57
Commentaires

Le sport, ce nouveau caviar de la télé

Voir du sport à la télévision est désormais un luxe. Dernière preuve en date : le passage de la Formule 1 de TF1 à Canal +. Le sportif de salon doit désormais débourser une coquette somme s'il veut suivre les différents sports qu'il aime. D'où vient cette perte de terrain des chaînes gratuites sur le sport ? Le foot, le rugby, les JO ou la F1 sont-ils vraiment rentables ? @si a enquêté sur le sport, ce nouveau luxe du PAF.

Derniers commentaires

A noter également le pass weekend de Canal d'un montant de 10€ pour une diffusion de la seule chaine Canal + du vendredi soir 19h au dimanche 21h.
Je précise qu'il s'agit uniquement de la chaine Canal +, car je pensais avoir accès pour ce montant au bouquet complet des 5 chaines avec notamment Sport + pour pouvoir profiter des essais et qualifs, ce qui n'est donc pas le cas.
Pour réaliser cette envie (certaines qualifs sont parfois plus intéressantes que les courses pour autant qu'on aime et qu'on comprenne ce sport), il faut donc passer par l'offre Canal classique, à savoir 25 € la 1ère année et 40 ensuite (ouch..!)

Par contre ça veut dire aussi accès à tous les films, toutes les séries, etc... Pour peu qu'on en ait les moyens et l'envie.

Et puis pour ceux qui se plaignent du côté payant (moi aussi j'ai été très colére en découvrant que TF1 n'avait plus les droits de la F1..), je vous rappelle toutefois que c'est ce modéle économique qui permet à l'équipe d'Arrêt sur images de nous proposer des contenus souvent d'excellentes qualités.

Internet + fragmentation des audiences + crise économique (aussi nommée conflit USA-EU) = tu payes pour des contenus.
A moyen ou long terme, tout cela va engendrer un phénoméne assez inédit dans notre pays : on ne pourra pas forcément discuter de tel ou tel événement sportif avec ses amis / famille / collégues, pour la simple raison que chacun aura un bouquet de services personnalisés.

Peut-être qu'un jour, dans les cours de récré, les enfants ne pourront plus discuter des mêmes dessins animés vus la veille.
Quelle belle société individualiste...
La culture et le divertissement à x vitesse(s).

Je regrette le temps où existait encore un ciment commun à toute notre société.
Un ensemble de services communs à tous.
Avec tous les services publiques, l'école et le service militaire, je pense que la société avait dans son ensemble une conception commune du vivre ensemble.

Jusqu'à ce que le monde financier viennent diviser pour mieux régner, avec l'appui plus ou moins conscient des politiques.
Avec l'avénement du marketing, des ciblages clients, des bases de données, des lois du marchés de la concurrence qui peu à peu nous montent les uns contre les autres, soyons lucides...

Peut-être trouvez-vous que je pars loin dns l'analyse, mais mine de rien, vu l'âge de la télévision et celui de son utilisation massive dans chaque foyer, il était évident qu'un jour où l'autre la télévision subirait elle aussi les affres des divers changemens sociétaux qu'on nous impose (à mon grand dam).

Sans ciment, les briques ne tiennent pas.
Et à ce p´tit jeu, on peut dire que nos politiques englués dans les lobbys tansatlantiques sont de sacrés démolisseurs d'avenir.
Tout se délite et les plus riches s'accaparent des choses qu'ils revendent ensuite sous forme de dîme mensuelle, à l'image des Qataries ou de Canal+

Monde de merde
Merci d'avoir écrit cet article... Cela fait longtemps que je constate, et que je regrette cette évolution.

Je suis depuis longtemps (à différents degrés selon mes lubies) trois sports, principalement: le cyclisme, le tennis et le patinage artistique (je pratique le dernier).
C'est surtout le patinage qui a beaucoup souffert ces dernières années... Auparavant, on voyait tout de même toutes les grandes compétitions (au moins le dernier groupe du libre de chaque discipline, et le gala en intégralité ou presque), or maintenant on se contente souvent de retransmissions différées très très incomplètes, et encore, pas sur toutes les disciplines (généralement, les seules qui ont encore le droit à quelque chose de correct sont celles où des Français ont des chances de médailles).

Roland-Garros et le Tour de France restent encore relativement bien couverts, mais pour combien de temps? Et le reste de l'année, on ne voit pas grand-chose (notamment sur les Grands Tours ou Grands Chelems).

D'autre part, je ne sais pas si c'est lié, mais la qualité des commentaires s'est énormément dégradée sur le service public, et ce, dans les trois sports que je regarde. Le niveau de commentaire de patinage à l'époque de Roger Zabel et Anne-Sophie de Kristoffy sur TF1 était bon pour une chaîne "grand public." Quand il est passé sur France TV avec Nelson Monfort, le niveau en a pris un coup, et depuis il n'a cessé de se dégrader pour atteindre une nullité assez abyssale... au point que j'ai moi-même pris l'initiative de payer un accès temporaire à Eurosport, même sur les compétitions qui étaient retransmises par France TV.

Dans une moindre mesure, le cyclisme et le tennis ont aussi souffert d'une couverture de plus en plus "grand public" dans le mauvais sens du terme (c'est à dire qu'on fait la part belle au côté "divertissement", ou ce qu'on imagine que les gens veulent voir, et on ne cherche surtout pas à ennuyer les gens avec des considérations de spécialistes...)

Le fait est qu'aujourd'hui, les fans de sport ne trouveront plus leur compte que sur les chaînes payantes. On considère que ceux qui ne se satisfont pas de commentaires médiocres et de retransmissions tronquées n'ont qu'à payer pour avoir Eurosport ou Canal +.

Pour l'instant, n'ayant pas les moyens de me payer un abonnement au câble, j'ai opté pour les abonnements ponctuels. Eurosport Player sur Internet est très peu cher, et permet de s'abonner seulement pour un mois (si on vise bien, on peut voir les événements les plus importants). Canal + est moins bon marché mais propose des cartes prépayées de 10 jours... j'en profite parfois pour les grands tournois de tennis non visibles sur Eurosport.
Sinon, pour les événements moins importants ou pour les fans de sport plus pauvres, il ne reste que le streaming. Pour ceux qui fustigent cette pratique, je voudrais d'ailleurs dire deux choses: 1- je paye ma redevance télé et j'estime que je pourrais avoir des retransmissions correctes, au moins des grands événements, avec des commentaires ne frisant pas la débilité, 2 - Je contribue tout de même à financer ces sports, d'une part en payant ma licence de patinage, et d'autre part en me rendant à ces événements (dans la limite de mes moyens car les billets sont souvent bien chers...), ce que je ne ferais pas si les retransmissions n'entretenaient pas ma passion.
Pas du caviar mais de l'opium...
Ce qui serait dommage, pour les amateurs de sport, c'est d'être privés de spectacles comme celui d'hier à Furiani.
A côté des supporters bastiais et ajacciens, ceux de l'OM et du PSG apparaissent presque humains.
C'est plutôt une bonne nouvelle pour nous.
Mais songeons à c'est malheureux sportifs qui ne seront plus connus que des seuls abonnés de canal+. Leur contrat publicitaire seront forcement revus à la baisse. Les consommateurs de Kinder boueno n'ont pas tous un décodeur.
Et pour les fédérations sportives en générale, je ne suis pas certain qu'elle tirent un avantage à long terme à ce que leur produit soit diffusé de façon confidentielle. Une offre de diffusion non payante pourrait devenir négociable. Pourquoi ce ne serait pas les fédérations qui payeraient pour avoir une diffusion sur un réseau gratuit et nationale?
Question: ne pourrait-il pas être plus « juste » de répercuter le coût des événements sportifs onéreux sur les seuls téléspectateurs intéressés, plutôt que de le faire (indirectement) porter par tout le monde ?

Cela me semble comparable à la question de certains appels internationaux au début de la téléphonie mobile: ils étaient alors compris dans les forfaits, ce qui revenait à en faire payer le coût à tous les abonnés, alors que seule une fraction en avait l'usage. Il paraissait logique d'en faire une option, pourtant les usagés y ont automatiquement vu la perte d'un acquis (le fameux « loss aversion ») et beaucoup ont protesté, quand bien même ils n'utilisaient jamais cette possibilité.
Je trouve que cet article abuse légèrement du terme "chaîne gratuite". Même s'il n'y a pas d'ambiguité et qu'il est mentionné - une fois - que le modèle est en fait "diffusé gratuitement et financé par la publicité" la répétition de l'expression gratuite n'est pas complètement neutre. Le spectateur paie avec "son temps de cerveau disponible" selon l'expression consacrée, même s'il n'y a pas de flux financier direct.
Sinon cette enquête est très bien, ça permet de situer les masses financières en jeu et ça montre que cette évolution est finalement souhaitable : il s'agit de sports professionnels pour la plupart et leur représentation est une activité commerciale.
Je ne vois pas de raison de faire payer le tour de france ou les jeux olympiques (ou pire encore le Paris-"Dakar") par de l'argent public, puisque l'article démontre clairement que la diffusion à perte de ces évènements par l'audiovisuel public revient à les faire financer par la redevance.
Réduit à une diffusion à péage, seuls ceux qui souhaitent y avoir accès sur leur télévision paieront et les organisateurs et participants à ces épreuves devront faire avec ce qu'ils rapportent vraiment plutôt que de taper dans les caisses par des moyens indirects.
"Le sportif de salon doit désormais débourser"...Excellent.

Mais un peu facile. Il n'y a pas que des sportifs de salon qui regardent du Sport à la télé quand-même. Il y a aussi des pratiquants ou des anciens pratiquants. Je suis de ceux-là.

Sans rancune cher David,

JC
C'est l'inflation exhorbitante des droits de retransmission télé et autres depuis 25 ans qui explique en grande partie le désengagement des chaînes gratuites (Football, F1, Rugby, Tennis...). Ceux-ci ont été multipliés par 1000 en 25 ans. Comparé au taux d'inflation cumulé sur la période, ça donne le tourni....La professionnalisation à outrance, le star-system, la logique du spectacle à tout prix, et le culte de l'hyper-performance sont à pointer du doigt ici, à mon sens.
Tout ceci évidemment accentué et rendu possible grâce à la concurrence éffrènée entre chaînes depuis la fin des années 80.

Même si, effectivement, l'audience de certains sports, comme le Tennis en particulier depuis 15 ans, mais aussi récemment le Football, la F1 et d'autres, a baissé auprès du grand public, qui constitue le "coeur de cible" de ces chaînes. Y compris pour le service public, qui pourtant ne devrait pas avoir pour but premier l'audience de masse et la rentabilité (publicité).

Le cumul des 2 fait qu'elles ont de plus en plus de mal à s'aligner, même pour des questions d'image et de prestige, ou tout siimplement de réelle volonté éditoriale (France Télévision ou le groupe M6 pour le Tennis notamment).

De plus en plus de grands évènements sportifs historiques et prestigieux risquent par conséquent de se retrouver sur des réseaux payants, dont certains sont en plus généralistes (Canal Plus), et ne sont vraiment pas donnés pour des gens qui disposent de moyens financiers modestes.

En conclusion, vive le star-system, la concurrence entre chaînes et la dérégulation du PAF dans ce domaine (Sport à la télé) ....
Pour le bien de tous soi-disant...Ue vraie rigolade. Même si le Sport à la télé est loin d'être indispensable. On peut très bien s'en passer (c'est un ferru de sport et de Tennis en particulier qui parle).
Une fois encore, on veut nous priver de belles images, de penseurs transcendants et de journalistes brillants .
En effet que vont devenir les Patrick Montel, les Christian Jean Pierre et autres Gérard Holtz quand tous les beaux spectacles sportifs seront aux mains des chaînes privées ?
Ces hommes par leurs commentaires avisés , leur enthousisasme communicatif, leurs réflexions pertinentes nous font aimer le sport , les grands et dignes champions, les magnifiques compétitions comme les Jeux Olympiques en pronant des valeurs d'amour et de désintéressement sans la moindre once de chauvinisme à l'image des compétitions qu'ils nous font vivre avec talent.
La formule 1 va me manquer, ses courses spectaculaires soucieuses de l'environnement, ses sponsors discrets.
J'espère que le Paris Dakar restera sur le service public, cette course apporte du rêve et de la joie aux populations qu'elle traverse, elle permet aux vendeurs de chemise saharienne de voir leur chiffre d'affaire augmenter et s'il le faut n'hésitons pas à supprimer des postes de profs, d'infirmières... pour que France Télévision puisse continuer à diffuser le tour de France qui cette année sera le tour du renouveau, j'en suis persuadé !
Pour me consoler, je vais me replonger dans le dernier ouvrage de Thierry Roland, sa verve ses citations me manquent et si j'ai encore un peu d'énergie, j'irai allumer un cierge pour que longtemps encore Laurent Luyat nous régale avec les tweet des telespectateurs de France Télevisions.
Quand on voit l'évolution des deux sports mondialisés les plus populaires cités - Foot et F1 - quasi exclusivement fréquentés par des sportifs adeptes de salaires à plusieurs zéros et des paradis fiscaux qui vont avec, on peine de plus en plus à trouver où est l'esprit sportif et les valeurs qui sont censées être représentées. C'est encore plus scandaleux quand les mêmes exilés fiscaux représentent leurs pays d'origine alors qu'ils n'y habitent plus depuis longtemps pour échapper à l'impôt citoyen...
La F1, que j'ai suivi pendant une vingtaine d'années avant de décrocher petit à petit, n'est pas ou plus rentable depuis trèèès longtemps pour les chaînes mais cela touche aussi les circuits des pays qui reçoivent les GP. Le vieux Bernie s'en tape et pour cause, son message est simple : "l'Asie, la Russie, les pays du Golfe sont capables de signer pour 10 ans, quitte à bourrer les tribunes avec des places gratuites pour faire le nombre devant les caméras qui s'y attardent. Vous ne voulez pas payer ? Salut !".
Le pire est qu'il s'en trouve à déplorer la disparition du GP de France en considérant, comme Alain Prost, que ce pays est autophobe et miné par trop de politique. Pas un journaliste, même pas celui de Libé Lionel Froissart, pour lui demander en quoi il serait légitime qu'une partie des impôts et taxes (que lui ne paie pas) serve à cofinancer la venue d'une vingtaine de millionnaires qui font soixante-dix tours et puis s'en vont dans leurs jets privés.

Ceci dit et pour les fans on peut en effet suivre quasiment n'importe quel sport sur le net, par exemple en se rendant sur un portail gratuit dédié au streaming comme viponlinesports.eu.
Bonjour
Alors là si les évènements sportifs partent sur les chaines payantes, elles n'auront rien de moi.
Le sport devenu spectacle ne m'intéresse plus du tout.
Chaînes gratuites, chaînes gratuites… c'est vite dit ! Il y a une redevance pour FT.
Pas forcément envie qu'elle suive le Tour de France de l'EPO..
Marrant, je n'ai pas la télé et je peux voir tous ces sports, dans des langues différentes, à l'heure qui me plait, et avec une qualité correcte.
La magie du net :-).
De toute façon, pour le basket, il n'y a pas beaucoup d'autre moyen. Sport mondial majeur (premier ou deuxième sport ?), ignoré superbement par les médias français, même quand Rodman se rend en Corée du Nord, ou quand Manute Bol passe de vie à trépas après avoir été un homme extraordinaire toute sa vie, ou encore quand Dikembe Mutombo reçoit les honneurs de son pays d'accueil et de sa ville d'origine.
Payer pour regarder des voitures tourner en rond, quand même, faut être sadique.
La tendance se confirme à l'étranger :
[quote=La Stampa]Après le football et les jeux olympiques, un autre tabou tombe donc. Pour la première fois en 63 ans d'histoire, l'intégralité du championnat de F1 en Italie sera sur une chaîne payante. Le même modèle a été expérimenté cette année en Angleterre, où la BBC a perdu son exclusivité au profit de la chaîne de Murdoch. Jusqu'en 2010 la Formule 1 avait posé la gratuité comme la base de son succès, de façon à garantir à ses sponsors l'audience maximale. Il a suffit de quelques bonnes offres pour changer cette politique commerciale.

Les italiens s'en sortent mieux que nous : ils pourront voir cette année 9 GP sur 19 en direct sur une chaîne publique.

Je viens de créer le groupe de discussion privé Les radins de la Formule 1 pour ceux qui veulent échanger leurs combines pour continuer de profiter de la F1 sans s'abonner à Canal+. Vous pouvez m'envoyer vos demandes d'invitation (via l'interface de Google ou en me donnant une adresse email par message privée). J'ai déjà une ou deux combines en tête…
Le point de départ,c'est la demande financière des organisateurs.

Dame, payer de Beckham, des Ibrahimovic, ça coûte bonbon.

Et Ecclestone, avec quoi il va se faire construite le plus beau tombeau du cimetière ?
[quote=Fan de canard] Je propose l'institution d'une vignette payante pour la pratique de la marche à pieds.
Bizarre que personne n'y ai pensé avant.
Je propose l'institution d'une vignette payante pour la pratique de la marche à pieds.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.