59
Commentaires

L'enfer que nous préparent les publicitaires pour les prochaines années

De quoi rêvent les publicitaires ? L’agence de pub IPG Mediabrands vient de publier son étude annuelle sur le marché publicitaire. Au programme : quatre tendances et quatre perspectives, plus lointaines, du ciblage dans la rue à la "discussion" avec les annonceurs, ou comment avoir un aperçu de ce que la publicité nous prépare (de pire) à l’horizon 2020.

Derniers commentaires

Eh ben oui, on veut tout, et rien payer, bien sûr!

Je regardais l'autre jour un reportage qui traitait des gains des artistes (audio). J'ai été hyper étonné d'apprendre qu'ils ne gagnent plus grand chose!!!! Combien de milliers de vues Youtube pour un gagner 1 euro!!!!!!
L'un des interviewés du reportage (peut être Pascal Nègre, mais qu'importe) comparait Deezer à un supermarché où vous mettriez ce vous voudriez dans votre caddie pour un forfait de 10€. (c'est du concept, tiens!)
Alors, ils font comment les artistes, pour gagner un peu leur vie? Eh ben ils mettent de la pub!!!

Je vous confie une autre réflexion:
Je n'ai pu m'empêcher de me demander en voyant face à Juppé (dans C Politique) une jeune personne hostile (c'est peu de le dire) à la loi ElKomri, si elle éprouve quelque scrupule à s'abonner à Deezer? A t-elle téléchargé l'application Uber. Voilà des questions qui auraient, je pense, mérite à lui être posées.
[quote= Guillaume Champeau, « La CNIL s’oppose au traçage des piétons par Wi-Fi à La Défense », Numerama, 26 septembre 2015.]La CNIL a refusé cet été un dispositif prévu par le publicitaire JCDecaux, qui souhaitait collecter les adresses MAC des smartphones pour suivre "anonymement" les individus qui passent à La Défense à proximité de ses panneaux publicitaires.

[quote= Guillaume Champeau, « Géolocalisation par smartphones dans les magasins : la CNIL fixe des limites », Numerama, 19 août 2014.]
En principe "les données émises par le téléphone portable doivent être supprimées lorsque son porteur sort du magasin", prévient la Commission nationale de l'informatique et des libertés dans un article publié ce mardi sur son site internet.

[quote= Anthony Morel, « Comment Tesco cible ses futurs clients », BFM Business, 12 novembre 2013.]
Le géant britannique de la distribution installe dans ses stations-service des écrans publicitaires capables de reconnaître le sexe et l'âge du client. Et ainsi de lui proposer des annonces personnalisées.

[quote= Guillaume Champeau, « Vous faites l’amour devant votre TV ? Vite, une pub pour Durex ! », Numerama, 10 décembre 2012.]
Verizon a obtenu un brevet qui propose d'utiliser les webcams des téléviseurs pour comprendre ce que fait le spectateur et ses proches, et adapter la publicité en fonction.
Ben ôreusement qu'il y a la pub !
On n'a pas si souvent l'occasion de se dilater la rate par les temps qui courent. Et la dilatation de la rate, quelque part, c'est culte, quoi.

Je viens de recevoir ceci par le truchement du ouaibe :

[large]Chenil pour chien de 4 m² en métal[/large]

Je vous laisse réfléchir, y a besoin.
saponite la bonne lessive

C'est pas plutôt Saponite, la bonne lascive ?

Volé à Rufus, Le Héros National, (1970 ?)
Quels progrès depuis "halte-là qui vive,saponite la bonne lessive","y a bon banania" et "clacquesin l'apéritif sain" !!!
Le livre et le film d'anticipation Minority Report, qui avaient été écrits en se fondant sur des enquêtes scientifiques portant sur ce que pouvait réserver l'avenir d'un double point de vue technologique et social, ont bien montré ce qui nous attend, dans quelques décennies, en termes de publicité invasive et permanente, y compris dans la rue...
Pas facile en effet de "leur" échapper. Mais vu les efforts qu'ils font pour nous en empêcher... je me demande s'il n'y a pas lieu d'être optimiste: de même qu'on ne fait pas facilement boire un âne qui n'a pas soif, on dirait qu'ils ont de plus en plus de mal à nous "gaver" de pub.
Plus ça va et plus je me sens Sarah Connorh.
Si adblock ne suffit pas, je sortirais le fusil.
A lire les nombreux commentaires, on se demande dans quel monde vivent les détracteurs d'un secteur qui crée des emplois, permet à des entreprises et des marques innovantes de se faire connaître auprès du plus grand nombre.
La publicité nous aide à faire des choix dans une société de consommation qui met à notre disposition de nombreux produits qui nous permettent d'accéder à un confort de vie et à un bien être que nous envient les populations des pays pauvres.
D'ailleurs, le développement de ce secteur dans certains pays africains ou asiatiques permettrait de faire sortir de nombreuses populations de la misère.
La publicité est aujourd'hui beaucoup plus créative que la plupart des secteurs artistiques, dans le registre de l’humour de l'émotion, elle nous délivre chaque semaine des spots ou des affiches de plus en plus pertinents.
La femme y souvent mise en valeur et les publicitaires depuis une vingtaine d'années font l'effort de s'adresser aux consommateurs sans mépris ni condescendance.
On peut d'ailleurs se réjouir que le secteur public radiophonique ouvre prochainement ses ondes à de nombreuses marques et partenaires privés, ce qui devrait gonfler les budgets de certaines émissions et rétribuer des journalistes et éditorialistes à la hauteur de leur talent, Dominique Seux, Laurent Joffrin, Nicolas Beytout...
L'indépendance des médias n'est absolument pas en danger avec la publicité contrairement à ce qu'affirment certains casseurs de pubs qui feraient mieux de nettoyer la poutre de leur jardin avec Mr Propre plutôt que de venir chercher une paille dans l'oeil de celles et ceux qui nous guident dans nos choix quotidiens.
Pas très convaincu par cette approche anti-pub si on ne répond pas à une question : comment exister, apparaître, être connu dans un marché pléthorique en offre ? Ou alors, pour les "décroissants" : comment réduire l'offre pour que ne reste que le "valable" (qui décide ?) ?

Quel genre de pub-com'-propagande-réclame utilise @si pour se faire connaître ? La notoriété de D. Schneidermann au début et aujourd'hui ? Compter sur le bouche à oreille à partir des abonnés ? Le croisement de références dans un certain milieu de gauche, de contre-culture ?
De toute façon, depuis que j'ai lu sur d'innocents (?) plans-papier dans le métro "vous êtes ici", je me méfie...
Je ne suis pas Criteo mais mon propre détecteur m'incite à proposer à La Réclame des cours de français pour apprendre que "d'autres alternatives" est un pléonasme.
Bof, non finalement, rien.
Quel retard incroyable !
Quand on pense qu'il suffit juste de scanner nos envies dans notre cerveau et de les diriger vers un objet digne de notre investissement financier... quitte à même déclencher le réflexe acheteur en passant devant le fournisseur local

Ou bien plutôt, prévoir cette envie et la devancer en débitant notre compte directement. Voici ce que vous vouliez boire/manger/faire à ce moment précis, un transporteur Uber vous l'apporte là où vous êtes à tout moment de la journée ou de la nuit.

C'est y pas beau le monde moderne. L'enfer est pavé de belles inventions.
Il faudrait déjà commencer par enlever tous les écrans qui nous envahissent dans les gares et le métro (sans parler de la consommation d'électricité). Pendant ce temps, on diminue de plus en plus les panneaux qui annoncent les trains, on les lit à peine.
Le truc Criteo, pour parler franchement, je le trouve un peu con sur les bords.
Dernier exemple en date : je fais une recherche pour un hébergement lors d'un déplacement. Je surfe, je trouve, je réserve.
Je reçois le contrat, je signe, je renvoie, je pais les arrhes, ... l'affaire est réglée de mon point de vue.
Mais mon ordinateur continue à me vanter à la fois les mérites des concurrents délaissés et ceux du lieu où j'ai de toutes façons déjà réservé... c'est crétin.
Enfin, ... continuait, parce que depuis les derniers sujets abordés ici j'ai installé un bloqueur de pub.
Merci @si !
Cela rappelle une scène de Minority Report avec pub personnalisée par reconnaissance des yeux du sujet.
https://www.youtube.com/watch?v=7bXJ_obaiYQ
Qui dit abribus dit chiottes, c'est le même J.C.Decaux, fils de l'"historien". De la pub dans les chiottes, ce serait une manière harmonieuse d'améliorer la santé publique.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.