que les journaux ont payé très cher cette information et sont "vexés"? Par ailleurs, leur orgueil (ou leur professionnalisme au choix!) doit être un peu mis à mal puisqu'ils n'ont pas vu la supercherie.....
En France, on appelle ça des "stagiaires".
C'est une délocalisation comme une autre ... :-))
Mais de quoi on se plaint ? En France, Morandini par exemple aurait tout intérêt à faire appel à de tels services pour doper la qualité des articles de son site et se délivrer des fautes d'orthographe, sans avoir à racler lui-même le fond des fosses webseptiques pour copier-coller des bouts d'articles branlants, avec les thèmes obligatoires cul, Noah, DSK, Jamel Debbouze, homos, Le Pen, Secret Story, islam, et pis c'est tout. Ah, j'oubliais, Trierweiler, euh pardon Rottweiler. Mais là, a pus pour le moment. Et pour quelques centimes de supplément, je suis sûr que les petites mains philippines seraient d'accord de saupoudrer des EXCLUSIF, DERNIERE MINUTE, EN DIRECT, CLASH, BUZZ et EN COLERE toutes les deux phrases et demi. Bref, ses lecteurs n'y verraient que du feu.
Tant que ça se vend ... Le marché, c'est la démocratie: Ça me plaît pas, j'achète pas. Le consommateur est roi. A bas la censure intello !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.