35
Commentaires

Le suicide médiatique express du directeur de l'ARS Grand Est

Vendredi, il annonce sûr de lui en conférence de presse qu'il n'a aucune intention de modifier le plan de suppression de lits, signé quelques mois plus tôt en échange d'un effacement de dettes pour l'hôpital de Nancy. Dimanche, il dénonce une offensive coordonnée entre l'Est Républicain, les syndicats et les élus dans une interview à France 3. Ce mercredi, il est limogé par le gouvernement. Récit.

Commentaires préférés des abonnés

Le paradoxe est que ce haut fonctionnaire continue la politique initiée par le gouvernement et que le dit gouvernement feint désormais de désavouer . Non, rien ne changera après...Il suffit d'écouter Lemaire expliquer au JT que la croissance est la s(...)

C'est impressionnant, malgré son limogeage, il est toujours persuadé que son plan de suppression de postes est le bon et doit être fait. C'est là où je me dis que le monde d'après sera comme le monde d'avant car c'est pas tant une question de politiq(...)

Quand une girouette ne tourne pas assez vite, c'est qu'elle est grippée. Il faut alors la remplacer

Derniers commentaires

Tout sa vie Lannelongue a rêvé de la casquette de Lallement.


Si seulement il avait fait l'ENA.


Cruel destin.

Il y a deux éléments que je trouve intéressants dans cette affaire.


D'abord son aveuglement. J'ai lu son entretient initial, ce type croit vraiment que son projet va améliorer les soins et est persuadé que tout le monde est enthousiaste. Il me fait penser à cet agriculteur qui disait que les canards sont heureux de se faire gaver, "la preuve ils viennent réclamer le gavage quand je rentre dans l'enclos" disait-il, alors même que sur les images nous les voyions tenter de fuir le supplice en tout sens pendant qu'il les attrapait un par un avec difficulté. 

Ce directeur de l'ARS est persuadé que le "dialogue" qu'il a eu avec les soignants, la région, les municipalités et les partenaires sociaux a donné lieu à un accord équilibré alors qu'ils ont tous participé avec un pistolet sur la tempe en raison de l’endettement de l'hôpital de Nancy. Vous n'avez plus les moyens de tourner ? J'apporte des fonds si nous annulons la dette, nous annulons la dette si vous réduisez des postes. Ben vous voyez, ils ont acquiescé à ce beau projet d'un hôpital neuf !


Le second point, celui qui lui a valu le limogeage, c'est la révélation toute crûe que le discours politique est un mensonge à destination des gogos. Macron a dit que l'hôpital devait être repensé, refondé, que la santé est ce qu'il y a de plus important. Le type annonce que rien n'a changé. Son ministre de tutelle annonce que les projets sont suspendus ? Le gars persiste en disant que lui n'a reçu aucune consigne directe de son ministre et qu'il n'a pas de raison de changer son calendrier. 

Mais que dit-il en fait ? Que la parole publique des politiques ne les engage pas et que le discours officiel tenu devant les Français n'a aucune signification. Voilà une révélation qui justifie bien la porte. C'est un thug ce mec en fait.


Je propose  qu'après la crise du coronavirus on supprime en urgence: les Mines , Centrale, Polytechnique, Science Po, l'ENA ainsi que toutes les écoles Sup de commerce, pour les remplacer par ??????? Ah! ben zut alors !

Est-ce que ça augure un vrai changement doctrine ou juste un fusible qui a dit tout haut ce que l’administration pense et fait tout bas ?

Avez-vous pensé qu’il l’aurait fait exprès (maintenir son plan de suppressions haut et fort pour justement se faire virer)!!?? 

Faudrait voir son âge, et s’il est à un âge proche de la retraite, c’est peut-être tout simplement une stratégie pour ne pas avoir à gérer l’après ! Plutôt partir à la retraite (assez copieuse pour le reste de sa vie) sur une embrouille due à un pseudo complot que d’avoir à affronter une réputation de fossoyeur de l’hôpital public et endosser la responsabilité de milliers de morts

C'est tout ce système vertical piloté directement depuis Paris (le ministère contrôle l'ARS qui contrôle l'hôpital), toute cette logique comptable (on n'a pas d'objectif de santé publique, seulement des objectifs budgétaires) qu'il faut détruire, démolir, annihiler, faire disparaître.

Nos dirigeants pensent, sans doute, que l'âne ( longue ) a rendu des services si grands qu'on ne peut le payer que par l'ingratitude ( d'après A. Dumas )

Christophe Lannelongue vu de l'intérieur, passionnante cette interview coloscopie de France 3 région...


On croirait entendre un haut-fonctionnaire de Vichy en 1942 défendre les bénéfices espérés de la collaboration. Il suffit de remplacer le sigle CGT par bolcheviks ou juifs ! Ultime.


D'ailleurs après son limogeage il aurait beau jeu d'utiliser la réponse de Darnand à Pétain... (souvenez-vous) :


« Pendant quatre ans j'ai reçu vos compliments et vos félicitations. Vous m'avez encouragé. Et aujourd'hui, parce que les Américains sont aux portes de Paris, vous commencez à me dire que je vais être la tache de l'Histoire de France ? […] On aurait pu s'y prendre plus tôt. »


Ça ferait un tweet retentissant !


Le paradoxe est que ce haut fonctionnaire continue la politique initiée par le gouvernement et que le dit gouvernement feint désormais de désavouer . Non, rien ne changera après...Il suffit d'écouter Lemaire expliquer au JT que la croissance est la seule solution pour éponger le financement de la crise et qu'il n'y a surtout pas lieu de réinstaurer l'ISF. Ils n'ont rien compris car ils ne peuvent pas comprendre. Ils sont enfermés dans un schéma de pensée comme dans une camisole de force. Si l'Etat vient au secours de la société ce n'est que pour sauver le libéralisme et non pour s'y opposer comme naïfs que nous sommes nous pourrions le croire à l'écoute des déclarations du Président.  Macron nous fera de l'iglesias sous peu...n'en doutons pas. "Yé né pas changé"...

Première action dans le monde d'après : virer les structures comme le ARS. 

En passant :  l'objectif était de ramener le nombre de lits dans la moyenne nationale. Donc on baisse le nombre de lits de cet hôpital, donc la moyenne nationale baisse,  donc des hôpitaux ailleurs sont au dessus de la moyenne, donc faudra supprimer des lits,  donc la  moyenne va baisser. C'est sans fin.

Un directeur c'est censé réfléchir, pas appliquer des plans bêtement. Il n'a pas eu de coups de fils, c'est ça son excuse...Très bonne décision que de le limoger. Il n'aura aucun mal à retrouver un poste.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

C'est impressionnant, malgré son limogeage, il est toujours persuadé que son plan de suppression de postes est le bon et doit être fait. C'est là où je me dis que le monde d'après sera comme le monde d'avant car c'est pas tant une question de politiques que de formatage de nos technocrates. Le dogmatisme est trop profondément ancré chez nos hauts fonctionnaires. C'est pour cette raison que tout va toujours le même sens quelque soit les personnes pour qui on vote. 

Qu'est-ce qu'il a fait ?

Il a appliqué les consignes, comme tous ces collègues.

C'est juste que les autres n'ont pas eu cette actualité, ces coïncidences, avec les circonstances atténuantes : il s'agit de la santé, au moment du coronavirus.

Mais demain est-ce qu'on réinterrogera l'utilité de toutes les suppressions de postes ? partout ?

A l'hôpital, de tous les postes, y compris l'entretien et la restauration, dans les maisons de retraite, dans l'aide à domicile, dans les supermarchés, dans les usines alimentaires... 

mais aussi partout, partout où on souffre du travail, où on souffre au travail.

Ce jour là, l'Etat sera-t-il là pour limoger tous ces chefs de tous niveaux ? Pour soutenir ceux qui veulent juste travailler mais pas donner leur vie ? 

A commencer par reconstruire une médecine du travail qui ait les moyens de sa tâche. Une inspection du travail qui ait les moyens de sa tâche.


Rien ne sera plus comme avant ?

Il y a fort à faire.


Le film qui a le plus marqué ma vie : I comme Icare.

Parce que je ne sais pas ce que j'aurais fait.

J'imagine que Lanne(longue ) trouvera un nouveau  picotin peut-être même une promotion.


Pöurquoi pas auprès du Préfet Lallement   : deux beaux spécimens  : asinus asinum fricat.


Hélàs, ce n'est pas en battant l'âne qu'on en fera un cheval

ce bon petit soldat du néo libéralisme n'a pas compris qu'il faut parfois faire profil bas pour faire passer une "réforme" inacceptable quand les yeux ne sont pas braqué sur vous ( en plein mois d'août par exemple )

il a dû raté une leçon ; il va devoir redoubler !

De profundis
Et effectivement, on verra plus tard...

Quand une girouette ne tourne pas assez vite, c'est qu'elle est grippée. Il faut alors la remplacer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.