9
Commentaires

Le Monde efface le mot "nymphettes" d'une nécro

Un article du Monde rendant hommage à un écrivain décédé, très proche de Gabriel Matzneff, a été mis à jour post-publication pour retirer en douce les mentions de son amour pour les "nymphettes" et les "très jeunes femmes asiatiques". Sans explication ni mise en contexte.

Commentaires préférés des abonnés

Au fur et à mesure, c'est tout de même toute une constellation, non pas de nymphettes, mais de vieux pervers dégueulasses qui se fait jour dans une certaine intelligentsia française. Aux USA ou en Angleterre c'était des présentateurs tv (scandales de(...)

Jaccard, qui écrivait depuis des années dans "Causeur" et ne cachait pas sa sympathie pour Zemmour, disait de lui-même : « Je suis un pauvre type ». Bel éclair de lucidité…

Il y a donc le pédo-criminel  jouissant d'impunité y compris post mortem pour cause de classe dominante, facile à définir en fait .

 Mais ceux qui me posent un problème de définition, sont ceux qui "indique à ASI avoir été absent de la rédac(...)

Derniers commentaires

Ce qui me sidère, quand je lis ce genre d'article, c'est que tous ces déviants ne vivent pas dans une bulle. Autour d'eux il y a fatalement une constellation de personnes qui savent (hormis les victimes). Cf : DSK.  Mais pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des procès retentissants pour que "ceux" qui savaient s'expriment. Tous complices, tous à vomir...

Le plus dingue dans cet histoire n'est pas Le Monde qui efface sans assumer des trucs pouvant nuire à l'image de quelqu'un qui y publia quelques chroniques, mais Pol-Droit qui tout en semblant un ami sincère de Jaquard semble penser que ça puisse aboutir à autre chose que des crachats sur sa tombe de mentionner ça dans sa nécro.


Ça dit quelque chose sur l'univers parralèle où semble vivre cette clique de vieux intellectuels pervers.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Il y a donc le pédo-criminel  jouissant d'impunité y compris post mortem pour cause de classe dominante, facile à définir en fait .

 Mais ceux qui me posent un problème de définition, sont ceux qui "indique à ASI avoir été absent de la rédaction et n'avoir pas suivi l'édition de cet article ",(chef de la rubrique quand même ) ou qui " qui précise ne pas savoir ce qu'il s'est passé sur cet article.  " (rédacteur en chef adjoint )

On a du J'étais pas là... je ne sais pas ... les qualificatifs possibles se bousculent ....

j ' avais piscine ...

Jaccard, qui écrivait depuis des années dans "Causeur" et ne cachait pas sa sympathie pour Zemmour, disait de lui-même : « Je suis un pauvre type ». Bel éclair de lucidité…

ou se trouve l'émoji vomi ???

Au fur et à mesure, c'est tout de même toute une constellation, non pas de nymphettes, mais de vieux pervers dégueulasses qui se fait jour dans une certaine intelligentsia française. Aux USA ou en Angleterre c'était des présentateurs tv (scandales de la dernière décennie), dans l'hexagone des écrivains et photographes, mais le principe reste le même : une bourgeoisie pédocriminelle qui se fréquente et s'entre-justifie, dans le silence complice de sa classe. Un pauvre c'est un pervers, un riche un excentrique, c'est ça ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.