21
Commentaires

Les années 68, et après : deux films à voir avant notre émission

En cette année anniversaire de mai 68, Arrêt sur images et la plateforme de documentaires de création Tënk vous présentent "Jusqu’au bout" et "Petites têtes, grandes surfaces - Anatomie d’un supermarché". Deux courts-métrages du collectif Cinélutte, né du mouvement de mai 68. Deux films à visionner en exclusivité avant le débat qui les éclairera et les prolongera la semaine prochaine sur notre plateau.

Commentaire préféré des abonnés

Bonsoir, c'est vraiment super que vous ayez l'occasion de remettre des liens avec Tenk. Mais... On ne sait toujours pas pourquoi tout s'est arrêté du jour au lendemain ?

Perso, je ne demande pas grand chose. Juste un billet qui nous détaille les expli(...)

Derniers commentaires

quelqu'un connaitrait-il la chanson qui passe dans le deuxième documentaire à 10 mn.  


"si tu veux devenir grand homme il te faut un grand citron  

c'est le propre du grand homme de pressurer les petits citrons"


ou avez vous une idée de l'interprète ?

Proposition d'un autre à voir : L'an 01 .


Film de 1973 par Jacques Doillon d'après une BD de Gébé.


Extrait de la présentation de Wikipedia :

"Le film narre un abandon utopique, consensuel et festif de l'économie de marché et du productivisme. La population décide d'un certain nombre de résolutions dont la première est « On arrête tout » et la deuxième « Après un temps d'arrêt total, ne seront ranimés — avec réticence — que les services et les productions dont le manque se révélera intolérable. (...) L'An 01 n'a ni premier rôle ni personnage. Le personnage est le peuple. (...)"


Ca commence avec un dialogue sur un quai de train entre deux personnes (dont G. Depardieu) allant au boulot.

Extrait : 

- Tout d'un coup, j'ai eu envie de ne plus entrer dans le train

- De plus jamais monter dans le train ?

- "Jamais", c'est pas l'mot, mais toujours le même train... vous comprenez à la fin...

- A deux ce serait plus facile, vous trouvez pas ?

- Quoi donc ?

- De plus prendre le train."

Et ils ne prennent pas le train

"Ce qu'est bien, c'est qu'on a pas peur... Au fond, on craint... ils vont pas nous donner des gifles. On a rien à craindre.

- Et eux ? Tu crois que c'est par peur des gifles qu'ils se démènent comme ça ?... On n'a pas l'droit, on n'a pas l'droit de se conduire comme ça. On peut pas leur dire, vous êtes trop grands pour prendre des gifles et des coups de pied au cul. On devrait leur dire, ça.

- Là, tu viens de dire un truc terrible, parce que quoi, ça fait quoi, ça fait 10 minutes qu'on s'est évadé, et au fond, maintenant on a quelque chose à dire aux gens.

- Et comment on va l'dire ?

- J'sais pas, on va trouver quelque chose à dire..."


Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Merci pour l'accès à ceux deux films et ces deux moments de l'histoire. 


Superbe doc sur Carrefour 1974, façon Strip Tease avant l'heure... Sur le fond à mettre en relation avec "Lidl 2017" évidemment... Magnifique défilé de cadres au début, avec en point d'orgue le chef de caisse à tendances officier subalterne sadique... Du grand cinéma. Ce serait pas mal de retrouver les protagonistes, pour ceux qui sont encore de ce monde ? Via le réalisateur ? fxa 

Bonsoir, c'est vraiment super que vous ayez l'occasion de remettre des liens avec Tenk. Mais... On ne sait toujours pas pourquoi tout s'est arrêté du jour au lendemain ?

Perso, je ne demande pas grand chose. Juste un billet qui nous détaille les explications de l'arret brutal du partenariat. Même si c'est trivial (ou pas), même si ce n'est pas glorieux (ou pas).

Juste connaitre la raison et si il est question d'un reprise de ce partenariat.

Je trouve ça dommage d'avoir laissé en friche les abonnés là-dessus sur un des plus beaux partenariats du site.


Bonne soirée,


Cyril

Ca ne s'est pas arrêté, Klerian, la preuve, c'est que...ça reprend.


Pourquoi ça s'est interrompu ? Parce qu'on a eu du mal à trouver des films de Tënk, nous permettant de vraies passerelles avec notre propre champ, les problématiques médiatiques d'aujourd'hui, passerelle qui était le cahier des charges de nos émissions en co-production. On a fait beaucoup d'émissions très réussies, d'autres dans lesquelles le lien était capillo-tracté. Donc, on a un peu lâché prise, sachant que je pense qu'une émission réussie est celle qui nait d'une énergie, d'une nécessité, et pas du besoin de remplir une case. Et pourquoi je ne fais pas toujours de making of pour l'expliquer ? Parce que je n'aurais pas grand chose à dire de plus que "on a moins envie..." Pas très glorieux !


Je suis très heureux qu'on puisse reprendre, avec ce cycle 68. J'espère qu'on pourra en faire plusieurs autres.

merci pour ces précisions. Moi, perso, j'aime bien ce type de making of, et les trouve utiles, même c'est pas fracassant comme nouvelle et que c'est sybillin.Ca permet juste de pas sentir des grands trous dans lesquels disparaissent certains partenariats. C'est fou comment, dans le silence, on peut éventuellement se faire des films.

Merci de votre réponse. Elle est plus que satisfaisante et, effectivement, mieux vaut pas d'émission qu'un sujet abordé au forceps.


Bonne journée,


Klérian.

Je ne considère pas " on a moins envie" comme non-glorieux. 

Et c'est plus agréable de savoir. 

Je croyais moi aussi que ce partenariat était fini, et je le regrettais.

C'est toujours agréable de savoir à quoi on peut s'attendre ou non. 

"En cette année anniversaire de mai 68, Arrêt sur images et la plateforme de documentaires de création Tënk vous présente"... 

L'onglet "signaler une faute" était utile, je trouve. Alors je fais comme si et je propose "vous présentent".

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.