63
Commentaires

Le président Juppé reçoit France Culture

Réjouissez-vous peuple des matinautes, il fait déjà beau à Bordeaux.

Derniers commentaires

Comment ça " moindre mal" ... aussi pire que les autres, je ne vois aucune différence.
Faut dire que je m'attache peu aux emballages.
Ce qui veut dire "le retour du malade" ?
Juppé n'a aucun appui dans son parti sinon celui des sympathisants. Il a été condamné pour inéligibilité (contrairement à Sarkozy). Sarkozy a toutes les clés du pouvoir au sein de LR. Juppé si il gagne la primaire (organisée par Sarkozy donc) se risquera à une campagne "Ségolène Royal" contre tout son parti. Je pense que son engagement est contestable dans la mesure ou il ne s'est même pas présenté a la présidence de l'UMP à l'époque. Si Juppé est le dernier rempart républicain, autant dire que la République est déjà morte.

Souvenons nous de Villepin... Souvenons nous du duel Fillon-Copé qui a témoigné des problemes d'unité au sein de l'UMP.
On va voter Juppé*, il a une bonne bouille, on a oublié ses ennuis judiciaires, et avec lui, au moins, ce sera mieux que si ça avait été pire.

*Hé! second degré pour les mal-comprenants!
D'accord avec le portrait de Daniel. Les nouveaux convertis au Juppéisme ont la mémoire courte et ne rappellent pas de l'arrogance de Juppé qui a mis la France dans la rue en octobre 1995 pour avoir voulu passer en force après le discours électoral de Chirac sur la fracture sociale.
Juppé ?

N'est-ce pas le bonhomme qui a « délibérément recouru à des arrangements illégaux » et « trompé la confiance du peuple souverain » ?

Et certains envisagent de voter pour lui ?

C'est un poisson d'avril, non ?
D'un autre coté, ça a des avantages. Maintenant que Juppé est deja élu, on pourra profiter de deux dimanches supplémentaire l'an prochain.

Il faudra par contre m'expliquer comment ceux qui exècrent la loi Khomri peuvent se jeter dans les bras du gars qui a fait le "plan Juppé" de 95.

Surement la haine du raciste, avec sarkozy, estrosi, hortefeux, comme c'est expliqué plus haut. Sauf que, il suffit de n'avoir jamais lu les comptes rendus des débats sur l'identité nationale pour ne pas se rendre compte que ces débats étaient super copains avec l'immigration. Malika Sorel l'explique très bien et le détaille très bien dans son livre. Qu'importe, on a décidé qu'ils étaient des racistes. Les faits finalement importent peu.

Faut il mieux se crever les tympans ou bien entendre que le pire de sarkozy, ce n’était pas d'avoir fait doublé la dette ou bien d'avoir truqué 3 élections. Non, ce qu'il y avait de pire avec sarkozy, c'est hortefeux avec "les arabes ça va quand il y en a qu'un".

Et puis, il va gouverner avec qui Juppé? Ça sera le retour éternel des mêmes: Pécresse, Chatel, Fillon, Copé, etc.

Mr. Schneidermann, vous parlez du moindre mal. Mais parfois il y a un mal nécessaire. Combien de temps allons nous nous empiffrer de bonbons avant de faire le bon choix d'aller chez le dentiste?
La France étant devenue une immense maison de retraite, il est normal que les pensionnaires choisissent un des leurs au bout d'un moment, après avoir écumé tous les quinquas pétant les plombs ou aussi fourbes que leur conseiller bancaire.

Alors il est certain, qu'après le tsunami et les sables mouvants, on aspire tous à un sol en apparence plus ferme et des vaguelettes. Mais attention, le courant sous-marin est dangereux et il ne faut pas se fier à l'eau qui dort.

État des lieux : la "cata" comme dit Lordon devant une foule pas très enthousiaste, ou refroidie par la pluie. La Hollandie est marquée par l'eau, que d'eau, que d'eau. Et Lordon n'est pas le meilleur des tribuns même si ses constats et ses formules sont bonnes mais il ne peut enflammer que les visionneurs de clip vidéos.
Alors l'état des lieux pourrait être le désespoir : qui va pouvoir fédérer cet élan, personnifier cette insurrection. Pourquoi d'ailleurs chercher une personne et pas un groupe de personnes tandis que le "pouvoir" lui tente vainement de se trouver un représentant parmi la foule qui se présente, car le pouvoir la sent aussi cette catastrophe.
Marie-Noëlle Lienemann constate aussi qu'il "n'y a pas d'homme ou de femme providentiel(le) aujourd'hui en France. On est en train de changer d'époque."

France Info ce matin réconforte les patrons le jour d'après la contestation : stage commando
Ha les intello et journalistes de gauche ont déjà choisi leur poulain , se sera le bourgeois mafieu Juppé, le mec qui a un casier judiciaire, le mec qui a protégé Chirac de la justice ... C'est ce genre de type clanique que nos profiteurs du système social Français (ceux qui ne payent pas les études de leur gosses, la classe moyenne) , vont nous vendre pour 2017, comme ils nous ont vendu Hollande le bourgeois .
Ca suffit, la rue veut de la gauche , les français sont a gauche, 60% au moins, vivent avec moins de 2000 euro par mois , avec famille , on s'en fou de vos riches, qui ne veulent pas payer d'impôts , les pauvres en ont marre de raquer pour vous et vos gosses, quand les leurs ne font pas d'étude, et sont méprisé par les medias, profs , gouvernants .
Voter pour le moindre mal une fois, ça va, c'est quand ça arrive tout le temps que ça fait des problèmes.
En 95, celui qui aurait juste supposé que je puisse un jour voter pour Juppé aurait reçu une volée d'injures carabinées... Et puis d'autres sont venus, dont l'intelligence n'était pas le point fort...Il faut avoir entendu les propos d'Hortefeux, Estrosi , Balkany et consort...D'autres encore fous ravagés de pouvoir, Sarkozy, Wauquiez etc etc ... profiteurs, menteurs ,dont la prétention n'a d'égale que l'incompétence....
En 2016, si je votais aux primaires ce serait pour lui. Aux présidentielles, peut-être pas quand même!
Je roule à gauche.
Le moindre mal m'a fait voter hollande à la primaire et aux deux tours de la dernière présidentielle. Vous avez droit de vous moquer, je le mérite amplement.

Le CM de Juppé a twitté ça ce matin : "Faire procès à la France de porter une part de responsabilité dans le génocide au Rwanda est une honte et une falsification historique."
Il a vraiment une sale gueule ce moindre mal.
Ajouter que: "Aux antipodes de la démagogie sarkozienne", mais le même programme politique, lepeneries comprises.
Moi-t-aussi à cause de ses propos consolants repris d'ailleurs au Bourget. Méga-mascarade.
Ah oui là quand même il y a récidive, au 2nd tour contre Sarko on peut vous absoudre, mais pour le premier effectivement il n'y a pas de quoi être fier !
Cet homme est une horreur, il nous prépare pire que Sarko et Hollande réuni. Bordeaux est une catastrophe dévouée au dieu "libéralo-capitalisme", tout dans la façade, la retape et l'expulsion au plus vite des couches populaires.
Et le pire, en nous faisant croire à du pseudo socialisme avec des soi-disant démarche participative. Sauf que le social à Bordeaux est au bord du gouffre. Les services d'accueil d'urgence ont été virés du centre ville (vive les métropoles qui permettent l'exil des pauvres dans les banlieues désœuvrées), les infrastructure à destination des jeunes et des classes populaires se réduisent comme une peau de chagrin mais ce qui reste est beau alors ça va faut pas se plaindre (sauf que 3 pauvres terrains de sport en plein air pour tout le sud de Bordeaux, ça fait pas grand chose). Les budgets sont explosés par les coûts des PPP, à destination du grand stade et de la cité de vin (représentant un bel étronc, je vous laisse chercher les illustrations sur internet). Les impôts locaux sont monstrueux en conséquences. Bref tout va bien madame la marquise (elles aiment Bordeaux les marquises).
Je ne parlerai de la destruction en règle du tissu culturel rock, qui faisait la renommée du coin, passant par la fermeture de nombreux bars dès lors qu'ils dérangent un peu. Avec des arrêtés débiles interdisant les lieux de débits d'alcool à proximité des lieux de cultes !
Bordeaux c'est aussi 1/3 des écoles primaires dans le privé et des écoles publiques à l'abandon dans les quartiers populaires restants. C'est la présence d'une réseau catholique intégriste, largement toléré par la mairie (rien à changer depuis le docu sur St Eloi).
Bordeaux c'est encore des investissements monstrueux dans les infrastructures routières alors que les transports publics sont à saturation. C'est la construction de nouveaux ponts sans envisager d'y faire passer un tram (et décider 5 ans après de travaux herculéens pour finalement l'y faire passer...). Ce sont des heures de bouchons, des trams blindés aux heures de pointe et une situation qui ne peut que empirer avec les nouveaux quartiers construits sans proposer de solutions de désengorgement. Mais wouahou, le tram est sans fil et les quais sont rénovés si c'est pas génial ça.

Bordeaux c'est tout dans la frime, l’exubérance, faut que ça claque et que le pleupleu moyen trouve ça beau.

Bref, la catastrophe totale. La ville a été épinglée par la cour des comptes pour sa gestion catastrophique de son budget. Les travaux du tram ont été suspendu pour éviter la banqueroute.
Vivement qu'on puisse se casser d'ici !
[quote Adarr ]
Cet homme est une horreur, il nous prépare pire que Sarko et Hollande réuni. Bordeaux est une catastrophe dévouée au dieu "libéralo-capitalisme", tout dans la façade, la retape et l'expulsion au plus vite des couches populaires.

Bordeaux c'est tout dans la frime, l’exubérance, faut que ça claque et que le pleupleu moyen trouve ça beau.

Bref, la catastrophe totale. La ville a été épinglée par la cour des comptes pour sa gestion catastrophique de son budget. Les travaux du tram ont été suspendu pour éviter la banqueroute.

Vivement qu'on puisse se casser d'ici !

Merci pour les infos sur le bilan de son action locale, en gros il fait du Chirac avec sa ville.
Monsieur Juppé se félicitait il y a peu de la réforme du code du travail en cours, je vois pas où se trouve une quelconque alternance s'il est élu.

Cet homme est une horreur, il nous prépare pire que Sarko et Hollande réuni. Bordeaux est une catastrophe dévouée au dieu "libéralo-capitalisme", tout dans la façade, la retape et l'expulsion au plus vite des couches populaires.



Pire que Hollande, c'est possible ?!
A quel moment la France a participé en quoi que ce soit aux massacres du Rwanda? Est ce une finalité de reprendre tous les mensonges des chefs d'état des "pays en voie de développement" qui justifient leur pouvoir par la haine de l'occidental? Dès que le colon est parti, ils se sont entretués. Les Hutu se sont vengés des années coloniales avec les Tutsi privilégiés car "race supérieure". Ça n'a été qu'un jeu de massacres interposés (Burundir, 1972) jusqu'au génocide final. Que l'on blame l'Allemagne ou la Belgique, pourquoi pas, mais la France? Et que font ils maintenant de leur jeune unité nationale haineuse de l'occident? Ils pillent le Congo.

Si c'est ça votre probleme avec Juppé, alors laissez moi vous dire que vous n’êtes ni de gauche, ni de droite, vous êtes juste alter-mondialiste anti-occidental. La haine ne fait pas une teinte politique, je pense.
On touche du doigt le problème avec la logique alter-mondialiste, avec sa manie de penser l'histoire de manière rétroactive. Est ce que la France aurait du faire un embargo sur le Rwanda? Est ce que l'on peut imaginer que la France a aider d'abord le Rwanda, avant les Hutus? Comment interagir avec des pays dont les massacres sont le seul mode d'expression?

Oui la France a aidé le Rwanda économiquement et militairement, mais jamais elle n'a pris part aux massacres. Ensuite se pose la vraie question: est ce qu'on doit aider en quoi que ce soit des gouvernements de pays comme celui ci? Et dans ce cas, doit-on faire embargo sur les 3/4 des pays du monde?
bla bla bla...
Non mais sérieux. Lisez au moins les sources que vous envoyez:

"En 1990, une centaine de coopérants interviennent au Rwanda dans le cadre de l'enseignement, de la santé, du développement rural. La France finance l'équipement de l'aéroport de Kigali et fournit un Falcon 500 au Président du Rwanda, ainsi que la prise en charge de son équipage."

"Le 20 juin 1990, le Président Mitterrand prononce le discours de La Baule devant les représentants de 37 pays africains, assurant ceux-ci du soutien de la France, mais conditionnant ce soutien à une démocratisation des divers régime."

On était pas là pour les faire s'entretuer, on construisait leur pays [Message modéré - merci de respecter les règles d'usage du Forum].
on construisait leur pays de débiles.

En plus, c'est que des nègres.

make vomit
C'est vous les racistes caractérisés. Vous leur retirez leur libre arbitre, en considérant que c'est sans cesse la faute de l'occidental. Ce ne sont pas des chimpanzés et ils sont responsables de leurs choix. Merde à la fin.

La France a aidé à leur développement, a promu la démocratie la-bas. Ils ont fait à partir de cette aide des massacres. En quoi sommes nous responsables de ce qu'ils ont fait avec notre aide?
En bon informaticien qui se respecte (?), vous semblez avoir une prédilection pour la pensée (re-?) binaire.
Je ne doute pas qu'avec le temps, vous arriverez à déverminer votre logiciel.
Je veux qu'on m'explique concrètement en quoi promouvoir la démocratie, construire un aéroport et fournir des intervenants sur la santé et l'éducation à la demande du gouvernement local est un crime contre l'humanité.

Ensuite, on peut parler du militaire:

"Entre 1990 et 1994 grâce principalement au soutien de la France, l'armée rwandaise passe de 5 500 à 35 000 hommes33. Pendant cette période, la France a fourni la plupart des armes lourdes, des véhicules d'assaut et des hélicoptères utilisés par le gouvernement rwandais pendant la guerre contre le FPR, par plusieurs canaux (vente d'armes par des groupes installés en France, cessions directes et indirectes de matériels de l'Armée française)."

Vous parlez de pensée binaire, mais je pense que vous n'avez pas une vue lucide de la situation. Regardez cela: https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9nocide_des_Tutsis_au_Rwanda

La situation politique et militaire à la veille du génocide:

Le 1er octobre 1990, les rebelles du FPR de Paul Kagame franchissent les frontières de l'Ouganda et parviennent à 80 km de Kigali. Les Forces armées rwandaises (FAR) tentent de s'opposer à cette avancée.

Notes: Une armée clandestine Tutsi s'opposait à l'armée régulière Hutu financée par la France. Le pouvoir n'était pas stable et les deux communautés n'arrivaient aucunement a gouverner ensemble, à tel point que chacune avait son armée.

Le 4 octobre 1990, La France met en place l'Opération militaire Noroit et la Belgique l'opération Green Beam afin d'envoyer des troupes et d'évacuer les ressortissants de chaque pays. Le Zaïre participe également avec l'envoi de 3000 hommes33. Cette guerre civile s'accompagne d'exactions faisant de nombreuses victimes dans les deux camps34.

De 1990 à 1993 les FAR sont formées et réorganisées par l'armée française, pour contrer les attaques du FPR, attaques qui étaient parfois accompagnées de massacres. De leur côté les responsables du FPR se sont appuyés sur l'armée ougandaise, dans laquelle certains étaient officiers depuis que le Président Yoweri Museveni avait conquis le pouvoir en Ouganda.

Notes: La France continue de soutenir l'armée officielle du pays attaquée par l'armée clandestine Tutsi.

En 1991, le Président Habyarimana est contraint de renoncer au monopole exercé par son parti. Plusieurs mouvements rivaux entrent en compétition, dont plusieurs créent des organisations de jeunesse aux actions parfois violentes. Tel est le cas des Interahamwe, milice du Président Habyarimana. Les crimes commis par cette milice ou par d'autres groupes avant 1994 restent impunis, ce qui contribue au développement d'un sentiment d'impunité dans la période qui précéde le génocide36. Début 1993, la FIDH dénonce dans un rapport37 les escadrons de la mort en lien avec le Président Habyarimana, sa femme et les ultras du régime.

Notes: La France obtient un assouplissement démocratique.

En 1992 et 1993, des négociations, soutenues par la France, sont menées entre le FPR et le gouvernement rwandais afin d'aboutir aux Accords d'Arusha, signés en août, et dont on pouvait penser qu'ils contribueraient à apaiser la situation. Mais le parti présidentiel, le MRND, est hostile à ces négociations. En février 1993, la rupture du cessez-le-feu par le FPR pendant deux semaines avait contribué à affaiblir les partisans de la négociation. Les Hutus radicaux se regroupent autour de la radio des mille collines, qui appelle à l'élimination des Tutsis, et du mouvement Hutu Power. Cette radicalisation est renforcée en octobre 1993 par l'assassinat au Burundi du Président Hutu récemment élu Melchior Ndadaye par des militaires Tutsis, ce qui déclenche une guerre civile au Burundi, entraînant un flot de réfugiés aussi bien Hutus que Tutsis au sud du Rwanda. Cependant, une force de maintien de la paix, la MINUAR, est envoyée au Rwanda pour s'assurer de l'application des accords d'Arusha.

Au début de l'année 1994, l'installation du gouvernement transitoire à base élargie (GTBE), prévue par les accords d'Arusha est reportée semaine après semaine, malgré plusieurs tentatives d'intronisation. Ce report augmente la méfiance de chaque partie et recule la démobilisation des forces armées. Des machettes sont importées par l'entourage du Président Habyarimana, tandis que le FPR renforçe son armement38 et la tension monte à partir de fin janvier 1994. Les attentats à la grenade et les assassinats39 se multiplient. De nombreuses caches d'armes sont mises en place, et l'intention génocidaire est avérée40. Fin mars 1994, alors qu'une dernière tentative d'installation du GTBE échoue, la MINUAR observe que le FPR viole à plusieurs reprises les accords de cessez-le-feu au nord du pays, et que les FAR recrutent des jeunes gens parmi les réfugiés Hutus ayant fui le Burundi.

6 avril 1994 : les présidents rwandais et burundais, Juvénal Habyarimana et Cyprien Ntaryamira, meurent, lorsque leur avion, qui s'apprêtait à atterrir à Kigali, est abattu par un missile. Cet attentat, qui n'a pas été élucidé jusqu'à présent, est considéré comme l'élément déclencheur du génocide. Dans la nuit, les troupes du Front patriotique rwandais (FPR) stationnées près de la frontière ougandaise font mouvement vers Kigali41.

Notes: le président Hutu rwandais et du burundir sont abattus en 1994 et c'est le déclencheur du génocide

7 avril 1994 : Plusieurs personnalités politiques modérées sont assassinées, empêchant tout règlement pacifique de la crise, ainsi que dix casques bleus belges de la MINUAR. Des barrières sont dressées par des milices Hutu à Kigali puis dans le reste du pays, et, au vu de leurs cartes d'identité, les Tutsis sont systématiquement assassinés.

Notes : Les casques bleues sont partis parce qu'ils commençaient à se faire tuer à leur tour.
Pour continuer sur la binarité, on peut s'enfoncer dans le relativisme autant qu'on le souhaite. Mais ça n'aide aucunement à voir les choses telles qu'elles sont: rien n'aurait pu empêcher le génocide rwandais. La guerre civile était deja consommée dès le départ des belges.

Je tiens à noter que celui au pouvoir aujourd'hui (Kagame), porte une responsabilité extrêmement lourde sur le génocide de son ethnie, du fait de son mouvement FPR. Je comprend parfaitement qu'il tienne un discours incriminant la France et la Belgique en permanence.
La vérité, est, que nous n'aurions jamais du maintenir les structures étatiques créées durant la colonisation. C'était une erreur et on aurait du comprendre que ce serait une boucherie partout ou les occidentaux partiraient. Nous avons créé des états avec des ethnies qui s'entre-détestaient depuis des millénaires. Cela ne tenait que par la présence de l'occident, en se reposant sur une ethnie contre les autres, ce qui n'a fait qu'amplifier les haines.

Nous n'avions pas prévu à l'époque que nous partirions. Nous sommes partis, la suite était prévisible.

L'étatisme était une erreur, les états ne se créent que dans le sang. Aujourd'hui le Rwanda a tourné la page, et est leader technologique de l'Afrique. Alors comment comprendre cela? Le conflit aussi horrible soit-il fait souvent partie du processus des états (même aux états unis!). La présence coloniale aurait empêché cela sur la durée mais elle n'a pas eu le temps.
Que de mots, que de mots !

Je me souviens d'avoir simplement lu ce qui a été "modéré".
Toutes vos logorhées n'y changent pas grand-chose.
Je ne vais pas me plaindre de la liberté d'expression qui est assez souple sur ce forum. Même si je considère que je ne contreviens à aucun point de la charte. Le rwanda était un état sous-développé, archi sous-développé, et les rares améliorations ont été installées par les belges. Aujourd'hui le secteur de pointe se développe grace aux investissements occidentaux, et c'est une bonne chose. C'est bien la preuve que ce n'est pas une question de race (ce qui justifierait une modération), mais une question de structure étatique.

Quant à vous, vous ne lisez donc que ce qui vous plait de lire. Vous ne risquez pas d'avoir un avis éclairé. Je ne me repose pas sur du vent mais sur ce qui est écrit et sourcé dans Wikipédia.

Pourquoi être si discret sur Kagame et sa tentative de putsch avec le FPR, et le meurtre des présidents Hutus, juste avant que le génocide commence? En quoi aurait-on pu être plus avancés en soutenant une armée clandestine? La France a soutenu un état nouveau faible. Si Kagame avait atteint Kigali (il lui restait 80km), rien n'aurait changé.

L'aide de la France a cessé dès le début du génocide en 1994. Que dire de plus.

Je comprend que tout cela fait beaucoup de concepts à gérer en même temps pour vous, et que vous préfériez vous arrêter au "pays de débiles". Ça ne change pas mon propos.
D'ailleurs, je dois mentionner que je ne suis pas sur que les règles du forum existent. En tout cas je n'en ai pas trouvé de traces. Je suppose qu'elles sont plus ou moins implicites.
Pour résumer, vous n'êtes sûr de rien, ce qui vous permet de parler avec autant d'assurance.
Est ce que je dois résumer l'intégralité de vos propos par un "ta gueule, je suis pas d'accord avec toi"?
Pardon !

Je na savais pas qu'il était interdit de vous dire que vos propos sont puants de certitudes et de racisme.

Je ne savais pas.

Je vous autorise à résumer mes propos comme bon vous semble. Si vous en avez le courage, relisez mes réponses. Elles sont faciles à résumer. Et à comprendre.

Il faut aussi que je vous dise qu'à des personnages tels que vous, on ne dit pas "ta gueule". Parce que ça ne sert à rien.
Alors reprenons l'ensemble de vos propos:


En plus, c'est que des nègres.
make vomit
En bon informaticien qui se respecte (?), vous semblez avoir une prédilection pour la pensée (re-?) binaire.
Je ne doute pas qu'avec le temps, vous arriverez à déverminer votre logiciel.
Que de mots, que de mots !
Je me souviens d'avoir simplement lu ce qui a été "modéré".
Toutes vos logorhées n'y changent pas grand-chose.
Pour résumer, vous n'êtes sûr de rien, ce qui vous permet de parler avec autant d'assurance.


Sachez que j'ai beaucoup apprécié de discuter avec vous. Votre retour était très constructif, surtout vos insultes. Je pense que nous n'avons rien à nous dire, ceux qui voudront liront. Moi j'en ai fini avec ce sujet.
Moi j'en ai fini avec ce sujet.

Vous m'en voyez soulagé.
Par contre,ne comptez pas sur moi pour vous resservir le copié-collé de toutes vos estimables contributions. Simple problème de lisibilité.
euh, vous n'avez pas dû suivre la réouverture du dossier suite à la commémoration du génocide non ? Les historiens qui se sont penchés sur le sujet expliquent à quel point la France est impliquée dans cette horreur. Et les dérives actuelles en Centrafrique montrent que ce n'est pas du fantasme, les soldats français sont des barbares.
Pour les soldats français en Centrafrique, je veux les noms des soldats impliqués pour juger. Pour autant, la France n'a pas participé aux massacres au Rwanda. En aucun cas.

J'ai parfaitement suivi les émissions sur le Rwanda mais je ne les juge pas pertinente pour la raison évoquée plus haut: est ce qu'on doit aider en quoi que ce soit des gouvernements de pays comme celui ci? Et dans ce cas, doit-on faire embargo sur les 3/4 des pays du monde?

C'est facile de faire du gauchisme, c'est plus dur de se confronter à la réalité. Moi aussi je peux jouer les inquisiteurs. Vous portez des vêtements faits par des bangladais exploités, repentez vous.
on ne parle pas de jugement mais de constat.

Pour le reste vos invectives personnelles vous pouvez les ravaler. Je n'ai aucun problème à assumer de posséder des vêtements fabriqués au bangladesh. La conscience sociale doit s'adapter aux réalités. Mon adaptation consiste à acheter un minimum de vêtements neufs et de les faire durer un bon nombre d'années. C'est pas l'idéal mais c'est un mieux. Idem pour tout le reste. On pourra en débattre longtemps. Mais être "gauchiste" (gauchiasse aussi non, ou islmo-gauchiste, on y vient quand ?) ne signifie pas être un benêt qui avale des idéologies sans les digérer, ne vous en déplaise.
" je veux les noms des soldats impliqués pour juger."
Des fois qu'ils auraient des noms " à consonance" ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.