39
Commentaires

Les 35 Heures, ou l'impossible bilan

Ah, les 35 heures ! Cette "calamité pour l'emploi" et les finances publiques ! Depuis le temps qu'on nous répète qu'il faut, au choix, les "dépasser", les "détricoter", les "déverrouiller", les "supprimer" voire les "brûler". C'est bien simple, il suffirait de mettre un terme à ce "carcan" pour que la pluie cesse, les nuages s'estompent et la croissance reparte. Après les critiques 2007-2008-2009-2010, la saison 2011 anti-35 heures a été ouverte par Manuel Valls (PS) et le trio Bachelot-Copé-Jacob (UMP). Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a même déclaré sur Canal+ vouloir en faire l'un des principaux thèmes de campagne pour 2012.

Derniers commentaires

pitié, pas de chiffres !
grâce à l'instauration des 35 heures, j'ai enfin - depuis la 2° loi Aubry - trouvé du boulot à temps plein, ainsi que Naïma, Florence, Alex, Steph, Noura, Mounira, Jeff, Rémi, Alain, Michèle, Saura, Mourad, Nhum, Lisa, "Bob", Antonio, Rita, Anne-Marie, Olivier, Nana, Alex "2", Nina, Svetlana, Anton, Wissem, pour ne parler que des collègues (et ex-collègues) de travail.
je suis formatrice et conseillère en insertion sociale et professionnelle depuis 1991.
je vous prie de croire que j'ai vu "défiler" plusieurs milliers de demandeurs d'emploi.
et "LES" 35 heures ont créé beaucoup de postes, surtout dans les petites entreprises (l'essentiel des employeurs potentiels dans mon département - 83).
tout ce qui se raconte est un mauvais procès aux avancées sociales dont nous avons tous été demandeurs et "profiteurs" - y compris Sécurité sociale, santé, retraite,...
tout ce qui se raconte montre à quel point nos concitoyens ont la mémoire courte : "Déclaration Universelle des Droits de l'Homme", abolition de l'esclavage par la Convention-avant tout autre pays concerné, "Conseil National de la Résistance", et autres décisions politiques et prises de position par nos élus, devenues gênantes car nous n'en n'avons pas été dignes.
Je suis détaché en Belgique où je travaille conjointement avec des belges et des allemands. En belgique, on est officiellement à 37H30 par semaine.

Premiere constatation : Je remarque que les cadres belges et allemands font 8 heures de travail par jour ce qui n'est pas le cas des francais(j'estime le nombre d'heure quotidiennement réalisé par un cadre francais entre 10 à 12 heures ).

Deuxième constatation : Les repos compensatoires d'une semaine de 40 heures (équivalent RTT francais) sont de 12 jours par an en Belgique. Ma convention "35 heures" francaise me donne 11 jours de RTT par an.

Troisième constatation: Les jours fériés sont tous chomés en Belgique. Un jour férié qui tombe un week end est systématiquement reporté au lundi suivant. Ce n'est pas le cas en France.

Par conséquent nos politiciens qui considèrent dans le calcul que nous réalisons 35 heures hebdomadaires (ce qui est marqué sur nos feuilles de paye ) et qui nous comparent avec des allemands et des belges par exemple vont dire que l'on travaille unitairement 2h30 de moins qu'un belge et 5 heures de moins qu'un allemand mais en réalité on travaille 5 heures de plus qu'un allemand et 7H30 de plus qu'un belge par semaine.

Conclusion : Je veux bien faire 2H30 de plus comme les belges, tous le monde sera heureux , nos politiciens parce que sur le papier on travaillera plus et donc l'économie se portera mieux et nous dans le monde réel, nous travaillerons moins.
http://www.gresea.be/miseenconcurrencedestravailleurs.htm
quoi de mieux pour mettre en concurrence les salariés, que l'augmentation du temps de travail, l'allongement de la durée de cotisations pour la retraite, hein !
plus de monde sur le marché du travail c'est plus de concessions, moins de revendications, plus de peur et d'incertitudes, moins de temps pour réfléchir, on bourinent, on bourinent !!! et puis ça fait baisser les prix, la concurrence y a que ça de vrai, ça marche pour les yaourts.
« c’est la concurrence qui met un juste prix aux marchandises, et qui établit les vrais rapports entre elles » Montesquieu
ah quelles meilleurs moments pour faire passer la pilule, qu'une bonne crise, faute de guerre (plan B) !
ahahahah la la c'est maintenant ou jamais ! vite avant que la crise ne soit plus qu'une triste ritournelle.
Allez les gens c'est la crise, on a besoin de vous pour s'en sortir, relevez vos manches, tous au boulots, le chômage c'est les autres, et pi fuck pour les salaires, au diable l'avarice, en plus si vous avez moins de temps pour dépenser, vous verrez même pas la différence, au pi y a assez de gens qui dépensent http://www.mediapart.fr/club/blog/acturevue/160410/les-inegalites-en-france-retour-sur-les-contre-verites , pour que l'économie n'en pâtissent pas, c'est pour ça qu'il faut que les riches, le soit de plus en plus ! ils sont notre avenir !
vive les riches, merci les travailleurs pauvres, et vive la République !
soyons équitables, les riches ne croient pas à la répartitions de richesses, alors ne croyons pas à la répartition du temps de travail.
Comme d'habitude, un excellent article de Sébastien Rochat. Complet et particulièrement clair.
Merci pour ce très bon papier!
Et vive les 32 heures!
Tout un article pour en arriver à la conclusion suivante : il est impossible de tirer des conclusions logiques traitant d'un seul fait quand on ne peut pas l'observer directement, et qu'on ne dispose pas d'un échantillon témoin.

Par conséquent, prétendre pouvoir tirer des conclusions chiffrées à partir d'informations qui sont par nature imprécises (on ne peut pas prendre une décision politique vieille de 15 ans à part, regarder comment les choses se seraient produites si on ne l'avait pas prise, et comparer avec la réalité), c'est tout bonnement de l'escroquerie intellectuelle.

A court terme, les 35h ont créé à la fois de l'emploi et du temps de loisir pour les salariés. Ca, c'est indiscutable. Le bilan à long terme est impossible, puisque de trop nombreuses choses ont changé dans la société pour que prendre du recul sur les 35h seules soit envisageable.

Ca n'empêchera pas les libéraux de tempêter contre les conquètes sociales les unes après les autres, mais au moins on peut leur répondre avec de vrais arguments.
Merci et bravo Sébastien ! C'est ce qui s'appelle du détricotage d'enfumage médiatico-politico-journalistique !

Mais ne soyons pas surpris : "Seb c'est bien !" tout le monde sait ça.
:-)

Ce qui m'horripile le plus avec ce marronnier des 35 heures c'est le sous-texte qui distille sa petite musique perfide : "Ceux qui défendent les 35 heures défendent en réalité le droit à la paresse au travail. Ce sont des irresponsables et des fainéants !"
C'est insupportable et je suppose plus encore pour ceux qui chôment et aimeraient surtout travailler !
L'ensemble des salariés français sont passés aux 35 heures depuis belle lurette. Le débat politique est clos; il est devenu historique.

Le débat politique n'est pas celui des 35 heures, mais bien celui du retour aux 40 heures.

Car puisque les 35 heures s'imposent à tous, en tant que durée légale du travail. Cela signifie tout simplement que la 36ème heure travaillée est une heure supplémentaire, payée à 125%.

Passer aux 40 heures, c'est tout simplement annuler la majoration des 5 premières heures supplémentaires...

Travailler plus gagner plus, qu'il disait ?
25 questions-réponses proposées par Démocratie & Socialisme :

http://jeanchristophegrellety.typepad.com/lactionlitteraire/2011/01/les-35-heures-les-25-questions-r%C3%A9ponses-de-d%C3%A9mocratie-socialisme-g%C3%A9rard-filoche.html
Voter pour ce contenu ? Ben oui hein, évidament, je ferais même du bourrage d'urne si je pouvais !
Bon article, qui n'en fait pas trop à part sur les références.
Merci.
Sujet economique bancal qui occupe l'espace et permet de ne pas parler de la régulation des banques privées par un Glass steagal act ou une commission pecora. On ne parlera pas du statut de la création monétaire exclusivement privée depuis la loi pompidou giscard, ni des bonus records de la "phynance" directement ponctionnés sur la plus value des travailleurs.
Les 35 heures: un sujet bien pratique pour endormir les masses débiles et leur faire croire que la ruine de l'économie vient de là.
On pourrait dire au duo Copé-Jacob,à la championne des gaspillages vaccinaux et consorts...que le plus grave,le plus dramatique,le plus onéreux pour la société,ce ne sont pas les 35 heures mais le "ZERO HEURE" que subissent aujourd'hui des millions et des millions de chômeurs.
Si bien que leur saga des 35 heures,dont même l'ambitieux petit Valls a écrit un chapitre, n'est là que pour cacher le gigantesque problème du chômage qui engendre misère et malheur . Rien d'autre.
Leur cynisme,leur soif d'occuper des places grassement rémunérées,leur désir de continuer à privilégier leurs copains....voilà ce qui les pousse à nous gaver de sornettes!
Lire l'essai de P.Askenazy "sur le nouveau productivisme", il détaille largement l'introduction des 35 heures d'un point de vue économique et social et montre comment cette politique c'est retrouvée à contre-temps historique incapable de lutter contre les problèmes de santé au travail qui étaient la question du moment à la fin des années 90 et au début des années 2000 quand les normes ISO d'organisation "rationnelle" du travail se sont généralisée dans l'entreprise privée.
Excellent article, Sébastien.

Il n'y a pas que les 35 heures qui sont un sujet bateau anachronique, Il y aussi le déclin éducatif.

Parait-il que nos enfants ne savent plus lire, écrire, compter, mais personne ne connaît ces enfants-là. Les statistiques disent au contraire que l'analphabétisme est en recul constant en France.
C'est sûr qu'avec la suppression des RASED et le non-remplacement des départs en retraite, ça va finir par arriver, le déclin éducatif.

Encore une prophétie auto-réalisatrice.

Mais pour l'instant, c'est juste un fantasme de la droite, et d'une partie de la gauche qui a opté pour ce côté parce qu'il fallait bien faire un choix à la sortie de l'ENA.
Les 35 heures par semaine sont un acquis social, je ne suis pas surpris que la droite dure re-tente de le démolir, c'est dans sa logique du désarmement juridique et législatif de l'employé de base et du suréquipement de ceux qui prennent les décisions.
Ils tentent actuellement aussi de privatiser la sécurité sociale de diverses manières aussi subtiles que sournoises, et le pire est que des têtes brûlées comme Manuel Valls jouent le jeu adverse, et alors que le seul maintien du dispositif des acquis sociaux nécessite un combat de tous les instants face à ces petits lois journalières qui les minent sur tous les flancs.
Comment avancer alors qu'on ne sait plus quoi faire pour empêcher le Sarkoland et son travail de sape incessant sur tellement de fronts ?

Les gens sont chez eux, dorment, pensent que le système vit par lui-même, voient des émissions disparaitre du PAF en haussant à peine un sourcil... leurs journaux préférés aux mains de marchands de mort ou de patrons adeptes de licenciements de masse...
Ça fait mal, des fois, de se sentir éveillé, grâce aussi à la presse indépendante et achetée en minorité par le "peuple" français, et alors que la plupart ont l'air tellement contents de leur statut de mouton, d'être engourdis et de se laisser porter, tant que surtout les vagues ne sont pas trop hautes ni donc trop visibles...


Merci Sébastien pour cet article, malgré son inévitable arrière-goût.

Puisse la gauche, quelle que soit sa forme du moment que le fond s'y trouve, vaincre en 2012.
Merci pour ces rappels salutaires, et très clairement exposés.

Je n'en peux plus de ces débats sur les 35 heures (maudit soit Valls d'en avoir remis une louche). La seule chose intéressante dont on pourrait débattre désormais concerne l'adaptation du cadre légal de la durée du travail dans les services publics hospitaliers et dans les très petites entreprises.

On devrait toujours rappeler aux critiques de droite qu'ils sont revenus aux affaires depuis (presque) 9 ans maintenant et que si les 35 heures sont une telle ruine, ils n'avaient qu'à les supprimer, au lieu d'ergoter en les assouplissant. Et aussi que l'augmentation des quotas d'heures supp, leur defiscalisation côté patron et côté employés n'a pas induit une recours beaucoup plus massif aux heures supp... Se peut-il que les Français travaillent assez ?
Sans rire.
On arrete pas de nous bassiner sur les 35heures . Mais on oublie aisemment qu en Europe la France est loin du compte.Exemple pris sur le net .En 2007 .Pays bas 30.8h par semaine Norvege 33.7 danemark 35.5 Allemagne 35.6 Irlande 36.4 Suede 36.5 Belgique 36.7 Royaume uni 36.4 ect..moyenne europeene 37.9 ..France 38h . Alors que tous ces faisans de politiques du moins ceux de droite arretent de dire que c est une heresie .En France on est pas tous des faineants contrairement a eux.
Merci pour cet article très instructif.
Reste maintenant à faire passer les journalistes d'@si aux 35 heures ! Camarade patron, faire bosser tes employés le dimanche, voyons, est-ce bien raisonnable ?
http://ecointerview.wordpress.com/2011/01/30/la-duree-du-travail-ne-cesse-de-diminuer-dans-le-monde-industrialise/
A propos, à la fois sur le bilan et sur l'avenir (de la gauche comme du temps de travail), j'ai entendu un très bon débat vendredi soir entre Manuel Valls (excellent débatteur, mais cette fois en difficulté) et Pierre Larrouturou, ex-PS passé à Europe Ecologie, économiste pas très charismatique, mais clair et très bon dans ses arguments et analyses.
A voir et écouter ici
Dont acte.
En attendant, pourquoi on ne passerait pas aux 32 heures ?

http://anthropia.blogg.org
Que ce soit bien ou mal, c’est un progrès. Que ce soit pertinent ou inconsidéré tous s’en moquent ! Super marronnier, à un tel point qu’on leur le retirerait de leurs rhétoriques, nous serions obligés de parler des soucis actuels, trop vrai, trop dure…
Excellent article. Merci pour cette mise au point bénéfique.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.