49
Commentaires

Le Monde enc...ense Val

Mais où est donc passée "l'ambiance de merde" que François Morel avait décrite dans sa dernière chronique à France Inter ? Avec l'été, le soleil et les vacances, elle a disparu. Vous pensiez que la maison ronde était en crise, que l'indépendance était menacée par une direction qui accumule les humiliations et les maladresses ? Pas du tout. Figurez-vous qu'une journaliste du Monde magazine, Annick Cojean, a (enfin) enquêté sur ce qui se passe vraiment à France Inter. Et elle tient un scoop : tout va bien. Pour aboutir à cette surprenante conclusion (elle parle même du "paradoxe France Inter"), elle a interrogé tout le monde, ou presque : des cadres et la direction qui revendiquent leur indépendance, mais aussi des journalistes... qui déclarent en off leur bonheur de travailler à Inter (c'est fou ce que ça balance dès que c'est du off).

Derniers commentaires

Y avait pas une chronique de prévue ce matin ? vacances encore ?
Bonjour,
D'un côté, on ne peut pas résumer et limiter France Inter à D. Porte et S. Guillon (perso j'apprècie beaucoup plus Porte que Guillon, trop inégal à mon sens).
Et si cette radio est appréciée et en tête des audiences, c'est aussi pour d'autres émissions, d'autres animateurs (et peut-être un peu quand même parce qu'il n'y a pas de pub !).

D'autre part, il paraît logique qu'un patron de média imprime sa marque, et que le panel de collaborateurs évolue, change avec l'arrivée d'un nouveau patron.
Ainsi ce qui me gêne personnellement c'est deux choses :
-non pas que Val ait viré nos 2 humoristes, mais qu'il soit nommé par le pouvoir alors que ces deux là le critiquaient. Question d'éthique, de déontologie, il ne "pouvait" pas ou n'aurait pas dû pouvoir les virer !
-ensuite le fait que ce personnage soit aussi ambigü, en tous cas pour moi qui ne suis pas hyper connecté à l'info et aux médias.
Cette ambigüité elle est dans la comparaison Charlie Hebdo, les histoires avec Siné, ses rapports avec le pouvoir et le gouvernement actuel...
Cela semble tellement éloigné !
En fait tout cela me fait penser à quelqu'un de "vendu", le pire : il vaut mieux quelqu'un de sincère, dans un sens ou dans l'autre, que quelqu'un de vendu, de corrompu.
Le sincère imprime sa marque, ou essaye, c'est normal ; il tente de construire.
Le corrompu, le vendu fait des dégâts et détruit.
Notre ami Siné a lieu aussi lu ce panégyrique du Monde, voilà ce que ça lui inspire :

La dernière zone de l'ami Bob...

Sinon, pour ceux que ça intéresse, quelques uns de l'équipe de Siné Hebdo montent un nouvel hebdo en septembre :

ça s'appelle "La mèche"
[large]Je ne pardonnerai jamais l'éviction de Didier Porte à ce Val veule et vil.[/large]
Cet article du Monde Magazine m'avait inspiré la réaction suivante (envoyée au courrier du magazine) :

"Bizarre, comme c’est bizarre

Un article plus que paradoxal sur « Le paradoxe de France Inter ». « Ahurissant, ose Pascale Clark, la liberté d’expression se limiterait à Guillon ? Je le prends très mal ! » De fait, elle ose ! Qui a dit cette totale imbécillité sur une liberté d’expression limitée à une personne ? Et que vient faire son ego dans la mise à la porte de deux humoristes. Dely dit à peu près la même chose : à croire que les « éléments de langage » sont aussi d’usage à Inter. Quant à Legrand, il fabrique une liberté d’expression qu’il ne « faudrait [pas] tester en permanence » ! De la liberté d'expression potentielle : on l'a, mais on ne s'en sert pas ! Val, lui, est un pauvre incompris, mais qui a plein d’idées et on va voir ce qu’on va voir ! Et à la conclusion, oubliant ce qui a été rajouté en cours d’article, le « Nicolas Demorand adhère » est assez croquignolet.

Rien sur les déclarations abracadabrantesques de Hees sur Canal +. Ni sur ses mensonges sur les messages reçus. Pas de rappel de propos de Val sur « l’actionnaire ». Et Guillon et Porte, ces « tyrans » qui tyrannisaient les auditeurs masos 9 mn par semaine pour l’un, 3 mn pour l’autre – et qui aidaient d’ailleurs Demorand pour son score d’audience – lourdés avec l’accord explicite de Clark, Thomas, Dély et d’autres. Sans oublier, la marrade Demorand : tranche 17-19h nettoyée, pour faire place au seigneur… qui part avec la plus grande élégance à Europe 1 !

Vraiment paradoxal, cet article !"

Voir aussi http://deblog-notes.over-blog.com/article-hees-val-sinistre-duo-52836939.html
Cet article insinuateur est je trouve très insultant pour la journaliste qui a signé cet article.

Je me souviens lorsque je faisais mes études, j'étais allé faire des recherches au Monde pour un exposé sur la télévision "voix de la France". C'était Annick Cojean qui était alors la spécialiste TV et nous a aidé dans nos recherches documentaires. C'était je crois en...1984, ou peut-être 1985. C'est dire le recul et la connaissance approfondie du service public de la télévision qu'a cette journaliste.

Par ailleurs celle-ci a obtenu il n'y a pas si longtemps le prix Albert Londres, prix prestigieux s'il en est, pour un documentaire sur la shoa, signe peut-être d'une certaine probité professionnelle ne pensez-vous pas?

Je ne dis pas qu'il faille accepter ce qu'écrit Annick Cojean sans esprit critique, mais l'accuser ainsi d'une complaisance coupable et de servir la soupe à une petite équipe de dictateurs à la solde du pouvoir est pour le moins léger ...

Un peu facile d'englober cela dans une étiquette "Le Monde" en ignorant sa signataire.

Pan sur le bec de Sherlock.
Et dans cet article du Monde Magservile, comme dans nombre d'autres articles, l'indépendance n'est évaluée qu'en fonction des coups de fils de l'Elysée... Alors que des gens comme Chomsky et Bourdieu ont bien montré qu'en choisissant les bons journalistes, il n'y a même pas besoin de leur passer des coups de fils puisqu'ils sont déjà formatés pour respecter les limites.

Et sur le choix des interlocuteurs... quand j'ai fini de lire cet article, je me suis étonné : "tiens, on n'a pas entendu Mermet". Et puis en fait ça ne m'a pas étonné. Pourtant, il me semble que c'était la même Cojean qui l'avait interviewé pour le "je ne serais jamais arrivé là si..." qui précédait l'éloge de Parisot sur 6 pages.
N'empêche que Pascale Clark n'a pas foncièrement tort. Et longue vie à Isabelle Dhordain !
Un peu long, mais utile. Les choses vont si vite que l'oubli menace.
Article du monde? Qui croit encore qu'il s'agit du "quotidien de référence?
Cojean, Dély...? Je n'oublie pas leurs passifs.
"L'Elysée n'intervient jamais"? Quel bel aveu d'une censure qui précède les désirs du prince!
Hess et Val? Auraient-ils encore la moindre importance, à part leur capacité de nuisance?

Tout pue, dans cette histoire d'Inter, comme dans tous les domaines depuis quelque temps. Comment peut-on rester optimiste?
Je viens de découvrir une vidéo sur la Télé Libre,
http://latelelibre.fr/index.php/2010/07/le-dernier-coup-de-gueule-de-porte-et-guillon/
Ou Annick Cojean parle du papier qu'elle prépare ... avant donc. Et clairement, l'angle d'attaque est clair, elle dit qu'elle vient "prendre l'ambiance", mais sa religion est faite ... et le papier aussi pour le coup.

Tiens au fait, si ASI faisait un sujet sur les tentatives de "télés" sur le net ou de "radios'" sur le net, comme celle de la Télé Libre ? parce que j'ai l'impression que vous focaliser sur la "presse "sur le net, et vous passez à coté de ce qui était le matériau d'origine d'Arret sur Image.
Merci Sherlock. Qu'est-ce-qu'elles passent vite les semaines, avec de tels articles.
En plus du contenu, et toujours de manière croissante, la tournure des phrases est vraiment travaillée avec une précision d'orfèvre.
Je me remets à peine des avantages de l'ACN et de la façon dont tu les as narrés la semaine dernière (je te tutoie grâce à ta permission expresse donnée naguère, si si j'ai les chiffres avec moi), et là, on se demande même si l'enquête d'Annick Cojean n'a pas été écrite exprès pour toi !
Sérieusement, je te décerne le Rhââlovely d'or de ce début de semaine.
Si tu officiais à France Inter, Val ne mettrait pas trente secondes à identifier le problème...
[visualisation intempestive/]
coup de tête directe au navrant qui, en tombant, entraine dans sa chute son chef et se ramassent comme deux ronds de flan dans un couloir.. en off, évidemment
[/visualisation intempestive]

Limite catharsis, tes billets, à l'instar de ceux du Canard et d'autres bien envoyés du Capitaine. Qui agissent de concert comme un bel ensemble de soupapes de sûreté.
Le Sarkoland n'a toujours pas compris que c'est précisément en limitant cette parole subversive, comme avec Didier Porte et Stéphane Guillon, qu'il précipite toujours plus son déclin.
Ce doit être l'inconscient qui agit ;-) 1

1 dans tous les sens du terme "inconscient'
Excellent article, et nécessaire ! Sur un article du "Monde" totalement consternant (on se pinçait en le lisant). Il n'est pas exclu que les sites d'info payants style Mediapart ou @si aient l'avenir pour eux (mais il faudra qu'@si se mette enfin à "l'arrêt sur images" proprement dit, en particulier l'analyse détaillée de JT).
Ils vous fournissent des fakes au Monde ?

Les salauds !

Voici La vraie couverture

N'hésitez pas à cliquer : une bonne claque aux petites mauvaises odeurs...

***
Val a raison de foutre la merde à France inter
les "humoristes" raz le bol
depuis le temps qu'ils émargeaient à Fr INT,
place aux jeunes....

je suis curieux de la nouvelle grille d'automne et j'écouterai à nouveau Fr.Int.

quand à France Culture elle reste la plus géniale des radios (malgré sa critique
permanente de Sarko et du gouvernement
mais là on en parle jamais
France Info idem
France Musique itou
Alors même si Hess a longtemps été l'archétype du politiquement correct gauchoparisien
merci à lui de maintenir le niveau de Radio France
En quoi les émissions quotidiennes "Esprit critique" et "Et pourtant elle tourne" sont-elles emblématiques ? Il me semble qu'elles n'ont "que" quatre ou cinq ans d'ancienneté. C'est assez peu pour des "emblèmes"…

Attention, je ne discute pas de la qualité de ces deux émissions (que je trouvais personnellement plutôt bonnes), mais simplement du fait qu'elles sont, en raison de leur suppression annoncée, érigées en symboles de l'autoritarisme des dirigeants de la station. Ça me semble un peu léger comme emblèmes.

De même pour la suppression de la case humour, qui avait pris la place de la chronique d'Alain Rey il n'y a pas si longtemps (six, sept ans). Stéphane Guillon avait remplacé au pied levé Régis Mailhot, qui n'arrivait pas à faire oublier son "emblématique" (?) successeur, Guy Carlier… L'a-t-on oublié ?

Pourquoi ne parle-t-on pas de la disparition de l'émission d'Yves Calvi, "Nonobstant", qui devrait, au même titre que les deux émissions précédente, être considérée comme emblématique puisqu'elle a à peu près le même âge ? Vous souvenez-vous, au moins, que Philippe Val avait été complaisamment convié à "Nonobstant" pour parler de son livre "Reviens Voltaire…" en 2009 ? Pourtant, Yves Calvi ne sera pas à l'antenne de France Inter en septembre. (Ce qui, à mon avis, est une bonne chose : son émission n'était pas terrible.)

La grille des programmes ne sera en fait que très légèrement modifiée et de nouvelles têtes vont faire leur apparition. Comme c'est le cas à chaque rentrée. La critique, légitime, de la direction de France Inter ne doit pas faire oublier qu'une radio, ça s'écoute : pourquoi les nouveaux programmes seraient moins bons que les anciens ?
Brillantissime chronique Sherlock. Voté pour le contenu. Il ne faut surtout pas perdre la mémoire.
Le « paradoxe France inter » relève-t-il de la scie malade ? Toute cette affaire de mensonges jouant le rôle de pansements relatée par Sherlock rejoint le propos d’Erik Dietman : « Il y a les mots qui sont insuffisants, alors je les aide en fabriquant des objets. » Lorsqu’une scie malade ne coupe plus, ce n’est plus drôle, car jusqu’alors elle pouvait chanter. Pour écouter Summertime à la scie musicale, c’est ici.
Merci @si de revenir plus longtemps sur cet article en plus du "Vite dit" qui avait été fait.
Voilà une synthèse salutaire, on connait tous ces éléments, mais les rassembler ainsi a le mérite de rendre le tableau édifiant.
Merci bien le Monsieur à la pipe !
Merci pour cet article.

Quelques points en plus :
Avait invité Val dans son émission sur Canal Plus. «En aparte», après la parution des caricatures dans Charlie.

Annick Cojean est interviewée (vidéo ici, à la fin du reportage http://latelelibre.fr/index.php/2010/07/le-dernier-coup-de-gueule-de-porte-et-guillon/) par la télé libre, lors de la manifestation contre le renvoi des humoristes. Elle dit être en pleine enquête, mais livre déjà
ses conclusions.

D’autre part, Cojean produit des émissions sur La Cinq (collection empreintes), pas étonnant qu’elle soit aussi attentive à la position des responsables d’Inter.

Sinon, je pense que ce type d’article, à force, ne rend pas service au Monde, et peut entraîner le désabonnement de lecteurs lassés de telles connivences. (il faut lire les commentaires furieux d'un bon nombres de lecteurs du Monde à coté de l'article) A quoi bon payer un journal qui sert constamment de média pour faire la com des puissants, Mieux vaut lire ASI, Mediapart, etc et en parallèle s’informer gratos sur le net.
La manœuvre était tellement grosse que même moi je m'étais rendu compte que le véritable objectif de cet article était de jeter des fleurs à Val. Merci en tout cas pour cette chronique très fouillée (a-t-elle été rédigée en 10 jours?).
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.