78
Commentaires

Le pénible retour de la pénibilité

Commentaires préférés des abonnés

On en est là, on en est encore là à devoir discuter de la fatigue occasionnée par certains métiers par rapport à d'autres. Comme s'il s'agissait d'un point de discorde et non d'une réalité. Mais que défend ce gouvernement sinon une logique de classes(...)

ça fait plus de deux ans que je vous le dis , que ces mecs sont très pénibles ....

Ouf ! Darmanin a enfin la solution pour sortir de l'impasse :


"Il manque sans doute autour de lui (Macron) des personnes qui parlent à la France populaire, des gens qui boivent de la bière et mangent avec les doigts".


Et un pétomane ?


(...)

Derniers commentaires

Nous devons réfléchir collectivement à un système universel de retraites plus solidaire qui alignerait les retraites des salariés du public et du privé sur un mieux disant social avec un rôle redistributif important.


Je vous mets ici le contenu de notre revue de presse sur la réforme des retraites
https://www.emancipation-collective.fr/boite-a-idees-une-activite-pour-tous-qui-nous-epanouit/


Une émission très pédagogique pour comprendre les problèmes que pose la prochaine réforme des retraites avec Guillaume Duval et Régis du Collectif Nos Retraites dans Arrêt sur images (https://arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/retraites-macron-a-pense-quil-pouvait-repartir-comme-en-40).

Dans Quartier Libre, animé par Aude Lancelin, Bernard Friot appelle à prendre au capital sa souveraineté sur le travail, en se battant pour un régime unique de retraites avec l’attribution d’un salaire dès 50 ans à hauteur de 2300€ minimum (https://www.youtube.com/watch?v=16sl2BIbp1I).

Luc Peillon de Libération met en avant l’explication donnée par le collectif Nos Retraites de l’inéluctable chute du taux de remplacement des pensions (https://liberation.fr/checknews/2019/10/02/retraites-la-reforme-va-t-elle-provoquer-une-chute-de-15-a-25-des-futures-pensions_1753896).

Dans Alternatives Economiques, Sandrine Foulon montre les risques sur la santé de repousser sans cesse le départ en retraite. Le report de l’âge légal de départ en retraite de 60 à 62 ans a par exemple fait exploser le nombre d’arrêts maladie chez les plus âgés (https://www.alternatives-economiques.fr/penibilite-angle-mort-reformes-retraites/00090668).

Rachel Knaebel de Bastamag interroge Zemmour Michael sur les différentes conséquences qu’entraînerait le basculement d’un système par répartition vers un système individualisé à points (https://bastamag.net/Reforme-des-retraites-systeme-a-points-penibilite-age-de-depart-duree-de-cotisations-inegalites).

Dans AOC, Henri Sterdyniak rappelle que la retraite publique est une assurance sociale qui ne doit pas imiter la retraite par capitalisation. Elle doit assurer un niveau de retraite satisfaisant à tous les actifs et effacer les accidents de carrière (https://aoc.media/analyse/2019/09/04/retraites-un-systeme-social-doit-il-singer-les-placements-financiers/).

Maxime Tellier de France Culture revient sur l’historique du régime spécial des cheminots qui était une volonté patronale (https://franceculture.fr/histoire/a-lorigine-le-regime-special-des-cheminots-a-ete-une-volonte-patronale).

Dans l’Humanité, Christiane Marty, membre d’Attac et de la Fondation Copernic propose une alternative pour équilibrer le système de retraites, le levier de l’emploi, en diminuant le chômage et en augmentant les salaires, en particulier celui des femmes (https://www.humanite.fr/une-autre-reforme-est-possible-la-diminution-du-chomage-un-levier-pour-ameliorer-les-retraites).

Jean Lafont de Pour une Ecologie Populaire et Sociale (PEPS) explique que la question des retraites est une bonne porte d’entrée pour poser la question du travail (https://blogs.mediapart.fr/jean-lafont/blog/031219/retraites-au-peuple-de-prendre-la-parole-pour-dire-quelle-societe-il-veut).

La Fondation Copernic explique que le projet de système par points ne peut qu’être défavorable aux femmes et propose des idées pour améliorer radicalement la situation économique des femmes (http://fondation-copernic.org/index.php/2019/11/22/retraites-des-femmes-ni-reforme-par-points-ni-statu-quo-mais-des-progres-indispensables/).

Dans Reporterre, Lorène Lavocat nous montre que la réforme des retraites va aggraver la crise écologique car en obligeant les gens à travailler plus longtemps, la production va nécessairement augmenter et les émissions de gaz à effet de serre aussi (https://reporterre.net/la-reforme-des-retraites-aggraverait-la-crise-ecologique).

Alors que les enseignants feront partie des grands perdants de la réforme, Blanquer leur propose une revalorisation des salaires en contrepartie de nouvelles charges pesant sur eux (http://cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2019/11/27112019Article637104362415535434.aspx).

Le Media donne la parole aux jeunes qui sont dans la rue et sont mobilisés contre la réforme des retraites. Oui, la jeunesse sait très bien pourquoi elle est dans la rue ! (https://youtube.com/watch?v=jHkl7NaE3_I)

Dans le Siné Mensuel d’Octobre 2019, Pierre Concialdi décrit comment le système de retraites programme la paupérisation des retraités et favorise le développement de la capitalisation pour les plus hauts salaires (https://sinemensuel.com/numero-sine/n90-octobre2019/).

Dans AOC, Julie Landour montre que tous les individus ne peuvent pas être entrepreneurs de leur protection et recourir à la capitalisation, la propension à la fabrique active de sa protection n’étant pas également répartie dans la population (https://aoc.media/analyse/2019/09/04/retraites-un-systeme-social-doit-il-singer-les-placements-financiers/).

Le Blog Patrimoine décrit la faillite de la retraite par capitalisation aux USA (https://leblogpatrimoine.com/strategie/la-faillite-de-la-retraite-par-capitalisation-aux-usa-il-manque-560-milliards-de-dollars.html).

Baptiste Legrand de L’Obs explique que les mesures d’urgence des gilets jaunes ne seront pas pondérées par le projet de loi de financement 2020 (https://nouvelobs.com/economie/20190930.OBS19149/budget-de-la-secu-le-gouvernement-creuse-lui-meme-le-deficit-des-retraites.html).

Michel Husson montre la philosophie sociale et l’envers du décor du modèle suédois dont s’inspirent Macron et Delevoye pour mener leur réforme (https://alencontre.org/europe/suede/les-beautes-du-modele-suedois-de-retraites.html).

LCI met en avant que les plus de 65 ans suédois sont obligés de compléter leur pension avec un emploi (https://lci.fr/international/les-retraites-suedois-sont-ils-devenus-plus-pauvres-a-cause-de-la-retraite-par-points-2138582.html).

En Suède, où il existe un système de retraites par points, le taux de pauvreté était de 14,7% en 2017, selon Eurostat, soit pratiquement le double de la France (7,5%), comme l’affirme dans les médias la CGT (https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/y-a-t-il-deux-fois-plus-de-retraites-pauvres-en-suede-quen-france_3637085.html).

Une réforme qui a déjà réussi à mobiliser des centaines de milliers de personnes dans toute la France (https://mediapart.fr/journal/france/051219/5-decembre-de-marseille-la-roche-sur-yon-toute-la-societe-mobilisee) et qui se poursuit la semaine prochaine et devra mobiliser encore davantage pour faire céder le gouvernement (https://www.mediapart.fr/journal/france/061219/retraites-la-mobilisation-est-reconduite-pour-la-semaine).

Pour y réfléchir collectivement, nous vous proposons de discuter d’un système universel de retraites plus solidaire l’été prochain lors de deux rassemblements. Venez nombreux à notre rassemblement sur le partage des richesses le samedi 30 Mai 2020 à Paris et sur une activité pour tous épanouissante le samedi 13 Juin 2020 à Lille (http://emancipation-collective.fr/nos-evenements/).


Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Notre Président ( à qui je baise les Pieds ) vient d'annoncer qu'il renonce à sa future  retraite de Président ( qu'il soit béni ).


Dans un élan digne, altruiste et généreux, pourquoi ne renoncerait-IL pas à sa fonction actuelle de Président  ?.


Par avance, qu'IL en soit remercié. 

En ce qui concerne "pension" et non "retraite" tous les fonctionnaires sont dans ce cas et pas seulement les militaires.

Notre Président ( que Dieu continue à l'Inspirer ) vient de déclarer : " quand on est militaire, on ne touche pas la retraite, on touche une pension " ).


Ce sens des nuances m'a toujours  échappé ( c'est d'ailleurs pour cela  que je ne suis ni Président, ni  militaire ), cela m'a conduit à confondre les connards et les abrutis.


Les militaires et les policiers ont droit à un régime de retraite spécial qui est tout à fait normal, juste et  justifié.

 

Pour tous les autres métiers, le régime spécial est anormal, injuste et injustifiable.


Connard ou abruti, comment qualifier les membres de l'Elite, le sens des nuances continue de n'échapper.



Et ce matin, on apprend que les militaires ne touchent pas une retraite mais une pension. Dois-je en voyé à notre président ma carte de pensionnée de l'état en tant qu'enseignante pour l'instruire?

Il va vraiment les faire ses 4 mois de prison, Didier Lombard (qui compte faire appel) ou c'est juste une menace sans effet visant le tendanceur qui a lancé la fameuse "mode du suicide" ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Presque entièrement pas complètement sans rapport, à cet instant j'en étais à l'épisode quatre :


 

Petites interrogations:  

1/ Je ne vois pas en quoi manipuler des produits chimiques dangereux est pénible ? 100 g de TNT ça fait toujours 100 g ? C'est dangereux, point final. Ou alors on y classe aussi les militaires ?


 2/ On ne parle que de la pénibilité physique, certes la plus visible. Et la pénibilité psychique ? Je pense à certains profs, par ex, dans certains environnements. A moins qu'on ne les classe dans " environnement bruyant" ?

Ouf ! Darmanin a enfin la solution pour sortir de l'impasse :


"Il manque sans doute autour de lui (Macron) des personnes qui parlent à la France populaire, des gens qui boivent de la bière et mangent avec les doigts".


Et un pétomane ?


Bien entendu que ces règles sur la pénibilité sont absurdes. Mais la cause est de vouloir absolument un système universel. Plutôt que d'essayer de mettre des critères pseudo-objectifs absurde, ce serait mieux que tout cela soit négocié secteur par secteur. La pénibilité pourrait ainsi être négociée contre retraites, salaires, congés ou autres avantages.

Ce matin lors d'une éclaircie de la grève de Radio France, j'ai écouté France Inter

c'était incroyable de léchage de botte virtuel : au gouvernement leurs souliers vernis doivent briller tels des phares qui attirent ces lucioles de journalistes. D'habitude France Inter n'ose pas faire à ce point dans la servilité mais là ça me rappelait ce personnage de BD qui baise la main de celui qui vient de le fouetter

d'abord clairon fort comme le journal Le Monde sur la fissuration du front syndical avant Noël avec UNSA Ferroviaire qui annonce une pause vue qu'il y a eu des avancées notables. Si on en croit les suintements des discussions, le système proposé va vers encore plus de complications ("une clause dite «à l’italienne», qui permettrait aux cheminots qui basculent dans le régime de retraite par points de bénéficier néanmoins d’un calcul de leur pension sur les six derniers mois d’activité sur une partie de leur carrière. " Libération) 

ce qui rend caduque tout le baratin sur la décomplexification du système


Reste entières les dispositions qui atteigneront de plein fouet les futur/e/s retraité/e/s 

Bravo la transparence

merci pour la piqure de rappel.. les socialistes (????) ont bien commencé à detruire la protection sociale,  pour le coup  le travail est presque fait .. Il n' y a plus qu' à supprimer  TOTALEMENT la medecine du travail ..., comme ça on ne pourra plus qualifier un travail de penible  et  d'usant et de dangereux .!!

Il faudrait intégrer dans le compte pénibilité les heures passées à écouter la TV ou la radio !

Parfois j ai honte de ne pas savoir que Macron a déjà supprimé la pénébilitess sur la manutention manuelle de charges, bruit, postures pénibles, vibration mécanique, agents chimiques dangereux...

Comme le dit Alexis Poulin, ça se voit qu'ils n'ont jamais travaillé...ne pas prendre en compte le bruit,postures penibles etc... C est vraiment n'avoir jamais quitter un bureau 

Le travail -labeur- de jour comme de nuit nuit.


ZE question : A quelle heure commence le travail de nuit ?


Auto citation par môa: 


Amplitude & 3 X 8 = misère sociale.


Faut s'être exposé / explosé pour comprendre la solitude du travailleur face à la pénibilité.

Daniel, pourquoi les syndicats (et autres en cours de grève) ne manifestent-ils pas un intérêt plus développé pour ces questions précises de pénibilité ? Au lieu de se battre pour un statut quo....

On en est là, on en est encore là à devoir discuter de la fatigue occasionnée par certains métiers par rapport à d'autres. Comme s'il s'agissait d'un point de discorde et non d'une réalité. Mais que défend ce gouvernement sinon une logique de classes sociales.
Et toujours les mêmes arguments, le travail de nuit, oui, parce que c'est concret et que l'on ne peut le contester… mais le travail physique, le travail dangereux, tout ça est flou sur la pénibilité, donc on y touche pas.
Ce qui est très impressionnant et qui apparaît au grand jour, c'est que la macronie "gère" le pays comme on gère les problèmes dans une entreprise, le rapport de force par l'intimidation, l'humiliation et la peur. On le voit à ce stade de la grève "Il n'y a rien à négocier, rien, c'est à prendre où à laisser." Et ce matin sur France Inter Nicolas Demorand de demander à Laurent "On peut perdre une négociation, non ?… Mais qu'est-ce que vous allez faire, qu'est-ce que vous pouvez faire sinon reprendre le travail en janvier ! "
On en est là !

Ce feuilleton de la pénibilité est un  parfait critère de mesure de l'amnésie médiatique.  


Cette amnésie concerne aussi les syndicats dits "réformistes". 


La honte pour eux, la double peine pour nous.

ça fait plus de deux ans que je vous le dis , que ces mecs sont très pénibles ....

Ce qu'il lâchent, il l'avaient déjà lâché.

C'est la même chose pour les 1.000 euros minimales de retraite,  mesure  présentée comme une avancée majeure, mais acté dans la loi depuis 2003....


Concernant les retraites, avant Noel, je veux faire pleurer les Asinautes sur le sort des avocats.

Car si le projet du gouvernement était de doubler le montant des cotisations, le peuple entier serait dans la rue, quand bien même l'employeur continuerait de prendre en charge 60% de leur paiement.

Les avocats, plus généralement les libéraux, en paient la totalité puisqu'ils sont leur propre employeur.

Et bien pour eux, le taux de cotisation passe de 14 à 28 % et encore ne sait-on pas si l'assiette sera le chiffre d'affaire ou  le bénéfice.

C'est pas beaux ?


PS :

Pour les crétins qui penseraient encore que les avocats sont des bourgeois rentiers qui ne pourraient se plaindre de quoi que ce soit, qu'ils passent leur chemin.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.