274
Commentaires

Leonarda, et elle seule

Pour la première fois depuis le début du quinquennat, Hollande devait trancher.

Derniers commentaires

" Quiconque, en entendant ces mots, aura ressenti autre chose que de l’incrédulité et du dégoût, quiconque aura seulement imaginé d’analyser ce « et elle seule », comme une parole politique digne d’une analyse normale, nous restera étrangement étranger."

M. Schneidermann, je viens de me désabonner d'@si à cause, précisément de cet article, qui me déclare "étranger" à votre monde. En effet, la proposition de Hollande d'accueillir cette enfant en France afin de lui permettre d'y poursuivre sa scolarité, sans sa famille éloignée selon nos lois et droit, mais avec le soutien que la Nation aurait pu lui proposer, cette proposition ne m'a inspiré ni dégoût ni incrédulité, elle m'a surtout donné à réfléchir à ce que pouvait impliquer un destin à construire au sein d'une Nation plutôt qu'au sein d'une famille (sans avoir à renoncer à elle bien sûr, puisque comme pour des milliers d'élèves éduqués en internat, on peut toujours revoir sa famille selon un calendrier déterminé par des congés scolaires ou autres accords).

Cette priorité accordée à ce que vous pensez votre légitime émotion témoigne plus d'une suffisance bien-pensante que d'une aptitude à s'arrêter sur des images ou des situations pour prendre le temps d'y réfléchir.
peut-être que quelqu'un la déjà posté sur le forum au cas ou http://www.maitre-eolas.fr/post/2013/10/20/L-affaire-Leonarda
Ecoutez ça, à tout hasard.
http://www.franceculture.fr/emission-culturesmonde-tziganes-roms-ces-indesirables-que-l%E2%80%99europe-ne-veut-pas-voir-34-de-l%E2%80%99ecole-au
France-Culture, émission Culture monde, émission de ce mercredi 23 octobre
Ben dis donc, quel forum, je suis totalement désespéré.
Un point de vue intéressant, et où on découvre que Valls fait appliquer la loi pire que Sarko (mais en plus hypocrite):
http://www.sudouest.fr/2013/10/21/l-affaire-leonarda-un-symptome-1205674-2780.php
"Quand il s’en prend au caractère « inassimilable » des Roms, ce ministre le fait avec l’assentiment feutré mais réel de la droite et de l’extrême droite enfin réconciliées. Déjà, de Gaulle avait dit à Michel Debré en 1969 : « Voyez-vous, Debré, nous n’avons échoué que sur un point : contre l’esprit de Vichy. »

L’affaire Leonarda nous en apporte la preuve. Contrairement à une croyance répandue, l’actuel ministre de l’Intérieur ne poursuit pas la politique de ses prédécesseurs immédiats, Hortefeux et Guéant. Mais il retourne aux pratiques de Sarkozy première manière, entre 2002 et 2005.

Le ministre de l’Intérieur Sarkozy avait pourtant fini par admettre, en octobre 2005, que les expulsions de mineurs étrangers ne pouvaient s’effectuer qu’à l’issue de l’année scolaire. En novembre 2012, Valls a abrogé cette circulaire. Et a donné pouvoir d’appréciation aux préfets. Ce genre de délégation est hypocrite et mortifère
"
Combien y a t-il d'enfants mineurs étrangers, qui poursuivent leurs études en France ?
Moi j'ai une amie Malgache qui est venu en France à 14 ans envoyée par ses parents pour ses études, et qui a obtenu un master en physique nucléaire, et qui maintenant est cadre dans une grande entreprise.
Tout cela pour dire que la proposition du Président, si on prends un minimum de recul n'est pas si stupide que cela.
Donc, a t'on des statistique concernant le nombre mineurs étranger qui poursuive leurs études sans leurs parents en France?
Je parierai que c'est plusieurs centaines. A travail les journalistes !
Bonne journée à tous.
Bon maintenant ça va avec léonarda.
On en a marre vous comprenez ?
Pas si ridicule le choix de hollande !
Moi il me rappelle le jugement de Salomon .
Scolariser des enfants alors qu'on risque de les expulser, c'est une stupidité sans nom, selon moi. Il ne faut scolariser que des enfants en situation régulière vis-à-vis de la loi, c'est mon analyse de la situation.
D'autre part, interpeller un enfant devant chez lui plutôt que dans l'enceinte de l'école, c'est une différence assez infime pour celui qui est expulsé et qui va interrompre son cursus scolaire… sanctuariser l'école, bien sûr, mais en réalité ça ne règle pas grand chose.

Enfin, je pense qu'il faut remettre les choses dans leur contexte. La fraude fiscale coûte 80 milliards par an, si on en récupère ne serait-ce que la moitié, on peut s'occuper dignement des migrants en difficulté, qu'on arrête avec "la misère du monde" qui nous met sur la paille.
Sauf que l'éducation est un droit de l'enfant, ratifié par la France. Donc soit on considère que l'adhésion de la France à la Convention Internationale des Droits de l'Enfant est une erreur, soit on prévoit des structures pour éduquer particulièrement les enfants en situation irrégulière en France, soit on continue de les scolariser dans les mêmes structures que les enfants qui ont des papiers.

Sinon, bien d'accord sur la fraude fiscale. On peut aussi comparer les 20 000 roms en France aux 2,2 millions de millionaires et se demander ceux qui [s]mangent le pain des autres[/s] qui coûtent le plus cher à la société.
"que les enfants qui ont des papiers. "
Il faut dire "que les enfants des parents qui ont des papiers". La question des papiers ne vaut pas pour les mineurs.
Désolé pour cette erreur formelle de droit. Mais ça ne change absolument rien au fond de mon propos.
La convention internationale des droits de l'enfant, c'est bien gentil, mais si le progrès selon eux c'est de faire commencer un scolarité à un enfant pour l'interrompre ensuite de manière coercitive, je ne vois pas l'intérêt pour l'enfant.
C'est même très pervers comme démarche. Bonjour l'humanisme !
Vous me direz que ce n'est qu'une preuve de plus que l'enfer est pavé de bonnes intentions (il faudrait dresser une liste de tout le mal engendré par les hommes au nom du bien).

Il y a donc une schizophrénie administrative. Puisqu'on est obligé de scolariser l'enfant (selon cette convention internationale) dans ce cas il n'y a qu'à le régulariser, c'est à dire régulariser ses parents.
Ou alors, si on veut se débarrasser de ces estrangers, Romanichels ou autres rastaquouères qui veulent manger notre pain sans s'intégrer, on doit se retirer de cette convention motivée par les bons sentiments.
Mais on ne peut pas faire les deux, faire la bise et donner une gifle dans le même temps.

Quand la loi est schizo le peuple le devient.
Ben voilà, c'était pourtant pas compliqué : quand on prétend servir un idéal, des valeurs, on s'en donne des moyens. Quand la loi est injuste et qu'on se prétend juste, on la change. Quand la loi va à l'encontre de droits que l'on considère comme universels, élémentaires et fondamentaux, on la change. Et en attendant de la changer, on n'hésite pas à user de ce fameux "discernement" pour la tordre dans le bon sens. Voire, en dernier recours, à ne pas s'attacher à son strict respect.
"Scolariser des enfants alors qu'on risque de les expulser, c'est une stupidité sans nom, selon moi. Il ne faut scolariser que des enfants en situation régulière vis-à-vis de la loi, c'est mon analyse de la situation."

II y a comme ça des phrases choquantes qui ont le mérite de faire gamberger.
Ainsi, des enfants dont les parents sont venus sans en obtenir le permis ne peuvent pas aller à l'école ? Et c'est à eux qu'on reproche de ne pas s'intégrer ?
Ou alors, on peut le lire différemment. Puisque c'est d'une stupidité sans nom, accordons leur permis de séjour aux parents pour que leurs enfants puissent se scolariser, et s'intégrer.


"D'autre part, interpeller un enfant devant chez lui plutôt que dans l'enceinte de l'école, c'est une différence assez infime pour celui qui est expulsé et qui va interrompre son cursus scolaire… sanctuariser l'école, bien sûr, mais en réalité ça ne règle pas grand chose. "
Assez d'accord. C'est très faux-cul.

"Enfin, je pense qu'il faut remettre les choses dans leur contexte. La fraude fiscale coûte 80 milliards par an, si on en récupère ne serait-ce que la moitié, on peut s'occuper dignement des migrants en difficulté, qu'on arrête avec "la misère du monde" qui nous met sur la paille."

D'autant que si on s'occupait de la misère du monde, ils n'auraient plus besoin de migrer. J'ai lu récemment que si on divisait la richesse mondiale par le nombre de têtes de pipe, on aurait chacun 50 000 dollars de capital. Ca va aller…
Je sais que le calcul est simpliste mais c'est pour dire à quel point y'a de la marge.

Quand on parle d'immigration, la grande peur de tout le monde c'est "si on les accueille, si on partage, qu'est-ce qui va me rester ?"
Il faut dire et répéter que, d'une, chacun, d'où qu'il vienne, depuis sa naissance ou son arrivée en France, produit de la richesse, et de deux, si vraiment on partage, là aussi ça va aller. 2500 euros mensuels par habitant, ça vous dirait pas ? Moi oui.

La lepénisation des esprits c'est quand on oublie de s'attaquer à la finance et aux inégalités sociales pour se concentrer sur l'immigration.
Merci Cultive pour ce Bossuet : "Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes."

"Et seule guerre nécessaire,
Faisons la guerre au capital,
Puisque son or, soleil du mal
Ne fait germer que la misère"
Couté, toujours.
Nous ( pays riches ) sommes les nobles de ce monde et a l'instar de nôtre histoire, il faudra nous faire la guerre et prendre se nos corps encore chaud les richesses issus de l'exploitation du monde.
?
Les pays riches ne lâcherons rien, le partage des richesses ( même se elle est la solution la plus raisonnable ) n'est qu'une fable.
Les pays sont faits de peuples, majoritairement pauvres, bien dressés à surveiller que les pauvres d'à côté ne viennent pas bouffer les quelques miettes qu'on leur laisse en échange de la richesse qu'ils produisent.
On peut rêver que le peuple s'en rende compte, et retrouve sa souveraineté abandonnée aux quelques riches qui les gouvernent.
C'est pas une fable, bordel, c'est un espoir !

Non, y'a plus d'espoir ???
"Les pays sont faits de peuples, majoritairement pauvres...."


Il faut un peu préciser les choses

Les peuples de l'Amérique du nord, de l'Europe de l'ouest et du nord du Japon et de l'océanie (Australie Nouvelle Zélande) sont majoritairement embourgeoisés et vivent bien ; ils veulent la perpétuation de leur confort. Dans ces pays il y a une minorité de gens qui eux, oui, sont réellement pauvres - par rapport à la majorité.


Après vous avez la situation des autres pays dans les autres continents et là les contrastes sont beaucoup plus forts. Le Bangladesh par exemple est effectivement composé majoritairement de pauvres. La Russie ? etc etc

Enfin, ce qui est décisif, c'est que le modèle "occidental" de niveau et de genre de vie est l'idéal voulu et poursuivi par TOUS les pays qui n'y ont pas encore accédé. [sauf peut-être le Bouthan et son BNB] Voyez la Chine et l'Inde.

Et dans le cas qui nous occupe ici il est clair que c'est la pauvreté, et la fainéantise du père - selon les services sociaux italiens et français, qui a poussé la famille Dibrani a migré d'Italie au Kosovo puis du Kosovo en France dans l'espoir - selon les déclarations du père, de pouvoir nénéficier des prestations sociales et familiales françaises.
C'était dans l'horoscope du Gorafi ou vous êtes pote avec Paco Rabanne ?
Attendez, vous comparer les pauvres français avec les pauvres du monde ???

Je gagne actuellement le smic ( plus ou moins ) je suis loin de me sentir riche en France et de loin au vu des pub dont on m'assaille. Mais je jète rapidement un coup d'oeil autour de moi, ma salle de bain BAM je me dit que je suis vachement riche par rapport a tout un tas de la population dans le monde qui n'a pas accès a l'eau, un autre coup d'oeil a ma lampe, et BAM richissime pour ceux qui n'ont pas l'électricité, allé un dernier coup d'oeil dehors et je vois toutes les infrastructures que je peu utiliser , médecin, boutique alimentaire, police, transport en commun cet..., et là je ne met pas en avant mon "pouvoir d'achat".

Nous, et je parle aussi des pauvre de France et des pays riches, somme riche en exploitant les autre car c'est comme ça qu'on a fonder nôtre société en déplaise aux humanitaires qui ont rédiger la charte des droits de l'homme si chère a nos coeurs.

Et oui j'affirme ( mais peut-être que je me trompe ) que nous ne nous battrons certainement pas pour les "autres" alors que nous ne nous battons même pas pour nos voisins (sur le même territoire).

Et si malgré tout un miracle se produit dans nos coeurs et nos tripes pour enfin se soulever en masse comme un seul homme, c'est dans le sang que ça se fera, car ce n'est certainement pas la politique ( avec le système actuelle, dans ça structure même ) qui le permettra.

PS : Oui Paco me parle, dans ma tête ...
Vous avez peut-être raison, peut-être pas. Une chose est sûre : en "affirmant" que la situation actuelle est immuable, vous participez à sa perpétuation.

Sinon, il y en a qui se battent pour les "autres", qu'ils soient leurs voisins immédiats ou pas. Ils n'attendent pas d'être "un seul homme". Evitez donc d'utiliser ce "nous" bien trop généralisant.

Si l'exploitation de l'Homme par l'Homme est un mécanisme pour sûr très ancien, il n'est pas pour autant nécessaire au fonctionnement d'une société.

Et aussi, la "structure" du système politique actuel peut tout à fait changer. Il faut "simplement" (à ne pas confondre avec "facilement" ;-) ) créer les conditions nécessaires pour cela. Ce ne serait pas la première fois que notre système politique évolue.
La différence avec les autres évolutions majeurs, c'est que les conditions ne sont plus là.
Nous mangeons tous a nôtre faim ( sauf cas extrême ), nous avons tous des soins ( pareil et c'est les même ), nous avons un logis ( pareil mais un peux plus large ). Bref nous somme confortablement installé dans nôtre petite vie douillette que nous aimons ( et a juste titre ). Nous ne nous battrons même pas pour nos enfants qui devraient hérité de tout ça.

Qu'est-ce qui nous poussera a nous unir alors, car ce n'est pas des actes ( au combien louable ) individualistes ou de petits groupes ( y compris OGM international ) qui changerons les choses.

Je ne dit pas que ce ne se fera pas, je dit qui si ça se fait ça se fera violemment, aujourd'hui nous somme trop "civilisé" pour accepter une telle solution. J'en conclu que ça ne se fera surement pas en tout cas de nôtre vivant.

Le problème étant que le temps n'est pas infinie, et que tôt ou tard nos sociétés battis sur des bases de corps et de larmes s'effondrerons sur nous. Ce sera aux pays émergents de ramasser nos restes pour se construire en espérant qu'ils ne fassent pas les même erreur.

Je ne pense pas que c'est immuable, rien ne l'ai pas je pense que nous n'arriverons pas a nous bouger assez vite.

Quant on vois qu'il y a plus de personne capable de défendre les gros salaires de joueurs de foot que les Rom ou les sdf. On ne peut que conclure que nous sommes bien trop attaché a nôtre confort et nos loisirs pour passer a l'acte.

Le "nous" que j'emplois, je mis inclus mais je vous y inclus aussi car j'y inclue l'ensemble des français et citoyens des pays riches ne vous en déplaise.

Et le terme "simplement" est de facto erroné car ce n'est ni simple ni facile de penser a un système véritablement démocratique et de le mettre en place mais la encore faudrait-il que le peuple ( enfin maitre de sa destiné ) veuille penser a autre chose qu'a ses propres intérêt immédiats.

Mais je ne dénigre en rien l'effort de tout a chacun d'essayé d'améliorer les choses.

Oui je suis profondément pessimiste sur l'avenir mais ça ne veut pas dire que je ne bougerai pas le moment venu ou que je ne fais rien pour changer la donne.
Vous me faites penser à ces artisans et patrons de petites entreprises qui se croient faire partie de la même famille d'"entrepreneurs" que les grands patrons du CAC-40, et par voie de conséquence se croient représentés par le MEDEF.

Avec le smic, vous et moi sommes des prolos, et tant que les prolos se vivent comme des nantis les choses ne risquent pas de changer, et vous avez raison d'être pessimiste.

Vous avez raison de dire que notre société s'est enrichie sur le dos des pays pauvres, mais vous avez tort d'en rester là, car vous laissez entendre qu'on aurait à y perdre de changer les choses. C'est votre TINA à vous, consciemment ou pas.

C'est en luttant contre tous les TINA qu'on peut créer de l'espoir. Ou alors se pendre…
Mais on y perdra inévitablement, du moins dans un avenir proche.

Si nous aidons les pays en voie de développement nous perdrons sur nôtre sacro-saint pouvoir d'achat inévitablement, nous perdrons l'accès a des biens et a un confort provenant directement de l'exploitation de ses pays il ne faut pas s'en leurrer.

Est-ce que nous pouvons nous en passer, bien sur et il le faudra ( si cela change ), mais est-on réellement près a faire se sacrifice ultime ( ok je veux bien donner au crèves les dalle mais ne me prenez pas mon IPhone et mon Mac ).

C'est justement les prolo, les simcards qui paierons se prix pas les nos riches ( eux payerons bien plus ).

Nous avons une vision étriqué, individualiste, régional, national, "européen", bien loi de l'internationalisme réel.
"Si nous aidons les pays en voie de développement nous perdrons sur nôtre sacro-saint pouvoir d'achat inévitablement, nous perdrons l'accès a des biens et a un confort provenant directement de l'exploitation de ses pays il ne faut pas s'en leurrer. "

Connerie que tout ça !
Qui exploite directement les richesses de ces pays ? Les multinationales.
Comment bénéficions nous indirectement de ces richesses ? Par les ciments, le pétrole, l'électricité à bas coût…

Prenons un cas de figure :
Si je construis ma maison en paille, je me passe des bienfaits des ciments à pas cher, et de l'électricité pour le chauffage. Mon confort sera 10 fois meilleur en exploitant 10 fois moins les ressources des pays pauvres, et ça me coûtera 10 fois moins cher.
Bien sûr c'est pas applicable dans tous les secteurs d'activité, mais c'est pour vous faire comprendre que tant qu'on ne planifie pas l'activité humaine, tant qu'on construit des logements dits sociaux avec des radiateurs électriques parceque ça coûte moins cher à l'achat, on aura besoin de ressources qu'on n'est pas capables de produire nous même.

Et, je me répète, tant qu'on nous mettra dans la tête que notre petit confort ne peut se faire que sur le dos de l'exploitation de plus pauvres, on ne remettra pas en cause cette exploitation. Y'a du boulot, merci de m'en apporter la preuve ! ;-)
Vous ne comprenez pas, nous perdrons du confort pas le confort. Il sera inéluctablement différent ce qui nécessite une adaptation. Et je pense ( peut-être égocentriquement ) que nous ne somme pas près a faire se sacrifice, car une adaptation qui ne nous apporte rien de mieux, ( réussir a se passer de son IPhone ou du ciment qui est loin d'être facile ou simple ) pour aider un plus grand nombre et donc indirectement nous-même ne correspond pas/plus au différents message que nous prône nos sociétés.

Parenthèse : Quant certains ventes le chaleureux accueil de la culture maghrébine on oubli que nous-même dans notre passé nous avions aussi un accueil du voyageur beaucoup plus chaleureux s'en rapprochant.

La différence étant le message très individualiste de la culture capitaliste et mercantile mais pas seulement, les politiques nous on aussi largement aidés a avoir peur de "l'autre" au lieu de l'accueillir.

Fin de la parenthèse.

Bref j'essaye de montrer que les barrières au vrai changement ( on dirait un slogan politique :s ) permettant de réellement vivre avec et non contre les autres sont massives au beaucoup plus importantes qu'il n'y parait.

A mon sens nous avons deux ennemis mortels, nôtre méconnaissance ( sous estimer le problème, solution inadapté, incompréhension des causes ect ) et nôtre peur du changement profond.
Parce que je ne suis pas un monstre pétrie de désespoir :

La démocratie athénienne.

Pour les vieux @sinautes avertie et les jeunes qui on envi d'avoir de la matière a réflexion sur le plus gros problème de nôtre société.
"Le "nous" que j'emplois, je mis inclus mais je vous y inclus aussi car j'y inclue l'ensemble des français et citoyens des pays riches ne vous en déplaise."

Oui ben justement, il m'en déplaît. Vous ne me connaissez pas, donc votre "nous" vous serez bien gentil de vous le garder pour vous.

Le terme simplement n'est pas "de facto erroné", il est parfaitement adéquat, puisque je parle d'un changement structurel du système politique : il suffit d'amener au pouvoir un parti qui le prévoit dans son programme (via une nouvelle Constitution décidée par une assemblée constituante). Suivez mon regard... Cette condition est tout ce qu'il y a de plus simple. Maintenant, faire un système parfait, ou même juste "satisfaisant", c'est une autre paire de manche. Mais je ne parlais pas de ça (relisez).

Si vous voulez faire quelque chose pour changer la donne, commencez déjà par garder votre pessimisme pour vous. Il y a des révolutions qui sont non violentes. Regardez donc en Amérique du Sud. Rappelez vous le Front Populaire. Regardez ce documentaire sur les actes de petits groupes qui changent les choses en Grèce.
Il change les chose sans les changer ...

Le problème de nôtre système ce ne sont pas les gens ( politiques ) ou leur idéal, le bonnes volontés, c'est le système lui-même.

Pourquoi demain une constituante provenant ( idéalement directement du peuple et non des pseudo penseur qu'on voit régulièrement défiler sur les plateaux télé ) sera capable de créer un système politique radicalement différent et démocratique ?

Aujourd'hui personne n'en parle, personne ne se rend même compte que le problème n'est pas intel ou intel, mais bien la structure, ni les média, ni les politiciens, mélanchon compris.

J'ai voté pour lui ( comme quoi perte d'espoir et action ne son pas antinomique ) pour une seul raison la 6éme république. Mais voila je ne crois pas ( car aujourd'hui la politique n'est que de la croyance, c'est devenu une religion a par entière, ironique dans le contexte actuel, non ) que vous saisissez ce que représente :

[quote=Jules]Cette condition est tout ce qu'il y a de plus simple.

Qu'un partie comme le Front de gauche arrive au pouvoir ? oui permettez moi d'ans douter au vu des médiocres résultats de la dernière fois alors que toutes les conditions étaient présentes.

( Savez-vous que Lutte Ouvrière, n'ont jamais espéraient gagnés les élections, mais alors pourquoi continus t'ils ? pour parlez au peuple mais ce qu'ils espèrent au font c'est une révolution a l'ancienne, il attendent d'avoir assez de pactisants pour le faire, que le peuple soit assez nombreux pour ça.
Mais c'est un autre débat car eux ne veulent pas plus de la démocratie que les autres. )

Revenons a vôtre espoir, permettez moi de m'exprimez librement mon avis et mes sentiments même si cela vous déplais. Encore une si vous rejetez se "NOUS" c'est que la cause est encore plus loin dans vôtre esprits qu'il n'y parait car si vous êtes incapable de vous identifier a un groupe auquel vous appartenez par nature comment voulez-vous faire prendre conscience aux autres alors que vous même fermez les yeux sur vôtre propre responsabilité partagé ?

J'ai toujours voté extrême gauche sans jamais avoir voté pour ce hollande et pourtant je considère que c'est aussi de ma faute ce qui se passe politiquement en France. Parce que nous somme une communauté nous devons dons partager la responsabilité des autres. Voila ce que représente ce "Nous" il est le maigre espoir qu'il me reste en cette cause si lointaine.

Mais si vous vous sentez meilleurs parce que vous y croyez encore ou que vous agissez grand bien vous fasse mais regardez les choses en fasse, vous avez aussi et chaque jour du sang de chinois, d'africains et d'enfants du monde sur les mains, et le pire c'est qu'on vie très bien avec ....
Trainspotting vous êtes fatiguant. Etienne Chouard n'est pas un prophète, il ne possède pas la vérité absolue. Je trouve ses adeptes les plus fervents toujours surprenants dans leur propension à croire avoir tout compris parce qu'ils se sont émancipés d'une manière de penser erronée ("élection = démocratie") alors qu'ils la substituent par un autre dogme tout à fait discutable ("démocratie = tirage au sort"). Je sais bien que vous n'y avez pas fait directement allusion, mais j'ai vraiment l'impression de lire directement Chouard entre les lignes.

Le sens premier de "simple", c'est "qui n'est pas multiple", et par extension "qui n'est pas complexe". En ce sens, une chose peut-être simple et difficile à la fois, c'est bien pour ça que je précisais "(à ne pas confondre avec "facilement")". Exemple: Pour gagner la médaille d'or du 100m aux JO, c'est simple, il suffit de courir plus vite qu'Usain Bolt. Je parle ici, depuis le début, d'un changement du système politique. Pour que ce changement soit effectif, il suffit de changer notre Constitution. Pour qu'il soit "radical", il faut effectivement que ceux qui écrivent le nouveau système aient la volonté de changer radicalement les choses, ce qui n'est plus, pour le coup, "simple".

L'extrême gauche (LO comme le NPA), revendique effectivement de chercher à faire la Révolution à l'ancienne : dans la rue, avec des pavés et des cocktails Molotov, et peut-être bien des têtes de porcs capitalistes sur des piques. C'est ce qui démarque le Front de Gauche de l'extrême gauche : le FdG est républicain et ne souhaite pas (ou ne croit pas à) la Révolution-guerre civile. Il appelle plutôt à la Révolution citoyenne (i.e. changement radical de la société, mais en respectant les institutions républicaines, elles mêmes vouées à être changées).

Concernant l'espoir et votre liberté d'expression : vous êtes bien entendu libre d'exprimer votre pessimisme. Je suis libre d'exprimer mon désaccord avec celui-ci, et surtout de pointer la contradiction avec votre souhait de faire quelque chose pour "changer la donne" : en répandant votre pessimisme sur la possibilité de changement, vous participez activement à ce qu'il ne se produise pas.

Enfin, sur votre propension à utiliser le "nous" et à inclure des gens que vous ne connaissez pas dedans : je n'appartiens pas "par nature" au groupe de ceux qui "sont trop attachés à [leur] confort et [leurs] loisirs pour passer a l'acte." Et je ne suis pas le seul. Je vous le dis sincèrement : Effectivement, je ne suis pas prêt à abandonner mon confort si je suis convaincu que mon sacrifice personnel restera un acte isolé sans effet perceptible sur le travailleur chinois ou le mineur africain. Mais s'il y a un acte individuel que je crois capable de changer efficacement la condition de "chinois, d'africains et d'enfants du monde" et qu'il me coûte de mon confort, alors je le fais. S'il y a un contrat à signer pour mettre demain mon confort matériel personnel à un niveau soutenable pour la Terre et l'ensemble de ses habitants, et en contre-partie garantir le même pour tous les êtres humains qui me permettent aujourd'hui d'être bien au dessus de ce niveau là, je le signe tout de suite. La vérité, c'est qu'il n'y a pas de tel acte, il n'y a pas de tel contrat, parce que le problème ne provient pas des individus mais du système capitaliste et à la société de consommation dans leur ensemble.
Il y a beaucoup d'individus qui seraient prêts à faire des efforts progressifs pour aller dans le bon sens, pour peu que ces efforts soient collectifs. Et si ceux là sont encore minoritaires, c'est surtout la faute à un formatage constant des esprits par notre cher système capitaliste : à force de nous répéter que le bonheur vient de ce que l'on possède, on finit par le croire. Mais ça n'a rien à voir avec une quelconque "nature humaine", et par conséquent la cause n'est pas perdue.
[quote=Jules]Trainspotting vous êtes fatiguant. Etienne Chouard n'est pas un prophète, il ne possède pas la vérité absolue. Je trouve ses adeptes les plus fervents toujours surprenants dans leur propension à croire avoir tout compris parce qu'ils se sont émancipés d'une manière de penser erronée ("élection = démocratie") alors qu'ils la substituent par un autre dogme tout à fait discutable ("démocratie = tirage au sort"). Je sais bien que vous n'y avez pas fait directement allusion, mais j'ai vraiment l'impression de lire directement Chouard entre les lignes.

J'ai eu envie d'utiliser l'humour est l'ironie pour vous répondre sur ce 1er point mais, je me suis ravisé.
Et puis ... non crotte !

Oui je fait ici mon coming out ! Etienne Chouard est mon maitre, mon dieu et je bois ses préceptes comme l'ambroisie. Nous nous rencontrons a la nuit tombé invoquant l'esprits des anciens athéniens espérant ainsi accroitre [large]nôtre pouvoir sur le monde Mouhahaha !!![/large]

Mais si vous avez une meilleurs option que l'élection ou/et le tirage au sort je suis tout ouïes.
Dire que je ne peu avoir mon propre avis, parce qu'il se rapproche de "beaucoup ?" a celui d'un autre, c'est limite. Un peu comme dire que sait le sacro saint patron Mélanchon qui parle a vôtre place quant vous dite :
C'est ce qui démarque le Front de Gauche de l'extrême gauche : le FdG est républicain et ne souhaite pas (ou ne croit pas à) la Révolution-guerre civile. Il appelle plutôt à la Révolution citoyenne (i.e. changement radical de la société, mais en respectant les institutions républicaines, elles mêmes vouées à être changées).

Mais laissons là vôtre mépris pour Etienne Chouard.

"Simple" ? Qui n'est pas multiple donc vôtre solution créer une nouvelles constituante et donc sujet a un unique facteur ?
[quote=Jules]il suffit de courir plus vite qu'Usain Bolt
Donc c'est forcément simple, dire que c'est un métier, qu'il faut apprendre les techniques, s'entrainer et faire en sorte que son corps puisse le permettre, ( éventuellement prendre des drogues non détectables pour dépasser sa conditions physiques si l'entrainement ne suffit pas ) sont d'autant d'éléments qu'on résume a une seule chose, c'est effectivement simple.

Tout peut être résumé et réduit afin de devenir "simple", mais malheureusement la réalité est tout autre.

Pour finir dans vôtre dénis total sur vôtre appartenance a mon "nous".
Vous vous en détacher parce que vous ne vous sentez pas concerné, vous dite pourvoir vous défaire de vôtre confort pour que d'autre puisse améliorer leurs propres conditions de vie.
Vous faite donc partie des personnes qui pensent pourvoir faire le bon choix quant ce dernier sera proposé, comme ceux qui pensent qu'ils auraient été des résistants en 40.

Mais juste après vous ciblé le véritable coupable :
parce que le problème ne provient pas des individus mais du système capitaliste et à la société de consommation dans leur ensemble.

Mais vous ne faite donc pas partie de ce système alors que vous êtes nais dedans, que vous avez évolué et grandit dedans, que vous en jouissez ?
Qui donc a créer se système et qui l'a laissé s'installer ?
C'est l'ensemble de ces individus qui forme le système sans quoi cela ne reste qu'un concept virtuel.

J'en reviens a ma 1ere phrase, vous êtes un des nobles de nôtre monde moderne, qui profiter comme tout a chacun dans les pays riches de l'exploitation de la majorités de hommes du tiers monde.
Mais comme a l'époque, il y avait des nobles sincèrement bons, charitable et généreux, ils n'en restaient pas moins membres d'une caste qui asservissait une majorité pour leur seuls conforts.

C'est justement ça que les gens ne comprenne pas, que ce n'est pas parce qu'on critique le système qu'on en fait pas partie intégrante.
C'est "mignon", votre début... donc laissons les enfants livrés à eux-mêmes, enfermés avec leurs parents, en attendant qu'il soit statué sur leur sort... Mais savez-vous combien de temps il faut justement à l'administration française (l'OFPRA en l'occurence, complètement débordé) pour "statuer" une première fois, une seconde fois pour le recours, puis au tribunal administratif pour statuer sur un dossier refait... Des lustres !
Alors priver les enfants non régularisés, c'est déjà une expulsion... c'est l'horreur !
Ce serait une exclusion, les enfants seraient "parqués" avec leurs parents. Alors que l'école est un lieu pour tous.

Je me souviens d'une affaire traitée ici même de policiers qui étaient venu prendre une enfant de 4 ans pendant la classe dans une école maternelle sous l'oeil horrifié de ses petits camarades.
C'était au bon temps de la sarkozie, l'école maternelle n'étant pas obligatoire, tout va bien.
Je pense avec horreur à tous ces enfants "parqués" avec leurs parents pendant les vacances… c'est vrai que c'est inhumain (pour les parents, bien sûr).
Moi qui me retrouve "parqué" avec mes 2 ados pour les vacances, et ils ne pensent qu'à se battre entre eux… ayez une pensée pour moi ! ;-)

Bon, il faut positiver, pendant ce temps ils ne commettent pas leurs horreurs habituelles (genre harcèlement sur Fessebouc) et ça va peut-être éviter un ou deux suicide (restons cyniques).
Vous trouvez ça mieux de faire commencer une scolarité à un gosse, avec tout l'espoir qu'il peut fonder sur un meilleur futur, et de le virer comme un délinquant ensuite ? Du moment que ça ne se fait pas devant les petits camarades gaulois, tout va bien ?
Non, c'est pire que tout.
Quand un gosse commence sa scolarité, il doit pouvoir la poursuivre. Les législateurs sont des imbéciles de créer ces situations.
http://www.marianne.net/Gauche-masochiste-gauche-suicidaire_a233221.html
Une putain de mauvaise journée !

D'abord, mon Président, celui qui incarne la plus haute magistrature de mon pays en France et à l'étranger, se couvre de ridicule alors qu'il dispose de toutes les cartes pour régler cette affaire sereinement (l'appui de l'opinion, des procédures conformes à la législation, des rapports solides et étayés...). Nième fiasco pour celui pour qui j'avais voté, certainement pas par adhésion, juste par rejet de son concurrent.

Et puis, j'apprends que mon esprit a été lepénisé parce que j'approuve que le ministre de l'Intérieur se propose de faire appliquer les lois de la République en matière de migration. Que j'approuve que le principe de responsabilité puisse se retourner contre quelqu'un qui a menti, a des mauvaises moeurs, et qui ne présente pas de volonté de s'intégrer au corps social de son pays d'accueil.

Une putain de sale journée, vraiment.
Comme tout a été dit, en particulier par Cultive et Emilie Bouyer, je souligne ceci : [quote=DS]La famille Dibrani rentre, avec ses frusques et ses reporters dans ses valises, ou bien elle ne rentre pas Il sont mal habillés ? Mépris ? Dégoût. OK. Je chipote.

Ensuite pour les pisse-vinaigre : j'ai caché une femme sans-papier qui parlait un Français impeccable, esclavagée un temps par une de ses compatriotes, maintenant elle est parfaitement intégrée, mariée, boulot. Une vie de Française normale.
Je ne me sens pas le moins du monde lepénisé dans mon esprit, mais je n'arrive pas à voir ce qu'il y aurait d'abject ou de cruel dans la proposition de Hollande.

Maladroite, sans doute, du moins si l'on en juge par le résultat. Mais quelle bonne solution trouver ? Vous en avez une, D.S. ? Moi pas, car vraiment le retour de cette famille et de son chef, profiteur, menteur, brutal, voleur, arrogant et hors-la-loi, me semblerait, pour le coup, propre à en lepéniser quelques centaines de milliers d'un coup, des esprits, non ?

Ce qui me frappe surtout, c'est la façon dont cette douteuse mayonnaise aura été monté par les médias. Avec quelle légèreté, quels excès. Et ce sont tous ceux qui hurlent sans cesse à la lepénisation qui y contribuent ainsi avec zèle et enthousiasme. Sans ce déchaînment médiatique peut-être aurait-on pu trouver quelque pis-aller acceptable. Désormais, c'est impossible.
Faute d'orthographe signalée à 9h30 et pas corrigée deux heures plus tard. Effectivement, y a du mou.
Plutôt que de s'intéresser à cette "prise de position" qui n'en est pas une du Président, @si -mais le chroniqueur du matin et maître à bord fait bien ce qu'il veut, j'en conviens- aurait pu s'intéresser au rapport, ou plutôt à la façon dont le rapport change notre relation aux médias et aux journalistes. Je sais bien que ce n'est plus nouveau, mais quel bonheur ultime de pouvoir accéder aussi facilement à une source officielle, de pouvoir la mettre en cause, mais aussi prendre les éléments vraiment informatifs qu'elle contient. De mesurer aussi, l'écart entre le récit médiatique, le storytelling à outrance (plus ou moins gerbant que la non-position du chef de l'Etat ? A chacun d'en juger) et le récit administratif, qui lui aussi a son jargon, son côté trafiqué, mais dans un sens différent, qui met drôlement en perspective la présentation médiatique... Ce rapport m'a fasciné: il ne dédouane (haha) pas les exécutants de leur regrettable et préjudiciable erreur au moment de la récupération de la jeune fille, il est dans un français parfaitement lisible, hors acronymes, mais il est, par nature, dénué de toute psychologie: du droit, des listes de faits, des impressions données par les témoignages, sans aucune lecture psychologique de la situation (les deux filles aînées n'ont pas saisi la "chance" d'être placées en foyer lorsqu'elles ont dénoncé les violences de leur père)...

Et puis, on pourrait s'intéresser au fond, à tout ce que ce rapport sur un cas particulier dit/ne dit pas de la politique sur l'immigration dans notre pays. Notamment le fait que les situations ne sont pratiquement jamais simples. Que les migrants sont des gens banalement normaux, intelligents ou idiots, gentils ou méchants, mais que le système censé les "intégrer" leur demande d'être plus mieux que la moyenne (pas banalement sales et paresseux, comme tant de Français). Et qu'en même temps, si l'on décide de contrôler qui a le droit d'entrer et de rester sur le territoire, il faut bien des critères. La recherche active d'un emploi (obligation que les Français avec papiers doivent remplir aussi sous peine d'être radiés de Pôle emploi, après tout) ou l'assiduité des enfants à l'école (autre obligation que les déjà-là-avec-papiers doivent remplir, sous peine d'un suivi social voire de poursuites) ne me semblent pas des critères délirants... Alors que d'autres le sont...
Finalement, ce rapport apporte infiniment plus d'informations et de pistes de réflexion sur les errements de la politique migratoire française que tous les articles que j'ai pu lire depuis une semaine.
Tres interessante proposition du président . Quitter ses parents ( ils ne lui apportent que du mal ) et être prise en charge par la république (internat...?) . Une proposition pleine de gravité et de raisons . Surement très lourd a porter par cette jeune fille , qui , pourtant , après avoir porter plainte contre son père ( violences ) , l'a retirer , puis soutiens ses parents , etc.....

Hollande as-t-il vraiment peser les conséquences de cette proposition shakespirienne .....?

Je pense qu'elle aurait dû accepter et quitter l'enfer de cette famille dans les mains d'un malhonnête homme.
Oui , c'est terrible ; mais obliger toute sa famille a vivre dans le mensonge pendant des années ne l'est-il pas ...?

Vas-t'en Leonarda , fuit ta famille , profites de la proposition d'Hollande , dans 3 ans , il ne sera plus la , toi oui.
ah ba on se croirait dans une émission de télé-réalité.
Il n'en restera qu'un et le grand gagnant c 'est Leonarda.
Oui ELLE nous a ému.
Quelques 6 000 à 8 000 enfants et adolescents arrivent chaque année en France, accompagnés par un adulte, le plus souvent en provenance d'Afrique subsaharienne ; très nombreux par l'aéroprt de Roissy, ils sont acoompagnés jusqu'à la douane puis abandonnés après le pasage par l'adulte qui appartient à une fillière d'immigration clandestine. Ensuite ils vont se présenter, seuls, donc, à une adresse d'un service social préparé par le passeur. Et là ils sont obligatoirement pris en charge pas l'aide sociale à l'enfance du département d'accueil, pour Roissy, c'est la Seine Saint Denis.
En 2011, la Seine-Saint-Denis, où se situe l'aéroport de Roissy, a pris en charge 567 de ces mineurs


Qui met ces enfants et ados entre les mains des filières d'immigration clandestine ?


Or donc, cher D.S. votre cri, ne doit-il pas être sérieusement relativisé (euphémisme) ?


[en faisant une enquête sérieuse sur ce sujet, par exemple, non ?]
1) Mélenchon hier sur France Inter (18H10) a dit beaucoup de choses justes sur la question. En particulier sur les causes des migrations. Et donc sur la façon de résoudre les problèmes posés (hors de tout moralisme/angélisme).
2) Sur le nécessaire "respect de la Loi" qui nous est régulièrement servi pour justifier l'expulsion et la manière dont elle a été réalisée : il y a bien des cas où une loi mal foutue (ce qui est le cas ici : la réglementation actuelle oblige à "rafler" dans des conditions ignobles) est corrigée lorsque ses conséquences néfastes apparaissent au grand jour. Et, dans ces cas-là, il n'est pas rare qu'on trouve des solutions pour les "contrevenants". Par exemple, lorsqu'il était question de financement illicite de partis politiques, on a trouvé la solution de l'amnistie. Quand on veut, on peut ...
Dans cette histoire les commentaires partent dans tous les sens.
Déjà, comme le rappelait Paoli hier en intro de son émission, il y a un certain cynisme de la part d'Hollande de proposer le retour de l'adolescente sans sa famille alors que justement la loi prévoit que les mineurs ne doivent pas être séparés de leurs parents, en tout cas contre leur gré.
Car en France on ne peut pas expulser des mineurs, d'ailleurs la notion même de "clandestin" ou de "sans-papiers" n'a aucun sens quand il s'agit de mineurs puisque les enfants n'ont aucune obligation d'avoir des papiers.
La décision d'Hollande est donc d'autant plus cynique qu'il sait très bien que Leonarda aurait pu demander à rester en France (en tous cas avec l'accord des parents), dans ce cas personne n'aurait pu l'obliger à partir, c'est la loi, elle ne l'a pas fait donc c'est qu'elle ne voulait pas se séparer de sa famille, tu m'étonnes, à quinze ans...
Des enfants mis en famille d'accueil pour mauvais traitement des parents, on voit ça tout les jours en France, je ne vois pas ce qui il y a de choquant dans cette histoire. C'est les parents de Leornada qui sont les principaux responsables de tout ça, en mentant, trichant, en ne faisant aucun effort d'intégration. Daniel, dites je veux changer la loi, et dites quelle loi vous voulez. Je n'ai pas de souvenir d'une grande manifestation pour faire changer la loi depuis l'arrivée de Hollande. Grève des enseignants ? barrages des paysans ? Piquets de grève des ouvriers ? Blocage des routiers ? manifeste des journalistes, des intellectuels ? En fait on se tait, tant que cela se fait discretement ! on sait qu'il y a régulierement des drames, mais on a du mal a trouver la solution. Moi je propose que les Français qui le souhaitent, puissent adopter et prendre sous tutelle pour une période à définir avant intégration définite, un étranger en situation irrégulière. Ces français seraient responsables financiérement et moralement de cette personne ou de cette famille. Ainsi ceux qui veulent une loi généreuse montreraient leur générosité.
De l'incrédulité et du dégoût. C'est à peu près ça. Le dégoût d'abord. L'incrédulité ensuite. Comment peut-on être aussi bête? Mais après tout peut être pas, puisqu'il y en a, ici même, qui osent comparer la situation d'un jeune qui a choisi, en accord avec sa famille, des études lointaines (et qui a probablement plus de 15 ans) à celle d'une gamine mise en demeure de choisir entre son avenir et la loyauté envers sa famille, son père, sa mère dont elle dépend encore profondément, économiquement comme affectivement, mais surtout ses frères et soeurs, "pourquoi moi et pas eux?", une question qui pourrira sa vie, et encore plus quand elle sera en conflit avec eux, "à cause de vous j'ai renoncé". Bref, le poison. À long terme.

Donc, le dégoût, et le dégoût seul, augmenté du dégoût qui me saisit à la lecture d'un commentaire comme celui-ci:
[quote=Lago]Je connais une famille qui habite à Shangai et le fils étudie à Lausanne. Oh mon dieu c'est horrible, une famille séparée, Hollande est un monstre et Valls un nazi.

Finalement, au dégoût, j'ajoute le mépris.
Sarkozy a décidément lancé une mode :s'exprimer sur tout et à propos de tout. Ne pas laisser oublier,une seule journée qu'on est le CHEF suprême et qu'on a TOUTES les solutions.On dirait que les médias dans leur ensemble ont la nostalgie du SUPER présidentomniprésent et bla bla et bla bla bla...je suis le sauveur du monde...
On est nombreux je crois à ne pas avoir fait de "l'affaire Léonarda" le problème tellement important qu'il masque tous les autres.Il y a des lois et personne n'est exceptionnel en face des lois dans une république,Enfin, en principe.
Le président de la république aurait dû se taire.Ne pas faire du Sarkozy. Après tout il avait déjà tant de reproches à trimballer dans son sac.Et je suis sûre qu'il faudrait revenir à une pratique plus modeste du pouvoir présidentiel .Si la presse tous médias confondus redevenait un peu intelligente.Si on arrêtait de nous gaver de mets aussi éphémères qu'indigestes.
Merci Daniel.
Une remarque en passant : c'est un classique des médias d'appeler quelqu'un juste par son prénom, mais à ASI vous pourriez éviter je trouve... (voire : mettre ça en perspective).
"Que diable allait-il faire dans cette galère"
Je vis décidément des moments intéressants. Les pétages de plombs sont de plus en plus nombreux ! Normal, a force de rafistoler les compteurs...

>>Quiconque, en entendant ces mots, aura ressenti autre chose que de l'incrédulité et du dégoût... nous restera étrangement étranger.
Pourquoi ne parler que de ceux qui écoutent, et pas de l'orateur ? Pourquoi ne pas vous lâcher un peu et dire ce que vous pensez réellement de notre Président ? Un problème de liberté d'expression ?
Hollande offre des études à l'étranger à Léonarda ce qui est finalement pas si mal. Pour le droit de visite des parents ça sera une autre histoire même si a défaut d'avoir un statut de résident ils doivent toujours bénéficier du principe de libre circulation non ?
Ça serait bien que ce cirque s'arrête aussi.
Arrêtez un peu avec votre "lepénisation des esprits", termes que reprend également Despléchin dans Libé de ce matin, lui aussi en bon psittacidé.
Que la réponse bancale de Hollande reflète une indécision, un manque de courage politique conduisant à une situation insupportable, c'est un fait.
Mais j'attends avec impatience la solution miracle, règlant le problème général des immigrés en situation irrégulière, que les moralisateurs à la petite semaine dont vous êtes, possèdent très certainement, mais n'ont pas encore eu le loisir de dévoiler.
Et la décence, bordel ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.