52
Commentaires

Le théorème de Baroin

Baroin a raison.

Derniers commentaires

Splendide théorême qui si on l'applique résoud bien des questionnements ! :-)) = je l'ai fait suivre à tous mes amis matheux qui ont été ravis d'en prendre connaissance !
Tout est pourri dans cette histoire de triple-play :

- le consommateur ne sait pas exactement ce qu'il paie ;
- l'Etat et les FAI s'arrangent pour partager le tarif entre TV, internet et téléphone, avec la TV prépondérante (sauf que si vous cherchez un abonnement internet seul, il est de 20 euros, incroyable, non ?) ;
- Bruxelles soit-disant attaque la répartition (qui est certes parfaitement injustifiée) ;
- l'Etat est bien obligé de suivre, vous comprenez ma bonne dame ;
- hier (source : Le Figaro) on apprend que la commission de Bruxelles a publié un communiqué (ce qu'elle fait très rarement) pour demander solennellement à l'Etat français d'arrêter sa taxe sur les FAI instaurée pour compenser la fin de la publicité sur le service public de télévision ;
- là, bizarrement, l'Etat français refuse l'interprétation de Bruxelles et affiche sa volonté de conserver sa taxe !

Bref, quand Bruxelles refuse une taxe, ils interprètent mal, quand ils montrent le moindre signe de velléité de toucher à une réduction existante, leur interprétation est parfaite. Ce que je ne comprends pas dans la communication actuelle de l'Etat, c'est que tout le monde sait qu'ils raclent tous les fonds de tiroir pour que le budget soit moins déséquilibré, alors pourquoi raconter des histoires que n'importe qui qui suit l'information démolira sans effort ?
Vous ne comprenez rien, DS. Aucun art de la nuance....

Les impôts n'augmentent pas pour celui qui les émet, mais seulement pour celui qui les paie... Du point de vue de Baroin, qui est le Ministre du Budget, ils n'augmentent pas. Seuls les internautes voient leurs impôts augmenter....

Pourquoi critiquer ainsi cet innocent gouvernement qui ne connaît que la vérité.....de son point de vue.....?
Quelle mauvaise foi....
N’importe quoi !

Lémarchés n’ont que faire du « théorème de Baroin » : ils s’en fichent de savoir si c’est en augmentant les impôts de façon ciblé ou non, ou bien en supprimant des avantages fiscaux et sociaux, que les sous-sous vont rentrer dans la caisse. Si c’est les pauvres ou les contribuables moyens ou les riches qui vont payer. Lémarchés veulent s’assurer de récupérer des intérêts à hauteur des risques encourus pour prêter de l’argent à l’Etat, point barre.

Si le taux de la France vient d’augmenter justement, c’est parce que le gouvernement a remis au parlement sa copie du plus beau budget sous contrainte maastrichtienne et électorale : à leur sens, la pilule pour le contribuable restera douce en 2011. Et il est évident que les problèmes de financement sont reportés à 2012, une fois la présidentielle passée…

Cet état de fait démontre que lémédias sont toujours dans le registre de l’excessif et du passionnel vis-à-vis du pouvoir en place. Ils ne savent toujours pas où donner de la tête. Après avoir (trop) porté aux nues le candidat à la présidentielle, les voilà qui poussent exagérément le balancier dans l’autre sens, en se portant rempart devant la veuve de Carpentra et défenseur éhonté du porte-monnaie de Mme Michu.
Bonjour,

Dites moi Daniel comment expliquer le mutisme général ce matin (est-ce un effet médias officiels du sarkozistan ?) pour avoir une vraie explication sur la décision de la Commission EUR concernant la politique française envers les Roms.
A en croire le ministre traitre, ils sont blanchis !!!
Pourtant hier en regardant ARTE Journal, ce n'était pas aussi clair que ça. Ils me paraissaient plutôt en sursis et incapables dans le temps imparti à corriger le tir.
Vous avez fait un vite dit hier mais un point avec le recul sur ce qu'il en est aurait été le bienvenu.
Scusez moi Daniel , mais il y a encore un lien inopérant dans votre article : "diminution d'une réduction" qui amène sur la page d'abonnement du Monde. Merci pour votre article car Baroin et consort nous prennent vraiment pour des cons . A quant l'augmentation de la diminution de l'augmentation n'est pas une augmentation ,mais la diminution de l'augmentation de la diminution non plus , quoi que ?
c'est vrai c'est dommage que les marchés ne puissent plus nous faire des taux d'intérêts aussi bas qu'avant, bientôt ils seront obligé de nous préter au prix normal c'est à dire celui consenti aux pays du tiers monde. Je pense qu'il faudrait résolument agir contre la paupérisation des marchés, qu'est ce qu'on deviendrait sans eux? On leur doit tout ! il ne faut pas l'oublier. Nous devrions commencer à faire des offrandes quotidiennes aux marchés, il faudrait aussi déposer des bougies devant les télévisions, le courroux de ce genre d'entités supérieures et bienveillantes doit à tout prix être évité. Rappelez vous du déluge et de l'arche de Noé !
La sécu ne prend en charge que les prothèses dues à des ablations thérapeutiques. (cancers du sein).
Id. pour le remplacement des prothèses défectueuses.
Si je compte en gros :
je vais payer 13% en plus, donc sur mon offre triple play,
cela fait 5€ en plus par mois = 60€ par an!
40 bières de moins à la grande surface que je fréquente....
dur dur;-), de se serrer la ceinture:-(((
gamma
Hahahaha ! excellent ! Je vous retrouve :-)

Tiens, pour rire dans l'esprit de vos ex enturbanneries sarkozystaniques (quand même moins bien, selon moi, que vos analyses fulgurantes), je vous signale, si vous ne le connaissiez pas, le Guide de la Molvanie, pays imaginaire d'alcooliques sous-développés dont le pays est rongé par la corruption héréditaire et la pollution acide permanente. Tous ceux à qui je l'ai offert en offrent à leur tour ; c'est total barjo mais très drôle car sous les apparences "understatement" d'un guide classique et BCBG ; un arrêt sur voyages ;-)

Bon, je publierai bientôt votre théorème sur mon site absurde, c'est du lourd mais d'or fin, bravo ;-)

docteurduchmoll.com
voilà le digne disciple de Copé. Deux déterminants essentiels: langue de bois et foutage de gueule.Avec une particularité remarquable :totale soumission à son nouveau MENTOR !ça donne un théorème impossible à démontrer.
Moi en fait je m'en fou, l’accès internet est payé par ma boite et je récupère la TVA, alors 5,5 ou 19.6 ... vive la France des Entrepreneurs ! (hin hin hin ...)
Ce qui laisse sans voix, c'est de confier, à des gens à peine formés dans le secteur, le soin de réaliser un des budgets les plus difficiles à élaborer.
On a beau savoir que ce sont les hauts-fonctionnaires qui font le boulot, quand on voit leurs difficultés à résister aux pressions hiérarchiques, on se dit que personne n'est vraiment là pour asseoir la crédibilité d'un tel budget, et c'est le sentiment qu'on a devant ce gouvernement, personne ne "tient" et comme au plus haut niveau, ce n'est que girouette, qui tient donc la barre ?

http://anthropia.blogg.org
Et bien oui, on augmente comme toujours les impôts indirects, ceux que payent ensemble riches et pauvres... Pendant ce temps, pas touche au bouclier fiscal... Le président de tous les français est bel et bien le président des riches.

Quant aux taux d'intérêt en hausse, ça aussi, c'est normal, les banques (toutes privées) continuent de faire la loi, après avoir été renflouées à coup d'argent public. Et ça s'appelle le libéralisme. Ou la politique est au service des grands groupes financiers.
[quote Gavroche]
Et bien oui, on augmente comme toujours les impôts indirects, ceux que payent ensemble riches et pauvres...
...

Bonjour,
A propos de cette phrase, je sors un peu du sujet du blabla baroin :
est-ce que quelqu'un peut m'expliquer pourquoi la gauche, en général, est systématiquement contre une augmentation de la TVA ou ce genre de taxes..
Pour des raisons de justice sociale, j'aurais la position inverse (ce qui n'exclu pas le débat sur l'impôt direct et le bouclier fiscal bien sûr) et je ne comprends pa s bien.

Je m'explique.
D'abord, il s'agirait d'épargner tout ce qui est produits et services de première nécessité (alimentation élémentaire, eau, gaz, électricité...) dont la TVA (ou autres) pourraient au contraire baisser, de même que ce qui touche à l'outil de travail à étudier au cas par cas (par exemple l'essence pour les routiers ou taxis).
A l'inverse, tout le reste devrait être augmenté, tout ce qui relève plus ou moins du superflu (et en excluant là aussi certains asects comme la culture).
Pourquoi ?
Parce que plus on est riche et plus on consomme, surtout du plus ou moins superflu, en particulier des bagnoles ou de l'essence, mais pas seulement. (Et là c'est à débattre pour téléphone et internet mais la concurrence devrait jouer et finir par l'emporter).

On sait bien que les plus riches ne sont pas ceux qui payent le plus l'impôt direct parce qu'ils savent et peuvent faire jouer toutes les ficelles des niches fscales ou de la délocalisation. Par contre, ce sont eux qui consomment le plus...
En outre la TVA augmentée aurait l'autre énorme avantage de faire supporter davantge notre "modèle", protection sociale etc. aux importations.

Pourquoi ce n'est pas bien, j'aimerais qu'on m'explique ce qui choque là dedans ?
Chacun devrait payer l'impôt en fonction de ses facultés, c'est en tous cas ce qui est posé en principe de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen...

Or, comme vous le dites, certains paient et d’autres beaucoup moins, et cela, en raison de mesures fiscales injustifiées. Le bouclier fiscal n’est peut-être qu’un symbole, mais quel symbole !

Il faudrait se rappeler que c'est une injustice de cet ordre qui a provoqué la Révolution française, en clair, le populo en avait assez de raquer pour la noblesse et le clergé...

Et ça fait deux cents ans que la bagarre continue, entre les possédants qui veulent imposer une certaine fiscalité (et en ce moment ça marche bien pour eux, partout dans le monde), et les autres, les pauvres, qui aimeraient bien un peu plus de justice.
Le problème avec les impôts indirects comme la TVA, c'est que l’on soit smicard ou milliardaire, on paie la même chose.

Rappelons quand même que l'impôt sur le revenu, qui a augmenté jusqu'à la fin des fameuses "trente glorieuses", a rapporté beaucoup d’argent, avait une progressivité importante, ce qui n’a pas empêché à cette époque l’économie de croître. Bref, pas ou très peu de chômage, et une vraie croissance économique, et des impôts directs assez élevés.

Le problème, c'est que la mondialisation galopante (début 80) a entraîné des déréglementations, et les néolibéraux emploient aujourd'hui des arguments fallacieux : « trop de charges tuent l’emploi », « trop d’impôt tue l’emploi », etc. Or, on sait que impôts ou non, bouclier fiscal ou non, les grosses entreprises continuent de délocaliser, pour baisser leurs coûts...

Les libéraux prétendent sans rire que les profits d’aujourd’hui sont les investissements et les emplois de demain... Tu parles, Charles.
Le problème, c'est qu'on constate plutôt un recul des investissements (- 23% entre 1998 et 2005) et que le chômage est toujours en train de grimper. Il faut donc arrêter de nous prendre pour des gogos, la globalisation financière n'est au final qu’une course au profit, grignotant au passage les systèmes sociaux hérités de la Libération.

Dans un éditorial du journal « Challenges », le 4 octobre 2007, Denis Kessler, N° 2 du MEDEF, écrit :

« Adieu 1945, raccrochons notre pays au monde !

Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. (…) Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie. Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme…
A y regarder de plus près, on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !

Désavouer les pères fondateurs n’est pas un problème qu’en psychanalyse. »


On ne saurait être plus clair, ni plus cynique...

Et on assiste, depuis le début des années 80, à la baisse constante de l'impôt sur le revenu : la tranche maximale est passée de 65 % à cette époque, à 40 % aujourd’hui. En clair, ceux qui avaient beaucoup de pognon en ont encore plus aujourd'hui, car ils payent moins d’impôts.

Sur les niches fiscales, vous le dites vous-même, ceux qui sont bien conseillés raflent la mise... Et depuis 20 ans, partout dans le monde, on assiste à une baisse des impôts directs, comme les impôts sur le patrimoine ou ceux sur les successions. Jusqu’en 2005, on pouvait donner 46 000 € à chacun de ses enfants, puis 50 000 €. Aujourd’hui, on peut donner 150 000 €. Qui peut donner 150 000€ à chacun de ses enfants ? Pas grand monde. De génération en génération, on se transmet donc un patrimoine, sur lequel on paie de moins en moins d’impôt. La République des héritiers...

Et en plus, quand on prétend "relancer l'économie par la croissance", donc par la consommation... C'est sûr que si les pauvres paient de plus en plus de taxes et autres joyeusetés, pour les profits de quelques uns, je n'ai pas beaucoup d'espoir sur des lendemains plus gras... Même si Mâme Lagarde prétend que la croissance est de retour...
C'est tout simplement briser toute justice sociale. S'amuser avec la TVA, pour classer les produits en deux catégories "luxe" ou "première nécessité", c'est classer la société en deux catégories aussi.
Acheter un CD, aller au théâtre: superflu? Conduire une personne âgée de sa famille chez le médecin en voiture: essence au tarif lourd? Si oui ou si non à ces questions, quelle usine à gaz encore!

Manipuler les comportements des "administrés" à coup de taxes (tabac, essence, alimentation, etc.) et de subventions, ça a des limites.
C'est encore moins d'égalité, de liberté et de fraternité. Et plus de névroses!
Si j'ai envie de marcher à pied pour économiser le bus et de m'acheter un "goûter" chez fauchon, hein? Merci de nous laisser un peu d'autonomie dans la gestion de notre vie, pour nos dépenses et le reste surtout, qui va avec, sauf autarcie complète!

Croire que les choix initiaux sur les impôts et autres répartition, charges, avaient été faits pour répondre à un contexte historique propice, qui n'existerait plus, est une erreur. Les choix étaient justifiés et évitaient de tomber dans des effets délétères pour la population (les citoyens, disparus des discours politiques, c'est l'économie, le pays, qu'on veut sauver maintenant, tant pis pour les citoyens).
ok, je reçois mieux tes arguments que ceux de gavroche, qui me semblent hors sujet comme je l'écris plus bas.
En particulier "usine à gaz", gros risque effectivement; et "classement..." bien que je ne le voyais pas comme ça.

Maintenant, si tu économises la tva sur le bus, fixée dans ma question plutôt à zéro (ou pas loin), tu n'auras pas vraiment de quoi te payer fauchon !
Le CD et le théatre c'est de la culture que j'excluais aussi a priori dans ma question.

Moi j'y voyais surtout un moyen d'éviter que les plus riches se soustraient à l'impôt comme c'est le cas actuellement il me semble.
Mais ce n'est pas une fatalité que les riches se soustraient à l'impôt sur le revenu.
ok, on peut dire cela, mais c'est plus dur à réaliser je pense, même si un gouvernement y était fermement décidé (ce qui n'est évidemment pas le cas, au contraire).
Mais encore une fois, je ne conteste pas du tout cela, je plaçais ma question en dehors de cette problématique.
Cétait par exemple aussi ce qui était envisagé avec une tva carbone par exemple : plus je consomme de carbone plus je paie ! (mais c'est aussi un autre débat que je ne cherche pas à allumer, ou en tous cas pas dans ce fil).
Oui voilà, c'est comme pour la taxe carbone : si c'était vraiment les plus gros polleurs qui payaient, ça se saurait (agriculture, industrie avec la vaste blague des quotas de CO2, etc.). Ce n'est pas en augmentant la TVA qu'on fait payer les riches !

La seule bonne idée, c'était la ristourne : on consomme du CO2 comme on veut, on paye la taxe, mais on a un petit chèque à la fin de l'année suivant le profil de la famille et correspondant à une déduction type. On redistribue un montant de consommation de CO2 type.

Le problème, on le voit pour les incitations à acheter les voitures moins polluantes, à force, on modifie le comportement général des consommateurs, et les taxes payées par les grosses cylindrées ne couvrent plus les aides pour l'incitation aux voitures vertes... total, on baisse la barre, ça va être les grosses et moyennes cylindrées qui vont payer pour les autres...

Bref, comme le signale "poisson", on devient des névrosés à nous diriger à coup de subventions et de taxes ! Laissez-nous consommer au juste prix !
La consommation n'est pas proportionnelle au revenu. Un pauvre utilise tout son revenu pour consommer. Un riche épargne une partie de son revenu. L'impôt sur le revenu est donc bien plus juste que celui sur la consommation.
Comme rappelé par Gavroche ci-dessus, l'impôt doit être calculé suivant les moyens des imposés. Il n'a aucune raison de dépendre de leur arbitrage entre consommation et épargne.
Et donc augmenter l'impôt sur l'épargne. ou du moins hors "épargne des pauvres" c'est à dire livret A. ok.

Mais pour le riche l'impôt, direct, ne dépend pas de l'arbitrage entre consommation et épargne puisque tout le monde est d'accord pour dire que le riche ne paie pas d'impôt direct, ou très peu, de par les rductions, crédits d'impôts et autres fuites... Par contre le riche, à condition de rester chez nous, consomme beaucoup plus, et pas tout à fait la même chose quand même !
Serait-ce anormal de payer zéro tva sur le cartable de ton gosse et 40 % sur un sac vuiton par exemple ?
LOL ! Une TVA c'est applicable sur un produit, pas en fonction de la marque ! Un sac reste un sac... qu'il soit fabriqué par X ou Y, c'est le même taux pour les mêmes caractéristiques, heureusement...

A la limite, vous pourriez faire un taux de TVA de 40% pour les objets en cuir véritable, si vous tenez à ce qu'un sac vuiton rapporte un maximum de TVA. Le problème, c'est que les pauvres n'auront droit qu'à des sacs en toile, pour éviter de payer aussi 40%.

Bref, là aussi, clivage de la société.

Comme à Cuba (étranger/autochtone), vous voulez faire un tarif pauvre-un tarif riche. Bonjour le modèle économique ! J'ai pas envie de finir comme ça ! Ni mort, ni rouge... Même Castro a reconnu que c'était pas terrible comme gouvernance...

est-ce que quelqu'un peut m'expliquer pourquoi la gauche, en général, est systématiquement contre une augmentation de la TVA ou ce genre de taxes..


la gauche devrait en principe être pour la baisse ou la suppression de la TVA et pas seulement contre sa hausse. Il n'y a pas besoin de chercher un midi à 14 heures c'est une opposition fondamentale entre impot direct progressif (par tranches ou proportionnel) et impot indirect non progressif, le reste de votre questionnement me parait donc être en décalage par rapport au coeur de la problématique du positionnement de la gauche sur la TVA.
Je n'ai pas l'impression d'avoir été compris.
D'abord j'écarte ici les thèmes sur les impôts direct, bouclier fiscal, injustices sociales, etc... sur lesquels je suis bien d'accord. Nan pas la peine de me parler des droits de l'homme ou de la révolution ! ;-) Ni du besoin d'augmenter l'impôt direct des plus riches : ce n'est pas ma question et, encore une fois puisque je n'était pas assez clair dans mon premier post, je suis bien d'accord là-dessus.

Par contre gavroche, quand tu écris par exemple :
"Le problème avec les impôts indirects comme la TVA, c'est que l’on soit smicard ou milliardaire, on paie la même chose. ", je ne suis pas tout à fait d'accord. Plus tu consommes et plus tu payes c'est évident, et le riche consomme - a priori ! - bien plus que le pauvre.
Et moi je voudrais payer plus d'impôts sur le champagne, les bagnoles, l'essence... et moins sur le pain, le loyer, l'eau ou le gaz.
(des exemples, les listes étant à débattre!).
En d'autres termes faire en sorte que le pauvre paye moins de TVA et le riche davantage en déséquilibrant les flux. Bref le contraire de ce que les uns et les autres vous comprenez dans mes propos.
Et donc je réitère ma question : en quoi ce n'est pas bien ?
Au fait un détail. Je n'ai pas d'avis tranché sur la question, simplement je m'interroge et donc voulait recueillir quelques avis pour murir mon opinion.
Sinon, je ne cherche pas de leçon de morale ou d'histoire, merci !Là-dessus, je pense être armé. ;-)
Le smicard ou le milliardaire pait la même chose que je sache : 19,6% !

Ok le montant de TVA reversé à l'Etat par un milliardaire est énorme, avec sa consommation de luxe, mais en regard de ses revenus, ça représente une part bien moindre que la part payée par le smicard. De fait, on dit et on démontre que la TVA est un impôt à rendement décroissant.

Vous voulez qu'on augmente la TVA des produits de luxe ? C'est pas trop l'objet de la TVA sociale qui veut uniformémént augmenter le prix de tous les produits sauf d'une dizaine, mais soit, disons qu'on augmente la TVA, à 33% sur le champagne. Le problème, c'est l'accès au produit : le prix devient tel que le smicard ne peut plus se permettre d'acheter son champagne pour Noël. Exclure à tout jamais un produit à une frange de la population, c'est pas trop une vision de gôche.

La preuve en image : taxe sur le tabac = 80% du prix du paquet. A force de l'augmenter régulièrement, on décroche, le nombre de paquets vendus fini par chuter. Et vous savez quoi, c'est pas les plus riches qui s'arrêtent de fumer...
Il est peut-être bon de préciser que la TVA au taux réduit de 5,5% s'applique à de
nombreux produits, dont toute l'alimentation.
Oui c'est vrai.

Ce que je voulais surtout faire comprendre, c'est que si la droite a proposé la TVA sociale (et a perdu des sièges au parlement pour ce loupé de Borloo) et que Madelin ne cesse d'en parler, c'est bien que ce n'est pas une idée de gauche. Mais visiblement, il n'y a qu'à marquer "TVA sociale" pour troubler quelques socialos et leur faire passer la pilule.
Les riches consomment plus ?
Pas sur... Meme si j'imagine que Liliane n'achete pas ses pates dans le meme magasin que moi, elle ne doit tout de meme pas en manger 17000 fois plus que moi. Proportionnellement parlant, meme si elle achete plein de gadgets à François -Marie, dans son budget la consommation représente une part beaucoup plus faible que la mienne. En revanche, l'investissement, le boursicotage, la fusion-acquisition, tout ça tout ça, Liliane me bat à plates coutures. A combien la TVA sur ces activités là ?

Dans des echelles moindres, et parce qu'il m'est plus facile de comparer dans ce sens, je consomme à peu près autant et de la meme manière que des gens qui gagnent moitié moins que moi. Je paye la meme TVA qu'eux. Est-ce normal ?
Parmi les infos que je n'ai pas trop vues relayées dans lémédia (mais il faut dire que je ne les ai pas vus de trop près), il n'y avait pas une vague grève générale hier en Espagne ?
oui j'ai demandé à Gilles Klein de nous tenir au parfum dimanche mais je ne sais pas s'il le fera.
Cette façon systématique et sans gêne qu'a ce gouvernement de cibler toutes ses mesures d'économie sur les pauvres et les classes moyennes, tout en protégeant soigneusement les riches de toutes contributions me laisse pantois. Ça doit être ça la droite décomplexée.
haaaa, les éléments de langage ... ;-)



Sinon vous ne sourcez toujours pas vos images, je ne suis pas sur qu'une attaque pour raison de droits d'auteurs ou de contrefaçon de la part de Disney laisse les finances d'ASI indemne ... je ne comprends pas en fait. Quasi aucune des images de ce site ne sont sourcées, alors qu'elles viennent des 4 coins du net ... c'est une bombe à retardement. Vous évoqueriez le "droit de citation" ? ça marche pour des extraits de musique ou de texte, pas pour les images intégrales ...
http://www.commentcamarche.net/contents/droits/copyright-auteur.php3

je veux pas faire mon pisse froid hein, c'est une vraie remarque.
[quote=DS]Il faudrait cesser une fois pour toutes de parler d'inflation
Rachida a d'ailleurs montré l'exemple...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.